Politique

Des fidèles de Rwasa traqués

Plusieurs ont été arrêtés depuis fin janvier, soupçonnés de battre campagne pour le non au prochain référendum. Le camp Rwasa parle d’une chasse à l’homme. Côté police, l’on met en garde quiconque sabotera le processus en cours.

Jean Baptiste Nzoyihera et Eric Rivuzimana, arrêtés en commune Ntega.

« Il ne se passe aucune journée sans que des gens soient arrêtés ou battus, soupçonnés de mobiliser la population à voter non au prochain référendum, alors que c’est faux », s’indigne F.M., fidèle d’Agathon Rwasa en commune Ntega.
Il fustige que les sympathisants de Rwasa soient mis aux arrêts alors qu’ils n’ont commis aucun crime. Jean Baptiste Nzoyihera, président du MJP (Mouvement des Jeunes Patriotes) et son collègue Eric Rivuzimana, chargé de l’idéologie et propagande, ont été arrêtés, le 25 janvier, sur la colline Karamagi de la zone Gikuyo par des Imbonerakure, dirigés par Bède Kwibuka et Léonidas Riberimana, président du Cndd-fdd sur cette même colline. « Ils ont ensuite été incarcérés au cachot du chef-lieu de la province Kirundo. Ils sont soupçonnés de battre campagne pour le non au prochain référendum. »

Nord du Burundi en province Kirundo. La tension est palpable, malgré un semblant d’accalmie. La population vaque à ses occupations quotidiennes. Boutiques et autres restaurants sont ouverts. Mais pour les fidèles d’Agathon Rwasa, plus l’on s’approche du référendum programmé pour mai prochain, plus la peur gagne les esprits.

Et pour cause, depuis début février, plusieurs d’entre eux ont été arrêtés. Le cas le plus illustratif est celui de Jean-Pierre Mushengezi alias Batanga, dont personne ne sait où il se trouve.

« Aucun sympathisant de Rwasa n’a été pourchassé…»

Secrétaire du parti Fnl-pro Rwasa à Rurembo, il a été arrêté, selon ses proches, le 6 février, chez lui sur la colline Carubambo de la zone Mugendo, en commune Ntega, alors qu’il séchait le riz qu’il venait de récolter. « Nous n’avons vu que sa chemise jetée dans les marais de la rivière Kanyaru. Nous ne savons pas s’il est mort ou vivant. »

Pour eux, la réponse à cette question est à chercher du côté de Daniel Mujambere, Oscar Bintunimana, Dismas Nkurintwari, Niyonzima et Birenguhore, des Imbonerakure qui l’ont arrêté sur injonction d’Alphonse Ntekere et Jean-Marie Mugumyankiko, respectivement chef des Imbonerakure à Ntega et président du Cndd-fdd en commune Ntega.

Interrogé, Philippe Ngabonziza, administrateur de la commune Ntega, réfute les allégations faisant état d’une chasse à l’homme à l’encontre des fidèles d’Agathon Rwasa par l’administration et les Imbonerakure. Il soutient qu’aucun sympathisant de Rwasa n’a été pourchassé ou appréhendé. «A Ntega, aucun parti politique n’est en train de battre campagne pour le non. Ce sont des rumeurs.» Concernant la disparition de Jean-Pierre Mushengezi alias Batanga, Philippe Ngabonziza indique que ce fidèle de Rwasa est une personne qui aime voyager. «Il aime aller au Rwanda. Sa mère m’a confié qu’il est pour le moment en commune Marangara.»

