http://www.iwacu-burundi.org/ue-afrique-un-avenir-commun-2/
Sécurité

Gatumba : les Imbonerakure accusés de maltraitances

11-10-2017

Les habitants de la colline Kinyinya I, zone Gatumba, commune Mutimbuzi de la province Bujumbura, dénoncent les tortures que les Imbonerakure leur infligent pendant leurs rondes nocturnes. Ils fustigent les autorités administratives qui ne lèvent pas le petit doigt.

Pont Rusizi à l’entrée de la zone de Gatumba

«Nous en avons ras-le-bol d’être traités comme des hommes sans droits. Il faut que les autorités se ressaisissent, sinon c’est l’anarchie assurée», s’indignent les habitants de la colline Kinyinya I de la zone Gatumba. Ils accusent les membres du comité mixte de sécurité sur cette colline de les malmener pendant leurs rondes nocturnes qui commencent à 19h30 jusqu’à une heure du matin. «Ce n’est même pas un comité mixte, il est composé uniquement d’Imbonerakure », souligne J.K., un habitant de Kinyinya I. «Lorsque nous les rencontrons, la nuit, ils nous tabassent, nous roulent dans la boue, nous ligotent ou nous trimballent jusqu’à la fin de la ronde», ajoute G.S., son voisin. «Tu dois payer de l’argent pour être relâché», renchérit S.B., un autre habitant.

Ces habitants pointent du doigt un certain Butoke, président du parti Cndd-Fdd sur la colline Kinyinya I, Innocent Harerimana alias Mvubu, Samson a.k.a Kiyoka et un autre connu sous le nom de Vétérinaire. «Ils font la pluie et le beau temps. Les administratifs à la base ne peuvent rien contre eux. Ils sont plus forts qu’eux », confient les habitants. Lorsqu’ils arrêtent des gens, poursuivent-ils, ils appellent directement le SNR ou la police et les véhicules accourent. « Les suspects sont embarqués manu militari. » Ils déplorent que ces Imbonerakure profèrent des mensonges sur les gens de l’opposition pour régler des comptes. «Cette zone est sensible à cause de la frontière avec la RDC. C’est dangereux pour les opposants politiques», témoigne un autre habitant.

«Cela n’existe plus»

Un autre grief des habitants est la contribution mensuelle exigée par l’administration. «Chaque ménage doit payer 300Fbu destinés à ces comités mixtes de sécurité», indique un habitant. «Si tu vends une parcelle de plus d’un million, la contribution est de 5000Fbu. Moins d’un million, c’est 4000Fbu», assure un autre. Ces habitants ne comprennent pas pourquoi ils doivent payer alors qu’il y a des forces de l’ordre chargées d’assurer la sécurité. «Pourquoi payer pour des gens qui nous tabassent et qui nous volent ?», s’insurge R.M., très remonté.

«Ces contributions sont perçues sur toutes les collines (rires). C’est pour leur acheter des crédits de recharge pour qu’ils puissent alerter en cas de problème», explique Hussein Ntahetwa, chef de la zone Gatumba. En ce qui concerne les accusations contre les Imbonerakure, il les balaie du revers de la main. « Cela n’existe plus. »

Il fait savoir que les membres des comités mixtes de sécurité, qui se sont comportés d’une manière inappropriée, ont été punis. Pour lui, ceux qui tiennent de tels propos ont une image désuète de Gatumba. Il exhorte ses administrés à porter plainte à la police lorsqu’ils sont victimes d’un mauvais traitement. Interrogé, le dénommé Butoke n’a pas voulu s’exprimer sur ces accusations.

  3   Vos commentaires
  1. Rugamba

    « Cela n’existe plus. » Donc il reconnait que ça a existé. A-t-on puni les responsables?

  2. MAJANJA

    «Ce n’est même pas un comité mixte, il est composé uniquement d’Imbonerakure » ! Milice du pouvoir ? Pas comme telle ni nka ba JRR kuri Micombero ?

    • Knz

      Fofo et compagnie ou etes vous Pour defendre vos interahamwes.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité