Politique

Consultations UE-Burundi : 45 millions de Fbu pour prendre en charge la délégation burundaise

03-12-2015

Union européenneC’est le montant que l’ambassadeur de l’UE à Bujumbura accepte de donner, dans sa correspondance de ce mercredi 2 décembre, adressée au ministre des Finances, du budget et de la privatisation. Et cela fait suite à une requête du gouvernement burundais. Pour les consultations prévues ce mardi 8 décembre, à Bruxelles (Belgique), dans le cadre de l’article 96 de l’Accord de Cotonou, le Burundi sera représenté par 18 personnalités.

Dans une lettre signée P.O par Marie Salomé Ndabahariye, secrétaire Permanent au ministère des Finances, Bujumbura demandait un appui financier (les frais de voyage et de séjour). Une demande dictée par les difficultés budgétaires que connaît le pays. Et pourtant, rappelons que dans une de ses déclarations sur les ondes de RFI au mois de septembre, Willy Nyamitwe avait déclaré : « Nous préférons vivre dans le peu, plutôt que dans le mépris»

  52   Vos commentaires
  1. avatar Euphrasie Ngoyi Geugbe

    @ Muhindi
    Mon ami tu commences à raisonner à l’envers!!!!???? Qu’est-ce qu’il y a?????!!!!!! Tu a tourné ta vision à 180 degré. Mais la soumission est déjà consommée. Dis-toi comment tu diras non a une personne qui te prend comme son enfant- elle t’achète des pantalons, des chemises, des singlets, des t-shirts, des chaussettes, des chaussures, des couches d’hivers, des brosses à dent, des dentifrices, du crème de beauté; elle paie tes frais de l’internat; elle te paie le ticket pour aller-retour apprendre la bonne gouvernance, la transparence, le respect des droits de l’Homme, la gouvernance démocratique, etc.; elle te pose des questions sur ton comportement et toi tu ne peux pas faire l’inverse, elle t’achète du café au lait; elle te nourrit matin, midi et soir; elle veuille sur ta sécurité, ta sante ; elle te laisse consommer son électricité et son eau pendant qu’elle te donne des leçons; elle te donne des chocolats que tu vas nous donner pour affirmer que tu as fait la classe en Europe (comme si tu ne pouvais pas acheter des chocolats sans l’appui extérieur). Bref, toute ta vie et celle de tes concitoyens sont dans ses mains. Toi-aussi MUHINDI, arrêtes de rêver. La flexibilité était d’y aller seulement; mais jusqu’à quémander, ça c’est de la soumission.

    • avatar Muhanzi

      Drôle de façon de décrire une relation parent-enfant! Depuis quand un enfant doit être soumis à ses parents?

      Si vous avez des enfants, changez tout de suite la façon dont vous les éduquez. C’est votre responsabilité de les nourrir, de les loger, de les habiller… et de les maquiller si besoin il y a! Et j’espère que vous faites cela parce que vous les aimez, et non pour les soumettre…

      Mais c’est peut-être cela le problème, ils sont tellement soumis qu’ils vous écoutent aveuglement quand vous leur demandez d’aller se faire tuer… « pour la liberté »!

      Et si vous êtes encore une « enfant » ou un adulte sans enfant(s), je vous dirai ceci : « Il ne faut pas croire à tout ce que vos parents vous ont raconté ou continuent de vous raconter! » Surtout s’il s’agit de sacrifier votre vie!… « pour la liberté! »

      Aucun parent ne devrait oser demander à son enfant de se sacrifier pour lui! C’est plutôt le parent qui devrait se sacrifier pour ses enfants et non le contraire!… Parce que dans ce cas ce n’est plus un sacrifice, mais un SACRILÈGE!

      Alors que vos chefs prennent leurs responsabilité et aillent sur le front, ou à tout le moins arrêtent d’envoyer des enfants mourir pour « leur liberté »… là où ils sont!… ils sont libres en Belgique non? Et ils vous demandent de vous battre pour leur liberté là où ils ne sont pas!

      Et pour terminer, le Burundi n’est pas l’enfant de la Belgique, et cette attitude paternaliste a plus que duré. Il est temps que cela change. Tout cela pour démontrer la fausseté de votre analogie.

      VIVE LA LIBERTÉ DE L’INSOUMISSION!

