http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/DG-Advisor-USAID-9-o-20-DEC.pdf
Éducation

Gaston Hakiza, recteur de l’Université du Burundi : « C’est l’éducation qui manque aux étudiants en grève »

22-07-2013

Gaston Hakiza indique qu’il est au courant de la persécution des étudiants membres du Cndd-Fdd. Il appelle le sens de responsabilité des étudiants qui bénéficient mensuellement de l’aide de l’Etat. Selon lui, la bourse n’a aucun rapport avec la politique.

Gaston Hakiza, recteur de l’Université du Burundi dans ses bureaux ©Iwacu

Gaston Hakiza, recteur de l’Université du Burundi dans ses bureaux ©Iwacu

Pourquoi la présence policière dans les enceintes du campus Mutanga ?

Elle s’explique par le vandalisme des étudiants de Baccalauréat 2 dans le campus Mutanga depuis le 11 juillet 2013. Ils accusent un retard dans la perception de leur bourse. Nous sommes étonnés qu’ils soient les seuls à ne pas suivre la voie du dialogue jusqu’à venir séquestrer les autorités alors qu’ils sont dans les mêmes conditions que tous les étudiants. Depuis le 12 juillet 2013, ils ont commencé à faire sortir de force les professeurs, les cadres administratifs.

D’après vous, pourquoi cette violence ?

C’est l’éducation qui leur manque tout simplement parce que je les ai rencontrés, il y a trois semaines, pour discuter de cette question. Ils refusent que la bourse du mois de juin soit comptabilisée dans l’année académique 2012-2013. Pourtant, le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique est clair : l’année académique 2012-2013 pour ces étudiants a commencé avec le début des cours au mois de juin 2013.

D’après ces étudiants, ils refusent de signer des conventions selon lesquelles l’année académique dure une année sans aucune garantie de la part du rectorat. Qu’en dites-vous ?

Ce n’est pas la direction de l’Université du Burundi qui gère la bourse des étudiants. C’est le ministère de l’Enseignement supérieur. La bourse est perçue tous les 10 du mois. Les étudiants sont entrés en grève le 11. Est-ce qu’ils ne pouvaient pas patienter une journée ?

A qui incombe donc la responsabilité ?

Des listes des boursiers sont dressées au niveau de la direction des services académiques. Elles passent par la Régie pour le traitement en ce qui est des étudiants boursiers logés. Les listes sont envoyées au ministère de l’Enseignement supérieur pour être analysées. Elles sont transmises au ministère des Finances. S’il y a retard, il peut être identifié à ces différents niveaux. Si le retard est dû à l’une ou l’autre autorité sous ma responsabilité, nous avons toujours agi vite et conséquemment. Et cela n’arrive qu’au début de l’année. Le retard d’une ou de deux journées ne peut pas conduire automatiquement à la grève pour des étudiants qui bénéficient mensuellement de l’aide de l’Etat.

Certains étudiants dits « Imbonerakure » se disent menacés. Qu’en savez-vous ?

Cela m’a été rapporté. Si tel est le cas, c’est grave. Quel rapport entre la bourse et la politique ? La bourse est octroyée indépendamment de l’appartenance politique de nos étudiants. Nous gérons au jour le jour plus de 12 mille étudiants. Imaginez si le recteur osait une seule seconde jouer la carte politique. C’est impensable. Je pense me placer au dessus de tout ce qui est politique dans la gestion de l’Université du Burundi.

Quel message lancez-vous à ces étudiants en grève ?

Ils répondront demain ou après demain des actes posés sciemment. Les étudiants devraient plutôt se réjouir du fait que nous sommes en train de stabiliser les années académiques. Ça passe par le respect des autorités et du calendrier académique. A ce sujet, les étudiants du bac 2 en grève depuis une semaine doivent savoir que dans le système BMD, les cours programmés ne sont plus revus. Ils se mettent donc en difficulté dans leur parcours académique.

Quid des étudiants emprisonnés ?

Je gère au quotidien des étudiants qui se trouvent dans les enceintes de l’Université du Burundi. Quant à ces étudiants emprisonnés, ils subissent certainement des interrogatoires. Je souhaite qu’ils sortent de ce problème dans lequel ils se sont mis. Mais, je m’interdis d’interférer dans d’autres organes.

