http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Editorial

Comment rejoindre la « coalition des enthousiastes » ?

Antoine KaburahePaul Kagame, Yoweri Museveni, Uhuru Kenyatta et Salva Kiir se sont rencontrés à Kigali, au Rwanda, le 28 octobre dernier, dans le cadre de la Communauté Est Africaine. Cette fois encore, la troisième fois, Jakaya Kikwete (Tanzanie) et Pierre Nkurunziza étaient absents.

Je ne vais pas parler de l’Ouganda, du Kenya ou du Sud Soudan. Mais de notre plus proche voisin, le Rwanda. On me traitera d’antipatriote mais j’ose quand-même la question : pourquoi dans la sous-région l’on nous préfère le Rwanda ? Je sais que je vais m’attirer des foudres, on me dira qu’il ne faut pas comparer, que le Burundi est en « avance sur d’autres points » …
Peut-être que tout cela est vrai. Mais tout de même ! Quand des partenaires du Burundi se réunissent sans lui, trois fois, pour évoquer des questions économiques vitales, des «sommets tripartites sur les infrastructures», il faut se poser des questions.

Pourquoi on n’intéresse pas  ou si peu nos voisins? Salva Kiir, président d’un pays en plein boom économique, a manifesté sa volonté de s’associer au rapprochement entre les trois pays. Il a par exemple annoncé que les Rwandais n’auraient désormais plus besoin d’obtenir un visa à l’avance pour se rendre dans son pays…
Cette « coalition des enthousiastes», pour reprendre le mot de Jeune Afrique, veut « accélérer le transit des marchandises entre les trois pays. » Et ceci n’est qu’un aspect de cette volonté de travailler ensemble.

Il ne faut pas se voiler la face. Apparemment, le Burundi attire peu ses voisins de l’EAC. A défaut de l’indifférence, nos voisins nous traitent avec condescendance. Parfois, comme avec un grand malade, avec pitié.
Les autorités burundaises devraient s’interroger. Ce qui se passe dans l’EAC est grave. Au contraire de la grande Tanzanie, pour un petit pays comme le Burundi, cet isolement de fait peut-être fatal. Et dire que le Rwanda a presque la même taille que le Burundi…

  108   Vos commentaires
  1. Langa Source

    Chers internautes, Président Kikwete a lui –même reconnu qu’il ne voulait pas aller vite dans le processus d’intégration politique(fédération politique) et économique(monnaie unique), pour raisons des intérêt vitaux de la Tanzanie.Il veut seulement profiter des ces infrastructures(pipeline,railway,visa unique pour les touristes),mais pas de carte d’identité commune pour ressortissants de l’EAC et la libre circulations des personnes. Je pense que le Burundi ,pourrait gagner en gardant sa neutralité(ni à gauche,ni à droite)pour profiter de ces deux ports de Mombassa et Dar-es-Salam, mais cette position de chauve-souris pourrait lui couter cher, car pas de confiance pour l’un ou l’autre bloc.
    En plus, les intérêts économiques actuels obligent le Rwanda de solliciter son retour dans le CEAC, cinq ans après son retrait de cette communauté de l’Afrique centrale, comme l’a évoqué par la Ministre des Affaires Etrangères, hier à Brazzaville. Les raisons suivantes auraient motivé cette volte-face:
    • Rwandair effectue trois vols par semaine à Brazaville,Libreville,Lagos,Accra et bientôt Douala et Yaoundé.
    • Il vise le marché ouest africain de ses produits agro-pastorales (produits laitiers inyanges,les jus de maracouja,ananas,pommes,…
    Il se pourrait que le français fasse son retour dans l’enseignement pour garder le bilinguisme, malgré le lobbying des rwandais 100% anglophones pour garder le système actuel (difficultés d’apprendre le français).

  2. East African

    Nice question vyose n’imigambi ya Musevenyi, umusore wiwe Kagame agaca kurikira.

  3. Makaka

    “They call the tripartite ‘the coalition of the willing’. My question is ‘who, then, is not willing in the EAC integration process?’ Why don’t they invite us and see if we are willing or not?” Mr Kikwete asked.

  4. Analyse

    J’ai parcouru les sites Tanzaniens, apparemment, les autorites Tanzaniennes reprochent a Museveni la crise actuelle. En effet Kenyatta etait aller rendre visite a Museveni après son inauguration et ce dernier en a profite pour convoquer Kagame afin d’accelerer l’integration de l’EAC qui est ralentie par la Tanzanie. Museveni et son disciple Kagame ont une vision beaucoup plus federaliste que la Tanzanie.C’est ca le probleme. Oubliez les remarques de Kikwete et autres. Meme les Tanzaniens savent qui est responsable, Lisez leurs journaux: le plus grand federaliste de l’Afrique après Kgadafi: c’est Museveni.

  5. tik-tak

    Ivyavuzwe ngaha ni vyinshi ariko, jewe, ico nibaza ni uko ibihugu vyose bikeneraniye iyo vyumva bigomba gutera imbere, biciye mu nzego zose, demokarasi, ubutunzi, imibano, n’ibindi n’ibindi… Ariko rero, hari ikintu kimwe canke bibiri biba bigomba kubahirizwa n’impande zose zifuza gukorana: Kwemera gukorana biherekejwe no kwizerana, no kwubahana, biherekejwe no kwirinda kwikunda birengeje… Aha rero, simbona neza ukuntu ibi bihugu vyo muri EAC vyokorana muri ubu buryo, mugihe hari kimwe cama ciyumvira cikunda cane, cibaza ko abagomba gukorana naco bagomba kuza kugitwara ivyiza vyaco!!!!

  6. Langa Source

    Le dernier developpement sur ce dossier:La Ministre burundaise chargé de l’EAC vient de déclarer sur la radio RPA que le Burundi fera son choix d’appartenir à l’un ou l’autre bloc en gestation qu’après le sommet de cinq chefs d’Etats de l’EAC prévu fin Novembre 2013.Hier,le président Kikwete, dans son allocution au parlement, il s’est longuement expliquer sur l’isolement de son pays par les bloc des enthousiastes. Ils acceptent que son pays traine les pieds sur certains dossiers qu’il juge crucial pour son pays(carte d’identité unique, monnaie unique, fédération politique),mais qu’il ne quittera jamais la EAC. Il s’est posé la question si c’est lui en tant que personne ou son pays TZ ,pour qu’il ne soit pas invité dans les trois précédentes réunions.

  7. Coldman'Zi

    Des fois, on risque de coupabiliser le metier d’un journaliste alors que c’est un moyen efficace d’être éveillé et pousser de l’avant
    1. Don’t care
    Kaburahe Antoine attends et persiste sur la « coalition des enthousiastes »
    2. Care
    Et moi, je suggère de ne plus(jamais) penser ou oser rejoindre cette « coalition des ambitieux »

    • tik-tak

      @ Coldman’Zi: None ngaho wumva utwungiye iki? Ndabasavye ko mwoza muriyumvira ivyo mugire mwandike, imbere yo kugurukira kuri computer mu coupabliser à la place de culpabiliser! Ngira niho twoza turahanahana ivyiyumviro vyotuma dutera imbere…

  8. Vuvuzela

    Je suis inquiet de voir que le Burundi est « rendu en Zambie « sans avoir regle le « conflit » avec un de ses voisins immediats. Il ne faut pas que ca soit comme M23 qui, parait-il, est rendu en Ouganda, loin du RDC et du Rwanda.

    Je suis depasse par la geopo car elle est compliquee pour moi. Mais au fait, pourquoi on s’etire sans tentacules, on se casse en morceaux au lieu de coller nos morceaux?

    Je dois etre bete!

  9. Véritééé

    Je crois que la donne politico-strategique dans la sous région ne sera plus désormais la même dans le sous région. Avec la victoire de l’armée Congolaise dans l’EST de la RDC il est logique de penser que l’accès Kinshasa-Bujumbura-Daarselam est aussi viable et même plus profitable pour nous les Burundais.La vraie question est pourquoi le Rwanda ne veut pas s’y joindre? Il est claire qu’il y a derrière des raisons de politique interne à ce pays. Le plus grand malheur c’est qu’il cherche à y entrainer toute la région.

    • Muhima

      Ce n’est pas la vraie question, je regrette.

      Les vraies questions sont: Cet axe Dar-Bja-Kin est-elle viable?
      Le M23 etait le seul, ou meme le plus grand probleme de la RDC?
      Maintenant les problemes sont-ils finis dans ce « grand » pays? Et surtout « qu’est ce que le « petit » Burundi gagne, en s’associant avec deux pays qui semblent l’ettoufer: a l’est, le pays le plus fermee aux etrangers de la region, a l’ouest le pays le plus desorganisee du coin?
      Je ne vois pas, quant a moi, en quoi cette alliance irrealiste pourrait attirer un pays comme le Rwanda qui, lui, semble connaitre ou sont ses interets. Heureusement que Kigali ne nous a pas chasses, lui (contrairement a la Tanzanie, notre alliee, pariat-il!)

      • Inkuru1

        Muhima,
        Entre une alliance avec le Rwanda, Uganda et Kenya et celle avec la RDC et TZ il faut bien reflechir, en effet Rw, Ug and Kenya sont des pays fragiles mine de rien:

        Kenya: ICC est derriere Kenyatta, le pays peut sombrer dans une crise grave.
        Rwanda: Apres le depart de Kagame, c’est quoi la suite?
        Uganda: Apres le depart de Museveni, c’est quoi la suite?

        Tanzanie: pays stable ou la vraie alternance regne et plus riche que le Kenya, Rwanda et Uganda reunis
        RDC: la menace rwandaise qui creait le chaos (ellen n’est pas la seule) est partie, le pays va se stabiliser. Il ne fallait juste que trouver une formule solide: Force de Brigade d’Intervention.
        Les richesses sont enormes.

        Enre l’EAC et l’axe Dar-Bujumbura-Kinshassa, le choix est clair, les resources naturelles sont incalculables par rapport a l’EAC. Et devinez ou les echanges passeront: par le Burundi. C’est le seul lien terrestre entre l’Ocean Indien et Atlantique. Et le ministre Tanzanien de l’EAC a dit que c’est le plan B de construire une ligne jusqu’a Musongati et au Congo.
        Le Plan B est meilleur a mon avis.