  2. avatar NHJ

    Murayavuga uko muyiyumvira. None ikosa riri he? Batumiwe, barihiwe, uko none si ukubisembereza kugirango basabe ikigongwe. Ikigongwe caramye kandi uwugisaba azana n’ibisabisho. None ni nde yatumiwe? Aba DD canke CNARED? Abazungu berekanye ko bemera gouvernement mu kubatumira kandi ku representa u Burundi. None aho ntaco abarundi bokuramwo? Tureke gukoresha imvugo y’amacakubiri canke yo gupondana, tube realistes!

    • avatar Stan Siyomana

      @NHJ: »Les Blancs ont montre qu’ils reconnaissent le Gouvernement…/Abazungu barerekanye… »
      1. Cette delegation du Gouvernement burundais a quand meme ete invitee a participer a des consultations dans le cadre de l’article 96 de l’Accord de Cotonou (au Benin) de l’an 2000:
      « …2. a) Si, nonobstant le dialogue politique sur les elements essentiels prevus a l’article 8 et au paragraphe 1a du present article, une partie considere que l’autre manqué a une obligation decoulant DU RESPECT DES DROITS DE L’HOMME, DES PRINCIPES DEMOCRATIQUES ET DE L’ETAT DE DROIT vises a l’article 9, paragraphe 2,elle fournit a l’autre partie et au Conseil des ministers, sauf en cas d’urgence particuliere, les elements d’information utiles necessaires a un examen approfondi de la situation en vue de rechercher une solution acceptable par les parties… »
      (Voir « Accord de Cotonou:En quoi consiste l’article 96 de cet accord », http://www.radio-kankan.com,15 mars 2010).
      2. Donc le CNARED (qui n’est pas signataire de l’Accord de Cotonou) ne pouvait pas etre invite a ces consultations. negociationsdevra quand meme expliquer pourquoi son pays a viole lJe ne crois pasC

  3. avatar IMPUNEMENT

    Mes chers amis,comme vous le savez,la main qui donne est toujours au dessus de celle. ET…CELLE QUI DONNE PEUT S’ABSTENIR. Et que fait l’autre?…

  4. avatar turagisangiye

    de toute façon;nyamitwe devrait avoir honte de cette déclation sinon il y quelque chose qui se cache deriere! récement dans un communiqué du fameux parti au pouvoir on a déclare que le burundi se couvre en tout et partout mais on quemende en plein air pour se rendre dans des pourparlers avec l’union europeenne! on meme qualifié l’union europenne comme un colonisateur donc il n y a pas raison d’aller discuter avec le colonisateur sinon il faut oser dévoiler la vérite meme si ça blesse que le burundi a besoin et aura toujours besoin de l’union europeene quoiqu’on veule ou pas!

  5. avatar Inyankamugayo

    « Nous préférons vivre dans le peu, plutôt que dans le mépris». Bien dit! Ce qui me surprend en Afrique est que la maladie de quémander nous est devenu chronique. Pourquoi pas ne pas y envoyer un nombre réduit de personne se contentant de ce que la caisse de l’Etat dispose.

    Arrêtons de jouer à la pharisienne.

    • avatar I love Burundi

      Parce qu’il faut leur faire des achats pour les jours de fete – Noel , nouvel ans 🙂

  6. avatar AFRIKA

    Mukirundi bati umwana anyamumpetso bakayimuhekamwo, uburundi uyo mubani waraye ubashitseko. Nakamuna,Nyamitwe ati ntamfashanyo zabazungu dukeneye agaca asaba umuzungu itike rimujana kwiyamiriza iyotike ahawe nyene numuzungu.Nyamitwe nabo bikorana ntibigeze bamenya ingorane z’Abarundi twobasaba kwinumira, abazi ikibazo cabarundi bazogikemura.

  7. avatar Muhindi

    Peu importe la source de ces frais et les raisons contenues dans vos interprétations!… tant que cette somme ne sort pas des caisses de l’État, ils ont mon soutien pour y aller.

    De toute façon ce sont les pays de l’UE qui bénéficient le plus du maintien du Burundi dans cet accord. Rappelez-vous que le Burundi Importe plus qu’il n’exporte et qu’il y a d’autres marchés (autres que l UE) prêts à sauter sur l’occasion d’importer notre café, notre thé et notre coton.

