http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Interviews

Filip Reyntjens : « Réintroduire l’antagonisme ethnique au Burundi est irresponsable »

Le chercheur belge suit l’évolution de la situation politique dans les Grands Lacs. Il dénonce les derniers discours incendiaires des autorités burundaises et critique les propos du président rwandais. Entretien

Professeur Filip Reyntjens

Professeur Filip Reyntjens

Comment jugez-vous les derniers discours des autorités burundaises, notamment celui du président du Sénat burundais ?

La communauté internationale a raison de s’inquiéter même si Bujumbura minimise. Je les trouve dangereux et inacceptables. Le Burundi avait géré ses démons ethniques avec succès, et ceux qui tentent de réinjecter l’antagonisme ethnique (qui semblait dépassé) prennent un risque irresponsable. Tout comme on a pu, au Burundi, éliminer l’ethnicité comme une variable politique pertinente, des « entrepreneurs de l’ethnicité » peuvent tenter de produire son retour. Le Burundi perdrait alors un acquis essentiel de l’accord d’Arusha. Cela dit, j’ai l’impression que la plupart des Burundais résistent à ce scénario.

Et comment analysez-vous les derniers propos du président rwandais au sujet de la crise burundaise?

Ce qui me frappe plus que le contenu, c’est la façon dont cette « inquiétude » est formulée. Kagame dit en effet que les dirigeants burundais « massacrent leur population du matin au soir ». Le propos n’est pas seulement exagéré, mais surtout il ne contribue pas à l’apaisement. Le 8 mai, Kagame avait déjà dit sur son compte Twitter au sujet de Nkurunziza: « Si vos citoyens vous disent qu’ils ne veulent pas que vous les dirigiez, comment pouvez-vous dire que vous restez, qu’ils vous veuillent ou non? » Ce n’est pas comme cela qu’un chef d’Etat parle du chef d’Etat d’un pays voisin, sauf si l’on a l’intention de dégrader les relations bilatérales. Par ailleurs Kagame est mal placé pour sermonner Nkurunziza, puisque le FPR a massivement massacré ses propres citoyens et que la révision de la Constitution rwandaise permettra à Kagame de rester au pouvoir jusqu’en 2034, sans qu’il soit possible de vérifier si les Rwandais le souhaitent réellement.

Selon vous, est-ce que l’on va vers une dégradation plus grave des relations entre les deux pays?

Malheureusement oui. Des accusations sont lancées de part et autre, et les deux régimes s’installent dans la logique de la méfiance et de la provocation. Si le Rwanda et/ou le Burundi étaient attaqués par des insurgés à partir du territoire du voisin, cela pourrait en finale mener à une guerre ouverte entre les deux pays. D’autres dynamiques régionales pourraient amplifier la situation et provoquer un conflit dépassant le Rwanda et le Burundi.

Justement, au niveau régional, comment analysez-vous le positionnement des voisins du Burundi?

Le contentieux burundais exacerbe un clivage déjà visible avant au sein de la Communauté Est-Africaine qui oppose le Rwanda et l’Ouganda d’une part, le Burundi et la Tanzanie de l’autre (avec le Kenya tentant d’éviter de prendre partie). Même s’il faut attendre l’effet de l’élection de John Magufuli, les relations rwando-tanzaniennes sont mauvaises, surtout depuis que la Force internationale a défait le M23 en RDC. Si le Burundi était attaqué par une force rebelle venue du Rwanda, on ne peut exclure une intervention tanzanienne aux côtés du Burundi.

Quid de la médiation ougandaise dans la crise burundaise ?

Cette scission au sein de la CEA diminue fortement les possibilités d’intermédiation de la région. En outre, en matière de troisième mandat, Museveni est évidemment mal placé pour pleinement assumer son rôle de médiateur.

La Communauté internationale semble prendre au sérieux la menace d’un embrasement. C’est la France qui a demandé une réunion du Conseil de Sécurité, la France que l’on disait pourtant proche du pouvoir de Bujumbura, un revirement?

Je ne pense pas qu’il s’agisse d’un revirement, mais d’une crainte honnête que le scénario rwandais pourrait se reproduire, ce que personnellement je ne crois pas. Mais la communauté internationale reste sous le coup du génocide des Tutsi rwandais en 1994, et elle a horreur de devoir admettre à nouveau « qu’elle n’a pas su » et qu’elle n’est pas intervenue avant qu’il ne soit trop tard.

Qu’est-ce qui pourrait arrêter cet engrenage infernal?

Je crois qu’en fin de compte, ce sera aux Burundais de résoudre le problème. Il faut ici avertir contre le raisonnement que des « bons » combattent des « mauvais ». Tant au sein du pouvoir que de l’opposition, il y a manifestement des forces disposées à aller jusqu’au bout, y compris par la violence généralisée. Mais je vois également des deux côtés des courants plus modérés dont il faut espérer qu’ils finiront par prévaloir. Le problème peut être résolu avec un minimum de respect pour la démocratie et les droits humains. J’ose espérer que les uns et les autres comprendront la responsabilité historique qu’ils portent et qu’ils se souviendront de ce que disait Melchior Ndadaye peu avant sa mort violente: « Pensez à vos familles ».

  56   Vos commentaires
  1. 007

    Francis Rohero with Nduwa Isa Albert Mpunge and 55 others.
    October 20 ·

    Une photocopieuse gouvernementale !!!!!!

    Amnésie politique, plutôt ethnique, tel est le déjeuner quotidien des gouvernements qui se sont succédé au Burundi depuis des années.

    J’ose espérer que la jeunesse actuelle, dans sa grande majorité pacifique quoique ayant à dire ; même les extrêmes qui se livrent une bataille armée pour le statu quo ou le changement, est convaincue qu’être ethniquement identifié ne signifie pas MIEUX ETRE dans ce pays.

    Hutu, tutsi, twa, sont des héritages culturels que nous devons respecter et accepter comme richesse. On est tous les mêmes face au mal ou au bien. Les souffrances n’ont épargné personnes. Sera donc héros, le sauveur de tous et non l’assassin des uns.

    Jeunesse d’avant-hier : gouvernement d’hier, jeunesse d’hier : gouvernement d’aujourd’hui, jeunesse d’aujourd’hui : gouvernement de demain. La photocopieuse a toujours de l’encre.

    Que dit l’histoire récente :

    Le 25 juillet 1996, un coup d’état militaire dépose le Président Ntibantunganya. Le 31 juillet les pays de la sous région décrètent un embargo au Burundi.

    Le dernier vol international de la défunte SABENA partira le 12 août 1096. A son bord plusieurs personnalités dont un certain TOYI Salvator, un frodebiste ayant refusé da participer au gouvernement de Pierre BUYOYA ; plusieurs occidentaux et en particulier des belges.

    La RTNB, seule à l’honneur avant que la radio UMWIZERO ne fasse ses débuts, ne manquera pas de signifier que le Burundi n’en a que faire de ces pays qui soutiennent les groupes tribalo-génocidaires.

    Les occidentaux n’ont pas tardé à être la cible d’attaques des forces de l’ordre, à ce moment désigné « Abakomagu » par les milieux pro-rebelle. Ici mon rôle n’étant pas de faire la publicité de la violence, je me garde de citer les hécatombes des différents protagonistes.

    Le pouvoir d’alors n’a pas hésité un seul instant, via les ondes nationales, d’accuser les européens et en l’occurrence le Royaume de Belgique, de soutenir les hutu. Que ce sont ces même belges qui ont créé ces « macakubiri » dans notre pays. Qu’ils veulent la suprématie du hutu sur le tutsi. Des slogans anti belges furent entendus dans des cross matinaux des jeunes pro-pouvoirs (manifestations non ?)

    Les ONGs Human Right Watch, International Crisis Group, Legue Iteka, … seront taxées déstabilisatrices de la Nation pour leur mise à nu de la situation. Certains politiciens hutu menacés ont eu la vie sauve grâce à ces ONGs. Je me garde de donner des noms.

    La radio BBC, par son émission « Gahuza miryango » et son célèbre journaliste Laurent NDAYUHURUME, ont été cités comme un média de la haine, et ses émissions furent à un moment donné interdites sur le territoire.

    Je revois comme si c’est aujourd’hui, un à un les officiels du moment, passer à la télévision pour donner des messages de soutien. « Agaciwe karuma » et les autres diront « karanaga ».

    Je pense bien que beaucoup de tutsi ne croyaient pas à tout ce discours, mais ils devaient se taire sous peine d’être désigné « Abahemu ». Naturellement via l’église catholique, l’Archevêque de Gitega S E Joachim RUHUNA sera un des premiers à souhaiter que le gouvernement se mette à la même table que les rebelles.

    Ohhhh mon pays !!! Les hutu et les tutsi sont pareils, ils souffrent, ils crient et ils ont les soutiens de tous. Ils s’injurient s’entretuent et meurent pareils, dans les mêmes cimetières où ils causent malheureusement de ce qu’ils auraient dû faire de leur vivant. Malheureusement la photocopieuse n’a pas de bouton « à refaire ». Je vous aime mes ethnies cousines.

    Ehhh ouiiiii les gouvernements burundais sont pareils. Disons que Rwagasore et Ndadaye voulaient, selon leurs discours, se passer de la photocopieuse, mais les gouvernements ont refusé. Hahahahaha cessons de faire comme les autres, à quoi bon la lutte ?????? L’histoire continue.

