Société

Commune Gihanga : controverse autour d’une expulsion

27/02/2017 Christian Bigirimana 7

Plus de 2000 personnes ont été chassées de leurs ménages dans la localité de Kagaragara, ce 20 février 2017, sur ordre du gouverneur. Elles l’accusent de convoiter leurs champs, ce que réfute l’intéressé.

Chassés de Kagaragara, ces familles ne savent pas où aller.
Chassées de Kagaragara, ces familles ne savent pas où aller.

Zone Buringa sur la route Bujumbura-Cibitoke, à deux cent mètres du cimetière de Mpanda. Un groupe d’hommes, femmes et enfants, apparemment désabusés, ne sachant pas quoi faire ni où aller, est entassé en bas de la route. Certains sont debout, d’autres, dont des enfants, sont assis à même le sol.

A quelques mètres, une femme, allongée sur une natte, a visiblement du mal à respirer. A côté d’elle, deux autres femmes sont en pleurs. « Où va-t-on aller », lâche la première. « Pourquoi sommes-nous traités de la sorte alors que nous sommes des Burundais », renchérit la seconde.

Selon Jean-Paul Nduwumukama, l’un des expulsés de Kagaragara, sept camions remplis de policiers et militaires lourdement armés ont débarqué dans leurs ménages dans la matinée de lundi 20 février. Ils ont ordonné à tout le monde de quitter les lieux. « Ceux qui vont s’y opposer seront battus puis emprisonnés. »

La plupart décide alors de se réfugier devant les bureaux de la zone Buringa. Mais le repos sera de courte durée car le lendemain vers 5h du matin, une dizaine de policiers et militaires les encerclent et les chassent de la zone Buringa. « Nous avons expliqué au chef de zone que nous n’avions nulle part où aller et il nous a rétorqué d’aller louer des maisons à Maramvya, Rukaramu, sinon de disparaître tout simplement comme si nous étions de l’’air. »

Une décision qui passe mal

Mardi, 21 février 2016- Ne sachant pas pas où aller, cette femme chassée de la localité de Kagaragara, en commune Gihanga de la province Bubanza pleure. Elle est parmi les deux mille personnes chassées de cet endroit sur ordre du gouverneur ©C.B/Iwacu
Une des expulsés de Kagaragara en pleurs, expliquant qu’elle n’a nulle part où aller

Ces familles estiment subir une injustice car elles sont installées sur place depuis 1952 pour certains. « Je suis née ici, m’y suis mariée et j’ai cinq enfants dont l’aîné est en classe terminale. »

Bien plus, indiquent-elles, l’Ombudsman avait plaidé pour qu’elles restent dans leurs ménages, lors de la 1ère expulsion fin décembre de l’année passée. « A l’époque, il avait été décidé que le gouverneur nous trouve d’autres terres où nous installer et nous donne des vivres tous les 15 jours, mais rien n’a été fait. » Et d’accuser le gouverneur de se cacher derrière des raisons sécuritaires et la volonté de protéger la réserve de la Rukoko : « Ces dignitaires se sont rendus compte que nos terres sont fertiles et ont décidé de nous en chasser par la force pour se les approprier. »

Pire, accusent ces familles, il existe des étables de vaches à l’intérieur de la Rukoko, mais comme ces vaches appartiennent à des dignitaires, personne n’ose les toucher.

Contacté, Tharcisse Niyongabo, gouverneur de Bubanza, rejette ces accusations : « La demande de l’Ombudsman était provisoire. Il n’a jamais été question qu’elles y restent indéfiniment. »

De plus, explique le gouverneur, les ministres de la Sécurité publique, de la Défense et de l’Intérieur ont fait une descente dernièrement sur les lieux. « Nous avons analysé cette question en profondeur en présence de ces populations qui prétendent y être nées. Mon équipe les a recensés et a vérifié leurs cartes nationales d’identité. Nous savons que 80% de ceux qui y vivent louent des maisons, 90 % ne sont pas natifs de Gihanga. » C’est pourquoi nous leur avons dit de partir où elles sont venues.