    Par ailleurs, la majorité des brasseries et autres grands commerces établis au Burundi appartiennent ou sont administrés par des intérêts des pays européens.

    Ce sont là des sources de revenus qui, même minimes, continuent à renflouer les comptes et les poches des contribuables de ces pays (et partant les coffres de leurs ) qui veulent continuer à tenir notre pays en laisse.

    Ne comparez pas la flexibilité à de la faiblesse ou à de la soumission! On le saura bientôt s’ils s’en vont se soumettre… ou pour uniquement défendre les intérêts économiques du pays… C’est comme cela que fonctionne un partenariat : gagnant-gagnant.

    • avatar Stan Siyomana

      @Muhindi: « …prets a sauter sur l’occasion d’importer notre café, notre the et notre coton… »
      1. Ca pourrait etre vrai peut-etre pour le the puisque son prix (determine par le jeu de l’offre et la demande) aux encheres de Mombasa au Kenya est en hausse et etait d’environ 2,45 dollars americains ($) par kilogramme (kg) en decembre 2014 et d’environ $3,90 par kg en octobre 2015.
      (Voir « Tea monthly price-US cents per kilogram », http://www.indexmundi.com).
      2. Par contre, si le Burundi perd les privileges de l’African Growth and Opportunity Act (= vendre certains de ses produits sans payer des droits de douane aux etats-Unis) et perd le marche de l’Union Europeenne, il aurait des difficultes d’ecouler son café et son coton dont les prix ne font que chuter sur les marches internationaux.
      Le prix du café a chute de $3 par livre (=pound=450 grammes) en mars 2011 a $2 par livre en fevrier 2014 a $1,22 par livre aujourd’hui.
      Le prix du coton a chute de $2 par livre en mars 2011a $0,64 par livre en octobre 2015 et $0,62 par livre aujourd’hui.
      (Voir « Coffee », « Cotton #2 », http://www.nasdaq.com).

    • avatar HABONIMANA

      « Le Burundi importe plus qu’il n’exporte ». Le mot « plus » est très significatif même si vous semblez l’ignorer dans votre analyse. Pour vous inciter à être plus explicite, pourriez vous nous préciser par quels moyens le Burundi peut se permettre d’importer « plus qu’il n’importe ».

    • avatar Mandela

      Hahahaaaaaaaaa………le ridicule ne tue pa. Bavyita umwigovyoro. Unio Europenne igukeneye ko iki. Saba hanyuma mwinumire sha!

    • avatar Jean Paul

      Ton commentaire est absurde dans la mesure où tu prétend que le Burundi bénéficie plus à l’Europe que l’Europe bénéficie à notre chère patrie. Faisons les maths:
      1. Le Burundi reçoit plus de 52% de ses fonds des bailleurs extérieurs en tête l’UE
      2. Les recettes provenant du café, thé, cotton et autres exports plus les taxes perçus par l’OBR constituent les 48% restant. De ces 48%, le Burundi ne saurait faire des importations et payer ses fonctionnaires et autres dépenses telles l’intendance des autorités, service des dettes intérieures et extérieures. Donc si on importe, on importe grâce aux aides reçues pour combler le vide budgétaire qu’accuse le Burundi

      En conclusion, sans aide extérieure, la vie nationale serait paralysée à tel point que faire des importations serait une impossibilité. Si l’Europe arrêté d’acheter le thé, café et Cotton juste pour une seule saison…..c’est finit!

      Donc Mr/Mme Muhindi, voir revoir votre analyse, penses -y encore et vous verrez que le Burundi n’a d’autres choix que de se courber devant la volonté du donateur qui jusqu’ici est décent!

  8. avatar Rose Hakizimana

    Mbega bazosigura gute vya bitutsi batuka Ababiligi gushika aho babegeka ko Ndadaye ngo nibo bamwishe
    Bazosigura gute ama Radio baturiye, Bazosigura gute ubwo bukene bafise iyo bwavuye
    Mbega ho bazosigura gute ikituma bugaye amashirahamwe n ama compte yabanyeyo
    Baziguragute Ibiziga vy abantu bafatwa na polisi bukeye bagatogwa mu miserege bishwe
    Bazosigura gute ubwicanyi bukogwa aho abantu bacibwa imitwe canke bakabagwa
    Nukuri abo bantu n abanyshamba Uburundi bwaraguye mu kaga

  9. avatar Ngenzi

    Jew abantu barantwenza. Bararyoherwa nokubona igihugu gikwama ukamengo kidibiye bari murico bo baguma hejuru canke batard murico ababo baguma banywa amata nubuki!
    Sachez que le pays est comme un bateau. Quand ca coule, c est nous tous qui s enfonce! Pour les uns,arretez de celebrer a chaque malheur qui frappe et pour les autres, reconnaissez qu il y a un probleme qui necessite une solution! Nukuri tudahera turiko turatwenga!

