http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/ICCO-15-O-22-TDRs-Evaluation-a-Mi-Parcours-MAVC-Final.pdf
Opinion

Grand Débat – Mise au point du journaliste Karayenga

Athanase Karayenga

Athanase Karayenga

A l’attention du Prof. Reyntjens

Je vais vous envoyer de suite le document à l’adresse que vous avez l’amabilité de m’indiquer. Si les quelques idées que j’ai exposées dans ce projet d’accord entre les négociateurs d’Arusha 2 rencontrent votre assentiment, je ne peux que m’en réjouir. Il y a donc un chemin que nous pourrions faire ensemble.

Je profite de ce message pour vous présenter mes excuses, vraiment sincères, pour le mot « débile » que j’ai eu la malencontreuse idée d’utiliser pour qualifier votre scénario de sortie de crise. J’étais emporté par la colère. Car, il y a de quoi. Mais cette colère ne me dispense pas de rester courtois et de respecter votre honorabilité.

J’exprime de la colère contre les meurtres commis par des membres des services de l’ordre gouvernementaux au quotidien, contre la chasse ouverte à l’homme et en particulier la jeunesse pourchassée comme du gibier sauvage.

J’exprime la colère contre les cahiers que les familles de certains quartiers doivent présenter à la police, comparables au  » pass  » du régime d’apartheid d’Afrique du Sud, ou à l’étoile jaune imposée aux Juifs par le régime nazi.

J’exprime la colère contre les viols qu’ont subis des femmes et des filles de certains quartiers, contre la misère épouvantable que vivent les réfugiés et les prisonniers, contre le désarroi des albinos qui doivent se protéger, dans un camp de réfugié en Ouganda, du soleil et contre les prédateurs immondes qui les massacrent pour recueillir des talisman.

J’exprime la colère contre le cynisme de la justice burundaise qui a réduit, entre autres, les médias au silence, contre les crimes-spectacles organisés par le pouvoir avec des corps de victimes suppliciés et jetés sur la voie publique ou dans les fausses communes.

J’exprime la colère contre les assassinats gratuits de membres du parti CNDD-FDD et des imbonerakure, en particulier, commis par des groupes armés qui tombent dans le même piège que le pouvoir de Pierre Nkurunziza. Tuer les opposants, de quelque bord que ce soit, donne raison à Pierre Nkurunziza. La bataille pour la démocratie se gagnera avec une lutte exigeante et astucieuse mais non-violente.

J’exprime la colère contre la participation des Interahamwe dans la répression des citoyens hostiles au troisième mandat. J’exprime la colère contre les crimes économiques et la corruption qui ruinent l’économie du Burundi et plongent la population dans une misère et une précarité économique horribles.

Filip Reytjens

Filip Reytjens

Vous l’avez compris, M.Reyntjens, je suis en colère contre toute solution, votre solution, qui vise, en définitive, à couvrir tous ces crimes d’un voile pudique de l’oubli et de l’impunité. Car, proposer de prolonger le mandat de Pierre Nkurunziza dans ces conditions, sans aucun espoir de justice, constitue, à mon avis, une très mauvaise solution pour sortir le Burundi de la crise.

Au contraire, il faut réclamer une justice équitable pour tous et tout de suite, hic et nunc, ici et maintenant. Il faut abolir à jamais l’impunité qui paralyse et empêche le Burundi de sortir du cercle infernal de la violence et de la haine.

Enfin, j’ai le sentiment, en lisant certaines de vos prises de positions antérieures sur le Burundi et en écoutant récemment votre intervention sur RFI, que vous avez un compte à régler avec le Rwanda et en particulier avec le régime de Paul Kagame.

Je vous supplie de ne pas mêler le Burundi dans ce conflit personnel et ancien avec le Rwanda. Vous ne pouvez pas affirmer que la communauté internationale est complaisante avec Paul Kagame et exigeante avec Pierre Nkurunziza. Paul Kagame est comptable devant son propre peuple. Pierre Nkurunziza est comptable devant son propre peuple. Nous les Burundais, nous savons que Pierre Nkurunziza a trahi son serment. Il avait juré sur la constitution, issue de l’accord d’Arusha, qui limite impérativement le nombre des mandats présidentiels à deux.

Paul Kagame n’a pas juré devant le peuple burundais sur la constitution du Burundi qu’il protègerait nos institutions. Merci de ne pas nous embrouiller les esprits avec des comparaisons inappropriées.
Pour finir, mille excuses encore pour le mot débile que j’ai utilisé pour qualifier votre proposition. Je vous envoie de suite le texte du projet d’accord que vous pourrez éventuellement amender et améliorer. Puisque vous dites que vous partagez certaines des idées qui j’ai évoquées dans ma contribution précédente.