  2. Björn

    Ce professeur fait une analyse erronnee car il a oublie de mentioner les exploits du president Kagame. Et comparer la sitution politique au Burundi et au Rwanda est pratiquement impossible.il oublie aussi de mentioner les relations se trouvant entre les dirigeants burundais et les interahamwes.

  3. Ragiryabohambere

    Hahaha….. Pauvre Burundi et Afrique en général, les vaut rien chez eux, se font spécialistes au Burundi. Ngo iyigeze kure ntayitayigera amahembe. Filip revient mettre de l’huile sur le feu au burundi-rwanda de jadis? Son analyse est médiocre. Aragarutse gutambira ikiza,uzi ko arivyo akunda . Ariko ndababazwa nabatazi uwo mugabo . Arakumbuye génocide yi Rwanda. Nico gituma yohereza ibinywamaraso ngo babandanye bagire nki Rwanda. Abicanyi si abafata inkoho gusa. Murabona umuntu ateranya toute la sous région , Hama ngo agira analyse ? À bas les extrémistes de tout bord.

  4. Vuvuzela

    Faute a Peter.

  5. Charlotte Kamikazi

    NSENGIMANA Eric, ca te rend ridicule de mentir sur ce site alors que tout le monde connait la réalité sur le Rwanda mais je te conseillerai de te documenter d’abord avant de donner ton avis sur ce site. Il ya un proverbe qui dit:  » Qui vivra, verra.

  6. kabwa

    Ce prof est, depuis longtemps, réputé plus contre kagame que pour Nkurunziza
    Le sens cette analyse, certes tendancieuse, est donc profitable à Nkurunziza

  7. Vuvuzela

    Chez nous il y a un probleme de gouvernance qu’il faut regler et c’est tres urgent.
    Cessons donc d’etre distrait.

  8. Est-ce que ce prof soutient-il le genocide à petit dose qui a débuté depuis que le parti cndd fdd est au pouvoir. Va-t-il assumer ses propos devant les victimes. Les burundais ont besoin d’un intervention etrangere car il y a un blocage dangereux dans les langages et les assassinats continuent sous les yeux de la communauté internationale

  9. Tuze

    La vérité de Kagame blesse, et c’est dommage que malgré le génocide en cours au Burundi, quelqu’un ose critiquer ceux qui dénoncent le carnage.

  10. muta

    Filip Reyntjens promoteur d’une constitution discriminatoire au Rwanda ,il reste nostalogique du temps ou il etait considere comme un demi -dieu par le pouvoir Genocidaire du Rwanda

    http://umuhanuzi.blogspot.ca/2014/11/les-elements-sur-le-negationnisme-du.html

  11. BUTOYI

    Les points que j ai retenus. et tout le monde veut l ignorer:
    – Kagame est mal placé pour sermonner Nkurunziza, puisque le FPR a massivement massacré ses propres citoyens et que la révision de la Constitution rwandaise permettra à Kagame de rester au pouvoir jusqu’en 2034.
    – Museveni est évidemment mal placé pour pleinement assumer son rôle de médiateur
    -Le contentieux burundais exacerbe un clivage déjà visible avant au sein de la Communauté Est-Africaine qui oppose le Rwanda et l’Ouganda d’une part, le Burundi et la Tanzanie de l’autre (avec le Kenya tentant d’éviter de prendre partie).
    =Comme conclusion,Je crois qu’en fin de compte, ce sera aux Burundais de résoudre le problème. Il faut ici avertir contre le raisonnement que des « bons » combattent des « mauvais ».
    Celui qui oser dire le contraire de tout ça,c est qu il n est pas neutre.

    • Bosco

      Mr toi même tu n’es pas neutre Kagame à arrêter le genocide au Rwanda, il a ramené la paix au rwanda, il a développé le pays même l’économie son peuple le réclame par rapport à ce qu’ils fait et preuve à l’appui mais Peter qu’est-ce qu’il peut montrer
      Ne compares plus l’incomparable
      Kandi abazungu ntibakunda abanyafrika bafise une grande vision nka Kagame
      Uwi muzunu analyse yiwe irapfuye ni zéro

      • Bosco

        UYu muzungu analyse yiwe irapfuye kandi ni zéro

  12. mwigishwa

    Iyo hataba abiguze uburundi bakaburwanira gushika habaye icangwa ry’igisoda, Nkurunziza ntiyari nokuronka chance yo gutorwa. Turetse nivyo yarigutorwa ntiyamara amezi abiri. Tuvuge duti: vive intagoheka kurugamba. Ndababwire iyo igisoda kitaba gicanze, ntituba turiko turaterera ivyiyunviro. Nkurunziza rero ntimumwihendeko arafise abamukunda kandi baziugwa inyuma. Ibinywamaraso biramureba bikanungwa. Nuuuuuungwa!