    • avatar Jean Paul

      Personnellement, je n’aimerais pas que le pays se noie comme tu le dis. Mais on essaie de montrer que des autorités incompétentes et arrogantes sont entrain de provoquer cette noyade. C’est un cri d’alarme! Un mutegtsi qui comprend le jeu de la politique internationale ne pourrait jamais faire des déclarations incendiaires ngo ariko arihagararako sachant bien que le pays ne peut pas marcher sans aide extérieure. Ibaze nawe!

  10. avatar kan76

    Les DD, la queue entre leur pattes au pays de Louis michel…Deshonnorable nyabenda ou es tu ? Tu as trop siffler ton nationalisme dans nos oreilles. Tes camarades ont ils perdus la boussole? Sinon j’ attendais que cette delegation se rende en russie ou chine. Pourquoi demander au neo colonisateur une somme si ridicule .

  11. avatar Euphrasie Ngoyi Geugbe

    @duciryaninukuri
    Donc quand BAGORIKUNDA te convoquera au parquet general, tu va lui demande les frais de transport et de sejour a Bujumbura????!!!!!!!. Convocation ou invitation, « un homme veritable doit mourir comme un officier ». Les DD bafaditse. Ko bari bavuze ko badakeneye imfashanyo z’abakoroni, bategerezwa kuryumako. Ariko inda zabo ntizobemerera. Bumvise aho ihera rimota, ubugabo babusiga i muhira bakaryirukako. Ngabo aba DD

    Liberte

    • avatar Athanase Karayenga

      Larmes de joie ou de chagrin ?

      Avant de pleurer de joie, pour ceux qui soutiennent le troisième mandat, ou de chagrin, pour ceux qui sont hostiles à ce « mandat maudit », il faut se rendre à l’évidence. La demande de financement de la délégation gouvernementale constitue une honte, certes, mais aussi une astuce redoutable que les stratèges de Pierre Nkurunziza ont concoctée pour tendre un piège à l’Union Européenne et la ridiculiser.

      En accordant 22.000 euros à une délégation pléthorique de 18 personnes, l’équivalent de 1.222 euros par personnes, soit le prix d’un billet d’avion par personne, l’Union Européenne se prend les pieds dans le tapis. Pas sûr, d’ailleurs, que le gouvernement de Bujumbura accepte de payer les frais d’hébergement, de nourriture, de transport local et de communication. Qui paiera alors les frais quotidiens et habituels de subsistance pour tous les membres de la délégation ? Sans doute que le gouvernement compte sur la magnanimité de l’Union Européenne pour que l’organisation paye aussi ces frais de séjour. Ceux-ci permettront à ces messieurs-dames de faire des achats de cadeaux de Noël et mener une vie de pacha à Bruxelles.

      Si l’Union Européenne ne paye pas la totalité de la facture, Pierre Nkurunziza et ses stratèges vont hurler d’une joie sadique : « Vous voyez comme l’Union Européenne n’est pas sérieuse. Elle veut une consultation dans le cadre des accords de Cotonou ? Alors qu’elle en paye la facture. Si elle ne paye pas, la délégation du Burundi ne viendra pas. Le Burundi, asphyxié par la suspension des aides de l’Union Européenne, a d’autres chats à fouetter. »

      En définitive, Pierre Nkurunziza et ses stratèges rejetteront la responsabilité de l’échec des négociations sur l’Union Européenne. Puisqu’elle n’aura pas payé la totalité de la facture afin que la délégation surdimensionnée des « négociateurs » se rende à Bruxelles.