Je prie Antoine Kaburahe de m’excuser aussi pour avoir mis son journal dans l’embarras avec le mot débile.

Mais pour le reste, le débat continue grâce à votre scénario « politiquement incorrect ». Certains lecteurs apprécient votre proposition. D’autres la désapprouvent. Certains lecteurs me vilipendent parce qu’ils trouvent mes propos extrémistes et violents. Certains approuvent mes propos et me félicitent. Que dire ? Je me réjouis vraiment que ce débat essentiel soit porté par le journal Iwacu sur la place publique. Et ce débat a commencé grâce à vous. Je ne doute donc pas que du choc des idées jaillira la lumière.

Mille mercis au journal Iwacu donc d’avoir permis cette confrontation vigoureuse et nécessaire.

Athanase Karayenga

  41   Vos commentaires
  1. Louis

    C’est bien d’avoir demandé pardon. Toutefois la réalité est celle là. C’est débile comme raisonnement. Celui de Retjents.

  2. Bantu

    Vous tous qui commentez ici, vous savez très bien que M. Filip Reytjens n’a rien fait à M. Karayenga. Vous savez aussi que la crise burundaise actuelle ne l’a probablement pas touché directement, à moins qu’il nous démontre le contraire.

    Alors ce n’est qu’une fausse colère, contre une fausse cible!

    Et elle n’a qu’un seul objectif: garder vive la vrai colère, celle de ceux qui ont été, de près ou de loin, touchés par cette crise.

    Pour des motifs que tout le monde connaît…

  3. KARINA

    Bravissimo Karayenga pour vos excuses au Pr qui n’a fait que résumer les faits depuis avril 2015 et qui ne méritait nullement votre.. . J’aurais bien voulu réagir, mais j’étais en colère contre vous et dû sursoir. Simplement, j’applique ce sage conseil de Voltaire à propos de prise de parole :
    « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »

  4. Ali Rugira

    Cher Karayenga, au moins Kiramvu amenera inda kuru kumu http://www.bujumbura.be/

  5. MIZA

    Dès qu’on touche là où ça fait mal, chacun crie ne touche pas à mon pote ! Vous qui utilisez cet outil de communication, c’est que vous n’êtes pas n’importe qui. Mettons-nous d’accord par où commencer pour punir ces dirigeants qui ont massacré et qui continuent. Si on est Hutu, doit-on être tolérant avec les assassinats du pouvoir actuel ? Si on est Tutsi, doit-on accepter le passé ? Si c’est ainsi, le Burundi n’est plus un Etat politique, mais une juxtaposition de Hutu et de Tutsi. heureusement q’il y a encore le Burundi Nation. Mais ce dernier le restera-il-encore longtemps ?

  6. Maya

    Cher Karayenga, pourriez-vous répondre à nos commentaires SVP!
    J’ai dit que notre pays est victime des solidarités négatives dont les bases se trouvent dans le passé de notre pays! Nous qui étions et sommes dans le pays nous savons comment que les deux côtés commettent des actes de violences qu’il faut condamner mais vos yeux sont ouverts pour ceux d’un côté mais ils semblent être fermés pour ceux de l’autre côté!
    Cher Karayenga, comment appelez-vous ces gens qui :
    – tuent et enlèvent les membres du parti au pouvoir et tout celui qui se montre contre leurs barbaries,
    – brulent des bus de transport en commun et autres véhicules des particuliers qui n’ont rien avoir avec la politiques,
    – empêchent les enfants à aller à l’école
    – nous forcent les gens à soutenir leur cause et nous empêchent à aller chercher de quoi à manger et parfois nous exigent des rançons,
    – violent les filles (le cas le plus flagrant est celui de Jacqueline à Musaga),
    – détruisent les infrastructures d’intérêts communautaires,
    – tirent et jettent aveuglement des grenades sur les innocents paisibles…
    Pour vous ce sont eux qui méritent de nous gouverner!

  7. HILL

    ce fameux professeur belge qui se prend pour expert de la region des gd lacs, ne se fait que d’illusions lui meme. Il veut rouler dans la farine Nkurunziza et sa petite clique comme l’a fait au rwanda. on peut le qualifier de genocidaire ou quoi

  8. Ayuhu Jean Pierre

    Monsieur Karayenga,
    Je m’exprime pour la énième et peut être la dernière fois sur vos propos en vous disant que la manière dont vous vous excusez frise l’arrogance. Vous noyez vos excuses dans d’autres rhétoriques, dans un mélange et une confusion invraisemblables, parfois mensongères et de nature à alimenter la rumeur et l’incompréhension pour un non initié de l’art de communiquer des burundais.