    • Rugamba

      Il n’a qu’a comparer le Burundi de Bagaza et le Rwanda de Havyara, celui de Nkurunziza et le Rwanda de Kagame, s’il possede un minimum de raisonnement il en tirera une conclusion qui s’impose. On me compte pas sur lui pour survivre.

      • Bakari

        @Rugamba
        « Il n’a qu’a comparer le Burundi de Bagaza et le Rwanda de Havyara, celui de Nkurunziza et le Rwanda de Kagame, s’il possede un minimum de raisonnement il en tirera une conclusion qui s’impose.  »
        Dans les 4 cas c’est pareil! On est face à des pays les plus misérables du monde et qui ne cessent de s’autodétruire!
        Pour moi Bagaza, Havyara, Nkuru, Kagame, c’est du pareil au même!

  13. Il faut savoir que Rentjens est certainement décu par les prestations actuelles au Burundi. Quiconque se souvient de ses positions dans les années 90 lorsqu’il parlait de l’Ecole historico-historienne franco-burundaise, parlant de diabolisme au sud de la Kanyaru et de l’angélisme au nord. Il soutenait contre vents et marées Havyarimana et ses confreres du Burundi. Maintenant, étant intelligent, il se rend a l’evidence et ne peut que ruminer sa deception.

    • kaburundi

      Normal que Pr Rentjens soit déçu comme devrait l’être tous ceux qui voulaient le changement pour l’établissement d’une démocratie, qui est aujourd’hui en otage de corrompus voulant sacrifier leur peuple pour sauver leurs biens mal acquis.

      • Vous avez totalement raison et de toutes facons, il n’y a pas moyen de prouver autre chose.

    • Paul N

      Icangwa ry’igisoda na 50 % iyaba ribanezereye, ntimwari kurondera gusenya les Accords d’Arusha, muhindagura amategeko atarimwe mwayashzeho mwenyene. Ubu mushaka ko izo 50 % zisubirirwa n’ imbonerakure n’interahamwe kugira muje murisasira abo mudashaka uko mugomvye. Ntibizokoroha uko uvyibaza. Abo vyari binezereye n’abariko basaba ko biguma uko bimeze, namwe mukabahiga buhongo. Ibindi ba uriryohera uko uvyumva.

  14. Karundi

    Jewe aba-commentateurs b’Iwacu murantwenza, iyo mwumvise umuntu adatuka Leta gusa muca muvuga ngo arahengamye. Mwebwe rero si uguhengama gusa, mwaraguye muherayo. Menyera kwumva ivyo mushaka n’ivyo mudashaka, si non inzigo ntizogenda itabamenye imitima

  15. Lu pour vous :
    « The governments of Burundi and Rwanda are playing a dangerous game. »
    Par Jeff Drumtra, Fort Washington. Lisez vous-mêmes la suite à l’adresse indiquée

    Source:
    https://www.washingtonpost.com/opinions/burundis-dangerous-neighbor/2015/11/18/298b1e88-8bbe-11e5-934c-a369c80822c2_story.html

  16. Charlotte Kamikazi

    kayitesi jeanne va dire à ton président rwandais de s’occuper de ses propres ognions au lieu de s’occuper des choses qui ne lui concernent pas et puis Kagame n’est pas bien placé pour donner des conseils aux Burundais. Kagame a suffisamment des probèmes, il faut qu’il aille s’occuper de ses propres probèmes d’abord. Je ne vois même pas pourquoi tu t’acharne à critiquer le professeur parce que ce qu’il a dit n’est que la vérité et s’est prouvé.

    • Nyambere

      Bonne analyse de prof, malheureusement les SINDUMUJA ne veulent rien entendre, surtout pas de débat Icontradictoire ,ils croient que la violence leur rouvrir des postes car obnubilés par le soutien des sponsors , lesquels ne devraient tarder à les rejetter.

    • NSENGIMANA Eric

      Charlotte ,
      L’insulte est souvent signe de faiblesse , pour vous éclairez le Président du Rwanda n’a jamais demandé un autre mandat , C’est le peuple qui en a fait la demande en écrivant des millions de lettres au parlement et celui ci a déclenché une procedure toujours en cours … Ceci dit le Président du Rwanda a un bilan largement positif dans la bonne gouvernance sur lequel la population se fonde pour lui demander de rempiler. Enfin vous pouvez constater que contrairement au Burundi la population n’est pas dans la rue pour contester cette procedure , au contraire elle aimerait que la procedure s’accèlere ….Je termine en conseillant aux Burundais de résoudre leurs problèmes pacifiquement au lieu de chercher des boucs émissaires étrangers.

