http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Éducation

Ecole Fondamentale : les lauréats dans l’embarras

A quelques mois de la fin de l’année, les finalistes de l’ECOFO ne savent pas sur quel pied danser : les cours du « test national » ne sont pas encore annoncés.

Les lauréats de l’ECOFO révisent leurs cours

Les lauréats de l’ECOFO révisent leurs cours

Les élèves de la 9ème année ne savent plus à quel saint se vouer. Les cours qui feront l’objet de leur examen « national ». « Nous essayons de réviser tous les cours mais la concentration n’est pas du tout rassurante parce que les cours du « test national » ne sont pas encore annoncés», s’indigne un élève de la 9ème année au Lycée Municipal de Kibenga.

De plus, la plupart d’entre eux ne savent pas si les notes obtenues en classe seront aussi prises en considération. « Nous avons peur d’échouer car nous n’aurons pas suffisamment de temps pour réviser les cours de l’examen, s’ils venaient à être annoncés», craint un autre élève.

Même constat à l’ECOFO Musaga I. Les lauréats parlent d’un manque criant des livres et des exercices servant de préparations « les épreuves types » de ce test. «Nous essayons de faire de notre mieux mais vu que nous ne savons pas les cours qui feront l’objet de l’examen, nous ne pouvons pas nous concentrer pour autant».

Pendant les vacances, la plupart de ces lauréats ont fait des cours de renforcement. Ce qui est jugé de trop par certains parents. « Nos enfants ont fait des séances de renforcement de tous les cours excepté le swahili et le kirundi. Cela est pour les surcharger et les désorienter. Ils devraient savoir les cours qu’ils vont passer à l’examen afin qu’ils se concentrent davantage.»

Il va même loin en accusant le gouvernement d’utiliser un système de tâtonnement : «C’est incompréhensible que le ministère de l’éducation ne se soit pas encore prononcé sur ce cas». Pour lui, au lieu de faire des têtes bien faites, le gouvernement préfère faire de leurs enfants des têtes bien pleines.

Réviser tout pour éviter des échecs

Les enseignants de l’ECOFO avouent que les programmes conçus pour ce système sont très vastes. « Il est difficile d’en finir avec ces programmes avant la fin de l’année. S’ils sont bien dispensés», confesse un enseignant de Lycée Municipal Gikungu. Et d’ajouter : «Si le ministère ne se prononce pas à temps sur les cours de l’examen, le taux de réussite sera moins satisfaisant».

Pourtant, ceux de l’intérieur du pays s’y mettent déjà. « Nos lauréats ont déjà fait un test d’évaluation provincial sur tous les cours sauf celui de l’art. Nous espérons qu’ils vont réussir, vu qu’ils sont déjà habitués », espère un enseignant de la 9ème au Lycée Muzinda à Bubanza.
Jeanne Ndikumwami, directrice de l’ECOFO Jabe I fait savoir que même si les lauréats de la 9ème ne savent pas encore les cours qui  feront partie de l’examen et ils sont déjà informés qu’ils doivent réviser tous les cours pour se préparer en connaissance de cause.

Et d’éclaircir : «Ils ont fait des cours de renforcement pendant les vacances et vont continuer les week-ends pour les quatre cours (langues, entrepreneuriat, les sciences et la technologie) excepté celui de l’art».

Juma Edouard, porte-parole du ministère de l’Education, l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a indiqué que le ministère est au courant de cet obstacle. «Mais il faut attendre car le dossier est au niveau du gouvernement. Ces lauréats le sauront très prochainement», a-t-il rassuré.

  2   Vos commentaires
  1. Kimaranyi

    Ces élèves n’ont rien à s’inquiéter le gouvernement Nkurunziza a des points dans sa poche même si vous ne réussissez pas il va vous ajouter au moins 20% pourvu que vous le souteniez dans sa mésaventure . Pour lui ce n’est pas la qualité qui compte même sans avoir trop étudié vous pouvez devenir un des grand mon sieurs de ce pays.

  2. BG

    Homme/femme de peu de foi! Pourquoi vous êtes si impatient. Vous auriez dû envoyer un de vos correspondants pour suivre ce qui est entrain de se passer à Cankuzo. Sous le haut patronage de SE Monsieur le Deuxième Vice-President de la République du Burundi, une journée d’échanges sur # la situation actuelle de la mise œuvre de l’école fondamentale et la préparation de la rentrée scolaire 2016-2017#. Soyez positif dans votre approche d’informer le public. Les sources d’information sont à votre disposition. Veuillez les exploiter pour maintenir la confiance de vos lecteurs qui, Dieu seul sait combien ils sont nombreux.

Publicité