  20   Vos commentaires
  1. Phocas

    Tant que de postes comme » Recteur d’une université » sont dirigées par des personnes qui manquent de leadership:le Burundi aura toujours de problèmes!

  2. Kabera

    Uko bigenda kose, naho recteur avuga ngo bourse yacerewe umusi umwe aho ariko yiyobagiza ko bourse bagize imisi bayitanga muma le 20 canke 25 du mois alors que umu étudiant externe atabundi buryo afise bwokubaho kuko benshi bava mumiryango ikenye.
    Harihageze ko ikibazo ca bourse bacicarira kugira ngo ama grève abe umugani muri kaminuza y’uburundi gurtyo imyaka ibone gusubira kugihe. Ntivymvikana ukuntu bourse icererwa muri UB gusa alors que iva hamwe, aho ni mugihe muri ENS canke INSP itigera icererwa, Baribakwiye kuraba igituma. Ariko abo ni bande, mugihe muri kino gihugu umengo umwe wese aritwara, umengo ntanzego zihari zokugenzura yuko ibitegekanijwe biriko bikorwa nkuko vyategerezwa cane cane mugihe uwo muntu bari kugenzura ari mu CNDD FDD.

  3. Imbonerakure

    Rufyiri yaramaze gusemerera kuva kera ko Gaston hakiza yahaye bourse y’igibugu igenewe incambwenge nikuvuga abaronka distinction zo muri kaminuza y’uburundi ayihera umwe mu bana be yiga i nairobi! Sinumva rero ukuntu yotunganya ivyama bourse nawenyene ari mu bariye igihugu!!

    • Rufyiri yaramaze gusemerera kuva kera ko Gaston hakiza yahaye bourse y’igibugu igenewe incambwenge nikuvuga abaronka distinction zo muri kaminuza y’uburundi ayihera umwe mu bana be yiga i nairobi! Sinumva rero ukuntu yotunganya ivyama bourse nawenyene ari mu bariye igihugu ariko si we we nyene gusa hari na bandi bashikiranganji babigize bitebe bitebuke intwaro zizohinduka abo ba cndd fdd bibaza ko bazokwamaho batangare mbe ubu karaciye ingani kugira uronke akazi abe ari mpaka ube umugumyabanga canke imbonerakure ubona tuzotera imbere gute baha akazi abatabikwiye.isoko yarahiye ubutunzi bugeze ahatemba hama bguma avuga vyose ko bigenda neza uwaravye azobona…

  4. NTITWIHEBURE

    JE Ne suis pas du tout étonné par le comportement de M HAKIZA recteur D’UNIVERSITE/
    1. il doit se comporter ainsi pour mériter la confiance du CNDD-FDD qui l’a mandaté
    2. il doit agir ainsi parce que son souscis n’est pas le bien etre de l’institution qu’il dirige mais plutôt de son bien etre et celui de ses frères CNDD-FDD
    3. Sachez que la gestion de l’UNIVERSITE n’est pas sa priorité mais plutôt son adresse officielle de travail. la grande partie de son temps il est à la permanence du Parti pour pour se faire remarquer afin que le PARTI ne l’oublie pas. HAKIZA EST UN MILITANT TROP ZELE MES FRERES;
    MAIS J’aimerais lui faie conseil. qu’il save qu’un jour il sera simple citoyen comme nous tous. des exemples ne manquent pas. RADJABU yari umugabo .akomeye mu mugambwe ariko umengo baramuhindutse kandi yari mubawuzanye! si uwogusa hari n’abandi! IMANA nituzigame tuzoba tubona ivyo abo ba militants de dernière heure baja kwica igihugu kubera inda zabo ngo. HAKIZA ariko arimbira ikinogo abana b’uburundi ariko kimwe nzi nuko un jour azoteba nawene bikamukorako d’un facon ou d’une autre…………

  5. KABADUGARITSE

    Uti « il a besoin d’un ministère »! Je ne voudrais pas être un bon prophète mais même le rectorat de l’Université izohava imuca mu mwanya w’intoke numvise ibivugwa n’ibikorerwa muri Kaminuza. Nayo kwirigwa canke kugorobeza kuri Permanence ya CNDD-FDD vyo ntaco bivuze. Ntwasumvya Ngendakumana Yeremiya kuhirigwa!!!