      • Rupande

        Mon frère Nsengiyumva a moins que tu es entrain de dire aux nourrissons,nous connaissons nous tous ses mascarades des signatures collectes au peuple rwandais,je ne suis pas pour la demarches de Nkurunziza d,accéder au 3eme mandat mais non plus ne me dit pas que le Rwanda soit un exemple,le peuple rwandais ne peut pas manifester parcqu.ils sont gouverne par un tirant,qui n,a pas peur de tuer,si il y’a la democratie au rwanda comme tu le pretend peux tu me dire pourquoi Kagame a emprisonne INGABIRE,une paisible citoyen qui ne voulait qu,accéder a la magistrature que par les urnes,les exemples en ont nombreux,cette le Burundi traverse les moments difficiles de son histoire mais le rwanda ne peut jamais être un exemple,parailleurs depuis notre indépendance les rwandais ont toujours amenés de malheurs au Burundi,le genocide de 1972 a été en grande partie commandite par les Rwandais,le premier ministre Ngendandumwe a été assassine par un rwandais,nous burundais hutu et tutsi nous nous aimons bien,mais chaque fois les rwandais veulent amener leurs haine ethniques et implanter chez nous,Rwandais restez chez vous,quand je dis Rwandais je dis Hutus et Tutsi rwandais,le Burundi ne ressemble pas au Rwanda,de meme le peuple Burundais est diffend au peuple Burundais,malgré le problème que nous traversons actuellement je suis sure que nous trouveront une solution par le dialogue parceque nous avons déjà prouve par le passe que nous pouvons dialogue.

        • NSENGIMANA Eric

          Dear Rupande ( si c’est votre véritable nom ) ,
          J’ai beaucoup hésité avant de vous répondre parce que on sent la haine envers les Rwandais ( c’est votre droit ) dans toutes vos déclarations évidemment sans preuves …Les Rwandais ont toujours amenés de malheurs (sic) au Burundi ( selon vous ) …le premier ministre Ngendandumwe a été assassiné par un Rwandais ( toujours selon vous ) et vous concluez vite que les Rwandais ont fait ceci ou cela parce que un Rwandais a selon vous été impliqué dans l’assassinat d’un ancien premier ministre Burundais …Mais Monsieur ( ou Madame ? ) arrêter de globaliser , c’est ce piège de globalisation dans lequel la région des grands lacs est tombée qui fait que les gens s’enferment dans une logique identitaire créee par une elite formée à l’ecole de ces fameux specialistes en mal de projet de société . Je suis d’accord avec vous sur un seul point c’est quand vous suggérez que seuls les Burundais détiennent la cléf de la sortie de crise pour le reste vous etes à côté de la plaque comme dit. Quand vous affirmez que Ingabire serait une gentille dame emprisonnée parce qu’elle voulait participer à l’election présidentielle , je ne sais pas sur quelle base vous l’affirmez mais vu l’admiration que vous portez sur le fameux professeur Reyntjens , c’est surement en lisant ses « analyses » …mais moi j’ai la modestie de ne pas m’ingérer dans un dossier de justice que je ne connais pas très bien. Ensuite vous mentez quand vous suggérez que j’ai dit que le Rwanda pouvait servir de modèle au Burundi , je ne l’ai dit nulle part et je ne le soutiens pas. Le Burundi et le Rwanda sont les rares pays nation en Afrique et ont par consequent des us et coutumes qui sont très differents je vous l’accorde et par consequent des solutions à leur problèmes sont differentes. Le problème du BURUNDI actuel n’est pas tant le 3ème mandat ou la violation des accords d’Arusha ( par ailleurs imposés par la communauté internationale ) c’est la mauvaise gouvernance du gouvernement BURUNDAIS qui pose problème , le reste n’est que bla bla…Enfin je voudrais terminer par une modeste contribution aux idées futures dans les prochaines negociations ( car ces negociations à l’exterieur du BURUNDI se feront n’en déplaise au CNDD/FDD ) , à mon avis il faudra revisiter les Accords d’Arusha car je pense que ces accords ont mal posé le problème Burundais et par conséquent la réponse ne pouvait qu’être insuffisante. En effet le problème du BURUNDI n’est pas éthnique , il est dans la gouvernance , c’est pourquoi je pense qu’il faut un pouvoir parlementaire au BURUNDI et non pas présidentiel car trop de pouvoirs entre les mains d’un ( mauvais ) leader c’est dangereux comme on le voit au BURUNDI aujourd’hui.