        • Harintwari

          J’apprécie franchement les interventions des uns et des autres, il est clair que nous avons des têtes pensantes et bien de jeunes visionnaires, soucieux de l’avenir de notre peuple. Cependant bien de questions restent pour autant à poser:
          1)Qu’est ce qui est à la base de cette méfiance entre partenaires de l’EAC ?
          2) Comment se fait-il que nous ayions sacrifié tellement de temps, d’énergie et naturellement de fonds pour aboutir à une « impasse » et, à la fin, pour simplement conclure que nous allons créer une nouvelle alliance commerciale et économique plus prospère…..?
          bref, lessons learned. Il ne faudrait pas, à mon avis s’engager dans une autre structure régionale pour revenir une dizaine d’années plus tard et dire que ce n’est pas viable!!!!!!
          3) pour quoi devrait-on avoir les plans A et B ?
          4)Pour quoi pas un seul plan »A+B » qui inclue les deux dans une dynamique de coopération régionale intégrée ?
          5)Est ce que notre gouvernement n’est pas à mesure de gérer une structure relationnelle et diplomatique complexe ?

          Vous remerciant tous de votre contribution si riche
          HR

          • atos

            harintwari c est bon que vous aussi vous vous poser de telle question mais le A+B n est que une vision mathematique plus clairement dont la probabilite d accomplissement est nulle ou plus simplemet un projet impossible….sur la question de la division de la region de te proposer de te rendre sur le site IKAZE IWACU tu comprendras quel climat regne entre les autorites de nos pays…….ne t aurais tu pas poser la question de savoir pourquoi le renvoi des rwandais du Burundi a suivi le renvoi de ces derniers de la tanzanie….. si par hasard tu es en possession du reseau internet je te propose le site /ngako akarorero gato gusa ibisigay uzovyirabira………
            http://ikazeiwacu.unblog.fr/2013/10/31/perezida-nkurunziza-wuburundi-niwe-waburiye-kikwete-ko-kagame-agiye-kumwica/

  10. Salvation

    Recemment, il semblerait que plusieurs dirigeants Tanzaniens dont Kikwete et plusieurs membres du parlement veulent que la Tanzanie s’unisse avec le Burundi et le Congo pour creer une nouvelle communaute economique voici les detais:
    « Tanzanian authorities said on Wednesday they have opened talks with Democratic Republic of Congo and Burundi for creating a new economic and trade bloc as Tanzania and Burundi have been sidelined by the other three members states of the East African regional bloc, Kenya, Uganda and Rwanda. »
    http://www.coastweek.com/3644-focus-07.htm
    http://www.standardmedia.co.ke/business/article/2000096615/tanzania-decries-neglect-by-eac-member-states-eyes-partnership-with-drc?pageNo=1
    http://www.capitalfm.co.ke/business/2013/11/raila-warns-eac-against-isolating-tanzania/

    • RUGAMBA RUTAGANZWA

      La Tanzanie et le Burundi ont tout à perdre en quittant l’EAC. Ce qui leur a empêché de mettre en œuvre les décisions communautaires de l’EAC ne leur permettra pas non plus d’établir une nouvelle communauté économique sous-régionale fiable et viable. En partenariat international, il faut être sérieux, mettre en application ce qu’on a signé ou alors quitter le partenariat. En plus l’Ouganda avec la découverte d’importantes réserves de pétroles, le Kenya avec le développement extraordinaire du port de Mombassa peuvent se passer de la Tanzanie qui montre depuis très longtemps peu d’enthousiasmes à l’EAC. Le départ de KIKWETE en 2016 explique peut-être aussi pourquoi les 3 autres partenaires veulent avancer avec ou sans la Tanzanie. Ils misent sur le fait que le successeur de KIKWETE ramènera son pays dans le giron de l’EAC et il a tout intérêt à le faire. Concernant le Burundi qui est le partenaire le plus faible de l’EAC, il ne peut pas se désengager car cela serait une catastrophe pour ce pays enclave avec d’énormes difficultés économiques.
      Franchement parlant je ne vois aucun intérêt pour la Tanzanie de quitter l’EAC qui est son espace économique le plus intéressant, de loin devant la SADC et autres partenariats avec le Burundi et la RDC, des pays peu crédibles en matière de gouvernance politique et économique.

    • tik-tak

      @Salvation: Reka kuba mubeshera abantu ivyo batigeze bavuga. Heureusement, ko wabivuze au conditionel. Uwo Kikwete ubishera canke mubishera, yaraye avugiye imbere y’abashingamateka ba Tanzania ko atazokwigera ava muri EAC, ngo naho hari abagomba ko avamo!

      • atos

        c est la politique……
        si tu ne la comprends pas elle elle te comprends….washaka avuge ngwiki ??? rek sigaho wa muhungu we….
        en politique on ne se donne pas de baiser……………..

  11. Paul jami

    Source: The Standard (Kenya) 6 November 2013

    Concerning reports that Rwanda, Kenya and Uganda were isolating Tanzania and Burundi and subsequent reports that Tanzania may be forging a new union composed of Burundi, DRC and Tanzania, The Standard newspaper of Kenya quoted the former Kenyan premier saying:
    …“Kenya and the rest of EAC stand to suffer economically if Tanzania were to team up with DRC and Burundi in another union. The Tanzania-DRC-Burundi coalition would effectively block EAC, Kenya included, from accessing the markets of central and southern Africa”…

    “We must make no mistake about the potential might of the three states put together…”

    The EastAfrican (Kenya, November 2-8,2013) wrote extensively on the possible collapse of the EAC under the first-page headline: Is this the beginning of the end for EAC”. Concerning the mega projects targeted by Uganda, Kenya and Rwanda, the paper quoted experts saying:
    “…Experts however say, given the size of the projects, the countries will struggle to finance them…The planned Mombasa-Kigali railway is, for example, expected to cost $13billion, with the Kenyan segment alone projected at $7 billion. The section linking the Kenyan border town of Malaba to Kigali is estimated to cost $6billion – more than the entire government spending by Uganda and Rwanda this year, according to their respective budgets released in June…if there is no rethink or increased private sector participation in these projects, most of them will fizzle out in due time”

    My observation is that the so-called collapse of the EAC is a storm in a tea cup. The EAC secretary general also said that the misunderstandings between EAC member states was being ironed out. In my knowledge Burundi has never suggested that it would pull out of the EAC nor has the DRC said it would gang up with Burundi and Tanzania to form a union to counter the Uganda-Rwanda-Kenya bloc. Tanzania has also denied having said that. So who is out to divide us and for whose interest?

    Paul Jami

  12. twenga

    Que d’agitation pour si peu. Quant à moi, point d’envie envers l’Ouganda, le Ruanda et le sud Soudan. Je préfère perdre plus d’énergie à trouver d’abord une stabilité politique. Kagame et Museveni me rappellent Bagaza. Ce dernier reviendrait aux commandes, que la boucle serait bouclée. Ils sont certes bons pour des matières économiques, mais doivent accepter l’alternance politique. Ils sont justement si forts qu’ils devraient mettre en place une vraie démocratie. Et croyez moi, ils ne seront pas éternels à l’instar d’autres… Et le vrai problème est que la chute de ces pays sera inéluctable sans ces dictateurs. D’où la question, à quoi bon puisque’on connaît l’issue de tout ça.
    La charrue avant les boeufs, voilà ce qu’on bricole. Il n’y aura qu’un semblant d’économie forte, sans réel consensus politique. Nous n’échapperons pas à ce qui est logique: Accepter ne pas détenir l’ultime vérité de la part d’un seul homme, trouver des solutions à long terme pour l’alternance politique sans faux fuyants,…
    L’après Kagame fera très mal économiquement aux Rwandais, et pareil pour les autres Etats. Mais il est certain que l’après Nkurunziza nous relancerait si nous avons du moins la chance d’avoir un président ayant la maîtrise du monde de l’économie et des finances.
    So, les gars ne soyez pas pressés, il vaut mieux établir un bon fonctionnement politique, même si ça doit nous coûter encore 5-10 ans, que la précipitation.
    Après tout, rappelez-vous de Bagaza… Et pourtant voyez aujourd’hui le résultat. Je l’ai dit la charrue avant les boeufs, ça ne sert à rien.
    Donc, encenser des pays dirigés par des dictateurs, c’est du bien connu, bien minable.

    • Vuvuzela

      @twenga,

      J’espere que votre « sourire » est reel. Si c’est vrai, vous avez raison quand vous suggerez de batir sur une fondation solide (assainir le volet politique d’abord) avant l’economique (c’est ce que j’ai compris de votre commentaire). Sauf que, dans le cas de chez nous, on semble privilegier l’economique comme dans les pays cites dans cet article, a telle difference que, a mon avis, nous le faisons un peu en desordre.

      Comme disait??: « sois le meilleur quoi que tu sois. » Est-ce notre cas?
      J’espere que les prochains 7 ans seront meilleurs pour nous. Car DD termine la phase d’apprentissage avant les elections de 2015 pour mettre en application ce que vous suggerez.juste apres les elections. Patientons dans la douleur!

    • Soleil vugukuri.

      Très bon commentaire. Je ne veux rien ajouter tellement tu as été explicite.

    • STINDA VICTOR

      Pour ceux qui se sont transformés en spécialistes de la sous-région, je ne vois pas la dimension géopolitique ou régionale dans vos analyses en rapport avec les conflits régionaux.
      Le rapprochement économique est un prétexte qui cache un agenda politique mais sous forme de rapport de forces au cas d’un conflit ouvert avec un état voisin plus puissant.

      L’initiateur de ce rapprochement sait que pour survivre il doit faire une alliance politique et économique solide pour tenir tête à un voisin qui est militairement menaçant.
      Tout commence dans l’Est de la RDC avec la chute de Goma, fin 2012, le changement de la diplomatie américaine dans le sous-région, les alliances forgées par la RDC et ses réussites diplomatiques depuis une année. Selon moi tous ces facteurs combinés, composent les principaux éléments précurseurs de cette nouvelle alliance naissante.

      La fin de l’influence de certains pays dans l’Est de la RDC signifie le début des problèmes chez eux et ils font tout pour parer à cette éventualité.
      La meilleur façon est de former une alliance capable de faire face à celle qui s’est forme autour de la RDC; la Tanzanie et l’Afrique du Sud qui ne cachent pas leur soutien militaire mais aussi le lobby fort français à l’ONU et les belges en douceur.

      Le Rwanda gagne de cette alliance sur tous les plans; politique, économique et militaire, l’Ouganda au niveau économique tandis-que le Kenya se fait tout simplement avoir.
      L’exécutif kényan a un problème avec la court pénale internationale et la promesse de certains pays de l’aider à règle ce problème est son seul intérêt dans cette alliance.
      Mais ce problème ne se réglera pas avec le seul concours des pays de la région et plus tard le Kenya verra à coup sûr qu’ on a profité de sa faiblesse, donc pour moi cette alliance n’est pas là pour durer surtout sans le Kenya qui est l’élément fort et convoité par les deux autres.

