Santé

« FAGIA-OPSON I», « des saisies satisfaisantes »

Un communiqué de presse sorti, ce mercredi 30 décembre, par le CCP André Ndayambaje, sur les résultats au Burundi de l’opération « FAGA-OPSON I» de lutte contre les crimes transnationaux. 

CPP André Ndayambaje : «7898 produits pharmaceutiques illicites et contrefaits ont été saisis.»

CPP André Ndayambaje : «7898 produits pharmaceutiques illicites et contrefaits ont été saisis.»

«7898 produits pharmaceutiques illicites et contrefaits (boîtes, plaquettes, comprime …), 36 327 litres de différentes boissons prohibées, sont certains des objets saisis au cours de cette opération », a fait savoir CCP André Ndayambaje, Directeur Général de la Police Nationale
Organisée par l’EAPCCO (l’Organisation Régionale des Chefs de Polices de l’Afrique de l’Est), cette opération a été menée au Burundi les 17 et 18 décembre par les services de la police et les services chargés de lutte contre la contrefaçon et le commerce illicite, entre autres le département des Pharmacie des Médicaments et des Laboratoire et Interpol Bujumbura.

Les produits illégaux ou contrefaits, les pharmaceutiques, les produits alimentaires et les boissons étaient visés dans cette opération. Selon toujours le CPP André Ndayambaje, 9 kalachnikovs et 13 boules de chanvre ont été saisis.

Cette opération a été menée conjointement par 12 pays membres de l’EAPCCO : le Burundi, le Djibouti, l’Erythrée, l’Ethiopie, les Ile Comores, les Iles Seychelles, le Kenyan, le Rwanda, l’Ouganda, le Soudan, le Soudan du Sud et la Tanzanie.

  14   Vos commentaires
  1. Le ridicule ne tue pas. Après le massacre de centaines d’innocents par une police qu’il est supposé commander, après un silence de plomb mais pardon j’ai appris que Kazungu lui aurait intimé l’ordre de rester à la maison et qu’il sera appelé une fois que le besoin se faire sentir, il sort pour parler de crimes transnationaux. Pourquoi ne parle-t-il pas de crimes nationaux? Ce policier est malheureux car ses subordonnés lui disent ce qu’il doit faire, mais il l’aura voulu, « Wigira igitebo bakakuyoza ivu », ceci est un adage burundais. Comment peut-il avoir le courage de sortir un tel communiqué de presse? Qu’il prenne le courage de démissionner au lieu de faire ce qu’il ne veut pas faire.

    • KABADUGARITSE

      Wawuciye nabi! Bavuga ngo: « Wigira agatebo bakakuyoza umwavu ! ». En kirundi, chaque détail compte et une simple virgule change le contexte.-

    • hopefull

      Comment sais- tu qu’il fait ce qu’il ne veut pas faire?

  2. Joe

    Ndayambaje je le connais bien au secondaire, il est de ma generation.
    Il était un cancre, il etait toujour le dernier dans notre classe pour comprendre les instructions du professeur! Il ne comprend pas le jeux du DD,Ce qu’il fait ne m’etonne pas!!!

    • KABADUGARITSE

      Nibaza ko umubesheye car les derniers sont toujours envoyés paître avec les vaches. Sauf quand le Directeur est son oncle et les professeurs ses cousins.-

  3. Ragiryabohambere

    Peu importe le style qu’ il a utilisé, le message est clair pour qui qui veut le comprendre ou l: entendre. Bête qui se croit connaître tous. Bon retournons à nos moutons. On parle de ce ndayinzamba qui se cachait ou dormait quand ses hommes bari kwica ,kwiba,guhekura igihugu, none arikanguye,kwiyamamaza mu ma drogues ngo atoye atazi abayadandaza. Police y i Burundi, birababaje kweli? Mbega basha muzi kwica gusa? Murarangwa mu makungu ko atakundi muzi. Abanyamahanga bâti: mbega i Burundi hari ama lois yo kuniga abantu gusa? Uyo rero ndayambaje niwe yatanga amategeko ku gipolisi ciwe co kwica ses neuveux et cousins? Umuryango urakuvumye ,kandi turakwihakanye waraduhekuye, amaraso yabawe arahumira. N’a Goderiva umugore wawe nuko yamaze kurugwamwo ,yokwihakanye.

  4. eric

    Si vous aimez nkurunziza,Dieu va vous benir.
    Vous avez pacher .
    Demander pardon .nkurunziza est votre ferer de sang plus que le belge.
    Ne le haisser pas.sinon prier pour lui pour garde sa foi en Dieu qui protege l’unite du burundi jusqua maintenant proteger par lui meme sinon ce serait catastrofique car l enemmie a TOUS invesiti pour nous detruire.
    La meme chose se’est passe en zimbabwe lorsque le ex colonie a perdu les privileges
    Ils on tous fais pour diviser les zimbabweans entre shonas et ndebeles et ont voulus creer la guerre mais cela n’a pas marcher .Les zimbabweans on preferer rester en paix et maintenant leur economie marche.

  5. Burka

    Si ce sont des crimes transnationaux, peut-on savoir l’origine de ces produits périmés, les armes, les boissons prohibés, etc. Sinon ce qui vient d’être annoncé n’est que du travail quotidien de la PNB ou des autres polices.

  6. mupira

    Mbega uyo aje ava he!!! Aho bamara abantu yari he? yakoze iki?
    Amaze iki? Jewe nibaza ko yoguma yinyegeje nkuko yahora?
    Mugabo nivyiza ko turonse agafoto kiwe kugira tumenye abaha amategeko IWAMAHORO, KAZUNGU nabandi.
    Le temps n’a pas de pitié monsieur Ndayambaje, et l’histoire te posera des questions d’ici peu si jamais la machine que tu engraisses ne te broye pas.

    • jean paul

      Monsieur Mupira
      On engraisse les animaux et non les machines.
      Il est bon d’utiliser une langue qu’on maîtrise pour se faire comprendre.
      On ne dit pas ou on n’écrit pas « si jamais la machine que tu engraisses ne te broye pas » mais on dit ou on écrit « si jamais la machine que tu graisses ne te broie pas ».

      • Happy

        M. jean paul, il serait bon pour vous aussi d’apprendre que dans la langue de Molière, les figures de style existent.

        • jean paul

          D’accord mais dites-moi quelle figure de style il a utilisé.

          • Lexicologue

            Tu vas trop vite en besogne. Il parle d’une machine a tuer (bande de tueurs) ce qui en fait un complement legitime du verbe engraisser. Non?

      • mupira

        Monsieur Jean Paul ne comprend rien, il doit savoir que les burundais ne sont pas tués par une machine, mais un système mis en place par des hommes denoués de toute humanité. A mon avis graisser et engraisser peuvent avoir sa place. Jean Paul doit savoir une chose. Quand Ndayamabaje aura à répondre aux simples questions « qui a fait quoi pendant x-temps? qu’as tu fait de ton grade et de tes responsabilités au moment des massacres? où étais tu quand des hommes supposés être sous tes ordres massacraient les gens?
        Il n’aura pas à discuter sur les fautes de Constructions encore moins d’ortographes.

Publicité