    A mon tour, Monsieur Karayenga,

    Je suis en colère contre vous et vos mensonges car vous savez pertinemment que la prétendue présence des Interahamwe au Burundi est une invitation à l’État Rwandais voisin de venir au secours des tutsi au Burundi qui seraient victimes d’un génocide dont on parle depuis plus de deux ans.Dieu merci, il ne produira pas;

    Je suis en colère contre vous car vous refusez de compatir aux forces de l’ordre de votre pays, victimes elles aussi, de la campagne de haine orchestrée par des hommes et femmes que vous connaissez,

    Je suis en colère contre vous car vous prenez un problème d’une autre nature, la barbarie contre les albinos, et vous la noyez dans d’autres soucis politiques et ceci dans le but d’allonger les crimes que vous mettez sous le dos du pouvoir,

    Je suis en colère contre vous car vous prenez un problème d’une autre nature, la pauvreté, et vous le noyez dans d’autres soucis politiques et ceci dans le but d’allonger les crimes que vous mettez sous le dos du pouvoir,

    Je suis en colère contre vous car vous refusez sciemment de condamner la société civile et l’opposition qui ont menti aux jeunes en les miroitant la conquête du pouvoir, la défaite des forces de l’ordre et par la suite leur remplacement par les jeunes manifestants. Bref un avenir meilleur sans Nkurunziza. Tous ces hommes et femmes se la coulent douce en Belgique, à Kigali logés et nourris parfois aux frais du contribuable belge alors que les autres croupissent à Mpimba s’ils ne sont pas morts!

    Je suis en colère contre vous qui, au lieu de regretter la destruction des radios et télevision, vous en faites un crime supplémentaires contre l’Etat burundais et sa justice, alors que pertinemment, vous savez que le pays et ses forces de l’ordre étaient en guerre contre les ennemis de la Patrie qui voulaient renverser les institutions avec comme moyen de propagande ces mêmes radios et télévisions..

    Je suis en colère contre vous qui ne condamnez pas le jet des grenades sur des populations inncocentes, leurs auteurs et ceux qui les commanditent – que vous connaissez car ne s’en cachent pas- .

    La liste de  » je suis en colère … » est longue.

    • Komezamahoro

      Mr Ayuhu, de par vos écrits on peut présumer que vous êtes un grand intellectuel, un homme qui a « lu ». Un esprit naïf comme le mien a tendance à croire que durant le processus d’érudition, l’intellectuel acquiert petit à petit une capacité de discernement qui le pousse à reconnaitre, même de loin, une vérité. Mais, de là réside mon erreur, quand on en vient aux intérêts purement égoïstes tout le monde devient sophiste; on n’accepte de vérité que celle qui nous arrange. Nous connaissons tous la vérité malgré tout, mais selon ce qu’elle risque de nous apporter on choisit d’être myope, aveugle, sourd, muet, ou les trois en même temps. Ou on choisit d’agir comme un simple d’esprit, malgré la connaissance que nous détenons.

      Je vais pas remettre sur le tapis toutes les « fausses vérités » qui font que vous êtes en colère contre Mr Karayenga, et en débattre avec vous, puisque contrairement à ce dernier, je sais qu’il y a de ces débats dont le choc ne fait qu’étendre encore plus les ténèbres. Je voudrais juste rappeler aux gens qui vous lisent et qui se complaisent dans vos écrits, et dans ceux d’autres « intellectuels » sophistes comme vous, que la vérité est unique et universelle. Vos intérêts (ceux de vos « fans » dont je parle ici) ne devraient pas prendre l’ascendant sur votre morale, votre éthique, votre conscience et surtout votre connaissance.

      Quant à vous Mr Ayuhu, si vous ne parvenez pas à comprendre que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme », beinh ça ne me fait pas grand chose puisque je suis sur que votre prise de position découle d’un choix personnel murement réfléchi, et je n’oublie pas que l’expansion nazie n’aurait pas été celle que le monde a connu si elle ne s’était pas appuyée sur les écrits d’un certain Carl Schmitt, ou encore d’un Heidegger.

      • Ronnie

        Bien dit ! D<accord avec vous 100%

  9. hotora

    Mr Karayenga;
    Merci de votre analyse qui reflète un humanisme et une responsabilité avérés. Courage Mr. Avec des intellectuels de votre nature, le pays pourra bien sortir de la crise et sera encore une fois de lait et de miel. Que Filip ne continue pas à narguer les victimes.