  6. Régis Ndiboneye

    1. Mr le recteur de l’université du Burundi est soit un sophiste/ manipulateur soit il n’est pas assez intelligent. Si la bourse a connu un retard d’une petite journée, on peut penser logiquement qu’elle a été versée au plus tard le 12 pour prouver à ces étudiants qu’ils ont manqué de patience!
    2. Il prétend être au-dessus de la mêlé, mais en même temps il se base sur des propos lui rapportés pour conclure que les jeunes Imbonerakure seraient menacées! En homme de science, si il en est un, devrait diligenter des enquêtes et non répéter une leçon apprise à la permanence du CNDD-FDD
    3. Il sait pertinemment que ces étudiants n’ont d’autre moyen de subsistance que cette modique bourse, qu’est ce qu’il propose à ces jeunes aux ventres creux? un peu de compassion n’est pas contraire à la science mais son absence dénote une atteinte psychologique grave.
    4. Le commentaire de Ntakamurenga est injuste! Ces jeunes du BAC II ne sont pas responsable du démantèlement de l’asser d’autant plus qu’ils devraient être tout au plus à la fin du collège en 2008.

  7. Ntibashirakandi Libérat

    « Le plus bel idéal pour une génération, c’est de s’efforcer que la génération qui la suit puisse vivre et jouir de plus de beauté, de plus de bonheur; c’est de réduire les causes de malentendu, les préjugés imbéciles, les souffrances superflues, les conflits inutiles.
    C’est idéal est celui de l’éducation.
    Sans lui, la raison d’être même de l’homme s’évanouit.
    S’il n’y avait pas l’enfant à élever, à protéger, à instruire et à transformer en homme pour demain, l’homme d’aujourd’hui deviendrait un non sens et pourrait disparaître.»

    Ovide Decroly (1929)

  8. Ntakamurenga

    Aha nta kintu na kimwe kirimwo gitangaje! Le Recteur en soi est rarement présent dans son bureau et particulièrement à l’Université. La permanence nationale du CNDD-FDD est devenue son aimable bureau. Que sait-il alors de ce qui se passe à l’Université? Na mwe muramurenganya. Iki gihe ntimukwiye kumugora parce que la période électorale est proche et c’est le moment des meetings. Respecez-le svp. Il a besoin d’un ministère.

    Ahasigaye, abo banyeshure ni batekereze! Igihe basambura ASSER twashinze itugoye bagira ngo bagiye gukira; ariko ntibamenya ko usambuye umushinge w’inzu uruhome rudasigara. Bamenye ko bakoze mu jisho abababoneye izuba! Twabageze inkokora aho babigiriye uko, rero ni bawote!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  9. Bimbabampisha

    La meilleure ressource d’un pays est sa ressource humaine. Un pays qui n’investit pas dans l’éducation et la formation (intégrale: académique et professionnelle de citoyen compétent et responsable) de sa jeunesse n’a pas d’avenir. Dans les autres pays avancés le système éducatif n’est pas soumis aux aléats et caprices confrontationnistes de la politique des partis.
    Les jeunes ont le droit de rêver et de murir leurs idéaux et certains d’entre nous ont vu, entendu parler et ou participé à (ou même été meneur) des grèves.
    Ces violences et autres bavures administratives et policières au cours des grèves ne devraient pas avoir de place: elles sont les symptômes d’un mal plus profond qui va au-delà de la seule bourse.
    Si la situation a relativement évolué avec la prolifération d’universités privées essentiellement confinées dans la capitale, une seule université nationale publique ne peut plus répondre aux besoins de la population.
    De même que des entreprises étatiques ont été partiellement ou entièrement privatisées, tôt ou tard, un nouveau type de partenariat privé public dans le domaine de l’éducation devra être adopté pour redynamiser l’enseignement supérieur public.