          • Rupande

            Monsieur Nsengiyumva Eric,je pense qu,a la fin nous avons presque la meme vision,des choses,le problème burundais n,est pas ethnique,ce problème actuel est politique,il n,y aura jamais un génocide au Burundi comme certains prétendent le dire,mais si j,accuse les rwandais c,est parceque j,ai des signes qui le prouvent dans le passe et aussi actuellement,je commence par le passe,dans le passe le président Gregoire Kayibanda avait conseille a Ngendandumwe et Mirerekano de faire une révolution au Burundi comme celle du Rwanda en 1959,la réponse était négatif parceque chez nous bien que le roi était Tutsi,il n,avait pas de problème avec sa population,tout le monde prenait le roi comme le pere de la nation,ce qui avait meme favorise le vote de l,UPRONA par la majorité Hutu,parceque pour le Burundais il n,y avait que le roi qui peut gouverner un pays,comme Rwagasore était le fils du roi,il était favori.Les massacres au Burundi ont commences en 1965 quand les réfugies rwandais étaient déjà arrives au Burundi,c,est eux comme l,a fait Gregoire Kayibanda qui ont incites les autorités d,alors a la haine ethnique.Un autre exemple en 1993 a l,université du Burundi c,est Kagame lui meme qui incita les universitaires Tutsi contre les Hutus et jusque,a maintenant il ne cesse de dire et demander a la communauté international d,intervenir au Burundi pour stopper le génocide en cours comme si il est l,ONU.
            Monsieur l,autre point de discorde entre nous deux concerne Madame Victoire Ingabire tu me parle qu,il faut laisser la justice faire son travail,de quelle justice parles tu monsieur?Peut tu me citer un seul pays Africain ou la justice fonctionne normalement?S,il y’en a un ce n,est pas le Rwanda en tout cas.

  17. Rupande

    Le prof Philip a raison,il n,a pas de cote penchant,il n,est pas pour ce troisième mandat du president Nkurunziza comme certains pretendent le souligner,il donne un conseil a tout le monde,il a condamne des insutations a la haine ethnique qu,on a observes ses derniers jours aux responsables politiques actuelles,bref il veut un Burundi sans haine ethnique,et c,est ce Burundi que nous voulons,quand a Kagame bien que ses propos étaient justes,il n,a pas lui meme des leçons a donne au Burundi puisque lui meme veut s,éterniser au pouvoir,si cela viendrai de la bouche de Kikwete ou Boni Yaye du Benin on pouvait bien le comprendre,Kagame n,a aucune leçon a donne aux burundais en matière de democratie et de la bonne gouvernance.

    • Nkunduburundi

      Bonne analyse en tout cas!Si tout le monde pouvait voir ce courage d’avoir une meme lecture sur les faits qui se passent au Burundi et au Rwanda!

  18. turagisangiye

    vous avez certe raison et precision dans votre analyse! mais dans la dernier question sur comment ‘en sortir,vous avez dit qu’il faut des moderés dans les deux camps mais je vous assure que le pouvoir de nkurunziza ne veut du tout entendre parler de modéres puisque il se radicalise de plus en plus! en chanssant les frondeurs du parti au pouvoir,sans doute on a chassé les moderés pour rester avec les extremistes! donc pour moi le chemin de la violence est malheuresement le seul qui semble le plus probable sinon nkurunziza va pietiner les tetes de ses opposants sans que personne ne parle! c’est vraie que tout le monde est fotif(y compris les opposants) mais je vois plus de responsabilité à nkurunziza et sa clique puisque ils avaient la clé principal pour prevenir tout ça:ne pas presenter nkurunziza comme candidat!!!

    • Mariya Budangwa

      @ Turagisangiye

      Tu vois plus la responsabilité de Nkurunziza et sa clique, est-ce que les autres ne pouvaient pas mobiliser ceux qu’ils ont alignés pour la manifestation pour voter et le battre par les urnes?

  19. Umurundi

    On voit un côté penchant à peine voilé vers le régime putshiste de Bujumbura dans les propos du prof!!! Et la dernière citation de Ndadaye est pour dire à tous ceux qui tenteraient des actions armées contre Nkurunziza: » ne faites rien, laissez Nkurunziza finir son « mandat » sinon vos familles seront décimées ».

    Non prof, il doit partir car il a violé la constitution et l´accord d´Arusha et il massacre tous ceux qu´ils pensent qu´ils ne le soutiennent pas. Un point, un trait.