      L’initiateur de ce rapprochement savait très bien que le Burundi sera naturellement(par ses dirigeants) du coté de la Tanzanie. D’ailleurs les Tanzaniens n’ont jamais digéré le rapprochement  »forcé »entre le Rwanda et le Burundi au détriment de leur relation avec le Burundi qui étais supposé être privilégiée par Bujumbura.
      Ce rapprochement (Burundi-Rwanda) a pris forme sous une peur, entre les deux pays, de voir l’autre faciliter sa déstabilisation.
      Or pour le Rwanda son plus grand souci n’est plus une rébellion(parce qu’il peut faire avec) mais plutôt un état voisin plus fort économiquement, plus puissant militairement et bien coté aussi, grâce à sa stabilité politiqué car la Tanzanie est le seul pays que le président américain Barack Obama a visité dans la région.
      Le président Rwandais un visionnaire et a anticipé un problème naissant mais il reste à voir comment la Tanzanie va réagir à ce coup de maître rwandais.

      Une chose est sure, le Rwanda sait que il a besoin d’un soutien fort dans la région plus que jamais et le Burundi a tout à gagner en restant neutre pour le moment mais si un conflit ouvert éclatait un jour il(Le Burundi) n’aura pas le choix de se ranger du coté de la Tanzanie ce qui sera une décision naturelle.

      Pour ceux qui ne voient que une dimension économique dans cette alliance je vous conseille fortement de prendre du recul et surtout vous détacher de vos émotions envers les dirigeants burundais et vous y verrai clair. Le rapprochement économique est une leurre…
      Le Burundi est bien dans sa position actuelle parce qu’il n’a pas encore eu besoin à choisir entre trois de ces voisins du moins officiellement…

    • Muhima

      Hahahaaaaa, parce que notre chere patrie, le Burundi est une democratie? hahahahaaaaaa! Merci pour l’appreciation de notre cher Muzehe, Umutama, Nyenicubahiro… Pere et pasteur de son peuple! C’est quoi cet aveuglement? Pour habiter l’Ouganda -il m’a fallu me casser pour gagner ma vie- je prefere 1000 fois Museveni a Nkurunziza, y compris sur le plan de la democratie. Et le Rwanda aussi ne se porte pas mal, contrairement a notre pays avec ses Imbonerakure.

      • atos

        Muhime we
        tout simplement nuko abarundi mufise umunwa muremure…..nay nahand zirara zirasha bwaca zikazima….gusa nuko kandi tout est psychique tu as droit de dire tout c que tu veux…..j aurais aime que tu sois rwandais et que tu dises ca…tu aurais compris ce que tu as dit et tu aurais bien appris faire la comparaison….havuga uwo bubezwe nayo bujany n icibo ntaryo uraonk uvuga……

    • Nkeshi

      @ Twenga

      Hewe! Vas faire tes recherches pour savoir comment les « dragons  » asiatiques se sont develeppes! Pays sans resources naturelles comme nous (Burundi Rwanda). Ces pays se sont developes grace a des « dictateurs » a la Bagaza et Kagame. A la fin ce qui compte plus c’est le develepement de nos masse populaire by any means necessary. Ils ne vont pas manger iyo « alternance », democratie, droit des medias, Olucome etc……

    • Harintwari

      Cher Twenga,

      Votre observetion est très pertinente et je vous remercie de votre contribution. Je trouve néanmoins que nous pouvons en même temps travailler pour la stabilité politique et assainir nos relations avec les voisins. Je pense aussi qu’il n’y a pas du « temps pour la stabilité politique » et du « temps pour la croissance économique ». Les deux devraint avancer en même temps et ce dans une logique plutôt holistique.
      En fin, si nous admettons votre thèse, nous n’allons pas quand meme nous « exclure » de la Communauté Est Africaine,parce que KIGALI et KAMPALA accusent des manquements démocratiques, qui seraient par ailleurs comparables aux notres. Croyez-moi la RDC, la Tanzanie affichent très peu d’avancées démocratiques par rapport au Kenya, Rwanda et Ouganda.

      Respectueusement

  13. Langa Source

    D’accord avec l’analyse de Mr.PCE! La sympathie du président Kikwete envers les FDLR,est l’une des raisons du Rwanda,de se détourner complètement de la Tanzanie. Le pouvoir actuel au Burundi ayant reçu l’appui militaire et politique lorsqu’il était au maquis, du gouvernement tanzanien de l’époque(CCM),il a un devoir (dette morale) de se ranger du coté de Kikwete dans le différend qui l’oppose à Kagamé.
    Donc,il est tout à fait simple de comprendre la création de deux blocs dans le EAC. Je l’avais dit précédement,quand les relations politiques et diplomatiques ne sont pas bonnes entre Etats, il est difficile aux organisations économiques sous- régionales aux quelles ils appartiennent de fonctionner correctement(Ex.CEEPGL).

  14. Vuvuzela

    On se cherche depuis longtemps comme ce chien qui essaye « d’embrasser » sa queue sans l’atteindre. Et c’est peut-etre la vie, puisque personne n’a arrete ade chercher mieux!

    Dans notre cas, il fut d’abord des dissentiosn ethniques allant aux massacres/genocides ou l’un des deux, puis, ou en meme temps, des associations ou organisations regionales entre etats, et selon les humeurs des dirigeants, il s’est cree de nouvelles, puis nouvelles alliances.

    Au Burundi nous avons forge difficilement les accords d’Arusha qui etaient censes jeter les bases de vie commune entre « Bahutwatsi » comme disait quelqu’un(e) sur ce site.

    Ces accords ont calme le jeu sans convaincre personne a mon avis sauf les profiteurs, mais ils ont quand meme permis au peuple Burundais de respirer un peu et prendre le temps de se regarder dans le miroir et mediter son les vrais problemes. Ca semblait marcher??!!

    Pour certains, le temps de la revision des acquis d’Arusha semble propice et il faut tout revoir, comme si la stabilite n’est pas de notre culture.

    Bref, on prefere revisiter l’histoire et garder tout ce qu’elle avait de mauvais et l’adopter.
    Arusha, ziiii, ensembles regionaux auxquels on appartient et dans lesquels nous avons investi tant d’energie et d’argent, ziii; pour recommencer a zero sans un examen profond de ce qui n’a pas marche et l’avenir de nos nouvelles aventures.

    Ce n’est pas DD seul, mais ca me parait une culture africaine. Je m’excuse de cette globalisation mais je tends a y croire.

    On ne finit jamais nos chantiers comme si on a commence a batir sans avoir un plan.

  15. Jereve

    Ce qui est inquiétant est que, d’une part, les voisins sont en train de lâcher le Burundi et, d’autre part, les forces politiques à l’intérieur même du Burundi sont en train de s’entredéchirer suite aux contradictions et mésententes sur la gestion du pays. L’unité nationale qui pourrait servir comme rempart aux sautes d’humeurs des voisins est de plus en plus mise à mal. Le Burundi est ainsi fragilisé aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Où va-t-on?

  16. PCE

    Je risque de m’attirer les foudres de certains parmi les lecteurs mais je me lance quand même . J’ai bien l’ impression que notre ami Kagame n’est pas content de l’attitude des régimes burundais depuis Buyoya à Nkurunziza , en fait qui le serait ? D’abord parceque tous les régimes qui se sont succédés au Burundi se sont inscrits dans la logique de négociations avec les mouvements rebelles hutu pourtant coupables de d’actes de génocides . Le Rwanda aurait certainement aimé une autre attitude comme chacun le sait. Aujourd’hui la politique du Burundi est diamétralement opposée à celle de son voisin : alors que le Burundi essaye , certes avec beaucoup de difficultés , de tenir de la composante ethnique dans la gestion des affaires , le Rwanda estime ne pas entendre parler de distribution du pouvoir sur base ethnique . Ce qui est sur , est que notre voisin du nord sera obligé , tot ou tard de faire la même politique qu’au Burundi , il n y a pas d’ autre choix possible et ce choix passe forcément par des négociations entre hutu , tutsi et twa. C’ est ce que proposent les Tanzaniens d’ ailleurs que Kagame a choisi d’ ignorer , il peut se le permettre , le burundi non. Et lorsque le Burundi soutient la Tanzanie , Kagame n’ est evidemment pas content et le lui fait payer . Qu’ est ce que j’en pense ? Les Burundais et les Rwandais partagent et partageront toujours le même sort quel qu’ en soit les personnes qui les dirigent , ils n’ ont pas de choix .Penser que Kagame ou Nkurunziza peuvent s’ ignorer c’ est une erreur , l’ histoire me donnera peut être raison . Le Burundi n’ a pas d’ autre choix que de composer avec la Tanzanie , ou bien ne pas le faire et respecter le diktat des 3 pays du corridor nord le kenya , l’ouganda et le rwanda . Le seul souci est que les 3 pays sont si versatiles qu’ il faudrait les oublier , du moins pour l’ instant mais sans les provoquer. Nous sommes dans la m****.

    • Federation

      Intéressant!
      Autre possibilité -non évoquée : notre pays pourrait (au conditionnel) se diriger vers le modèle du RWA (notre ancienne façon de fonctionner quelque part) en ignorant la distribution des postes sur critère « ethnique ». Disons que tout est possible… Je suis intimement persuadé que le modèle actuel ne pourra pas tenir. Les Batwa montent au créneau, demain les Baganwa, …et personnellement, je trouve que cette solution est basée sur de fausses prémisses et ne pourra pas tenir dans la durée…

    • Muhima

      Le Rwanda sera oblige de faire comme le Burundi, ou le Burundi se rendra compte qu’il aurait du faire comme le Rwanda, trop tard peut-etre…

      De toutes les facons, cessez de comparer les deux pays: leurs histoires, depuis l’assassinat Rudahigwa et plus tard de Rwagasore, sont vraiment differentes. Chacun de pays devrait trouver sa voix, et respecter les choix de son voisin. Dire  » Kagame n’est pas content de Buyoya, de Nkurunziza… » c’est plutot ose. Et dire que tous les Hutu du monde sont capables du genocide, c’est assez inexact. Heureusement, tu ne prends pas des decisions pour un de ces pays.

      • Backary

        @Muhima
         » Et dire que tous les Hutu du monde sont capables du genocide, c’est assez inexact. »
        Tu veux nous dire que tous les tutsis du monde sont capables de génocide, serait exact? Je ne fais qu’une déduction!!!!

  17. Ndumiwe

    Et si mine de rien la vraie question était la RDC? Est ce que le fait de ne pas être invité dans une réunion ou qu’il y ait des projets autour d’infrastructures entre trois Etats signifient automatiquement que le Burundi est isolé? Ne dit-on pas qu’en politique, il n’y a pas d’amitié mais des intérêts? Merci de clarifier cette question d’isolement en termes d’intérêts car l’enjeu est plus complexe que ce que vous venez de souligner.