  10. Minani Idris

    A Mr Karayenga,vous dites a Mr F.Reyntjens: »Enfin, j’ai le sentiment, en lisant certaines de vos prises de positions antérieures sur le Burundi et en écoutant récemment votre intervention sur RFI, que vous avez un compte à régler avec le Rwanda et en particulier avec le régime de Paul Kagame.

    Je vous supplie de ne pas mêler le Burundi dans ce conflit personnel et ancien avec le Rwanda. Vous ne pouvez pas affirmer que la communauté internationale est complaisante avec Paul Kagame et exigeante avec Pierre Nkurunziza. Paul Kagame est comptable devant son propre peuple. Pierre Nkurunziza est comptable devant son propre peuple. Nous les Burundais, nous savons que Pierre Nkurunziza a trahi son serment. Il avait juré sur la constitution, issue de l’accord d’Arusha, qui limite impérativement le nombre des mandats présidentiels à deux. » Feu president Bagaza avait dit sur les ondes de la RPA que les problemes(les crises de la sous-regions:CPGL se presentent comme un vase communicant! Le Burundi et le Rwanda nous sommes des frere jumaux.Sur ce point Mr Karayarenga,comme moi burundais,qui connait bien les burundais,votre opinion montre que vous etes un arbitre pencheant.C’est comme Hollandais president de la France qui a condanne presque tous les presidents africains qui modifiaient leurs constitutions pour se terniser au pouvoir,mais arrivant sur Denis Sasou Ngweso du Congo-Braza, Holland a change son message en disant que Denis Sasou Ngwesso a droit de consulter son peuple! Pour terminer Mr Karayenga,permettez moi de vous poser une question ou deux:si vous auriez ete president apres le president Micombero,auriez-vous plaider a l’ONU pour un genocide hutu ou contre?Ou auriez -vous soutenir Mme Rose Ndayahoze Martin Karambizi yahekuwe 1972 agahura n’akaga muri ONU kubera atararonka Leta nimwe y’i Burundi imushigikira.(Cfr imvyo n’imvano bbc yakoreshe Ndayahoz Rose Karambizi).Si vous etes un vrais burundais(umugabo nya mugabo=cfr Chanco Hamisi) ou africains honnete et integre,il fallait meme condannes les Kagame du Rwanda,Yoweri Museveni de l’OUganda,Denis Sassou du Cong-Braza,Kabila de la RDC,…puisque tous jouent ou ont joue le meme scenario que Mr Nkurunziza Pierre du Burundi.La solution pour moi,Mr F.Reyntjens,il nous faut une nouvelle colonisation moderne conventionelle,pour nous incluquer les valeurs humaines,nous apprendre a devenir des personnes honnetes et integres.J’ai dis une colonisation moderne conventionelle puisque tous ce que nos dirgeants burundais et africains appliquent,ils appliquent tout court ce que la colonisation ancienne les a legue!La colonisation ancienne pillait nos richesses,torturait,tuait de gens,tabasses les gens,mentais….Nos dirigeants imitent,ils font la meme chose apres le depart des colons!Or la colonisation moderne conventionelle,peut se pencher pour le respect de droit de l’homme,nous incluquer a respecter la constitution ou institution forte et surtout respecter sa parole.Donner la valeur hummaine internationale!Pour me comprendre Mr F.Rey,j’ai lu que c’est toi qui a redige la constitution sous president Havyarimana au Rwanda,si je ne me trompe pas.Auriez-vous fait les memes textes si par exemple on vous proposerait pour le moment actuel?Je pense que vous auriez mentionne le nombre de mandat ,le droit de l’homme,etre honnete et integre,…..pour la constitution actuelle alors que la canstitution ancienne du sous president Havyarimana que vous aviez redigee,je doute for que les valeurs de la democratie moderne n’etait dedans!C’est pour la meme chose pour une colonisation moderne et pour la colonisaton ancienne.C’est a dire:Apres la colonisation moderne conventionelle,les dirigeant burundais et africains successeurs imiteront ce que la colonisation moderne conventionelle les aura leguer.