      En clair, la stratégie de Pierre Nkurunziza consiste à culpabiliser l’Union Européenne car le gouvernement autoproclamé de Bujumbura ne se sent absolument pas concerné par ces négociations organisées dans le cadre des accords de Cotonou. Pierre Nkurunziza a déjà violé l’Accord d’Arusha qui revêt une importance autrement plus grande pour le Burundi que les accords de partenariat UE-ACP. Il n’en n’est donc pas à une violation près d’accords qui lient le Burundi à la communauté internationale. Pierre Nkurunziza et ses stratèges, selon l’expression d’Alain Guillaume Bunyoni, « s’en fiche éperdument. »

      L’article 96 des Accords de Cotonou, prévoit qu’en « cas de non-respect des éléments essentiels de l’accord que sont les droits de l’homme, les principes démocratiques et l’Etat de droit », le pays coupable peut être exclu des bénéfices supposés dont profite le groupe Afrique-Caraibe-Pacifique engagés dans un partenariat avec l’Union Européenne.
      Or, Pierre Nkurunziza et ses stratèges n’ont cessé de donner des signaux très clairs que les droits humains, les principes démocratiques et l’Etat de droit, ne constituent absolument pas sa tasse de thé. Encore une fois, « il s’en fiche éperdument. »

      A la veille de l’ouverture des négociations annoncées avec l’Union Européenne, le gouvernement de Pierre Nkurunziza suspend une dizaine d’associations de la société civile, exclut des forces armées des présumés coupables de coup d’Etat avant jugement, maintient l’interdiction aux médias privés et détruits par la police, accentue la pression sur le dernier média libre, Iwacu. Plus grave, les cadavres de victimes torturées par la police, la milice imbonerakure et les services de renseignement avant d’être égorgées sont jetées comme « des déchets humains » sur la voie publique. Des milliers de citoyens ont été poussés à l’exil et d’autres croupissent dans les geôles du pays.

      L’Union Européenne et la communauté internationale pensent-elles vraiment que Pierre Nkurunziza et ses stratèges accordent une quelconque valeur aux négociations avec l’UE aujourd’hui et demain avec l’opposition politique ?
      Si elle croit à la sincérité de Pierre Nkurunziza et de ses stratèges, alors la communauté internationale et l’opposition politique « s’enfoncent le doigt dans l’œil jusqu’aux omoplates ! »

      Athanase Karayenga

  12. avatar RUGAMBA RUTAGANZWA

    Tout ce qui arrive à ce Gouvernement ne me surprend pas. Non seulement il est incompétent et violent, mais encore et surtout il ne s’imagine pas une seule fois que les ‘’bêtises’’ (passez-moi le terme) qu’il raconte jour et nuit est reçu 7/7 par les médias du monde entier presque en temps réel grâce aux technologies de l’information t de la communication. J’ai l’impression que Mr. NYAMITWE Willy, ‘’grand communicateur’’ de tous les temps du Chef de l’Etat, l’ignore. Si on alignait les contradictions de ce pouvoir en termes d’erreurs de communication, on lui décernerait simplement la médaille de la honte.

    • avatar SEMIGABO J.CLAUDE

      Willy Nyamitwe avait déclaré : « Nous préférons vivre dans le peu, plutôt que dans le mépris»!
      Maintenant avec les 45 millions de Fr Bu pour prendre en charge une délégation pléthorique de 18 participants, ils vivront dans les deux i.e. le peu et le mépris. Un proverbe ouest-africain dit que  »la main qui donne est toujours au-dessus de celle qui reçoit »… ! NYAMITWE devrait le savoir avant de se ridiculiser par une communication destinée à se donner de l’importance alors que pour survivre, le Gouvernement auquel il appartient dépend, a plus de 50% des aides étrangères, dont celles de l’UE. Le ridicule ne tue pas..!!!!!

  13. avatar Bamika Melchiade

    hhaha!! La réponse d’un AMBASSADEUR s’adressant à un MINISTRE des « Finances » qui demande frais de mission fait pitié, surtout quand on se rappelle les récents discours des autres membres de la petite clique encore derrière le mandat 3.

    En passant, puisque l’UE s’adresse à la partie burundaise en tant que représentant du Burundi, j’ose espère que les sindumuja seront du coté des esclaves pour représenter le Burundi.