  18. reka dukubitike dutwaw nabi nta choix

  19. izingorana zose turimwo zokubura ijambo mumakungu ziva kukubura leadership,kuva 2005 uburundi buri dans l;impasse kubera mauvaise gouvernance,mukubura ababutwara bafise ijunja nijambo babona imbere,jewe ntakintangaje kubona vyitwa ngo turakumirwa,rega ntidukumirwa ahubwo twarikumiriye mukuba dutwarwa nkabantu nkaba,woronka ijambo gute vrema? ibintu vyose nugukwirikra nkimpene gusa,kandi umwanya ndavyumva,none twoba dufise inama nshingamateka irimwo nabantu batazi nokwiyandika izina,tukagira abitwa ngo naba general bafata ingingo zanyuma bifitiy amashure atanu,tugatwarwa numukuru wigihugu yiyigiye amagendera,fruit yoba iyih dutwarwa nabantu nkabo? nibi rero mubona uyumusi ntodondagura ngo mpeze vyamabi gusa,ivyo rero bica binatuma atajambo turonka mubandi kuko tudafise abarishikiriza canke abarizi. Rwanda gotuja imbere gut buturusha iki? kuva murikahise urwanda ntaco bwigz buturusha mais aujourd’hui raba iyobushitse kubera bufise des visionnaires bataguma bakina imipira baja mubikorane gusa. mugihe cose tuzoba tugitwarwa nabantu nkaba buyumusi itege amagorwa kumusi kumusi

    • atos

      muco we
      weho ntacco utwunguy kirets ko uteye humeur mbi gusa……..
      Hewe wanka uwo musangira ukazana uwukubegera…burakey ni 2015 cank 2020 dutor abandi babona kure …murarabe gusa bazorabe mur cote positif de l axe sinon ni baraba muri moins……ngejeje aho…..

  20. Terimbere

    En tout cas, une fois de plus, Peter en sortira grandi!!!
    Il n’est plus un apprenti de la politique! Et d’ailleurs il ne l’a jamais ete, il etait tout simplement incompris!
    Le fait de se taire ne signifie pas qu’on est d’accord!
    Mais chaque fois qu’il montre ses cartes, il ne recule jamais!

    Vos critiques ne sont pas du tout fondes!
    Le Burundi n’a aucun interet a investir des millions de dollards dans un projet qui passerait dans trois pays ( dont les relations diplomatiques dependent des conditions climatiques de cet instant) alors qu’il peut utiliser les infrastructures d’un pays voisin et dont la distance est de loin inferieure a celle du collidor Nord!
    Le Burundi a ete isole! Tant pis! Mais si la Tanzanie et la Rdc, se mettent ensemble, je pense qu’il est impossible dans le sens geopolitique d’ignorer cela!
    J’ai l’impression que le Burundi n’est pas dans le groupe des perdants!
    Et il n’y aura jamais de EAC sans la Tanzanie et l’East de la Rdc!
    Je pense que Museveni comprend tres bien ca, meme s’il voudrait gagner quelques sous sur ce passage des marchandises venant du Kenya allant vers le Sud!

    • Didier

      Ibiba mu burundi vyovyo harihumusi uzi yoba yarayize ico abivugako kuva muri 2005 gushika ubu? (Ubwicanyi, ubusuma, ubunyonyezi, ibiturire nayandi manyembwa yose abarundi birirwa barabone); tureke rero ivyo vya EAC. Nawe n’urindire ngo harico uzobona gishasha.

  21. kitenge

    je crois qu il serait bon de s associer avec le plan Tanzanien mais faisons tous attention car les mécontents du nord ,voyant que notre communauté voudra sécuriser sa population en chassant le M23,
    pourront déstabiliser militairement tout la région équatoriale heureusement qu ils seront bien neutralisés .

  22. eh voila !

    le burundi souffre beaucoup,la pauvrete (famine dans quelques coins du pays ),corruption,non respect des droits de l’homme l’Intolerances entre les membres des partis politiques,danger que des conflit ethniques refassent surface et emporte des vies ,l’Insecurites dans la region des grand lacs, eh maintenant lecarter de l<ecart comme si on etait pas assez enclaver comme ca, si NKURUNZIZA pese que le silece est la solution,il se trompe beaucoup !

  23. Rheka Shah

    Maintenant, il est temps que notre pays remette sur le tapis la question
    du Bugufi. La Tanzanie a besoin de notre pays, nous pouvons choisir de rester dans
    CEA ou suivre la Tz , si nous soulevons cette question actuellement, elle pourrait
    aboutir, c’est une question d’opportunité et de droit .

    • Bimbabampisha

      Dans un contexte et une logique d’intégration régionale pour réaliser une prospérité et un développement harmonieux, les revendications territoriales sont malvenues et constituent un obstacle aux objectifs visés.

      Les initiatives d’intégration conçues de haut en bas sans une contribution et concertation optimales des populations concernées sont vouées à l’échec.
      Pire encore, lorsque ces initiatives sont perçues comme des instruments dune ambition de domination et d’oppression hégémonique des uns par les autres, leur durée ne va pas au delà de la vie de leurs promoteurs.

      Comme On choisit ses amis, mais pas ses voisins: le Burundi a besoin d’une politique dynamique d’intégration régionale essentiellement axée sur l’intérêt supérieur de la nation.
      Pour ce faire, et dans un environnement de géopolitique régionale en constante mutation, ce ne sont pas nécessairement des hommes et des femmes bardés seulement de diplômes dont on a besoin, mais surtout de ceux qui comprennent bien et interprètent correctement les intérêts et enjeux des uns et des autres de nos partenaires (voisins) immédiats et lointains.

      Dans ce genre de choses, et enclavés que nous sommes, il n’y a pas de place pour une politique nationale, régionale ou internationale basée sur les émotions ou une moralité utopique.

      • Terimbere

        Merci!

  24. Rheka Shah

    Maintenant, il est temps que notre pays remette sur le tapis la question
    du Bugufi. La Tanzanie a besoin de notre pays, nous pouvons choisir de reste dans
    CEA ou suivre la Tz , si nous soulevons cette question actuellement, elle

  25. le rwanda et l’ouganda ont fait un génocide au congo (dossier à l’onu). Ces 2 pays ont violé les congolaiseset pillé à grande échelle les richesses de ce pays. Que justice soit faite et kagameet museveni voyant que kikwete dit trop c’est trop, ils commencent à exclure la tanzanie.
    Ils se trompent si ils sont parvenus à faire ce qu’ils font c’est à cause d’un apport politique de la tanzanie.
    Ce plan d’empire hima n’était que du vol et viol contre les congolais.

  26. Kizito

    Tz makes a U-turn on EAC; ubu selon le ministre d’etat a la presidence tanzaniene, ils jurent que sur l’EAC. Abo ba tanzania qu’est ce qu’il veulent a la fin!!
    http://www.thecitizen.co.tz/News/Tanzania-makes-U-turn-on-EAC/-/1840392/2058038/-/138ipu4z/-/index.html

    Mugabo le problème pour nous burundais n’est pas la! NONE twebwe quel est NOTRE intérêt muri vyo vyose??

    Iwacu vous ete des journalistes twemera, none ni kuki vous ne faites pas des sérieuses enquêtes « journalistiques » pour savoir les raison de ce « brouhaha »! Les uns disent qu’ils ont étés exclut les autres disent le contraire, none qui dit la verite? Pourquoi le Burundi traine les pieds? Na problèmes financiers canke incompétence et manque de vision politique?

    Abo nabo bashaka kubishiramwo ama problems de « nez », tuti: please! Grow up or maybe you forgot to take your medications or seek help!!

  27. Emery

    Kaburahe, tu poses des question bien pertinente sur la situation des L ‘ EAC! Je voudrais proposer quelques points:
    1. Quand on est en coalition tous se fait dans la transparence, mais ceci n est pas le cas!pourquoi le Rwanda et l Uganda avec leur fameuse « Infrastructure summit » veulent controller le mouvement des gens et des indentites (Passeports) de tout les residents de EAC a partir du Rwanda? Sans aucune approbation des autres membres?
    Une petite parentheses: C’ etait la question de ICT ou des voies de Transport(Route , train, pipelines,..) Une confusion totale!
    2. Depuis le depart ces pays le Ke, Uganda et meme le Rwanda de FPR) ont leur valeurs sociales qui ne sont pas compatible aux notres!! Ils louent de l’argent!Il s sont prets a trahir pour gagner du pain, comment te sentirais- tu en coalition avec des telles gens?
    3. La TZ a deja heberge une parti de notre population (Naturalization), la TZ comprend tres bien les enjeux de nos problemes, la Tz a ete toujours avec notre pays, pourquoi ne pas rester ensemble! La RDCongo est victimes de ses richesses, bientot la verite sera connu en demantelant le bebe de FPR , M23/RDF. Ces pays qui ne respectent pas l’ integrite territoriale des voisins, qui peut avoir confiance d eux? Maintenant le monde entier est au courant des politiques des mensonges que ces monsieurs ont priviligie pendant les dececnies, maintenat Kiir du sud du soudan va tremper dans l’eau bouillante au nom de joindre une coalition vide des promesses!!
    4. La CEPGL consituerait une bon cadre pour nous mais le Rwanda doit reformer d’abord mais toute alternative est debatre dnas la paix et sereinite!! « atawuturi kugakanu »!!

    • Kizito

      Emery Emery!! Iyo « mentalité » n’iyo yishe uburundi mungezi!!! Les questions que Kaburahe pose vont au-delà de ces petits problèmes mesquins za « mazuru »!!! EAC c’est plus grand que ça mon ami. Hewe! turi muri 2013 n’ont pas mu années 1990’s. Izo problèmes za ma complexes d’infériorité et supériorité, il faut ko tubirengera sinon ce pays restera mur’iyi gouffre des « ténèbres » turimwuo.

      • Emery

        None ga Kizito jewe ubona navuze ivyamazuru hehe??? Ahubwo unyagiriza ibiri mu mutwe i wawe!!! Tuvyita mu congeleza (Projection!!)!! Thus you re projecting your no sense into my way! plz think for yourself first!