Tharcisse Niyongabo: « 90 % ne sont pas natifs de Gihanga. »
Tharcisse Niyongabo: « 90 % ne sont pas natifs de Gihanga. »

Triste et incompréhensible

Pour le député Fabien Banciryanino, élu dans la circonscription de Bubanza, ce qui arrive à ces habitants de Kagaragara est triste parce qu’il avait été convenu fin 2016 que l’administration allait les reloger ailleurs. « C’est incompréhensible de chasser des milliers de gens sans leur montrer où se réinstaller. »

A la question de savoir si les arguments avancés par l’administration sont fondés et ce qu’il compte faire en tant que député pour venir en aide à ces populations, le député se dit dépassé et ne pas comprendre la décision du gouverneur : « Ces arguments seraient fondés si le gouverneur leur avait montré où aller, sinon ils ne tiennent pas la route. »

Et de conclure qu’il est bizarre de chasser des gens pendant que le gouvernement appelle ceux qui ont fui le pays à renter : « Si ces habitants fuyaient à leur tour vers la RDC, ira-t-il les convaincre de rentrer alors qu’il les a chassés ? »

Forum des lecteurs d'Iwacu

7 réactions
  1. Meurlsaut

    @Kagabo
    Avec l’administration dd tout est pourri jusqu’au trognon! Et vous vous vantez- sans rire de honte- qu’avec les dd le ”temps de désordre est fini”. ”Véritable ignorance ou stupidité consciencieuse”.
    ”Rien-dit Martin Luther king-n’est plus dangereux au monde que la véritable ignorance et la stupidité consciencieuse”. A bon entendeur,salut!!

  2. Kagabo

    Mon cher Tanga, je ne sais pas si tu es un Murundi ou un étranger déguiser à un Burundais? Tu sais bien l’histoire du Burundi? Si tu sais bien cette histoire dont je te parle visite la? Et tu vas bien voir les conflits qu’on vu aujourd’hui bcp a pris des racines comme cette situation, où les gens vont venir et s’installer dans le terrain d’état ou des gens qui ont fui le pays pour des raisons que tu peux ignorer? arrivant dans ces propriétés, tout le monde les voient comme ils ils étaient dans le système et personne ne disait rien, et ils vont s’arranger pour avoir les papiers. Et aller voir combien de litiges qui sont dans CNTB et dans les tribunaux au pays? 80% des litiges dans nos tribunaux sont liés aux terres? tu ne te poses pas cette question? Jijuka muve ibuzimu muje ibuntu? Nous sommes dans 21 ieme siècle mon cher, oublions le passée désordonnée que vous avez crées de toutes pièces dans ce pays, n’amanyebwa ntavuze ngaha!!! Komera, kandi ndakwipfurije kuramba kuko uzobona vyinshi vyiza,

  3. nunu nado

    Ces gens qu’on voit courrir, on les a force de voter et maintenant on les force de quitter leurs demeures!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  4. tanga

    Honte à toi Kagabo.
    ” le temps de désordre au Burundi est déjà fini”, ça commence et c’est du jamais vu!! Vous ne compreniez rien de l’humanité , des droits fondamentaux , de la dignité , de la justice, j’en passe…., mu gihugu kirimwo abagabo suko bigenda, abantu , urubanza rurarama, abantu bakisigura, leta nayo igitanga invo zihagije . Nigihe vyari kugaragara ko atari iwabo, n’abarundi nta Leta yari kugira ivyo, urwo nurunani rwabasuma bihisha inyuma ya Leta..

  5. Kagabo

    Je pense que le Burundi existe avant début 1953? Alors, où ils étaient avant cette date? arrêtons de jouer aux chants et à la souris. Nibagende iyo baje bava!! le temps de désordre au Burundi est déjà fini. Et plus jamais du désordre organisé. Aho kuraba kure? Baragabanganijwe igihugu aho bagomba hose?? Barahendwa bubaka mu kiyaya ca Bujumbura, alors, ari ho tworimwe tukimbura les 4 saisons? Et voilà ikiyaya cose kigomba gihere. None biyumvira gute ko inzara itazotumara!!!!

  6. KABADUGARITSE

    C’est cela être réfugié dans sa propre patrie.-

  7. MOSES

    Et de conclure qu’il est bizarre de chasser des gens pendant que le gouvernement appelle ceux qui ont fui le pays à rentrer : « Si ces habitants fuyaient à leur tour vers la RDC, ira-t-il les convaincre de rentrer alors qu’il les a chassés ? »

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

De la ténacité à l’hémicycle

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur De la ténacité à l’hémicycle

Mardi 11 septembre, les parlementaires se réunissent à l’hémicycle de Kigobe. Ils débattent le deuxième rapport de la Commission d’enquête des Nations Unies sur la situation des droits de l’Homme au Burundi du 5 septembre. Ce dernier a accusé Bujumbura (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

366 utilisateurs en ligne