    • Stan Siyomana

      @Minani Idris
      1. J’aimerais bien savoir quel pays etranger, quelle puissance mondiale vous proposez pour venir au Burundi et y faire cette COLONISATION MODERNE ET CONVENTIONNELLE (qui va etre tellement differente de l’ancienne qu’on nous disait pourtant etre « colonisation civilisatrice »).
      2. Le Botswana en Afrique australe n’a pas du tout cherche a rebrousser le chemin de l’histoire/ Gusubira inyuma nk’ibirenge et a etre recolonise apres son independance acquise le 30 septembre 1966 et pourtant une delegation de quatre senateurs francais qui avait visite le pays du 12 au 18 avril 1999 etait tres impressionnee par le modele de la democratie du Botswana.
      (Voir Jacques Pelletier et al.: Le Botswana: un modele pour l’Afrique? Rapport de groupe interparlementaire d’amitie d’amitie no 26 (1998-1999) -1 er juillet 1999, http://www.senat.fr).
      3. Tout simplement les dirigeants burundais et le citoyen burundais lambda doivent tous prendre conscience avant qu’il ne soit trop tard/KUVA IBUZIMU BAKAJA IBUNTU, leur survie dans ce monde des changements climatiques et de competition regionale et globale en depend.

      • RUGAMBA RUTAGANZWA

        @Stan Siyomana,
        Merci Mr. Siyomana. J’ajouterais simplement que ce n’est pas pour rien que le Burundi est le pays le plus pauvre du monde selon les statistiques du FMI de 2015. http://www.journaldunet.com/economie/magazine/1164746-pays-pauvres/. Il est dirigé par des amateurs en politique, des gens sans vision avec des choix politiques peu ambitieux : clientélisme dans le recrutement des cadres de l’Etat mettant devant l’appartenance au parti politique au pouvoir et laissant de côté complètement les expériences et expertises des gens. Or la plus grande richesse d’un pays c’est sa matière grise peu importe son appartenance politique ou ethnique… ! Je ne parle pas de la corruption érigée en mode de gouvernance. Je vous épargne la mal gouvernance politique sans précédent peut-être, dans le pays de Mwezi GISABO. Tout cela explique les performances économiques déshonorantes de notre pays sous la roulette du CNDD-FDD

        • Stan Siyomana

          @Rugamba Rutaganzwa
          Merci de votre soutien.
          C’est quand meme malheureux que les burundais doivent encore une fois courir a Arusha croyant que leur salut est entre les mains de l’ancien president tanzanien Benjamin Mkapa et du president ougandais Yoweri Kaguta Museveni.
          Et pourtant le Burundi a toujours ses BASHINGANTAHE (qui dans le temps avait pu rendu un jugement contre le Mwami Mwambutsa IV lui-meme) et de nombreux EXPERTS EN RESOLUTION DES CONFLITS (diplomes ou enseignants dans les universites burundaises).
          Effectivement, les experiences et les competences des filles et fils du Burundi ne sont pas prises en consideration.

  11. Giriteka-Burundi

    La colère est humaine, mais pour tous ceux et celles qui arguementent que les deux côtés -Opposition et gouvernement-ont commis des crimes, c’est tout à fait normal. Mais une chose fondamentale est à savoir, ce sang qui a coulé en 2015 est du sang de trop pour un Burundi qui se remettait des crises du passé. Sans le maudit troisième Mandat, cela ne serait pas arrivé. Ce maudit troisième Mandat a un nom et un visage: C’est Pierre Nkurunziza! Il devait porter la responsabilité de toute cette misère, n’en déplaise ses défenseurs!

    • Ali Rugira

      N »oubliez pas cher M. que du sang a aussi coulé après les élections de 2010. S’agissait-il du 3e mandat?

  12. Leopold Hakizimana

    Avant de lire le prochain article sur Arusha II, je me suis dit, je vais voir comment Karayenga va redire des choses. Merci à Karayenga d’avoir eu le courage de t’excuser. Tu as monté dans mon estime. J’aimerai un jour avant de mourir entendre ceux qui ont comme des crimes politiques haineux s’excuser et demander pardon au peuple Tu t’es fais lyncher en public comme Philip aussi, mais rien n’enlève que vous êtes, tout les deux, des leaders d’opinion formidable, l’un est un journaliste, l’autre est un Professeur. Vos propos ont suscité un débat houleux qu’il faudra refaire dans la CVR, si nous voulons guérir de nos colères
    Je crois, monsieur Karayenga, s’il faut acheminer vers le consensus et la paix durable, il ne faut plus isoler la crise actuelle aux précédentes. Ces dernières ont aussi fait des victimes innocentes et des réfugiés, la douleur est encore atroce. Il ne faut plus mettre tous les problèmes burundais, hérités de la colonisation, exacerbés par les pouvoirs Hima sur le dos du seul Nkurunziza et sa clique. Le pouvoir de Nkurunziza est un élément dans l’ensemble. Je reconnais cependant certaines erreurs du Pouvoir FDD-CNDD, mais quand on a acquis un œuf pourri, c’est impossible d’en faire une bonne omelette. En focalisant sur le 3ème mandat, légale ou pas, votre stratégie négative finit par nous apeuré et la hantise du génocide hutu en 1972 revient au gallon. Votre campagne donne l’impression d’un bucheron que veut couper les branches, incapable de monter l’arbre, décide et cherche les moyens de couper l’arbre pour accéder aux branches. Même si nous reconnaissons l’apprentissage difficile du maquis aux affaires de l’État, Nkurunziza est notre arbre malgré ses maladies. Nous avons l’impression qu’il n’y a pas d’alternative : les autres arbres sont déjà pourri ou en infection très avancée.