    • Komera

      Emery, ne vous précipitez pas dans des conclusions sans fondement. Je peux vous assurer que la Tanzanie ne quittera pas l´EAC. Jamais et jamais tu ne verra pas cela. Essayez de prendre un peu de temps et regarder les projets d´infrastructures qui sont financés déjà dans le cadre communautaire. La Tanzanie est probablement jaloux de ces pays. Vous êtes sans ignorer que la Tanzanie traine souvent les pieds pour adopter certaines réformes.
      Tout ce que la Tanzanie veut au Burundi est de vendre ses produits. Qu´est ce que le Burundi va vendre à la Tanzanie? Tu sais que même les haricots, le riz, l´huile, les oignons, etc.viennent en grande partie de la Tanzanie.
      Si la Tanzanie aimait le Burundi, elle n´aurait pas chassé les burundais comme des malpropres et s´accaparer de leurs biens qu´ils ont acquits depuis des années en Tanzanie.
      Quant à ce qui ont été nationalisés, n´oubliez pas que les Tanzaniens ne sont pas de grands cultivateurs. Ils en avaient extrêmement besoin comme main- d´oeuvre.

  28. Uwubizi

    Uburundi bukwiye gukora ibi:
    1) Gukurikirana zirya nama zose za ba KKKK(Kagame, Kaguta, Kenyata hamwe na Kiir) ariko bukarungikayo Vice-Président wa mbere(Busokoza) kugira berekane ko naho bavyitavye vyabababaje.
    2) Basigurire ivyo bindi bihugu ko bategerezwa kutwumva ko dukeneye na Tanzania kuko Port ya Dar-es-salaam ariyo iri hafi yacu, donc tutoyiheba kubera inyungu zacu.
    3) Kugira umubano mwiza na DRC ni ibisanzwe kuko ni ababanyi kandi dutegerezwa kubana neza n’ ababanyi. (Ikindi DRC ifise ubutunzi bwinshi n’ isoko nini ariko ibi si ngombwa ngo tubibasigurire kuko na bo barabizi, donc pas de com là dessus).
    4) Ico ciyyumviro co kubaka gari ya moshi ihuza Tanzania, Uburundi na Congo ni gishirwemwo inguvu kuko cotuma ibidandazwa biva canke bija muri Congo bica mu Burundi natwe tukahungukira. Co kimwe na Nickel yoba ironse inzira itazimvye.
    5) Gufatira Gari ya moshi izoba igeze i Kigali ikabandanya i Bujumbura. Ibi vyoba biri mu vyo Busokoza yokurikirana ari kumwe n’ abo ba K bane navuze. Kuko muri ico gihe twoca tuba carefour.
    6) Kumvikana na Zambia uko bokomeza gusumba inzira y’amajepfo duciye muri Tanganyika mbere tukaraba kure mukwiheka kuri Afrique du sud kuko muri ico gihe ntiyoba ikiri kure duciye muri Zambie .
    7)Uburundi butegerezwa gukora une bonne communication kuri iyi sujet ata brutalité nk’iyo tumaze iminsi tubona.
    8) Uburundi bwokubahwa CAAAAAANE hamwe nk’ubu Imana yo mw’Ijuru Rusumbavyose Jehovah yogendera Peter iciye kuri Saint Esprit maze tukumva umunsi umwe uwo mukuru w’igihugu cacu avuze ati: » Nafashe ingingo yo kutazitoza muri 2015″, yoba ari imwe mu bintu tutozomwibagirirako kandi yoba yerekanye ko akunda Uburundi kandi iyo neza yoba abugiriye ntiyopfa yibagiwe muri kahise kacu.
    Izo ngingo zose uko ari 8 zofatwa na Nkurunziza.

    Ibi mvuze bizoba uku nyene. Ndabisavye mw’Izina rya Yesu.

    • Vuvuzela

      Uwubizi nduguyangu, wavuga neza ariko hari akaguciyemwo. Erega ivyama gari ya moshi na transport en general, relevent de l’economie, donc, s’il faut gutuma intumwa mu ma rencontres avec les K4, ngira hogenda 2e VP Rufyikiri?

      • Uwubizi

        @Vuvuzela
        Ni vyo kabisa ntaco ubeshe. Donc abasoma ivyo nanditse bashire Rufyikiri à la place de Busokoza.
        Merci sana.

  29. jac sentore

    Mr. Kaburaho, compatriots!

    Hariho umugambwe ngaho ufise slogan ivuga ngo « ubugabo burihabwa! ». La question est simple; quand c’est le Rwanda qui paie les cotisations du Burundi à l’EAC, et alors….
    Abatware bubu ngaho mu Burundi hariho akantu babuze kandi malheureusement la majorité ya ba DD’s nabo baragafise. Être Burundais avant d’être un DD! Mbanje kuba Umututsi imbere yuko mba Umurundi ntaco nzoheza ngomarire Uburundi. Mentalité za bantu bari k’ubutegetsi zihindutse bakaba aba patriotes n’abandi bazotwubaha.
    Umuti Uburundi bukeneye n’umutegetsi yoza akeneye gushira ukuri ahabona; akabwira abarundi ati; fini la recreation! Uwushaka kuba umuhutu, umututsi canke umutwa ntakibanza afise mubutegetsi bw’igihugu. D’ailleurs il faudra peut-être penser à mettre fin à ces histoires d’Arusha. Ndaguye ndagarutse turakwiye gushiraho constitution y’Uburundi bw’abarundi et non constitution y’ubwoko. Ubwo bu histoires bwokugabura bwa ma 50/50, 1. vice-p Tutsi, 2. vice-p Hutu ubwo nibwo butuma tudatera imbere. Ivyo bigatuma tudatera imbere. Et dans une telle situation, haca hatwara des oportinistes ataco bazomarira Uburundi. « Ubuntu nabwo burihabwa ». Abarundi baz’ubwenge ntibabuze bashobora gufasha igihugu cabo kugira cubahwe. Mbe harya aba DD’s barazi kuririmba hymne nationale? …..uhagurukana ubugabo urikukira! Ukomegwa amashi n’amakungu…….

  30. Menya

    c’est difficile de connetre ce qui ce passe entre ce trois pays du sud mais dutout c’est le signe du progres qe le Burundi entame!

  31. Shut up and get to work!

    Mbe ko abantu hiyo muvuga menshi oh Rwanda oh Ouganda oh kenya! mbe murazi politique abariko barayikina? on sait ca? Peter si ikijuju arazi ivyo akora nama mvuga je parle toujours!!!! mbe murazi icatumye Obama aja mri Tanzanie???? murazi igitumye Train ikoreshwa mu Burundi? twarikuzipfa dukoze inzira ya train? n’amabarabara aja hagati mugihugu yaratunaniye kuva kera! reka mbahe kago kuyonzi!!! congo yaribwe cane n’Urwanda na Ouganda!!! ninde atabizi Kagame amazi amaze kumubirirako!! none mshaka na Peter bimuhitane??? Kanura barundi mwamye murikanuye kuva kubasogokuru. rero congo ifise Imari. Obama arabizi. iyomari ntishobora guca mu Rwanda canke muri Uganda kuko ivyo bihugu bibiri n’ibisuma. America irabizi. Rero muguseha Minerais yo muri Congo ija Iburaya izoja ica mu Burundi ijabutswa muri Tanzanie igaca itwarwa mui Americ . Ninde atokorana na America??? ninde canke nigihugu cahe kwisi kitabigomba gukorana na le pays puissant??? niyo visite ya Obama muri Tanzanie. ndazi ko Azi Kenya kuko se niyava mugabo aha tuvuga Deal done! reka rero kuduta mukaga kutwo duhugu Peter arazi ico akora. ba mwi documentant barundi!!

    • Gakanya

      Shut up and get to work, tu donnes l’impression de celui qui suit l’actualité, mais c’est déplorable que tu dises que le Rwanda et l’Ouganda sont des prédateurs du Congo avec une connotation qui n’a rien à voir avec ton « puissant » USA qui, selon tes propos ne fait pas mieux. Le nègre sera toujours minus, ça transparaît dans vos pseudo-analyses.

      • Emery

        none Gakanya aho uvuze iki?? nigiki waterereye??? Muri somalie abasirikare ba Uganda ni bisuma, abanyarwanda muri kongo niko kwuko, muri kenya hoho ntuvuge nubu « Waste gate saga » iracabakurikirana none wumva adafise ukuri murundi??? Ni nde kijuju!! Ha !

        • Gakanya

          Ne comprennent que ceux qui en ont la capacité.Ma contribution peut ne pas être décelable. Tout dépend de qui me lit.

      • Komera

        En fait uwo avuga ngo Shut up and get to work, n´a aucune notion de logistique, Mbe transbordement des tonnes et des tonnes de minéraies zo muri Congo uvuye i Goma canke i Bukavu Arazi ubugene yogenda? Tuvuge ko zoza n´ama camions canke train gushika kuri Tanganyika (sinzi ko zokenera guca mu mazi y´i Bujumbura kuko Tanzani irahana urubibe na Congo. Uce ubipakurura ubishire mu bwato canke ube ufise porte-container.
        Ushitse hakurya ubishire kuri train hanyuma uze ubipakururire kuri Océan indien. Wumva bimeze gute?
        Nibaza ko hategerezwa kuboneka izindi marchandises izo trains canke camions canke bâteaux zizogarukana muri Congo. Harura undabire!!
        Par contre les minéraies du Congo (Goma et au nord) se transporteraient facilement sur le corridor NORD, directement du Congo par train jusqu´au Port de Mombassa.
        Mieux, le Congo a suffisament d´énergie, il faudrait qu´Il transforme sur place ses minerais et exporter les produit finis ou semi-finis.

    • Du Bois

      Monsieur Shut up and get to work! vous avez parfaitement raison, n’en déplaise à ce pauvre Gakanya qui ignore tout de la réalité rwandaise et ougandaise ! lequel, Gakenya, qui ne sait même pas le pillage des ressources naturelles de la RD Congo, par le Rwanda et l’Uganda, vient d’être décrié en 2012 par les experts enquêteurs de l’Organisation des Nations Unies.

      Et si le journaliste Antoine Kaburahe préfère avaler sa couleuvre, c’est parce qu’il sait opportunément que la prédation des richesses de la RDC par le Rwanda en particulier est un argument électrique tabou, et qui touche en meurt foudroyé, car mieux vaut mourir après demain qu’aujourd’hui. Le journaliste est sans ignorer que le Burundi et la Tanzanie viennent d’être traités de la même manière dans cette anormale et illégale exclusion ! Il saurait, également que le Burundi n’est pas la Tanzanie qui est aussi frontalière du Rwanda-Urundi !!
      Le Burundi, la Tanzanie et la République Démocratique du Congo devraient former leur ensemble économique régional auquel adhérerait nécessairement le Kenya qui n’aurait plus aucun intérêt à préférer le bloc Rwanda-Kenya-Sud Soudan au Burundi-Tanzanie-RD Congo, car avec la création effective du bloc des rejetés, le Burundi et la Tanzanie, avec l’adhésion de la RD Congo, le vol des ressources de celle-ci sera inévitablement stérilisé : L’économie rwandaise en ressentira mortellement, tombant en faillite inéluctable.

