http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/DG-Advisor-USAID-9-o-20-DEC.pdf
Club de la Presse

« Il y a plusieurs moyens directs et indirects d’aide pour qui veut voler au secours de la presse »

11-08-2013

« Il y a plusieurs moyens d’aider la presse, sans même piocher dans les caisses de l’Etat », a estimé, en substance, Eric Manirakiza, le directeur actuel de la radio publique africaine (RPA, indépendante) lors de son intervention à l’émission passée de «Club de la presse » dont le débat de la seconde partie était centré sur les limites du fonds d’aide aux organes de presse d’un montant de 50 millions de Fbu.

Pour lui, un tel montant suffit à peine pour faire fonctionner une entreprise de presse pendant un mois. Aussi, a-t-il suggéré, entre autres solutions, de demander aux citoyens de payer une taxe de 10 Fbu par consommation d’une bouteille des produits Brarudi pour renflouer le fonds d’aide aux médias. Sa conviction étant que les citoyens ne vont pas dire non.
Par ailleurs, il faut donner des facilités en nature comme des terrains pour bâtir les sièges des médias indépendants. C’est encore une forme d’aide aux médias. « Il y a mille et une façons d’aider la presse », a-t-il souligné.

De l’avis de Bellarmin Bacinoni, journaliste à la radio nationale du Burundi, le peu de fonds qu’il y a sur le compte des médias doit être réparti sur base de critères précis. Parmi ces critères, il faut que l’organe de presse prétendant soit réellement opérationnel, professionnel et ait une adresse connue et des journalistes permanents.

Le porte-parole du ministère des Télécommunications, de la Communication, l’Information et des Relations ave le Parlement, Ferdinand Mbirigi, de son côté, a dit que le gouvernement va encore distribuer de nouveaux ordinateurs provenant du fonds d’aide aux organes de presse. « Au mois de janvier dernier, il y avait eu déjà la distribution de 32 ordinateurs aux organes de presse tant publics que privés et un nouveau lot a fait l’objet d’un appel d’offre », a-t-il révélé, tout en estimant que le gouvernement, à lui seul, ne peut pas répondre à tous les besoins de la presse. « C’est d’ailleurs pour cela que le fonds reste ouvert à d’autres partenaires des médias pour qu’ils puissent aider à l’alimenter », a-t-il conclu.

  1   Vos commentaires
  1. avatar Kito

    Chercher vos propres financement seule manière de rester indépendants.

Publicité