  13. Fofo

    Le Burundi est victime des solidarités négatives de deux côtés! Dans votre langage vous ne faites qu’accuser le camp de Nkurunziza mais vous oubliez que les crimes ont été commises de deux côtés! Ce qui est étonnant au Burundi, quand un criminel est de ton camp tu l’amnisties mais quand il s’agit de l’autre camp tu cries pour la justice! Quand on tue dans l’autre quand on est content, on dirait un acte de bravoure! Que Dieu nous pardonne! Un criminel est un criminel! Un criminel d’aujourd’hui et celui d’hier sont tous des criminels!

    Cher Karayenga, mwana wa mama, les burundais n’ont pas besoin de cette justice dont tu parles car il y a peu de justes au Burundi! Difficile encore de croire qu’on punira le criminel d’aujourd’hui en fermant les yeux pour celui d’hier! Ce qu’on a besoin c’est la tolérance et réconciliation!

  14. mutama

    Je salue quand même l’humilité de notre ainé Karayenga si non une analyse aussi maldroite qui sort d’un soi-disant professeur, ne mérite aucune autre qualification. Pour moi, la faut n’est à ce soi-disant professeur mais à l’université qui lui a octroyé un titre qu’il ne mérite pas. Il me semble qu’il se fait sympa pour avoir un emploi de consultance Chez Nkurunziza et il en aura.
    Ne soyez étonnés si jamais on le voit côte à côte avec Nyamitwe entrain d’expliquer que ce mellier de gens tués et d’autres enlevés se sont suicidés.

    • Arsène

      Monsieur Mutama,
      Il vous faudrait accorder un minimum de respect pour Filip Reytjens. Il n’est pas un soi-disant professeur mais bel et bien professeur. On arrive pas à ce grade par complaisance.

    • Ali Rugira

      Vous avez un problème M. Mutama. SVP critiquez les idées du professeur et non sa personne. Si vous croyez que vous êtes mieux que lui, allez-y vous qualifier et enseigner à sa place.

  15. Salmia Irikungoma

    La meilleure proposition est que le gouvernement Nkurunziza cesse de massacrer la population Burundaise. Il peut voler tout dans le pays, il peut ne realiser aucun developpement du pays , MAIS laisser en paix le peuple Burundais. Quand a la pauvrete, le Burundi dans la paix, les burundais peuvent s’en sortir et survivre. On ne demande que la paix. Autrement, 10 ans de regne, Nkurunziza a bien montre ce qu’il sait et peut faire. Asssez !!!!

  16. Jonh N

    Karayenga tu es un journaliste chevronne, doue et tres respectable. Tes competences, ta maniere particuliere de comprendre et d’analyser les choses sont indiscutables. Tes articles font bousculer tes amis qui savent qui tu es sur les sites pour te lire et forcent meme l’admiration de ceux qui n’aiment pas la verite et qui tombent sur ce qui ne veulent pas entendre. Comme tout Mushingantahe tu t’excuse pour un petit mot qui n’a pas plu. On est conscient que les intellectuels- bashingantahes comme toi, n’ont plus d’espace et de repect dans les milieux des fans du 3eme mandat illegal, mais ne te laisse pas intimider, ta contribution nous est tellement importante. Nous sommes nombreux a avoir la soif de te lire. Que Dieu de benisse.

  17. Liliane

    Cher M. Karayenga,
    Je suis sincèrement touché par votre leçon de modestie dont devraient s’inspirer nos minables dirigeants. Il n’ y avait pas de quoi vous excuser. Je ne vois pas vraiment comment on pourrait qualifier autrement cette malheureuse proposition.

    • Sherif

      L´exit du président Nkurunziza est en 2020, selon l´article 96

    • Roxane

      Malheureusement, Mr Karayenga avait oublié que nous ne sommes plus au temps des sans echecs et sans defaites c´est pour cela qu´il a piqué une crise de colère.

