http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/DG-Advisor-USAID-9-o-20-DEC.pdf
Société

Dialogue, clé de la réussite dans un couple 

22-05-2016

Les soupçons, les mésententes au sein d’un couple poussent l’un des conjoints à s’immiscer dans la vie privée de l’autre via son portable. Un sociologue suggère une discussion sur les attentes de l’un vis-à-vis de l’autre.

Caricature - article de Rodrigue
« Je fais attention à tous les messages ou photos que je dois garder dans mon téléphone », indique N.I. Marié depuis bientôt dix ans, il fait savoir que son épouse le soupçonne : « Comme je sais qu’elle est vraiment très jalouse, je fais toujours attention à tout ce qui peut créer une mésentente entre elle et moi. »

J.I., une mère d’un enfant de cinq ans, confie qu’elle n’a pas droit de toucher au portable de son mari : « Il est au courant que je le soupçonne de me tromper. Et il fait tout pour cacher son portable. » Son mari devient « muet », lorsqu’elle l’accuse d’entretenir des maîtresses.

« Depuis cinq ans que nous nous sommes mariés, nous ne nous sommes jamais disputés, si je l’accuse, il préfère se taire. Pourtant, je vois des messages et des appels suspects et certains de mes amis n’arrêtent pas de m’avertir. » Et d’ajouter aussitôt : «  Comme je ne l’ai pas encore pris en flagrant délit, je n’ai d’autre choix que de me calmer. »

Pour G.D., mariée depuis un an, il n’y a pas de vie privée entre elle et son mari. « Pas question de me cacher sa vie privée, je dois être au courant de tout ce qu’il fait. Et c’est pareil pour moi. Cela nous aide à avoir confiance entre nous. »

D.H., marié depuis deux ans, fait savoir que ce genre de problème ne s’est jamais posé dans son couple. « Nous ne nous surveillons pas mutuellement. Nous pouvons lire les messages de l’un et de l’autre et nous ne le faisons pas en cachette. »

«Le contrôle ne résout rien, mais empire la situation »

Le psycho-sociologue Paul Nkunzimana énumère plusieurs causes de suspicion au sein du couple : « Le manque de confiance vis-à-vis de l’autre, une mésentente, le problème de finances, différents niveaux socio-culturel des conjoints, des attentes différentes vis-à-vis de l’autre, etc. »

De plus, Pr Nkunzimana fait remarquer que  le contrôle de la vie privée ne résout rien, mais plutôt il empire la situation en renforçant les suspicions qui peuvent être fondées ou non. « Toutefois, les femmes ont tendance, dans notre société, à accuser les hommes, mais elles oublient qu’ils ont des relations avec des femmes. »

Paul Nkunzimana conseille aux couples de surmonter ces difficultés en engageant une discussion sur toutes les questions (sexualité, éducation des enfants, gestion des moyens, etc.) et surtout sur les attentes de l’un vis-à-vis de l’autre.

Publicité