Politique

Fête du travail : un dialogue de sourds

La fête du travail a été célébrée ce 1er mai au Boulevard de l’Indépendance de Bujumbura. Comme principal employeur du pays, le pouvoir n’a pas répondu aux grandes inquiétudes des employés.

Les motards sont presque les seuls à défiler, visages radieux ©Iwacu
Les motards sont presque les seuls à défiler, visages radieux ©Iwacu

Loin d’accéder au plus grand souhait des travailleurs de voir leurs salaires majorés un tant soit peu, Gabriel Ntisezerana, président du Sénat, a laconiquement dit que les travailleurs devraient plutôt travailler davantage pour l’augmentation de la production. Mais il a centré son discours sur le souhait du gouvernement de voir les étudiants de l’Université du Burundi et de l’Ecole Normale Supérieure reprendre enfin les cours. « Le pouvoir est prêt au dialogue avec les seuls étudiants qui auront repris le chemin des auditoires à l’expiration de la nouvelle date que fixera le ministre de l’Enseignement supérieur », dira-t-il.

En quelques mots, le président du Sénat a parlé du thème du jour : l’instauration de la mutuelle de santé communautaire. Mais, il a longuement souligné l’apport de la politique des travaux communautaires sur le développement du pays. Il a aussi critiqué le rapport du BNUB et a rassuré que les élections de 2015 seront les meilleures que le pays ait jamais organisées.

Pourtant, les syndicats avaient exposé leurs grandes inquiétudes

« Nous demandons que le gouvernement cesse sa politique d’augmentation unilatérale des taxes sur les marchandises, des produits Brarudi, du carburant…», a insisté Célestin Nsavyimana, vice-président de la Confédération des Syndicats du Burundi (Cosybu).
Dans son discours, ce syndicaliste a prôné le dialogue pour résoudre le problème des étudiants en grève depuis un mois. Le dialogue devrait aussi être mis en avant dans les mutations des travailleurs de la santé et pour résoudre le différend entre le Syndicat Général des Commerçants (Sygeco) et les banque, a-t-il poursuivi. Le syndicaliste a exposé les inquiétudes des travailleurs au sujet de la bonne gouvernance économique, notamment la concurrence déloyale de la société de télécommunication Viatel.

Signalons que les enseignants n’ont pas pris part au défilé. Ils revendiquent toujours la mise en application effective de la politique de l’harmonisation des salaires. Dans l’ensemble, pas de joie débordante sur les visages des défilants. Ceux-ci quittaient le lieu des cérémonies aussitôt après le passage devant la tribune. Lors du défilé, les sociétés de gardiennage se sont illustrées par leurs pas cadencés à l’instar des défilés militaires.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. TURERE DUKUZE

    L’exécutif burundais a boudé les cérémonies à Bujumbura et a délocalisé l’événement. Le président du sénat ne pouvait pas remplacer l’éxecutif et présider les cérémonies. Apparemment il y a confusion des roles entre l’éxécutif , le législatif et judiciaire. Bientôt c’est le Président de la cour suprême qui présidera les cérémonies de la fête de l’indépendance quand les membres de l’éxecutif seront à Ngozi avec leur chef. Et vous allez nous dire qu’il y séparation de pouvoirs.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

COMESA, l’imbroglio

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur COMESA, l’imbroglio

Difficile de comprendre la communication qui se fait entre Bujumbura et le secrétariat général du Comesa, Marché commun de l’Afrique orientale et australe. Pendant plus d’une année, Bujumbura se prépare à accueillir le Sommet des Chefs d’Etat de la Communauté. (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

403 utilisateurs en ligne