Société

Gitega/Mutaho : Ecole de l’Espoir de Nyangungu, un modèle dans l’inclusion scolaire

20/02/2019 Hervé Mugisha Commentaires fermés sur Gitega/Mutaho : Ecole de l’Espoir de Nyangungu, un modèle dans l’inclusion scolaire
Gitega/Mutaho : Ecole de l’Espoir de Nyangungu, un modèle dans l’inclusion scolaire
Grâce aux cantines, le taux d’abandons scolaires a été réduit à zéro

Fondée en 2001 pour venir à bout de la discrimination sociale dont les Twa sont objet, cette école est désormais un exemple dans leur intégration scolaire. Grâce à un système de cantine bien «particulier », leur taux d’abandon scolaire est nul.

Aires de jeu bien spacieuses, salles de classes et sanitaires toutes  aérées et propres … A première vue, l’on se croirait dans les enceintes  de ces lycées huppés de Bujumbura. Tellement tout est bien ordonné. Les élèves dans leurs uniformes jaunes-verts n’ont rien de ces enfants, dont les parents doivent se démener pour avoir de quoi mettre sous la dent. Dans cette matinée du lundi 11 février, malgré un froid de canard, aucun élève ne s’est absenté. Même les petits de la gardienne ont bravé le froid.

«Pour une école essentiellement fréquentée par les élèves d’ethnie Twa, c’est un scénario difficile à imaginer, il y a quelques années », se félicite  Béatrice Munezero, coordonnatrice générale de l’école.

Avec un effectif total de 515 élèves, dont 266 élèves Twa, cette école se trouvant dans la commune Mutaho, colline Nyangungu  (au bord de la Ruvubu sur la frontière entre les provinces Gitega et Ngozi), est une référence  dans l’inclusion scolaire des enfants Twa.

Pourtant, à sa fondation  en 2001, c’est un challenge que bon de ses responsables  ne pensaient pas relever. «  L’idée, avant tout, c’était qu’ils ne  se sentent plus discriminés. Désormais,  à l’instar de leurs voisins Tutsi et Hutu, ils comprennent le bien-fondé de l’école ». Pour les intéresser, raconte-t-elle, nous leur avons donné au début des gages. Entre autres, acheter des parcelles pour eux, leur monter de petits projets générateurs de revenus. « Des revendications fondées parce qu’il fallait qu’ils vivent des métiers autres que la poterie ». Un pari que mènera à bien l’Union chrétienne pour le développement des déshérités(UCDD). Le contrat rempli, il ne restait que s’atteler à  la scolarisation de leurs enfants.

Objectif: la réussite pour tous

« Qu’ils furent difficiles leurs premiers pas à l’école », se remémore-t-elle. Confrontés sans cesse à une recrudescence du taux d’abandon scolaire, les enseignants  ne savaient plus à quel  saint se vouer. « Mais à force d’être constamment à leur écoute, ils nous ont  révèlent   que c’est à cause de la faim qu’ils abandonnent l’école ». De là naîtra l’idée de les nourrir à l’école.  L’UCDD, appuyée par le comité canadien des mennonites, mettra en place les cantines scolaires. Une  politique qui ne  tarde pas à produire  les effets escomptés.

Béatrice Munezero : « L’idée, avant tout, c’était qu’ils ne se sentent plus discriminés »

Depuis deux ans, tous les jours, à 10h, les élèves reçoivent  du pain, de la bouillie et de la viande de poulet. Une collation qui s’est avérée utile. « Depuis, le taux d’abandon scolaire a chuté à zéro et l’absentéisme n’est plus d’actualité », témoigne Léa, une enseignante.

Toutefois, une situation inimaginable, il y a deux ans. Elle fait savoir que le taux d’abandon scolaire, au cours de l’année scolaire 2015/16, oscillait entre  10-11%, tandis que celui de l’absentéisme était de 10%. Et de révéler : « Grâce à l’encadrement des agents communautaires, les filles sont très soucieuses de leur hygiène corporelle et  les grossesses  précoces ont considérablement  diminué.» Une initiative saluée par les  parents. En témoigne, Salvator Bicokwe. D’ethnie Twa, ce père de 5 enfants, dont une fille en classe terminale, rêve grand. « En plus de 50 ans, notre famille comptera enfin une diplômée des humanités générales ».D’une autre côté, estime  Gérard Bitariho, outre que  cette école ait permis l’inclusion sociale des Batwa, sa proximité avec le village, a permis aux enfants des autres ethnies de retrouver le chemin de l’école. « Dorénavant, ils n’ont pas à parcourir de longues distances ».

Des lendemains qui chantent, pour autant?

Cette année,  les lauréats des humanités générales et les  parents  n’ont  qu’un vœu : avoir dans la localité une université ou un institut technique. Selon l’UCDD, cela permettrait  aux  enfants de poursuivre leur cursus académique, toutefois, une initiative  qui demande un autre  investissement.

Hormis la construction de nouveaux bâtiments, Innocent  Mahwikizi,  coordonnateur national de l’UCDD, indique qu’il faudrait trouver un autre bailleur pour payer les salaires des professeurs.

L’adduction en eau potable et l’électrification de la localité de Nyangungu sont les autres doléances des responsables de l’école. Une urgence, estime M. Mahwikizi car, dans la plupart des cas, les élèves sont privés des séances d’initiation à l’informatique. De surcroît, ils sont exposés aux maladies des mains sales.

« Des questions qui, d’ici peu de jours, auront une réponse afférente », tranquillise  Denis Niyomushobozi, administrateur de la commune Mutaho. Concernant  l’adduction d’eau, il indique qu’une pompe est déjà installée. Seul reste le raccordement de tuyaux. « Quant à l’électricité, une fois l’installation de pylônes terminée, l’école sera électrifiée ».

Alors que dans un proche avenir  la direction de l’école pense s’agrandir, sa responsable demande l’appui du gouvernement : « Ne fût-ce que  nous octroyer le  matériel didactique ». Bien qu’on soit une école privée, conclut-elle,  on œuvre pour un même idéal,  celui d’éduquer la jeunesse, le Burundi de demain.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

L’honneur du Burundi vaut plus que 12, 95 euros

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur L’honneur du Burundi vaut plus que 12, 95 euros

Quand nous étions petits, on nous enseignait à respecter les couleurs nationales. On nous répétait tous les jours que le drapeau est symbole de notre indépendance nationale. Quand le drapeau national montait sur son mât, on s’arrêtait. Les hommes enlevaient (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 665 users online