    • Ncuti

      Eeeeh, mbega bwa bundi kuko mumwanka muca mugira ngo nta n’umwe amushigikiye canke amwumva !!! Mbega uwo mwanse mwibaza ngo aba yanswe na bose????!!!!!!!! Ah bon, iy’ataba afise abamushigikiye Niyombare ntaba yaramwirengeje. Cane rwose harya arashigikiwe, (malgré vous, je suis désolé) kandi abamushigikiye bari no muri barya bitwa ngo baramugwanya. Nikabarye canke mwige kumenya ko atawankwa na bose

  20. hat

    Mr le professeur , les gens qui meurent au jor le jour au Burundi ily en a au moins 140. Ne parlons pas de prisonniers. Comment pouvez vous le dire autrement ? Du reste la question à que laquelle tous les gens qui se disent spécialistes ne veulent pas répondre :ce 3 e mandat est légal ? On voit bien que même le journaliste l esquive alors qu’elle est fondamentale. Oui :souvenez vous des vôtres qui sont à l intérieur. Il parlait en connaissance. Mais quand planification est évoquée le même spécialiste pourrait dire non.

  21. claire

    ooo bravo prof. tu n’as pas de côté penchant. bonne analyse

  22. voila un vrai analyste.

  23. Thierry

    M’enfin professeur! Je ne vous sens pas décrier la responsabilité du pouvoir de Bujumbura dans la génèse de la crise! A vous lire, on dirait que tous, pouvoir et opposition, sont tous responsables des malheurs actuels du pays. Concernant les relations avec le Rwanda, vous insistez sur les seules déclarations de Kagame en taisant les nombreuses provocations du régime de Bujumbura? Pourquoi ne pas lire les propos de Kagame à la lumière du génocide des Tutsi qui s’est passé en 1994 dans son pays?

    • Mutana

      Ce n’est pas Nkurunziza qui lancé ĺes grenades

      • turagisangiye

        tu as raison!c’est peut etre vraie que c’est pas nkurunziza qui lance les grenade mais c’est belle et bien lui qui à l’origine de ce lancement!

    • John

      Thierry, il ne peut pas s’y referrer pour la simple raison qu’il en est un des IDEOLOGUES! Voila le vrai Philip

  24. Charlotte Kamikazi

    Bravo professeur de votre analyse, tout en espérant que les Burundais pourront se souvenir de ce récit de Ndadaye en 1993 les rappelant de se souvenir l’avenir de leurs familles.

    • Alexis Kiboko

      Dans les discours qui précèdent, on lit presque partout ce qu’aurait dit Ndadaye!!! Avez-vous la certitude que c’est réellement lui qui a dit ça? Texte ou audio? Je rappelle que cela a été rapporté par ses bourreaux que tout le monde connaît ou soupçonne de l’être. Ceux qui étaient en train de le dépecer ou s’apprêter à le faire ont-ils fait un enregistrement qu’ils vous ont présenté pour authentifier les propos de Ndadaye ou ce sont des spéculations que vous vous plaisez à dire à tort et à travers?! Le mal qui ronge notre patrie est tout le monde ou presque croit qu’il est le seul détenteur de la vérité. Celui qui ment en connaissance de cause et celui qui ignore et gobe tout ce qu’on lui ment ne font pas de recul pour se poser des questions sur ses actes, sur les conséquences de l’acte de mentir.

  25. Dora kabingo

    C’est du grand n’importe quoi cet article. D’abord Kagame ne strompe pas lorsqu’il parle du Burundi , le Burundi tue ses propres citoyens et ceci tous les jours , chaque jour il y a au moins un mort depuis juin dernier. Et puis si kagame se permet de parler de Nkurunziza de la manière il le fait , ils se connaissent bien , ils ont échangé régulièrement et on sait très bien comment la rencontre Kagame /Nkurunziza à Ngozi fut houleuse lors de l;’affaire des cadavres dans les rivières . Mr Reyntjens gagnerait à dire la vérité et non faire l’equilibrisme dans ses propres, « j;accuse Nkurunziza il faut que je trouve quelque chose contre Kagame » . C’est déprimant ce genre de raisonnement .

    • Bakari

      @Dora kabingo
       » ils ont échangé régulièrement et on sait très bien comment la rencontre Kagame /Nkurunziza à Ngozi fut houleuse lors de l;’affaire des cadavres dans les rivières »
      Monsieur Kabuye, un ex proche collaborateur de Kagame (actuellement en taule) déclare lui-même que ces cadavres du lac provenaient de l’Ouganda et du Rwanda! Voulez-vous que je vous crois plus que lui?
      Ceci étant dit, toute personne qui se prend pour un super mec ne m’intéresse pas, en ce qui me concerne!

  26. Jean-Pierre Ayuhu

    Merci Professeur. Quelle lucidité!

  27. Kaboul

    Belle analyse Professeur! Voilà un vrai spécialiste des grands lacs qui dit des choses objectivement!