  10. Terimbereburundi

    Je déplore plutôt ce manque d’éducation du recteur de l’Université. Ayant passé par cette institution, je comprend bien le malaise des étudiants démunis, privés de tout, ne pouvant même pas s’acheter la plus petite chose du monde. A notre époque, on aimait papoter en ces termes: « Ibintu birya abana bavyo iyo bishonje ni bibiri: ingurube na leta y’uburundi. » je me souviens qu’un jour, la bourse n’était pas disponible à temps et les arriérés s’accumulaient. Le rectorat affichait des listes de paie bourse et l’argent n’était pas disponible à la Poste de Mutanga. Un jour, nous avons vu un certain directeur du COTEBU, venir avec un sac d’argent pour déposer la somme sur le compte du rectorat. On avait alors compris que la bourse des étudiants, transitait par certains bons commerçants, qui la faisait fructifier, et les étudiants ne touchaient alors que les intérêts. Ce recteur Gaston Hakiza devrait être remplacé puisqu’il est à l’origine de tous les maux qui frappent notre Université. Vive Rumuri

  11. Ciza

    C’est avec une grande deception que j’exprime mes condoleances a une Universite qui, jadis, se distinguait au niveau national qu’international.
    Si l’Universite accueille des etudiants qui dans un future immediat sont des responsables du pays, dites-moi ou il sera ce grand-pere de cette époque quand ces grands enfants reproduiront ces fruits qu’il plante. Si un le droit d’un Universitaire est dans une situation precaire comme celle-la, qu’en est-il du petit paysan?
    Cette police don’t on a convie l’Education a l’Universite, dites-moi quelle education ont-ils eu quand ils sacageaient les forets dans les annees passes. Il me semble que ce meme Recteur est un chef d;un PC au maquis plutot qu’un internationalist responsible!
    Ou est le droit de l’homme don’t s’est battu Ntare Rugamba?
    Un vrai fosoyeur de ce calibre merite une bonne chute a sa colline natale pour planter des choux. Que ce beau Pasteur, Maitre du pays, saisisse ce dossier pour reetablir le droit de ces etudiants.

  12. Kabizi

    Je me pose toujours une question.
    Pourquoi faire des listes chaque mois?
    Pourquoi ne pas faire une liste une fois pour toutes et retirer les Étudiants qui n’Étudient plus ou ajouter ceux qui doivent avoir cette bourse?
    Le Recteur est très responsable dans cette affaire!

  13. Kazoza

    Le recteur se ridiculise. En tant que parent et recteur depuis un certain nombre d’annees, il est mieux place pour savoir ko imbuto itewe ariyo imera. Ces etudiants sont nes, grandis dans les violences. Meme Hakiza Gaston ne cesse de faire appel aux policiers violents, il utilise chaque fois la force. None Hakiza asimbira kw´isunzu rýinzu ngo ces etudiants nta ndero bafise. Erega Gaston, tu es parmi les educateurs de ces jeunes, ata education bafise urafis part de responsabilite. Au lieu de dialoguer avec eux, de les ecouter et s’il le faut leur trouver des psychologues, wewe uca wikora kuri ces violents policiers. La violence engendre la violence Gaston. Erega Kaminuza si kwigisha les integrales ou la composition des roches mais il y a aussi la responsabilite, l’ecoute, le dialogue et la gestion des conflits. Uko gahamgara chaque fois les policiers, uko kwinyegeza kwawe, siko kurera la jeune de demain. Iyo nebe wicayeko, hier yari yicayeko abandi igehe waja kwiga muri Roumanie. Dans quelques annees abo iruko arucura bufuni na buhoro nibo bazoba bayicayemwo nawe uri umutama. Ikebuka Gaston, soigne ton langage. Ne te comporte comme tes amis musangiye umugambwe batize. Izo menaces ngo ils repondront de leurs actes, ariko vraiment iyo langage si iy’imuerezi Gaston. Est-ce que toi tu repondras a tes actes? Uri umweranda muri ivyo biriko biraba? Ne soit pas DD plus que Recteur, ubuntu burihabwa. Stp, adoptes un profil, reconcilies la communaute universitaire dans son ensemble, utabishobora tanga imihoho, tu en sortiras grand plutot qu’user de la force des DD.

