http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/ICCO-15-O-22-TDRs-Evaluation-a-Mi-Parcours-MAVC-Final.pdf
Économie

Hausse de la production du poisson, mais des défis persistent

Depuis 2013, il s’observe une hausse de la production du poisson dans les eaux du lac Tanganyika. 

Vue partielle des participants à l'atelier ©Iwacu

Vue partielle des participants à l’atelier ©Iwacu

Malgré l’existence des ports de pêche clandestins, l’insécurité dans les eaux du lac Tanganyika et la persistance de la pêche illégale. Réunis à Rumonge dans un atelier de sensibilisation de la surveillance conjointe du lac Tanganyika, les pêcheurs, le département de la pêche, les autorités administratives ont fait ce constat.

Joseph Ndikumana, chargé des statistiques au département de la pêche, eau et aquaculture, a indiqué qu’en 2000, la production du poisson a atteint 17 mille tonnes de poisson. Par la suite, elle a chuté d’année en année jusqu’en 2013. Depuis lors, il y a une hausse de la production grâce à la lutte contre l’utilisation des engins de pêche illégaux.

Il a précisé que depuis 2012, 4500 engins de pêche illégaux, dont des filets mono filaments et des moustiquaires de pêche, ont été détruits. Et la pêche à la frappe(Umutimbo) a été interdite.

Le commandant de la marine burundaise a plaidé pour qu’il y ait une unité de coordination des 4 pays qui se partagent le Tanganyika afin de renforcer la sécurité dans les eaux du lac.

Les ports de pêche clandestins persistent et le cas du port de pêche de Nyaruhongoka en commune de Muhuta a été cité. Il est géré par les chefs des Imbonerakure des communes de Bugarama et Muhuta et par certains administratifs à la base. Il a été décidé de tenir prochainement une réunion sur ce port de pêche clandestin.

Signalons qu’en décembre 2014, 2 semaines seront dédiées à la surveillance conjointe de la pêche sur le lac Tanganyika au Burundi, en R.DC, en Tanzanie et en Zambie sous l’égide de l’Autorité du lac Tanganyika.

  2   Vos commentaires
  1. Ntahombaye

    Umurundi mutomuto azokubagurwa gushika ryari n abomukibgiye?jew ndagomba mpanure aba dds barabe ayo umunyagihugu nyarucari agowe hariya kugatumba kubwizombonerakure mwahaye gukora igikorwa c igipolice inyamiramabi n ubutungane.umunyagihugu agize aksntu gato akosha arakubitwa agashaya kandi yaboshwe indege mugihe ataronse amahera yo kubafumbatisha.ku mubirigi umurundi yakubitwa ikimoko,kuri Micombero ,bagaza ,buyoya J RR yaratuzabumunyagihugu kuri Nkuru imbonerakure iri hejuru y intwarob yabajejwe ubutungane ,numutekano.ba dds mwibuke abo banyagihugu muhindirako izo mbonerakure ko ari babandi batanga abana babo ,itwabo,babomarerwa amazu kungira bikureko uwabarya abicaye ko,no namwe nukurya no ku nywa mwaribagiye.mwibuke ko Imana iguha ingoro ikurindirije akaruri ugasangira nuwo wanenye.ntimwishimire uko mwoba mubona ngo murakomeye ubarundi bo murutoki ntibize ntabwenge bafise harya ukuri barakubona.kuki mwonona public system nkbinyigisho ,ibijanye n amagara yabantu ariko mukabigirira inzigo kuko abana banyunbigabi buraya na America,jew ndibaza nko kwigishabumwana muri amerinka niba jew ntanga $40000ku mwaka umunyamahanga bagwiza gatatu $120000ku mwaka.urumva ko mugomba mwene nyarucari azogwe mubujujubhazoguma hatwara abibiwanyu.uravye abarundi baba hanzebuko bangana ego barakenye nkuko umutegetsi.umwe yagiyenmuri csnada akavuganko bagiwe ariko ndaziniyaba ubusuma butabayebndanse mu bategetsi.ko batobura ico baterera mwiterambere ,none uya he nde ko bayagaburana kumwe bagaburana impuzu za Yesu.ndabahanure mwicare hasi murabe iyo mwaciye naho mugeze mukureko abanyagihugu ikimoko c imbonerakure n ihadabu ya buri musi..

  2. Bizos

    « Il est géré par les chefs des Imbonerakure des communes de Bugarama et Muhuta et par certains administratifs à la base. Il a été décidé de tenir prochainement une réunion sur ce port de pêche clandestin. »

    Une réunion oui, mais sans passer par les chefs (les vrais) des Imbonerakures, rien n’y fait!

    Les DD ont eu tous les atouts pour développer le Burundi, mais ils sont entrain d’en faire un no-man’s land où règne la loi de la jungle. Aux DD honnêtes, je dis encore: sauvez encore ce qui peut l’être, le Burundi mérite mieux.

Publicité