  14. Iyi si iraga yagutse! Je ne voudrais pas revenir sur les propos inopportuns qui ont caractérisé les défenseurs assidus du pouvoir. Seulement, oser dresser, sans un rond, une liste de 18 personnes dont plus de 99% sont plus qu’inutiles dans ce qu’ils appellent négociation relève de l' »innocence ». Cela me semble d’autant plus vrai que quand des gens comme le Ministre de l’Intérieur qui est parmi ceux qui ont promis de pulvériser ceux qui ne sont pas sa tasse de thé, la Ministre de la Justice qui souhaité bienvenue dans les tentes aux gens chassés de leurs ménages sous peine de pulvérisation, le Ministre des droits de l’Homme qui n’a daigné lever le petit doigt pour s’opposer aux pires violations des Droits de l’Homme jamais vues comme l’émasculation, le Procureur Général de la République superviseur des arrestations et disparitions mystérieuses, et un DG de la Police complètement déboussolé de ses devoirs n’ont pas froid dans le dos quand il leur est assigné d’aller s’asseoir en face de ces Européens après les avoir traités de tous les maux et qu’ils se sentent importants parce qu’ils vont aller en Europe. En plus sans billet ni frais pour se prendre en charge! Comment imaginer que cette horde puisse parler aux Européens en les regardant droit dans les yeux? Impossible. Par conséquent, il n’y a pas de négociation. C’est ainsi que l’UE devrait prendre une décision directe et rapide et la communiquer au Burundi sans le ridiculiser une fois de plus, n’en déplaise pas aux délégués bien préparés pour une une prise en charge totale.

  15. avatar kindros

    Reka basha reka reka, abo ba DD nibagende bemere bahanurwe, nayo gutera akagere Union Europeenne babireke! Uno musi hariko hacibwa amazosi abanyagihugu nyarucari ejo hazoshikirwa abo nyene!!

  16. avatar Mudy

    Nibazako babona ko bibeshe niba batakishoboye kuba borihira abobarungitse munama!!!!Ubwo abanyagihugu,abakozi ba reta bobo bizogenda gute????Nabo nukubasabira???kandi ari ukubaho dans le peu que dans le mepris.Muratubariza

  17. avatar Inamuco Kabudesiya

    Je remercie l’UE pour cette petite enveloppe. Si un pays ne peut pas financer lui même les frais de voyage pour une équipe qui va dans les consultations avec l’UE pour sauver des centaines de millions d’EUROS qui risquent d’être geler , il fallait même ne rien donner. En plus la délégation est composé par les responsables directes de la répression et leurs acolytes. Il faut aussi dire que la délégation est pléthorique. La ministre de la justice est accompagné par le procureur juste pour bénéficier des frais de missions offerts sur le financement des « colons ».

  18. avatar Burundi

    on a accepté de contribuer a moitié c’est a dire 22.000.000 frbu ce qui reviendra a chacun 1300€. A peine suffira cette Somme Pour le Seul billet d’avion.

  19. Je vois des gens qui n’ont rien compris en matiere de nationnalisme. Sinon, pourquoi defendre toujours ces Blancs? Pensez vous qu’ils vous aiment? Ils ne cherchent que des interets. Le Ministere de l’Interieur doit doubler d’effort pour eduquer ces gens. C’est une honte pour le pays.

    • Une sortie ratée purement et simplement!

    • avatar Patience

      @ Micombero Jean
      Uvuze uti « Le Ministère de l’Intérieur doit doubler d’effort pour éduquer ces gens » ? Que veux-tu insinuer par-là ? Wewe utegerezwa kuba uri imbonerakure ikironka umushahara, canke uracaronka ayo wiba. None ya BRIC umaze imisi uhayagiza ntaco ikibaha ? Penses-tu que ce BRIC agira uniquement pour le grand amour qu’il porte envers le peuple Burundais, sans intétêts ? Ha, ha, ha, ha, pour le moment ce n’est que le début, ntaco murabona !!!

    • avatar KABURA JEAN CLAUDE

      @Micombero,

      C’est plutôt vous, Mr MICOMBERO qui n’avez rien compris au nationalisme. Apres avoir insulté et traité de tous les noms la Belgique et l’UE (discours incendiaires tres récents de Mr NDABIRABE et de Mr NYABENDA) vous voilà a genoux devant eux pour leur demander de vous financer une mission de travail… ! Vous n’avez vraiment pas honte ? Le ridicule ne tue pas… !

    • avatar Mandela

      Ce n’est pas les dd qui aiment le Burundi plusque les blancs mon cher. Ils arretent et touent tout le temps. C’est cela ton amour. ????