  14. Nkundagihugu

    Ce désordre relève aussi de l’incompétence des dirigeant de l’université du Burundi. Chaque année il y a ces genres de grèves, la direction devrait les prévenir. Cette année ce la pire des années académiques, au lieu d’user la force, le dialogue pouvait tout résoudre. Je n’arrive pas à comprendre comment la bourse peut manquer alors qu’elle est prévue dans le budget, ou bien c’est la conséquence du déficit budgétaire? Ils ont grignoté là où il ne fallait pas, ces étudiants n’ont aucune ressource si ce n’est que la bourse, simple retard entraîne manque de logement et de nourriture. Comment on peut étudier sans logement ni nourriture. Notre gouvernement manque de priorité, c’est pourquoi on loue actuellement les salles de classes pour les étudiants de UB alors qu’ils ont construit des stades en dormance. Que faisons-nous avec ces stades de SE monsieur le président? Il fallait construire des amphithéâtres.

  15. A

    FAUX

  16. BIZOKWEXPLOZA

    Je déplore ce comportement mensonger qui anime ce Recteur quand il dit:«La bourse est perçue tous les 10 de chaque moi». Moi je suis ancien de cette institution et la date du 10 de chaque moi a été prise comme date limite de patience.Normalement la bourse devrait être perçue tous les premiers du mois.Ce n’est qu’en 2011 que les grèves de réclamation de bourse ont fait qu’il y ait une réunion entre représentants des étudiants et autorités de l’Université et les deux parties se sont entendues que la patience va du 1er de chaque moi jusqu’au 10 et qu’après cette date les étudiants qui ont passé 10 jours sans bourse ne sont plus capables de continuer à vaquer à leurs activités.Veut-ils que les étudiants patientent 10 autres jours de plus pour en arriver à 20 jours et finalement leurs arracher tout un moi de bourse?
    En ce qui concerne la menace des Imbonerakure,un seul imbonerakure(le président de la FER:Fraternité des Étudiants de RUMURI) interrogé par les étudiants signifie tous les Imbonerakure menacés?
    Ces Imbonerakure font du n’importe quoi parcequ’ils sont du cndd-fdd avec toutes les autorités de de l’Université.
    Regardez:
    -Recteur:cndd-fdd
    -Vice recteur:cndd-fdd
    -Secrétaire Général:cndd-fdd
    -Tous les conseillers:cndd-fdd
    -Directeur Académique:cndd-fdd
    -Directeur des recherches:cndd-fdd
    -Directeur de la R.O.U(Régie des œuvres Universitaires):cndd-fdd
    -DAROU/ES(cahargé de la sécurité):cndd-fdd
    Quelle genre de menace?Ou bien ce sont eux qui menacent les autres?
    Pensent-ils qu’ils resteront seuls à cette Institution quand le fameux plan de privatisation de la R.O.U sera mis en pratique ou quand la bourse sera supprimée?
    UMWANA AREZWE NEZA ASOHORA AMABOKO…

    • E.M.Ndayirukiye

      Je trouve particulièrement pertinentes les observations de ces 3 commentateurs. Elles nous en disent long sur la personnalité de ce « Recteur » HAKIZA. (Je cite):

      1. Régis Ndiboneye: « Mr le recteur de l’université du Burundi est soit un sophiste/ manipulateur soit il n’est pas assez intelligent. Si la bourse a connu un retard d’une petite journée, on peut penser logiquement qu’elle a été versée au plus tard le 12 pour prouver à ces étudiants qu’ils ont manqué de patience! »
      2. Terimbereburundi: « Je déplore plutôt ce manque d’éducation du recteur de l’Université »
      3. Kazoza et BIZOKWEXPLOZA: « Je déplore ce comportement mensonger qui anime ce Recteur quand il dit:«La bourse est perçue tous les 10 de chaque mois».