  18. Kiduga

    J’apprécie tellement la bravoure de Monsieur KARAYENGA.Imaginons un jour l’autoproclamé président Nkuru réalisera qu’il n’a fait que massacrer les enfants du pays, verser le sang, en un mot découvrir qu’il n’était qu’un monstre, il aura le courage de demander pardon?

  19. Bizowabizo Bizos

    Moi je pense que Iwacu que nous aimons ne va plus mettre dans son journal les amalyses de ce karayenga qui insultent les gens comme les petits gardiens des vaches.
    Il n’est pas sérieux ce vieux monsieur.

    • duciryaninukuri

      Ce n’est pas des excuse mais une justification de ses insultes en ôtant seulement du texte délirant (colère) le seul mot pointé du doigt par M Antoine KABURAHE.
      C’est donc seulement une demande de pardon vos à vis de Antoine et pas des excuses!
      Il campe sur ses propos. Dommage!

  20. Bantu

    « J’exprime de la colère contre les assassinats… »

    C’est peut-être là le noeud du problème. Quand on est en colère, on l’est contre la personne, l’animal, l’objet ou tout entité qui a provoqué l’événement qui nous a mis en colère. Alors :

    – Au lieu d’être en colère contre les meurtres, soyez en colère contre les meurtriers eux-mêmes, mais pas contre tous les services de l’ordre. Tout le monde peut s’accorder pour dire que tous les policiers et tous les militaires n’ont pas commis des meurtres ;

    – Au lieu d’être en colère contre le cynisme de la justice burundaise au complet, soyez seulement en colère contre les seuls magistrats qui ont été « cyniques » en rendant la justice. À moins que ce soit tous ;

    – Au lieu d’être en colère contre les viols, soyez en colère contre les violeurs, ceux qui ne les ont pas empêchés de les commettre, et ceux qui ne veulent pas enquêter pour les identifier, les arrêter et les juger ;

    – Au lieu d’être en « colère contre les assassinats des membres du CNDD-FDD et des Imbonerakure » (je doute de votre sincérité ici), soyez en colère contre leurs assassins eux-mêmes;

    – etc, etc. Je crois que vous pouvez vous-même déduire d’où je veux (et vais) en venir.

    Si par exemple quelqu’un tue un membre de votre famille, allez-vous être en colère contre sa mort ou contre celui qui l’a tué?

    Vous ne pouvez pas dire que vous êtes en colère contre une solution. Tout au plus, vous pouvez juste être « opposé » à la solution. Et votre colère, dans votre texte, était sûrement dirigée contre la personne qui l’a proposée, pour avoir osé.

    De plus, votre excuse sur l’utilisation du mot « débile » aurait dû uniquement être adressé aux lecteurs du Journal Iwacu, son personnel et au public en général.

    Quant à M. Filip Reytjens, ce sont des excuses pour manque de respect qu’il aurait dû recevoir, pour que tout cela soit sincère.

    Mais il faut reconnaître l’effort, peut-être ferez-vous mieux la prochaine fois que vous vous y reprendrez, sans colère cette fois-là!

    Sinon, vaut mieux savoir à l’avance que les émotions ne sont et ne seront jamais de bons guides.

    Je ne m’excuse pas!

  21. Claude NAHAYO

    M.Karayenga,
    SVP Veuillez aider notre pays en publiant sur IWACU ou ailleurs vos propositions, qui doivent être réalistes et pragmatiques, pour sortie rapide de la crise actuelle. SVP mettez ensuite vos propositions a la disposition de TOUTES les Délégations qui vont a ARUSHA (Gouvernementale, Opposition, Societe civile, etc.) car ils peuvent incorporer certaines des propositions dans leurs MEMORANDUM. En effet, chaque délégation devra remettre un MEMORANDUM au Médiateur MZEE MKAPA avant le 15 Juin 2016.
    Pour ma part, ma proposition est d’inclure et de trouver CONSENSUS dans TOUS les MEMORANDA des diverses délégations que: « UNE FORCE POLICIERE DE PROTECTION » soit accordée, surtout pour la protection des vulnérables acteurs en exil, comme MZEE MBONIMPA: cette Force Policière de l’ONU/UA pour la protection de MBONIMPA qui a tant souffert, ce serait bien pour tous ces personnes en exil, notamment ITEKA et OLUCOME,et même KABURAHE qui est en exil, et pour assurer la stabilité en général qui suivra: Installation de la Justice INDEPENDANTE + Bonnes ELECTIONS. Merci.

