Sécurité

Gitega : La peur s’installe dans les quartiers Rango et Mushasha

Un groupe de jeunes en armes se serait installé dans le quartier Mushasha précisément au lieu dit « Cacaca ». Les habitants des quartiers Rango et Mushasha sont inquiets. La police indique dit qu’elle est au courant de ces rumeurs et la sécurité a été renforcée.

Vue panoramique du quartier Mushasha   ©Iwacu

Vue panoramique du quartier Mushasha ©Iwacu

Tout commence jeudi de la semaine passée. Certains veilleurs du quartier Mushasha affirment avoir assisté à l’arrivée, dans la nuit de mercredi 29 octobre 2014, d’un important groupe de jeunes.
La nouvelle se répand vite. Les habitants de cette partie de la ville de Gitega commencent à paniquer. « Il faut rentrer très tôt le jour du délestage », disent plusieurs citoyens. Chaque personne inconnue dans le quartier est suspecte.

Interrogés, les sentinelles de Mushasha signalent des mouvements inhabituels la nuit depuis la semaine passée. «Des gens circulent à moto ou à pieds pendant des heures avancées. On dirait des bruits de bottes militaires. On ne sait pas ce qu’ils cherchent.»

«Ces rumeurs sont infondées. La sécurité est effective dans mon quartier», rétorque Marie Rose Nzeyimana, chef de quartier Mushasha. Elle assure qu’elle a commencé à entendre ces rumeurs ce lundi dernier. «Personne n’est encore venu me signaler cela.»

Du côté du quartier Rango, le chef de quartier Edouard Ndayishimiye fait savoir qu’il est au courant de ces rumeurs depuis la semaine passée. «Nous avons alors décidé d’organiser une réunion de sécurité ce dimanche.» Edouard Ndayishimiye demande aux habitants de ce quartier d’être vigilants et de signaler tout fait suspect. «Nous leur demandons d’installer des ampoules sur leurs clôtures afin d’éclairer les rues.»

Une présence signalée par certains habitants

Certaines personnes affirment avoir déjà rencontré des jeunes en civil et en armes. A.N témoigne : «C’était ce dimanche aux environs de 20 heures. J’étais avec un ami et nous venions de Mushasha. Arrivés tout près du monument de Monseigneur Ruhuna, nous avons rencontré deux hommes. Ils étaient en civil et un portait un képi blanc. Ils avaient tous les deux des kalachnikovs. J’ai eu la peur de ma vie.»

Un groupe de jeunes garçons du quartier Mushasha affirme être tombé, au terrain de l’Ecole primaire Mushasha I, sur six hommes dont un portait une arme. C’était ce même dimanche. Ils les ont intimé l’ordre de se coucher par terre. Ils auraient été sauvés par une sonnerie de téléphone(l’hymne du parti CNDD-FDD ) de l’un d’entre eux. Après, ces hommes les ont laissés partir.

La police indique qu’ elle est au courant de ce qu’elle considère comme des « rumeurs. » Toutefois, le commissaire provincial de la police à Gitega, Dominique Hakizimana, fait savoir qu’ils ont augmenté le nombre des agents de police dans ces deux quartiers.

  13   Vos commentaires
  1. ivyo bihuha vyose ahanini bifise imvo z’amatora yimirije.

  2. TERIMBERE

    Raba ico kirere ciza n’ibihakikije muzanyemwo imipanga mwanyakuvyara (abatari nka mwebwe).
    Nta n’isoni. Nizere ko iyo mipanga atariyo gutema abantu eka n’ivyo biti nyene. Murayimbisha aho muzotera amavoka n’ibindi biti vyinshi Muzoba mukoze.

  3. MUHANUZI

    Abavugabutumwa bavuze vyinshi, hari abirukanywe n’abapfuye….(Batavuga Nr.01 niwe barondera ngo bamubwire)
    Numva ngo hariho nuwavuze ibigiye kuza. Uraturinda ako kabi Mwene Data.

  4. Vuvuzela

    «Nous leur demandons d’installer des ampoules sur leurs clôtures afin d’éclairer les rues.» C’est comme dire: « debrouillez-vous » meme en matiere de securite..

    Esperons que ce soit une rumeur aussi.

  5. kimeneke

    AH le redéploiement vient de commencer barindiriye ifirimbi batangure akazi mugabo icobomenya nuko abarundi beshi hamwe namakungu tutazokwihanganira génocide yinzira karengane

  6. Jean

    « Ils auraient été sauvés par une sonnerie de téléphone(l’hymne du parti CNDD-FDD ) de l’un d’entre eux. Après, ces hommes les ont laissés partir. » Aho Mr le journaliste arahejeje guturira no guteranya bene Burundi. Uwuzoramba muri kino gihugu azobona pe!!

    • KINOFUNOFU

      Ils auraient ete , il n’ont pas ete……………………y a nuance.

    • Le journaliste n’a fait que rapporter les faits qui lui ont été raconté par ceux qui ont vécu l’incident. Urumva ko bagira bikoremunda iyo uwo muhungu ataba yari umu DD afise hymne ya DD muri telefone yiwe ntibari kuhava amarembe!

    • M. Jean les journalistes ne font k leur boulot d reporter, faut pas les blamer, et tte facon porquoi nier la verite ki est entrain d’eclater o grand jour?

  7. KITANAZI Mahuba

    Murabwira kizigenza ashireho ya mategeko ahana ibihuha ikibiriraho numva yabaye vyinshi.
    Big Brother is watching you

    • KABADUGARITSE

      Et on dirait que certains journalistes en font de l’amplification. Ils devraient enquêter et nous en dire plus au lieu de rapporter des dires sans preuves!

      • KITANAZI Mahuba

        Encore en reponse a mon comment. Faut savoir lire entre lignes,(causticite bienveillante)

      • ariko ninba ari #Kabadaguritse uhora iki aba journaliste??? ils font tous leur mieux pr ns infomer, ariko ivyo nivyo mwigira sha, aha hari uwutazi kuo hariko harategugwa genocide u bien klk chose du genre? ivyo bose bica amatwi bigira ngo rumeurs rumeurs, c la verite ki eclate et rien d’autre, Imana iradufasha gusa amaraso ntaseseke, nayo abo bantu bo bimipanga turazi katakindi kibazanye atari ikibi gusa. Imana izidufashe bakubtiwe imbere yubutungane!! K Dieu aide notre pauvre Burundi ki est dirige tt droit vers le gouffre

Publicité