  20. avatar jose

    ahaaa quand le CNDD-FDD avait mobilisé ses membres a se ressambler autour de l’embassade de BERGIQUE demandant (assis)en lancant des injures contre les breges que le Burundi n’octroyera pas ses aides a la Bergique et que l’envoyer special du president devant les ondes de RFI a parlé que vaut mieux vivre dans le peux, c’est sera une ridicule si le soit disant gournement demande a ses berges de lui prêter une somme callosale de ses jours en Bergique cad que le notre gouvernement bientôt ne payera les fonctionnels qu’il ya une crise budjetaire. mais en vain tuzobakira, tubahe indaro

  21. avatar nzobibazwa

    Espérons que les 18 personnalités citées ne partiront pas tous en meme temps. Cela ne semble pas du reste rationnel. L’objet de la mission risque d’exiger plusieurs voyages avant d’atteindre leur objectif.

    • avatar Nzakaha Zacharie

      Il y a un moyen de réduire utilement les frais pour cette consultation, c’est que le Burundi accepte les remarques qui lui sont faites par l’UE et décide de remettre le pouvoir au peuple en démissionnant immédiatement.

  22. avatar congo

    Mr l ambassadeur, quand des hauts gradés militaires érigent des villas à plus de deux milliards de fbu il est difficile d admettre qu’ils manquent 45 000000 de fbu. Ceci montre l écart entre vos discours et vos actes bienveillants. Mr l ambassadeur, vive le 3e mandat.

  23. avatar Uwakera

    Non Monsieur/Madame la rédaction! Le Burundi n’a pas demandé ces fameuses consultations avec l’UE. C’est bel et bien l’UE qui en a fait la demande et c’est à l’UE de supporter toutes les charges afférentes à ces consultations, y compris les frais de voyage et de séjour des personnalités qu’elle force à se déplacer vers l’Europe. La demande du Ministère des Finances et tout à fait fondée, l’on ne doit pas supporter des charges pour des activités que l’on n’a pas prévues. Il faut que celui qui les prévoit en supporte les charges! D’ailleurs, si j’étais décideur, la délégation burundaise sera fait d’au moins 1000 personnalités pour faire dépenser plus à cette UE sans scrupules qui se permet de changer les agendas des gens comme bon lui semble. A bas le mépris!

    • avatar EN

      Malin ça.
      En suivant votre logique, je me demande même pourquoi le Gouvernement accepte de perdre du temps en envoyant une délégation !

    • avatar Nduwayo Christine

      Oui ne mélangeons pas les choses, effectivement la demande du ministre est fondée, même s’il n’y avait pas la crise au Burundi, ça se serait passé comme ça, c’est eux(EU) qui veulent et qui ont exigé ces rencontres, ils paient c’est comme ça que ça se passe.
      Ahubwo on se demande s’il n’aurait pas mieux valu donner cet argent à des institutions qui travaillent avec la population qui meure de faim au lieu de financer ce cinéma qui accouchera sans doute d’une souris.

    • avatar Jereve

      Que le demandeur supporte les charges, cela peut se comprendre. Dans ce cas, le Ministère des Finances aurait été bien inspiré de clairement avancer comme argument le fait que ces frais n’étaient pas prévus dans son budget. Au lieu de cela, il a donné comme argument les difficultés budgétaires que connaît le pays, étalant ainsi au monde entier la vérité que l’État cherche à tout prix de cacher. Le voilà pris au piège!

      • avatar Dieudonné Nsengankora

        Le texte du ministre (mais pas la demande elle-même) dénote une énorme désarticulation entre les organes (le gouvernement et le parti CNDD-FDD) qui dirigent le pays. Si les vues des dirigeants était partagées, le ministre aurait dû simplement réclamer le « manque à gagner » que l’UE doit au Burundi, conformément au discours du parti CNDD-FDD.

    • avatar zippo

      Faux, le gouvernement pouvait rester digne comme son communicant et dire « nous n’avons plus besoin de votre aide, nous ne participerons pas, car nous sommes fiers, souverains, puissants, indépendants et Dieu est avec nous pour que vive et prospère notre Puissante Patrie  » et demain nous travaillerons pour nous libérer de cette dépendance que nous ne reconnaissons plus ….. et c’etait réglé ….

