Économie

Gitega : Quartiers populaires, les mal-aimés de la ville

Rues et avenues de Nyamugari, Magarama et Yoba, les plus anciens et plus peuplés des quartiers de la ville de Gitega sont parfois inaccessibles par les automobilistes ou se terminent en cul de sac.

Avenue Karonga dans le quartier Yoba, l’une des routes  de ces vieux quartiers.
Avenue Karonga dans le quartier Yoba, l’une des routes de ces vieux quartiers.

La ville s’agrandit, de nouveaux quartiers sont créés, de belles maisons poussent comme des champignons. Ces quartiers sont cadastrés, planifiés, dotés des commodités urbaines. Pourtant, à Nyamugari, Magarama, Yoba, Gahera, les canalisations sont inexistantes. Les gens continuent à construire anarchiquement. Une habitante de Magarama, qui peine à traverser une ruelle qui mène chez elle, indique qu’elle ne sort plus de chez lui le soir de peur qu’elle tombe dans de nombreux trous.

Dans ces quartiers, vieux, jeunes, moins jeunes tous sont exposés à divers accidents et aux maladies. De plus, si les ménages disposent des toilettes à l’intérieur des parcelles, les tuyaux d’évacuation des eaux usées sont carrément orientés dans la rue. Or, c’est dans ces rues que la majorité des jeunes filles et garçons font leurs jeux.

« Il est difficile de laisser jouer les enfants dans la rue comme à notre époque. Ici ce sont des immondices, là ce sont de véritables gouffres béants », se plaint Zawadi du quartier Nyamugari à la 5ème avenue.

Selon la population de ces quartiers, cette situation entraîne l’apparition des catastrophes naturelles comme les inondations, les érosions qui résultent des constructions et occupations désordonnées. Pire, l’occupation de la berge de la rivière est faite au mépris des règles de l’urbanisme.

« Ma maison a été détruite par les eaux de pluie suite à un manque de canalisation de nos rues », raconte Sébastien du quartier Yoba.

Du pavage pour résoudre les problèmes

Pour Jean Ngenda, chef de quartier Magarama, la situation est déplorable. « Certes, nous avons des problèmes que la population du quartier ne peut pas résoudre sans l’intervention du gouvernement, mais nous leur indiquons chaque jour que la salubrité est une affaire de tous », a-t-il souligné.

Quant à Majaliwa Ndayisaba, chef de quartier Nyamugari, il y a le désengagement de la population en matière de l’hygiène. Selon lui, c’est une façon d’exposer la population à des risques d’accidents ou de maladies hydriques causées par les eaux stagnantes. D’après ce chef de quartier, le salut viendra du pavage de ces vieux quartiers de la ville de Gitega.

Avant de déclarer : « Nous avons des promesses sûres de la part des autorités communales que les travaux vont débuter avec le mois d’octobre.»

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Vénant

    J’aime mon Pays Burundi bwa Nyaburunga , je prie pour la paix de Dieu régne sur mon Pays U Burundi Oh Seigneur JésusChrist gardez mon peuple mu Biganza vyawe

  2. Pablo

    La deuxième ville du Burundi et futur capitale politique du Burundi! Haha

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

L’autre…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur L’autre…

La loi de proximité.  » Un des principes sacro-saints du journalisme. Contre toute attente, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe se retirent le 12 novembre de l’Accord de Genève  qu’ils avaient signé la veille pour désigner un candidat unique de l’opposition (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

324 utilisateurs en ligne