      Dans cette interview, Mr Hakiza déclare (que): « La bourse est perçue tous les 10 du mois. Les étudiants sont entrés en grève le 11. Est-ce qu’ils ne pouvaient pas patienter une journée ? »…

      La même question devrait lui être posée: pourquoi, lui, choisit-il d’ameuter les policiers pour venir « matraquer » les étudiants ce jour si leur bourse allait être payée le même jour (le 11) ou le lendemain?..C’est clair qu’il ne dit pas la vérité.
      En conclusion, vous semblez avoir bien raison dans votre opinion sur ce responsable de notre Université. Au lieu de reconnaître que les conditions de subsistance pour des étudiants sans bourse (même si c’est momentané) sont difficiles, de s’exprimer clairement s’il y a un éventuel problème de fond ou si c’est un simple retard des services de gestion, Mr HAKIZA préfère virer « par la tangente » (expression certainement familière pour un recteur) en se réfugiant dans une pseudo théorie du manque de respect envers l’autorité, de persécution (supposée) d’un groupe d’étudiants par un autre…! Un chef d’une institution d’éducation aussi prestigieuse qu’est l’Université, qui réagit en ces termes dans une situation de simple grève au lieu d’apaiser, démontre qu’il ne maîtrise pas non plus le sens de l’éducation et de sa mission. C’est assez grave. N’y avait-t-il pas un autre moyen de régler les problèmes, par négociation, la patience, la même qu’il exige des étudiants?

      Son e recours systématique à la police « anti-emeute » pour régler des questions (simplement)de gestion à l’Université, avec tout cet arsenal d’assaut crachant du feu et des fumées sur l’Université , il faut avouer que c’est terrifiant (intellectuellement) et disproportionné. Je ne vois rien, dont quelqu’un, gestionnaire d’une institution aussi prestigieuse (au moins en théorie) puisse se sentir fier. Il faut être un peu plus à la hauteur. Malheureusement, ce n’est visiblement pas le cas.

      • Kazoza

        Excellente synthèse et conclusion. J’ose espérer que notre compatriote éminent recteur nous lit et qu’il en tirera une petite idée sur au moins rectifier le tir: faire libérer les étudiants, négocier rapidement la suspension de la mesure prise par le ministre, initier un dialogue franc et sincère avec l’ensemble de la communauté universitaire en particulier les étudiants pour échanger de vive voix sur les maux qui rongent la seule institution universitaire publique.

        • Kaminuza

          Emwe bari bamubariye kabisa niyumve…

          Ariko rero ndakumbuye journalisme d’investigation kabisa kugira iduhe umuco kungorane za kaminuza yacu. Ndabahe ibibazo udutohoreze bashahumwe:
          1. Ni kuki iyo crcuit ya listing des étudiants boursiers ifata igihe kinini imbere yogushika muri poste? Guichet unique pour traiter le fichier BOURSE nikuki itajaho avec les facilités informatiques zihari?? Canke hariho ingwiza murongo zoca zitaha…..?

          2. Ni ayahe ma innovations ayandi ma universités yo mukarere ka EAC bagezeko atuma izo ngorane zitakihari ahandi ?

          3. Abo banyenshure batwara amahera menshi igihugu, kuko amahera kibatangira ari munsi caaaaaane N’amahera abashikira: uburiro, uburaro, isuku, ect.. Bafungura nabi, barara habi. Ni mudutohoreze ko ivyo bikorwa Leta ibikuyemwo akarenge igaca ibishinga abarwizatunga babikwiye babanje bien sur kubicisha mwihiganwa kugira hacagurwe neza ababishoboye, bagaca babaha cahier des charges itomye……. atariho hoboneka akoyoko ku magara y’abanyeshure no mu kigega ca Leta. Erega n’ibara , mwe muribuka tukiri kwishure ngene twari dufashwe neza, ariko ubu umunyeshure atora akabiri aruko amaze gusohoka kaminuza…wunva bokwiga neza gute ??? Nimudutohoreze murabe ia des analyses couts avantages ko iyo solution itotwara amahera make kurusha….muragaba kuko abatunzwe na système yo kunyonora bazobafata nk’abagumutsi.

          4. Nikuki Université yacu itotwarwa n’abantu batowe n’abarimu n’abanyeshure n’abakozi bose ba université , erega naho nahejeje kera kaminuza abana banjye barambwira ko ari uko nyene bimeze ahandi, gutyo rero bagenzi, politiki ikava burundu muri kaminuza!

          DUTOHOREZE, Tugir’amaho n’Ubumenyi mu rwruka Burundi bw’Ejo.

Publicité