      Mais non, ils ont juste dit :…..yoooooo Muzungu, donne moi l’argeeeeeeeent …….. que ce soit dans la rue ou avec un costume ( payé avec les perdiem de la précédente mission ) , l’esprit de looser reste le même ….

    • avatar Duciryaninukuri

      C’est vrai celui qui exige dialogue le finance ou bien ils viennent eux même au Burundi comme ça nos hôtels en profiteraient bien en plus.
      Qu’ils prennent en charge tout selon moi je suis de l’avis de ton commentaire.
      A malin malin et demi.

    • avatar Ruzi rwa Mubarazi

      Quand on m’invite, je paie moi même le déplacément et je prend aussi le soin d’amener quelque chose; un vin où de Heineken!

      • avatar duciryaninukuri

        Ce n’est pas une invitation c’est une convocation. Pour la fête oui il faut contribuer or ce n’est pas ici le cas. Comparaison n’est pas toujours raison mon ami.

    • avatar L'histoire est en marche

      As-tu la moindre idée de la raison pour laquelle ces consultations ont été initiées? Erega UE yoyo ikurikiza amategeko, kugira bahagarike coopération ils doivent d’abord engager des consultations kugira barabe que les problèmes posés ne pourraient pas trouver solution par la voix du DIALOGUE (j’insiste beaucoup sur ce point kuko muri cndd-fdd kirabagora cane gutahura). C’est ce que dit l’article 96 des accords de Cotonou qui régissent la coopération de l’UE avec les ACP (eh oui hariho abantu bakurikiza amategeko à la lettre). Ariko rro gouvernement yari gushobora kuborohereza akazi ikanyarutsa ibintu, il aurait suffi de décliner l’offre. Sauf que entre-nous, tuzi neza que le gouvernement n’aurait jamais dit non. Comme ils le font à chaque fois, ils y vont pour gagner du temps, faire des promesses qu’ils ne tiendront jamais. Ariko barahagabira, birya vyari ivya kera, amanyanga ntagikora. Qui a parlé de chant du cygne??

    • avatar Nyambere

      En plus, l’UE dépense sans compter car elle n’a de compte à rendre à personne,
      elle est différente d’un Etat qui ferait plus attention. c’est ainsi le bilatéral. Et quoi qu’on dise l’UE a besoin du Burundi et c’est réciproque! Dans l’autre camp, les dirigeants du CNARED auront eux aussi leur part, quand leur tour viendra. En attendant ils doivent faire montre de plus de sereinité. Mais si jamais la délégation du gouvernement parvient à démontrer que cette opposition radicale est derrière les violences à Bujumbura, utilisant notamment des enfants, j’ai peur qu’ils n’auront rien de l’UE, même dépensière!

      • avatar Stan Siyomana

        @Nyambere
        1. Seules une DICTATURE ou une republique bananiere peuvent se faire l’illusion/courir le risque de « depenser sans compter…et de n’avoir de compte a rendre a personne… ».
        2. Le site de l’Union Europeenne nous apprend ceci :
        « Gestion des fonds
        Les fonds de l’UE sont geres SELON DES REGLES RIGOUREUSES afin de garantir un strict controle de leur utilization et de s’assurer qu’ils sont depenses de facon transparente et responsable.
        Le groupe forme par les 28 commissaires europeens est responsible en dernier resort de la bonne utilization de ces fonds. Toutefois, la plus grande partie des fonds ETANT GEREE DANS LES PAYS BENEFICIAIRES, ce sont les Etats membres qui sont charges d’effectuer les controles et les audits annuels… »
        (Voir European Union: « Financement octroyes par l’UE », http://www.europa.eu).
        er s compter

  24. avatar Kimaranyi

    Si jamais Willy Nyamitwe serait conséquent de ce qu’il dit il ne devrait pas faire partie de la délégation qui quémande l’appui et encore plus pour les consultations qui se tiennent dans un pays qu’il qualifie de néocolonialiste . Heureusement que le ridicule ne tue plus

    • avatar karenzo

      Je ne pensais jamais qu’il y aurait une autre main tendu vers la Belgique de ceux génocidaire!! ils se mettent à genou devant les colonisateurs!!! HAHAHAHA

      • avatar Niyonizigiye

        Je me demande s’il reste encore des sages et patriotes au Burundi comme au temps de Rwagasore et Ngendandumwe, abandi bose bavuga amacakubiri, bakunda inda zabo

Publicité