      De mon point de vue, donc, le Kenya se rallie au bloc prédateur rwandais-ougandais pour des raisons purement commerciales : Il commerce les ressources rares en provenance de la RDC dont elle la mieux grâce au scandale-miracle géologique en son sein.

      • Gakanya

        Merci pur vos observations. Ntana kimwe nyobewe muri ivyo nashatse kuvuga gusa ko « inda y’umworo iboneka agasamo » Quant à vos leçons de morales, la politique et la géopolitique s’en moquent éperdument. Prenez la bible et allez à l’église , vous aurez des auditeurs-pas si sûr aussi dans ces lieux dits sacrés qu’on partage vos idées à l’unanimité. L’homme est un être complexe et le sentimentalisme n’a pas de place en politique.

        • Du Bois

          A Gakanya

          Erega ukubaza gutera ukumenya.

          Vous voulez dire quoi ! au fait, monsieur le bibliste ou bibliologue, je ne sais pas, par votre monologue que je cite.
          Vous dites :

           » Quant à vos leçons de morales, la politique et la géopolitique s’en moquent éperdument. Prenez la bible et allez à l’église , vous aurez des auditeurs-pas si sûr aussi dans ces lieux dits sacrés qu’on partage vos idées à l’unanimité. L’homme est un être complexe et le sentimentalisme n’a pas de place en politique. » ?

          • Gakanya

            Baza ikibazo cawe mu kirundi igifaransa uvuga kirandoka.

          • Du Bois

            Bonjour Ganyanga.
            Ndabona neza ko n’ikirundi « kirakuroga » !! Muti : « Baza ikibazo cawe mu kirundi igifaransa uvuga kirandoka. » ?! Igifaransa cawe ? Oya da ! N’ikirundi, oya !
            None ho lero, ntuzosubire kwigira ikinyamwaswa c’umuhinga kandi utabishoboye.
            Gira amahoro lero. Vous, dans votre misère : Votre place.

      • Kizito

        Du Bois, cette richesse de ressource naturelle de la RDC est un mythe!!! Plus un pays est géographiquement grand, plus il nécessite de gros moyens pour le développer. Dire que l’Uganda et le Rwanda exploite ces richesses c’est stupide; pourquoi ne pas y inclure le Burundi si tu parles des comptoirs qui achètent ces minerais? Ces minerais transitent Buja, Kigali et Kampala parce que ce sont des grandes métropoles proche de l’endroit où se trouvent ces minerais et ç’a tjr été ainsi depuis les années de Mobutu! Ces pays ne se sont pas développés à cause de ces minerais, sinon, Lubumbashi serait comme Johannesburg.
        Bref, tes histoires de ressource naturel du Congo c’est bidon, Kaburahe ne cache pas cela.
        Tu dis que le Kenya a décidé de suivre l’Uganda et le Rwanda pour des raisons commercial, mais que penses-tu est le but de l’EAC ou d’autres commutés régionales!! Tu sembles avoir des problèmes « personnelles » avec les rwandais ou plutôt certains rwandais. Seek help!!

        • Du Bois

          Gerageza gusoma neza ivyanditswe : Je n’ai fait que citer succintement les nombreux rapports des Nations Unies. Si c’est encore permis !!

        • Du Bois

          Je me permets de conclure, Monsieur Kizita,
          Apprenez plutôt à lire et à relire la pensée d’Antoine Kaburahe. Honnête Intellectuel de son état, il ne laisse jamais rien au hasard.
          Il est du genre des Voltaire. Il est du genre des Emile Zola : « J’Accuse », de son classique de l’affaire Alfred Dreyfus.
          Pour ne citer qu’eux.
          Puis, s’il rougit, je lui essuierais le front à ses vérités et à ses libertés. Mais je ne connais pas.
          Il est mon modèle burundo-africain.
          Vous devez écouter la respiration de sa plume, et vous comprendriez efficacement son non-dit.
          Vous êtes nu ! NU. Impoli. Irrémédiablement : Ce genre des Sans-Echecs…

    • Kizito

      Shut up and get to work, just just up and get to educate yourself!! Ibigira reusite d’un pays ce son les resources humaine (human capital) que les autres resources. Ayo majakuburi twara hateye imvyasti!!!

    • Muhima

      Hahahaaaaa, tu reves!

  32. Federation

    Savez-vous ce que je trouve de choquant, désolant et frustrant dans tout ce drame de l’EAC que nous vivons depuis un certain temps? C’est bien le manque de Leadership de Notre Nation ! Nous savons tous et pouvons donc énumérer les points de divergence entre la TZ et la « COalition of Willing-COW ». La position tanzanienne est à juste titre qualifiée d’ « ideological bankruptcy » (beaucoup l’ont bien rappelé, notamment RUGAMBA RUTAGANZWA : la TZ croit a tort qu’elle sera la vache à lait des autres pays m,…). A contrario, PERSONNE n’est capable de nous dire ce que notre Nkurunziza pense et qu’elle est sa position !, c’est ceci qui fait de notre pays un simple suiveur et nous déshonnore par la même occasion. Nous lisons tous que Nkurunziza pourrait se mettre (sans que nous sachions pourquoi bien sûr!) avec la RDC et la TZ…eh bien j’ai envie de dire, quel judicieux choix ! Ce sera une bonne COALITION OF LOSERS ! et ce sera à nous, smples burundais, d’en pâtir !
    J’ose juste espérer que nous redresserons les choses après le départ de PN en Juin 2015 et j’espère que ce sera aussi le cas pour la TZ après le départ de JK en 2016…

    • tito

      Federation,
      La raison pour laquelle Museveni et Kagame haissait Buyoya durant les annnees 1990 et plus c’est que ils ne savent pas sonder les Burundais. Naturellement les Burundais ne sont pas internationalistes. Ils ont leur Roi, leur culture, leur nation. Notre nation n’a jamais ete eclatee ou integree comme l’Ankole de Museveni ou le Rwanda qui etait un nain par rapport au Burundi pendant siecles. On etait les agresseurs du Rwanda pendant des siecles: iKirundo c’abanyarwanda, ca vous dit quelque chose?
      Ou est le M23 aujourd’hui? Kagame et la puissance du Rwanda, c’est du vent….Nibatere Uburundi turabe….
      Tuzoraba aho tushaka kuterimbere: muri Tanzania canke muri EAC, tuzoraba….wavyumvise?

      • podo

        Cher frère Tito!
        Face a une question aussi complexe comme celle-la,il ne faut pas passer a la surenchere. Gutyoza ababanyi sivyo bikenewe kuko un tel language peut conduire a la replique. Je n’en veux pas lorque tu veux afficher ton « nationalism » mais l’autre versant d’un nationalism peut conduire a la haine entre les nations. Les exemples sont legion,le cas du ultra-nationalism hitlerien a mis la paix international en danger,et les allemands en regrettent toujours. La grande question est de savoir le vrai problem pour le resoudre,je prefere laisser les insitutions habiletees a le faire. Ayo majambo yo gukongera ntaco amaze. Le bon voisinage reste vitale pour nos pas dans ou en dehors de EAC.
        A l’endroit du webmaster, j’ai l’impression que vous ne lizez pas attentivement ce que nous ecrivons.Ubundi hoho musosanga ataco muriko murafasha.

      • Du Bois

        Malheureusement, le m23 est tombé ce lundi 4 novembre 2013.

  33. Langa Source

    J’apprécie les analyses de RUGAMBA RUTAGANZWA,VOMERA,UKURI,SALEH et JEAN. Une radio locale de Kigali parle déjà du nouveau bloc en gestation (Tanzanie,Burundi et RDC)avec comme tête de file la Tanzanie. Une réunion serait en préparation se tiendra très bientôt à Bujumbura. Dans le bloc des enthousiastes (Kenya,Uganda,Rwanda,Sud sudan),l’Ethiopie ,la Somalie pourraient y adhérer dans un futur proche, peut-être la Djibouti et l’Erythrée dans cinq ou dix ans. C’est bien qu’il y ait compétition de différents blocs sous-régionaux en Afrique, l’esprit d’émulation est bon. Au finish, c’est toute l’Afrique qui se développera vite. La CEDEAO (Afrique de l’ouest) est un bon exemple car tres performant en matière politique et économique. Gare à la possible jalousie de leadership de la fédération politique EAC, car l’oncle de l’Uganda rêve d’être le premier président de celle-ci.

  34. JP-K

    La question posée est « comment rejoindre la « coalition des enthousiastes ?» La réponse est simple : le Burundi n’est pas enthousiaste. Une dizaine d’années de gouvernance ethnique institutionnalisée (où la compétence est un mot tabou), auxquels il faut ajouter dix autres d’autodestruction nationale, sans parler des années Buyoya où le pays tournait en rond, toutes ces années-là laissent des séquelles. Les enfants nés durant ces années approchent la trentaine : ils ne peuvent donner à leur patrie que ce qu’ils ont reçu. Pire, l’avenir est sombre : les années DD qui risquent de durer minimalement 20 ans vont achever ce pays. Dans pas longtemps, les enfants de l’école fondamentale seront sur le marché du travail.

    La Tanzanie n’est pas mieux lotie. Excepté sa position sur l’océan, dont son port incontournable pour les petits pays enclavés, et son territoire immense, la Tanzanie est un pays longtemps médiocre qui n’a jamais su profiter de ses atouts. Ironiquement, c’est également la longue mauvaise gouvernance qui l’a handicapée. Les mêmes maux engendrant les mêmes effets, la longue gouvernance du Chama-Cha-Mapinduzi a fini par produire des cadres boiteux. Qu’il soit incompétent ou pas, Kikwete s’est tiré dans le pied en affrontant le Rwanda sur une question dont il savait pertinemment la conséquence. Autant que Nkurunziza, Kikwete n’est donc pas parmi les enthousiastes du développement économique régional. Son intérêt est dans la petite politique.

    Et A.K de conclure « … dire que le Rwanda a presque la même taille que le Burundi… » La taille du pays ne dit rien. Les nombreux petits pays européens et asiatiques en sont les bons exemples. À l’époque de Bagaza, le Burundi était bien loin devant Mobutu et Habyara. La Tanzanie, on n’en parlait même pas. L’enthousiasme dont A.K parle ici c’est avant tout la vision à long terme, un projet de société porteur d’espoir, un investissement massif dans tous les domaines socio-économiques et surtout dans la qualité en éducation, ce dont fait preuve le Rwanda.

    Et c’est justement ce qui manque pour le Burundi. D’ici 10 ans au minimum, le Burundi sera encore englué dans le purin politique. Et dans le mesurage de la taille des nez. Pendant ce temps, le Rwanda aura encore augmenté la taille … de son développement.

