Économie

Echec du charroi zéro : la « prophétie » se réalise

31/07/2018 Pierre Claver Banyankiye Commentaires fermés sur Echec du charroi zéro : la « prophétie » se réalise
Echec du charroi zéro : la « prophétie » se réalise
Domitien Ndihokubwayo « C’est évident que les objectifs visés par la politique du charroi zéro ne sont pas atteints.»

L’Institut de Développement Economique(IDEC) s’interroge sur l’efficacité de cette politique. Le ministère des Finances reconnaît son échec. Pour l’Olucome, un tel résultat était prévisible

La politique du charroi zéro avait pour but de réduire les charges de l’Etat liées à la gestion de son parc automobile. Elle devait permettre de faire des économies de l’ordre de 10 millions de dollars américains par an, soit 17 666 000 000 BIF. Notamment sur les dépenses en achats de nouveaux véhicules de l’Etat, du carburant ou encore leur entretien. Elle visait également à dégager des ressources pour financer les besoins des secteurs sociaux. Cinq ans après son instauration, la réalité est toute autre.

Dans son étude « Politique de charroi zéro au Burundi: Quelles avancées dans l’affectation des budgets? », publiée décembre 2017, l’IDEC s’interroge sur son efficacité. Il fait savoir que de 2013 à 2014 le budget alloué au parc automobile de l’Etat est passé de plus de 18.7 milliards de BIF à plus de 17, 3 milliards BIF. Pour 2015 et 2016, le gouvernement a dépensé plus de 17, 6 milliards BIF pour son charroi. En trois ans, le gouvernement a encaissé un excèdent de moins de 3 milliards BIF.

« La part des budgets destinés à l’Assemblée nationale a toujours été la plus élevée avant et après la politique du charroi zéro », lit-on dans cette note. Alors que ses budgets représentaient moins de 55% des budgets des hautes institutions en 2011-2012, leur part est passée de 50,2% en 2013 à 64,3% en 2016.

Seuls 20% du charroi de l’Etat sont concernés

Selon cet institut économique, cette politique fait face à des défis importants tels que l’accroissement du nombre des bénéficiaires d’indemnités kilométriques. Dans l’exécution de ce programme, ajoute-t-il, le gouvernement rencontre des difficultés de payer régulièrement les indemnités kilométriques mensuelles. Et de souligner que les décideurs ne se sont pas approprié cette réforme. En outre, cette politique a produit des effets pervers parce qu’elle s’est étendue aux institutions à autonomie financière et de gestion.

L’IDEC soutient que la politique du charroi zéro n’a touché que 20% du charroi de l’Etat. Le gros des véhicules de l’Etat se trouve dans les ministères de la Défense et de la Sécurité publique. Et les administrations déconcentrées n’ont pas été concernées par cette politique.

Désormais, poursuit cet institut, le gouvernement éprouve des difficultés de doter d’avantages les ayants droit nouvellement nommés, de renouveler et d’entretenir le charroi de l’Etat restant.

En outre, il assure qu’il est difficile d’attribuer l’augmentation des budgets des ministères sociaux à la maitrise des budgets de cette politique. Même pendant les années où les budgets du charroi de l’Etat ont diminué, explique-t-il, les sommes de leurs réductions restent inférieures aux augmentations du budget du ministère de l’Education.

« Nous avons prédit l’échec de cette fameuse politique »

Lors de l’adoption du budget de l’Etat pour l’exercice fiscal 2018-2019, le président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda, a soulevé la question de l’indemnité kilométrique réclamée par la Cour des Comptes.

Domitien Ndihokubwayo, ministre des Finances, a accepté devant les élus du peuple que presque tous les ministères la réclame. Il révèle que certains fonctionnaires ont réclamé cette indemnité en se basant sur les textes de la mise en application de cette politique. « Mais, il est difficile de statuer que tel pourrait bénéficier ou pas de cette indemnité». En faisant une évaluation, continue le ministre, nous avons constaté qu’il y a des problèmes dans la mise en application de cette politique. « C’est évident que les objectifs visés par la politique du charroi zéro ne sont pas atteints ».

« Nous avons prédit l’échec de cette fameuse politique », soutient Gabriel Rufyiri, président de l’Olucome. Ce dernier affirme que cela se manifestait dans les ordonnances et les décrets d’application de cette politique. Il déplore, par ailleurs, que la distribution des véhicules de l’Etat était entachée de favoritisme. Les véhicules sont vendus à un prix vil alors que le gouvernement a déboursé des millions pour leur achat.

Gabriel Rufyiri : « Nous avons prédit l’échec de cette fameuse politique

En 2014, il fait savoir que toute personne nommée par décret devait bénéficier d’une indemnité kilométrique même si elle ne possédait pas de voiture. « Nous avons crié mais le gouvernement a fait la sourde oreille. Les ministres nous ont accusé de saboter les programmes du gouvernement.»

D’après cet activiste, cette politique n’a profité qu’une petite poignée de dignitaires. Et d’épingler les initiateurs qui ont profité du parc automobile de l’Etat : « Ils devraient être poursuivis en justice parce qu’ils ont induit en erreur le gouvernement. »

Le président de l’Olucome demande au gouvernement de mettre en place un audit d’urgence pour déterminer la manière dont est géré le parc automobile de l’Etat.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Un round des « leaders »

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Un round des « leaders »

Enfin, c’est officiel : le 5ème et « dernier » round du dialogue inter-burundais est fixé du 24 au 29 octobre. Les Burundais commençaient à se lasser de l’éternel report. Aussitôt annoncé, les politiques se creusent les méninges sur l’agenda (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

467 utilisateurs en ligne