  22. Salmia Irikungoma

    Les mots tuent et la verite blesse. Couvrir et prendre part pour l’impunite, c’est etre complice du mal. Karayenga n’a pas a s’excuser, si Filip ose parler de la sorte, a cote des massacres, tortures, exiles, emprisonnements arbitraires des Burundi, c’ est qu’il est vraiment l’ami intime de Pierre Nkurunziza en pensees et par action. personne n’est etonne, Il est toujours present quand il s’agit des actes divisionnistes et maudits dans les pays d’ Afrique.

  23. Unite

    « La nuit porte conseil » dit-on. N’abandi muzobasaba imbabazi.

  24. kibwa jean

    Monsieur Karayenga qu’est-ce qui vous prend en vous excusant de la sorte? Le complexe du colonisé? Je ne vous suis pas.
    Filip Reytjens est viscéralement anti-tutsi, il a batti la constitution du Rwanda pour son ami Havyarimana. Il ne s’est pas remis de sa disparition tragique. Il a nié le génocide jusqu’à déclarer qu’il y avait pas 800.000 tutsi au Rwanda de son ami.
    Pourquoi des courbettes devant lui pour diluer son propos haineux? Non Non il faut te ressaisir et assumer. Il te fera rien. A la retraite on est moins nocif, sauf si vous avez appartenu aux services de sécurité et que l’on se convertisse en mercenaire au service des potentats africains en mal de gardes rapprochés.
    Kibwa

    • John

      Cher Athanase, pourquoi dois tu t’excuser devant Reyjtens? C’est plutot lui qui doit s’excuser pour son imposture.L’imposture de croire qu’il connait mieux le Burundi que les burundais eux memes, l’imposture de se meler de ce qui ne le regarde pas(j’aimerais bien voir sa reaction si un burundais se melait de la question flamands wallons en Beigique, tout en etant sur qu’il n’accepterait pas une quelconque interference). Je pense que tout un chacun devrait etre modeste et jamais pretendre qu’il connait mieux le probleme que les concernes, qu’il a des solutions, surtout quand personne ne lui a demande son avis. Le probleme que nous avons, que ce soit au Burundi ou ailleurs en Afrique, ce sont de ces occidentaux comme Philip Reitjens qui se font « Experts », se mettent au devant de la scene, meprisent les africains pretendant qu’ils connaissent mieux leurs problemes,cherchent a nous infantiliser. Au lieu de t’excuser, tu devrais dire  » NDANSE » ou s’il ne comprend pas le Kirundi(alors qu’il se dit specialiste de ce pays), tu irai chercher dans un dictionnaire ce mot en flamamd et le lui lancer sur la figure, comme un cornet de frites au kechup. Nous refusons les idees de Reytjens, nous refusons sa pretendue connissance de notre region. qu’il s’occupe des frites belges, qui ne manquent jamais de bruler,,,et son centre restera fonctionnel.

  25. Niyonsaba Caroline

    Mr Karegeya heureusement que les mots ne tuent pas !!!!!!

    • José

      Imaginez vous un type comme karayenga à la tête d´un pays qui écrit sous l´effet d´une collère pareille? C´est un type qui est dangereux pour son peuple, même s´il a présenter ses excuses.

      • Nyamyoma

        Karayenga a quelle âge? Et si tous ceux sont en colère depuis 65, 72, 93, 015 la déverse sur le Burundi, qu’en restera-t-il? N’est-il pas le moment de penser à la génération future au lieu de vous enfermer dans cette colère viscérale? les prêtres, les pasteurs, les imams, les marabouts, … vous avez de la matière pour moraliser les intellectuels burundais. Turasavye abaserdote benshi beranda pour exorciser les démons de colère, de haine, d’égoïsme, de…, pour purifier toutes nos universités qui forment des « intellectuels à la burundaise »
        Sérieusement, on devrait repenser  » l’école  » au Burundi. C’est qui cet intellectuel français qui a dit que  » science sans conscience n’est que ruine de l’âme » ?

        • mike

          La generation future n’existera pas car Nkurunziza est en train de la massacrer. Ce sont ces tutsis qui se font massacrer a longuer de journee, ce sont ces jeunes qui ont ete embrigades et agissent au nom de leur patron. Vous croyez qu’ils seront utiles a la nation? Nkurunziza yaratovye isoko.

        • duciryaninukuri

          Sa Colère me rappelle « agashavu »
          Qui a dit ça?
          Quelle indignations et attaques ces excuses ont-elles suscitée?
          Karayenga koko!
          Pardon!

Publicité