    JP-K

    • mafaranga

      Dans tout ensemble économique burya hatambana abangana.La Suisse ne se porte pas moins bien parce qu’elle n’est pas membre de l’UE.Les Rwandais,les Kenya ,les Ougandais et autres tanzaniens auront toujours besoins e nous comme consommateurs.Alors comme nous avons pour le moment moins de marchandises à leur vendre,qu’ils nous payent les droits d’entrée de leur marchandises et nous resterons gagnants.Nous pourrons aussi leur vendre nos services touristiques.Tout est question de stratégie et non pas de suivre n’importe qui.En la matière c’est donnant-donnant.Quant à la Tanzanie si elle veut que nous soyons de son côté ,car elle se sent actuellement isolée,il faudrait qu’elle en paye le prix.Elles doit nous restituer nos entrepôts au port de Dar-Es-Salam et nous laisser prendre des parts actives dans leurs chemins de fer.

  35. kaminuza

    Pourquoi dans la sous-région l’on nous préfère le Rwanda ? The reason is that we are the followers, policy taker, not yet policy maker!
    Les autres font du « développement » depuis 1995, et nous on se cherche encore un « leadership » depuis 1993.
    Bref, on a pas encore les moyens de se positionner dans l’EAC

  36. Barekebavuge

    Cher Antoine KABURAHE, si tu parles avec les politiciens et diplomates tanzaniens ou rwandais, tu sentiras que ce ne sont pas des gens qui pensent les bassesses de nos dirigeants. Ils voient plus loin que le bout de leur nez. Comprenez donc pourquoi chacun veut défendre bec et ongles les intérêts de sa patrie. Les auriez-vous entendu s’exprimer avec conviction sur les dossiers brûlants de leurs relations? Combien alors avez-vous entendu NKURUNZIZA s’exprimer sans Léonidas HATUNGIMANA ou NZOBONARIBA? Vous pouvez témoigner, il a toujours fui vos micros pour aller se divertir dans ses bananeraies ou s’amuser avec les fidèles de toutes les églises de la sous-région. C’est vraiment ridicule et pitoyable. Quand vous avez un président qui aligne au conseil des ministres les personnes que je ne cite plus ici, il est normal que leur donner même une chaise dans le concert des autres Etats vaudrait promouvoir la médiocrité au lieu du mérite. Il est franchement temps que les choses bougent dans le sens du changement, si pas trop tard.

  37. RUGAMBA RUTAGANZWA

    La Tanzanie est victime de son manque de volonté politique et d’enthousiasme à mettre en œuvre les décisions de l’EAC. La Tanzanie a toujours considéré (sans le dire plus haut)) qu’elle risque de devenir la vache à lait des autres partenaires comme le Rwanda, le Burundi et l’Ouganda avec une démographie galopante alors que la Tanzanie regorge d’espaces et de terres cultivables. La Tanzanie pense qu’elle a tout à donner mais peu à recevoir des partenaires de l’EAC. D’ailleurs ce pays refuse que les aspects terres fassent partie des intérêts communs de l’EAC. Tout sauf la terre. La Tanzanie se vente aussi de son port de Dar-es-Salaam où transitent les marchandises du Rwanda, du Burundi, de l’est de la RDC mais aussi de l’Ouganda. En plus la Tanzanie s’est récemment brouillée avec le Rwanda et l’Ouganda en déclarant que ces derniers doivent négocier avec leurs ennemis jurés qui se trouvent pour la plupart en RDC. Ce n’est pas normal par exemple que la Tanzanie envoie des troupes dans l’est de la RDC pour combattre le M23 allié du Rwanda. En diplomatie on parle de geste inamical…!
    Concernant le Burundi, ce dernier est considéré comme un partenaire faible et incompétent. Un partenaire lent incapable de mettre en œuvre la plupart des décisions fondamentales de l’EAC. Attendre donc le Burundi et la Tanzanie risqueraient de retarder les avancées en termes d’intégration politico-socio-économique des partenaires EAC. Les pays les plus enthousiastes en l’occurrence le Rwanda, l’Ouganda, le Kenya et le nouveau venu, à savoir le Sud-Soudan veulent avancer rapidement. Si les 2 autres partenaires peu enthousiastes pour des raisons variées veulent rejoindre le train en marche, ils seront les bienvenus sinon tant pis pour eux ! Une autre donne géopolitique importante à considérer est que Jakaya Kikwete va quitter le pouvoir en 2016 et que son successeur sera peut-être plus visionnaire et plus enthousiastes que lui en ce qui concerne les avantages de la Tanzanie qui risque d’être isolée s’elle décidait de quitter l’EAC. D’ailleurs son isolement économique a déjà commencé puisque l’Ouganda et le Rwanda ont déjà décidé de contribuer au développement du port de Mombassa afin de cesser de faire transiter leurs marchandises par Dar-es-Salaam. En ce qui concerne le Burundi, ce dernier n’a aucun choix si ce n’est que d’adhérer et de s’accrocher coûte que coûte à l’EAC. Kagame, Museveni et Kenyatta ont donc raison de pousser et d’avancer sans le Burundi et la Tanzanie qui seront obligées de s’aligner tôt ou tard.

  38. Vomera....

    « Vomera zose ntuzi uruzokwama kare » m’avait dit un jour mon grand-pere! N’est-ce pas ce meme Nkurunziza qui nous avait dit que notre avenir etait meilleur inside the EAC?
    Personne ne doute que la Tanzanie a ete un des acteurs cles au cours des changements politiques du Burundi pendant les 20 derniers annees. Les armes utilisees par les rebellions passaient par ou??? Les leaders tanzaniens du CCM, (plus de 50 ans au pouvoir) sont-ils deja les parrains du systeme DD de Nkurunziza? Ah oui, notre constitution devra etre change pour preparer les prochains 50 ans du pouvoir DD. L’esprit competitif est le point commun du Kenya-Uganda-Rwanda. La lenteur, la paresse la mediocrite sont des points communs pour le Burundi-Tanzanie-RDC. Tout s’ameliorera avec le temps…l’important est de fortifier son pouvoir!!!! En realite, la Tanzanie et le Burundi ne feront que des echanges commerciaux directs avec une petite partie de l’est de la RDC (Sud Kivu et Maniema au plus). L’insignifiant Burundi au milieu de grands geants en ressources naturelles…Allons-nous en beneficier, ou pas? Apparemment, Kabila prefererait Radjabu a Nkurunziza… Le nord Kivu, la province orientale dependront plus du Sud sudan, du Rwanda, l’ Ouganda et donc du Kenya… La Tanzanie devrait perdre plus en negligeant son commerce avec le Kenya/Uganda/Rwanda/Sud sudan. Le fameux project hydro-electrique sur la Kagera, parti en fumee….

  39. uburundi buratomboye kweli. Ni baje hamwe na tanzania hanyuma na congo. Kuko na kare ibara bakoze i congo kwica aba congomani nukubanyuruza itunga ryabo, tôt ou tard, ils paieront cher cela.
    Vyose ni ukubera tanzania yariboneye ivyo u rwanda na ouganda babandanya bonona i congo.
    Na wewe kaburahe ntiwovyemera, ushitse muri est du congo woshavura cane. Les viols, kwiba itunga (minerais) zi congo, nibindi vyinshi. Ndakubwiye gusa yuko na kenya ni kubera problème ya USA ubu ikora cane na tanzania nico gituma ikorana nayo.

    • podo

      Mon frère! Nka hamwe twova muri EAC ntakintu na kimwe twoba dutomboyeko.D’abord les deux corridors sont tous utiles pour nous.Une fois twota imwe murizo,ca serait a strategic vulnerability kuko en matiere de relations internationals,rien n’est acquis d’avance. Uno munsi iyo interest zihuye murumvikana ejo bigahinduka.Iyimvire nka hamwe dusigaranye corridor imwe,ingene vyogenda bihindutse,la prudence est recommandee pour ne pas tomber dans un piege. Ivyo bihugu uvuga vya rutura ntibizoza kurondera inyungu zacu,Mbega ayo matungo ya congo sinmbona ico abarundi tuzoyakoza,nous n’avons pas les capitaux pour y investor,abo barutura ni bo nyene bayakeneye. Kandi none on peut appartenir plusieurs blocs regionaux ,rien au niveau legal ne l’interdit.

  40. saleh

    Je crois que nous avons un problème :

    -Peux-on se permettre de perdre le corridor nord?C’est un risque de voir la Tanzanie nous faire chantage tôt ou tard. On a absolument besoin des deux corridors!

    -Par ailleurs , La Tanzanie a suffisamment démontré son manque de volonté pour créer une véritable communauté économique et politique.Quant aux corridor Nord, pour une raison qu’apparemment personne ne connaît, on nous isole. Dès lors que faire?

    -La Tanzanie chasse nos compatriotes et le Rwanda nous isole de l’EAC pour un conflit qu’ils ont en commun?Comment comprendre cette animosité qu’on s’attire de la part de nos voisin?

    -Quelle genre de relation utile et mutuellement profitable peux-on établir avec notre très instable voisin de l’Ouest.

  41. Jean

    Cher compatriote en politique ou en bussiness il n’ya pas d’ami, il ya seulement des intérêts. Le Burundi ne gagnera rien si il est obligé de choisir entre le corridor nord ou sud. Est-ce quelqu’un peut me dire avec quelques chiffres à l’appui le coût de revient si on compare l’utilisation du port de Mombassa ou Dar es salaam? un autre aspect à n’est pas négliger si dans le futur nous entrons en conflit avec la Tanzanie, le pays sera étouffé. Le burundi serait gagnat en continuant à avoir l’accès à ces deux corridors. Oubliez ces histoires de kagame. Museveni et Kikwete, regardons seulement comment le pays pourrait s’approvisionner à moins cher……

    • podo

      ni bakuhe rimwe,twaraye kubiri mugabo turota kumwe. la crise en gestation menace les interest vitaux pour notre pays.la reponse a y apporter revet une importance strategique pour le pays. l’erreur n’est pas permise,je t;interpelle les decideurs de notre pays a user de la sagesse de nos encetres pour faire le choix judicieux.’une erreur strategique demeurre pour toujours alors que une erreur tactique peut etre corrigee’.chose qui est sure ,il ne faut se leurer sur les amities du Burundi avec tel pays,en rel internat,seuls les interest comptent.ceux qui ignorent ces lois qui regissent intern arena ne peuvent pas compr ce qui se passent particulierment entre ouganda et tanzanie,qui avaient des liens memes militaires tres pousses.

