Société

Gitega : faute d’espace pourquoi pas l’enterrement à domicile ?

Valentin Nahimana, l'administrateur de Gitega ©Iwacu
Valentin Nahimana, l’administrateur de Gitega : “La question des cimetières dans ma commune est très complexe” ©Iwacu

L’administrateur communal, Valentin Nahimana, indique que dans les jours à venir les personnes qui le désirent seront obligées de cotiser pour s’acheter une concession en vue d’inhumer les leurs : « La loi permet à des personnes de se regrouper pour s’acheter un terrain dans cette optique. » Et d’ajouter : «Il n’est pas interdit d’inhumer un membre de la famille dans sa propriété. Il suffit de demander une autorisation auprès du ministère de l’Intérieur. On reçoit une réponse dans moins de 24 h. »
Et de déclarer : « Actuellement, la commune n’est plus capable de trouver une solution à elle seule. »

Selon une étude de l’Institut géographique du Burundi (IGEBU), financée par le programme Gutwara Neza de l’Union Européenne, les terres domaniales dans la commune de Gitega  sont estimées à 2008,4735 ha. Cette superficie se réduit sensiblement comme peau de chagrin suite à l’accroissement de la population et la création de nouveaux quartiers. Actuellement, la commune de Gitega dispose de deux cimetières, à Rubabi et à Bwoga rural.

De moins en moins des cortèges funèbres

Les deux cimetières existants, presque saturés, sont en outre très loin de la ville. Cet éloignement n’est pas sans conséquences pour la population. La longue distance à parcourir n’incite plus les voisins qui ne disposent pas de moyens de déplacement à se joindre aux cortèges funèbres. Ils demandent à l’administration et à l’urbanisme de songer aux cimetières avant de créer de nouveaux quartiers. « Les pauvres sont plus touchés que aux autres. Ceux qui ont de l’argent peuvent trouver une place à Mushasha (cimetière de l’Eglise catholique). Mais nous les pauvres, nous devons parcourir ces kilomètres à pied », déplore une famille qui n’a pas trouvé personne pour l’accompagner à l’enterrement de son fils.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. kirinda

    hahaha..Basha ni mu ndeke ntwenge…Mbega uwo si wa musitanteri avugwa muri crime yatwaye ubuzima Bukuri du MSD i Gitega? Dans l’affaire de Rwembe et consort??? Ubu rero il vient ns donner des leçons de moral sur quoi? Les cimetières? C’est ridicule!!

  2. Didicov

    Il faut créer des crématoriums. C’est plus économique, même si c’est polluant.

  3. Paul KIRABAGA

    Umukene ni nyagu……..(KIRA)

  4. Ntsimbiyabandi

    Ce n’est pas seulement un problème de Gitega mais un problème national. Un débat large devrait être organisé pour trouver des solutions. Pourquoi ne pas penser par exemple à la crémation (incinération)? J’ai trouvé par exemple que le Code de droit canonique en fait une possibilité et en réprouve dans des cas précis. Dans ce cas l’Église catholique (Burundi) devrait prendre les devants pour que certaines gens n’aient pas de prétexte (culture, religion…)

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

COMESA, l’imbroglio

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur COMESA, l’imbroglio

Difficile de comprendre la communication qui se fait entre Bujumbura et le secrétariat général du Comesa, Marché commun de l’Afrique orientale et australe. Pendant plus d’une année, Bujumbura se prépare à accueillir le Sommet des Chefs d’Etat de la Communauté. (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

406 utilisateurs en ligne