Arrestations tous azimuts

Agathon Rwasa : «Parce qu’on sait que tel est un fidèle de Rwasa, il est facile de dire qu’il va voter non. »

Les mêmes scènes ont été observées dans la commune Nyamurenza de la province Ngozi. Un certain Evariste Harerimana a été arrêté par une foule d’Imbonerakure, accompagnée par Léonidas Minani alias Savimbi, chef de zone, et un agent de la police du nom de Munezero vers 11h30. « Ils sont entrés dans une salle de classe de l’école Kinyovu et ont appréhendé la victime devant ses camarades et son enseignant sans que personne ne lève le petit doigt. Ils l’ont ligoté. »

Deux jours après Evariste Bucumi, élève au lycée Nyamurenza, et Moïse Uwizeyimana du lycée Communal Gasegerwa ont également été arrêtés. Le lendemain, Saleh Bizimana, le chef de MJP (Mouvement des Jeunes Patriotes) Nyamurenza, enseignant à l’Ecofo Shinge, et Zephyrin Bucumi, élève au lycée communal Kinyovu, ont été arrêtés. Ils sont tous originaires de la colline Masama. L’ordre de les arrêter aurait été donné, selon nos sources, par Bosco Ndayishimiye, chef des Imbonerakure en province Ngozi, natif de Masama. Ses complices dans ces arrestations sont Dieudonné Niyonzima, administrateur communal de Nyamurenza et Hassan Rumbeti, commissaire de police. Les victimes ont été enfermées dans un endroit tenu secret près d’une position policière située à côté du marché de Birambi.

Le Sud n’est pas en reste. En province Rumonge, Chadrack Mbonwanayo (30 ans), secrétaire du MJP (Mouvement des Jeunes Patriotes), Diomède Batungwanayo (50ans), président du Fnl dans la zone Murago, et Donatien Munjeri (38 ans), mobilisateur politique et professeur à l’ECOFO Kesha, tous de la zone Murago de la commune Burambi, ont été arrêtés le 9 février, accusés de mobiliser la population à voter non au prochain référendum.

Contacté, Agathon Rwasa assure que ses fidèles ne sont pas en train de battre campagne pour le non. «Et pourtant, le Cndd-Fdd et le pouvoir font la campagne pour le oui alors que, selon la Ceni, il n’est pas encore temps.»

Gare à ceux qui vont entraver le référendum

Pour le premier vice-président de l’Assemblée nationale, si l’administration ou la police devait appréhender des individus, elle arrêterait ceux qui battent campagne pour le oui. «Parce qu’on sait que tel est un fidèle de Rwasa, il est facile de dire qu’il va voter non et de prétendre qu’il fait campagne.»

Pierre Nkurikiye : « La police a reçu des ordres très clairs de rigueur et de fermeté. »

Ce qui est étonnant, estime-t-il, c’est qu’on arrête des gens dans les champs, sur la voie publique ou un individu qui est seul et ils prétendent qu’il est en train de battre campagne. «Comment ? C’est une injustice flagrante.» Pour lui, c’est cela qui entache la réputation de l’administration. «Et quand il y a des gens qui sortent leurs rapports, on commence à dire que c’est archifaux alors que les faits sont là et qu’ils sont vécus au quotidien par tout le monde.»

Côté police, les dés sont jetés. Lors d’une conférence de presse sur l’état sécuritaire du mois de janvier, Pierre Nkurikiye, porte-parole du ministère de la Sécurité publique, n’a pas fait dans la dentelle. « La police met en garde toute personne, burundaise ou étrangère, qui tentera d’entraver le référendum et les élections de 2020 ». Et d’appeler les jeunes à lire les signes du temps. «Les choses ont changé ». Selon lui, les périodes où un politicien pouvait pousser les gens à perturber la tenue des rendez-vous cruciaux qui «déterminent l’avenir du pays», sont révolues. « La police a reçu des ordres très clairs de rigueur et de fermeté », a-t-il conclu.

Forum des lecteurs d'Iwacu

16 réactions
  1. Gacece

    @SENYAMWIZA Jean Claude
    Alors si comme vous le dites vous avez un dictateur, il va falloir faire appel au peuple burundais pour relever votre défi. Mais je doute de votre succès!… surtout quand il s’agit d’affirmations surfaites!… Cfr : May 13th, 2015.