    • kayitesi jeanne

      Nous le savons tous que Filip est l’opposant n°1 du Rwanda et de Kagame, Il n’ a rien à dire !
      C’est normal, il a perdu les honneurs qu’il avait à l’époque de Habyarimana ( beaucoup d’amis et collaborateurs dans le gouvernement passé). Monsieur Filip le Rwanda d’aujourd’hui n’a plus besoin de gens comme vous !

      • NSENGIMANA Eric

        A Iwacu ,
        J’apprecie vraiment vos articles mais éviter ces « specialistes de la région des grands lacs » qui ne passent leur temps qu’à enflammer nos pays , qu’est ce que le Rwanda vient faire dans ses commentaires ? Nous connaissons tous la haine que ce Monsieur nourrit pour le leadership Rwandais mais come on sais les c…. aboient la caravane passe. Aux chers frères Burundais je leur souhaite sincèrement de résoudre leurs problèmes pacifiquement et d’eviter des amalgames inutiles comme les insultes qu’on entend de la bouche de certains »leaders » du parti CNDD FDD.Le BURUNDI doit s’attèle à son developpement dont il a besoin au lieu de se payer le luxe d’un desordre dont il n’a pas les moyens.

        • Verite Guess

          Tout a fait d’accord avec Eric. Ces  » soi disant specialiates  » de la Region des Grands Lacs ne m’impressionent pas du tout. Quant a PR je me lui accorde plus mon attention depuis Octobre 2007, quand j’ai participe a un conference qu’il a anime a l’ULB
          Une honte pour un intellectuel tout simplement. Il n’est considere specialiste des granda lacs que par certains ressorrissanta de cette meme region, sinon pour le reste des intellectuels et academiciens comme l’UNESCO ce n’est qu’un aventurier.

      • Bakari

        @kayitesi jeanne
        « C’est normal, il a perdu les honneurs qu’il avait à l’époque de Habyarimana ( beaucoup d’amis et collaborateurs dans le gouvernement passé). »
        Il n’a pas l’air de quelqu’un qui souffre de cette (grosse) perte d’honneur, sur la photo en tout cas!
        Les honneurs vous savez, il y en a qui vivent très bien sans!

        • John

          Cher Bakari, je pense que ton ecrit ignore l’EGO de certains europeens pseudo academiciens ou non, qui se gaussent de connaitre l’Afrique mieux que les africains eux meme. N’oublies pas aussi que ce label leur ouvre toutes les portes dans les differents colloquies et conferences, leur octroie des contrats juteux de soit disant specialistes comme ce fut le cas de Reytjens sous le regime de Habyarimana, que ca leur ouvre des chairs au sein des universities, que n’importe quelle baliverne qu’ils ecrivent dans des journaux sont prises pour des verities sacro saintes….etc. Tout cela les gonflent. Ne te base pas sur la chemise barriolee sur la photo. Reytjens souvre d’avoir ete sevre par le nouveau Rwanda et qu’il n’a plus acces au palais comme du temps de Habyarimana. Il en est en fait devenu malade.

          • Baobab

            @John
            « Reytjens souvre d’avoir ete sevre par le nouveau Rwanda et qu’il n’a plus acces au palais comme du temps de Habyarimana. Il en est en fait devenu malade. »
            Je vois combien le paradis rwandais lui manque! Il a sincèrement l’air pitoyable! Pauvre Reyntjens! Il est grand temps qu’il demande pardon et aille se prosterner devant le grand président fondateur à vie de Kagame!

      • Repond a Kayitesi

        @Kayitesi. Hey kayitesi, donc pour toi les opposants a kagame n’ont rien a dire pour souligner que seulement kagame a a dire? tu es ignorante !!! signalon ce prof n est pas rwandais est n’est pas opposant a kagame car il n’a pas d’autres interets au rwanda autre que de contribuer a la paix et la securite de tout le monde. Faut ouvrir tes yeux kayitesi, car ignorer tout ce qui est visible ne sera jamais une solution au probleme. Je dis toujours que le rwanda, le burundi appartiennent a leurs peuple respectivement. Pas aux tutsis ni aux hutus seuls. ils doivent vivre en symbiose, en paix pour le developpement de leurs pays. faut pas etre extremiste ma chere.

        • Réplique

          Ce qui m’étonne c’est de voir les gens recevoir favorablement la condamnation des évenements et de la politique au Burundi par le Président américain, mais quand il s’agit de la condamnation faite par un président africain, l’analyse est détournée et se base sur sa personne, sa personnalité, son passé, sa politique au lieu de se baser sur la véracité de cette condamnation. Ce qui se passe au Burundi est-il seulement condamnable par les occidentaux et non les africains, encore moins les voisins qui voient la rélité en face? Quelle analyse!!!!! Je m’adresse à Phoilip R et tous ceux qui pensent comme lui.

Publicité