  2. SENYAMWIZA Jean Claude

    Si ma mémoire est bonne, les massacres des fidèles de Rwasa ont commencé avec les tueries de Muyinga en 2006 où plus de 30 personnes etaient sommairement exécutées et jetées dans la Ruvubu. Le comanditaire de ces executions extrajudiciaires, en l’occurence le Colonel Vital BANGIRINAMA, était même jugé et condamné mais n’a jamais purgé sa peine au contraire il a été exfiltré pour être envoyé en Tanzanie. A l’époque, on croyait que ces incidents etaient isolés. On s’est trompé beaucoup car on ne savait pas que les viols, les enlèvements et disparitions forcées ainsi que les assassinats ciblés d’innocents allaient se généraliser purement et simplement avec la contestation du 3ème mandat de Président Fondateur. Comme le disait François Mitterrand « un dictateur n’a rien de concurrent à sa taille sauf si le peuple décide de relever le défi »!!!!!

  3. Gacece

    @nunu naho
    Je peux vous garantir que le pays est vrai! Pour les deux autres mentions de votre questions, je ne peux pas répondre pour la police. Allez leur poser la question!

  4. nunu nado

    Quand est-ce qu’on aura un vrai pays ou la police securisera tous les citoyens sans exception et ou cette derniere redeviendra apolitique?

  5. Gacece

    Question : Sont ils « arrêtés » parce qu’ils sont des fidèles de Rwasa?… ou parce qu’ils ont exercé des activités illégales?

    Entre les deux, il y a toute une nuance. Sinon ce serait « tous » les fidèles de Rwasa qui seraient traqués.

  6. Gacece

    Vous n’avez pas raison d’avoir raison!

  7. Gacece

    @kabingo dora
    Disons que même si je ne suis pas une lumière (mais je peux la suivre!), je peux affirmer, sans me tromper, que vous avez raison de ne pas avoir raison!… Et ça fonctionne aussi dans l’autre sens : Vous avez raison de ne pas avoir raison!

  8. Gacece

    @« kabongo »
    Êtes-vous jalouse? Ou est-ce un manque d’argument? Ou êtes-vous êtes vous frustrée de ne pas pouvoir m’empêcher d’exprimer mon point de vue! Tout à la fois?

    Approchez-vous plus près de moi que je vous donne un peu de cette lumière!

  9. Gacece

    @Mafero
    Le Ministère de la Sécurité publique fait partie du même système. Au moins vous avez compris! Il j’y a rien d’autre à comprendre.

  10. Mafero

    @Gacece: C’est cela la réponse d’un singe qui donne les « signes du temps. »

  11. kabingo dora

    @ Gacece
    gacece est une lumière , Il raisonne donc , ca fait rire ? Je comprends pouquoi il votera NON au référendum !!!

  12. Kimeneke

    Aba dd ngira muriko murisema amatora yaraheze none abobantu mubahigako iki koko

  13. Pablo

    @Gacece

    La police relève du « Système » ; avec un peu d’effort vas -y comprendre !!

  14. Gacece

    @Mafero
    Si vous savez un peu raisonner, vous devriez découvrir, avec un peu d’effort, que la police relève du Ministère de la Sécurité publique. La police malmène de « paisibles » citoyens? C’est peut-être sur ce mot, « paisible », qui est mal interprété.

  15. Rupande

    Nous vivons dans un pays a l,anvers ou l’injustice est le maitre du jeu, comment pouvons-nous nous expliquer qu’on arrête seulement ceux font la campagne pour le non et pas ceux qui font la campagne pour le oui et ceux qui forcent les autres a s’enrôler aux elections.
    Pour les FNL de Rwasa je les dirai que meme s’ils font campagne pour le non, la CENI connait deja le résultat donc c’est un temps perdu.

  16. Mafero

    Cette police robotisée et la plus expérimentée de ce XXIième siècle étonne dans ses réponses! Elle ne précise pas cependant la personne qui a donné des ordres de malmener de paisibles citoyens.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

L’autre…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur L’autre…

La loi de proximité.  » Un des principes sacro-saints du journalisme. Contre toute attente, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe se retirent le 12 novembre de l’Accord de Genève  qu’ils avaient signé la veille pour désigner un candidat unique de l’opposition (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

551 utilisateurs en ligne