  42. Langa Source

    Bonne discussion sur Iwacu!En matière des relations diplomatiques entre Etats,il n’y a que des intérêts qui compte. Le général De gaulle disait que « La France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts ».Les divergences et lenteur dans le processus d’intégration étaient visibles au sein des cinq membres de l’EAC. La Tanzanie accorde plus d’importance à SADEC qu’à la EAC. La Tanzanie ne voulait pas d’ une seule carte d’identité pour les 180 millions de cette communauté par peur que les Rwandais et Burundais envahiraient leur terre. Le bloc des enthousiastes a donc raison d’aller vite dans ce processus d’intégration. Quant au Burundi, je pense que son gouvernement a fait son choix d’adhérer au camp Tanzanien vu ses intérêts vitaux qu’il en tirerait par rapport au bloc(Kenya,Uganda,Rwanda,Sud Sudan).Je pense que la proximité du Burundi avec la Tanzanie a pesé dans ce choix.
    Une fois de plus,ce sont les intérêts qui orientent les relations internationales et le principe « win-win » est respecté :
    • Chemin de fer Mombassa-Nairobi-Kampala-Juba-Kigali-Butare,rapidité dans l’importation pour les pays enclavés.
    • Pipe line du pétrole du Sud-Sudan en desservant Nairobi,Kigali,Kampala,
    • Libre circulation des biens et personnes, une seule ID en 2014,pas des visa pour Rwandais se rendant au Sudan du sud.
    • Expertise bon marché dans plusieurs domaines provenant des membres de l’EAC et emplois, pour la jeunesse des autres,
    • Opportunité de gagner des contrats,ex :pour le Rwanda, Inyange company exporte ses produits au sudan du sud,Horizon contruction company contruit des routes asphalté à Juba,ect….
    • Augmentation des recettes (taxes) pour le Kenya,uganda et Rwanda ayant abandonné le port de Dar-es-Salaam.
    Une simple question pour comprendre mon analyse : Pourquoi la CEEPGL n’existe que de nom ? Quand les relations politique ne sont pas bonnes, les autres secteurs de la vie sont directement affectés.

    • SENYAMWIZA

      A Langa Source

      Vous avez totalement raison mais je ne crois pas que la Tanzanie et le Burundi oseraient ou auraient un quelconque intérêt à claquer la porte de l’EAC. Ce serait un suicide socio-économique pour les 2 pays. Ils se rangeront à un moment donné sur toutes les décisiosn et autres avancées qu’auront fait les 3 autres partenaires y compris le sud Soudan et l’Ethiopie qui paraît-il, serait entrain de reflechir pour adhérer à l’EAC. La Tanzanie a plus a perdre qu’à gagner en quittant l’EAC. Le successeur de KIKWETE en 2016 n’acceptera pas de sortir la Tanzanie de l’EAC.

  43. Nana Kofi Akoto

    Les faits decris temoignent a mon avis de quelque chose d’autre. Il ne s’agit pas d’une mise a l’ecart d’un pays ou d’un autre, mais d’une division assumee entre les dirigeants de pays appartenant a une meme communaute. D’un cote le Rwanda, l’ Ouganda et le Kenya, de l’autre la Tanzanie et le Burundi. Deux groupe qui ne s’entendent plus sur l’avenir de cette communaute.

  44. saleh

    Je crois que quoi qu’on dise, on a des problèmes :

    -Lorsque le Rwanda et la Tanzanie ont des problème entre eux, la Tanzanie chasse des Burundais de son territoire en même temps que le Rwanda se coalise avec les autres pour nous isoler de l’EAC. Qu’est-ce que le Burundi a à avoir la dedans pour subir les foudres de tout le monde?

    -On ne peux pas se permettre de perdre le corridor Nord. Il y a risque que la Tanzanie nous fasse chantage plus tard. Il est obligatoire pour le Burundi d’avoir deux corridors distinct: un live et un autre en standby. La question véritable est comment faire pour sauvegarder les deux?

    -La tanzanie a déjà prouvé qu’elle n’est pas pressée pour mettre en place une véritable communauté économique et politique. On dirait qu’ils « craignent » les autres, notamment les Burundais et les rwandais. D’autres par, les autres membres de l’EAC ne veulent visiblement pas de nous. Avec qui se coaliser alors?Puisque le seul voisin qui nous reste , en plus d’être particulièrement instable n’a pas d’infrastructures suffisantes pour nous offrir un espace économique viable?

    Bref. Je pense que nous sommes à la croisé des chemin. Notre diplomatie doit se creuser la tête pour nous offrir une solution ici et maintenant. Il y urgence!

  45. Du Bois

    Très belle langue de bois, cher Monsieur Antoine Kaburahe. Mais c’est la première fois.

  46. Bigirimana

    Vous avez parfaitement raison M. Patrice, il faut abandonner ce Corridor-Nord qui ne nous a pas profité depuis des années. Deux criminels potentiels, Kenyatta et Kagame se coalisent pour mettre à mal un Burundi innoffensif. Ils se tournent vers le Nord(Sud-Soudan et Ethiopie), berceau de l’empire hima que veulent Kagame et Museveni. Le Burundi ferait mieux d’oublier ce corridor, d’utiliser celui du Sud ( chemnin de fer + voie lacustre sur le Lac Tanganyika), et fini avec les troubles à la Kagame

    • Nshinyabigoye

      Bigirimana qui de Kagame, Kenyata ou Peter est plus criminel que l’autre. Si Nkurumbi est un saint Satan ou Lucifer n’existe pas. Le jeux d’interet est toujours capital et les choix doivent orienter les actions selons des criteres plus judicieux que les autres

    • Komera

      Bigirima, umuhisi Masitura niwe yahora yivugira ngo  » Erosion mentale, source du sous-developpement mental. Urabaza ico corridor nord ikora nivyagukundira.

  47. Audace Machado

    Salutation Antoine,
    je crois qu’il ne faut pas s’inquieter que des gens vous qualifie de ceci ou de cela.
    Vous savez, nous avons des avancees dans certains domains, dit-on, par exemple
    dans la liberte d’expression, mais tout le monde ne peut pas comprendre de la meme
    maniere des enjeux si geopolitiques et economiques du genre, encore moins nous autres
    Burundais, en general.
    Je crois que ceux qui doivent comprendre (de nos politiciens, de nos diplomats, des professeurs
    des universities, des businessmen, etc.), ils vous comprennent . Jusqu’a la Presidence.
    Seulement, comme je le pense aussi, notre histoire nous poursuit. Nous connaissons la Tanzanie
    se faire suivre par des pays tel le Burundi, et a son tour, influencer et/ou etre influence par l’Afrique du Sud. En 2011, sans trop connaitre, je me demandais pourquoi elle avait quitte le Comesa pour la Sadc. Et voila que maintenant, avec l’Afrique du Sud, ils embarquent dans le conflit en RDC (La Tanzanie et l’Afrique du Sud). Toujours, les historiens, diplomats, journalists, etc., devraient aider la societe a comprendre les enjeux. Sinon, a ce que l’on sache, la RDC n’est pas member de l’EAC, malheureusement pour le Burundi

  48. KARERWA

    NOTRE CHER PRESIDENT N,AIME PAS DONNER SON POINT DE VUE A PROPOS DES INFOS QUI SONT ACTUALISEES.NYAMITWE EST TJRS PRESENT.LES COMMENTAIRES SUR LES RWANDAIS SANS PAPIERS VIVANTS AU BURUNDI.LES RWANDAIS AIMENT VIVRE SUR LA TERRE DES AUTRES ILLEGALEMENTS.LES COMMERCANTS DES CD,DES IBIKOMBOKOMBO,AMA UNITES,LES TELEPHONES MOBILES,AMAGI ET DANS DES PETITS RESTAURENT VIVENT SANS IDENTITES.ILS Y A CEUX QUI POSSEDENT NOTRE CNI .C,EST HONTEUX POUR NOTRE POLICE ET NOTRE SNR.TU NE PEUX JAMAIS VIVRE AU RWANDA ILLEGALEMENT.CHACUN SEMAINE NYUMBAKUMI DONNE RAPPORT A LA POLICE ET A LA DIRECTION NATIONAL DE POLICE.POURQUOI PAS TRAVAILLER OU FAIRE PLUS QU,EUX?EST CE QU,ON NE PARTAGE PAS LA CEA?LE CONTROL INTERNE ETS TRES NECESSAIRE POUR FAIRE RESPECTER NOTRE CHERE PATRIE.

  49. Bukuru

    Personne n’a déjà entendu le point de vue du président Nkurunziza sur le sujet (ces rencontres sans le Burundi). Il serait judicieux, cher Iwacu, d’y songer pour permettre aux différents analystes des questions socio-politico-économiques de la sous-région d’être davantage cartésiens. M. Kikwete, lui, a été on ne peut plus claire.

  50. Luc

    Mercie Mr KABURAHE qu’ á Mr Déogratias ce bloque B n’est toujours en plein d’illusion
    en ce qui concerne le M23 MÊME Le l’ONU et le RDC a toujours eu peur de ce mouvement
    de leurs represailles ………
    Si notre president a choisie le bloc B se sera la perte de temps la TANZANIE a toujours profité de nos pays sous enclavé de mer le trajet MOMBASA-BUJUMBURA et trop cours
    même le chemin de fer Reliant ces pays :KENYA(mombasa) – UGANDA(Kampala, mbarara)- kIGARI-BUJUMURA derait plus et plus courte durée que la population gagnerai de l’argent
    en politique ce sont les profits qui est plus importants

  51. LOLOLO

    Même avis que Déogratias. Le Burundi n’a pas la même vision que Kagame et Museveni. Eux ils veulelnt l’établissement de l’emprire Hima tant rêvé. Le M23 n’est qu’une des stratégies utilisées pour arriver à ce rêve.
    Nous avons plus d’intérêts économiques à défendre auprès de la tanzanie qu’avec Kigali ou Kampala.

    • Nana Kofi Akoto

      En ce qui concerne « l’Empire Hima », ca ne tient pas la route.

  52. Déogratias

    Bonjour Antoine,

    Voici la réponse pour la question que tu te poses:

    La Tanzanie s’oriente vers la création d’un nouveau bloc économique régional

    Mercredi, les autorités tanzaniennes ont déclaré avoir ouvert les discussions avec la République démocratique du Congo (RDC) et le Burundi pour créer un nouveau bloc commercial et économique, car la Tanzanie et le Burundi ont été mis à l’écart par les trois autres Etats du bloc régional est-africain, à savoir le Kenya, l’Ouganda et le Rwanda.

    Le ministre pour la Coopération en Afrique de l’est, Samuel Sitta, a déclaré au parlement à Dodoma que la Tanzanie a mis en place un plan B. « Economiquement, il est logique de travailler avec la RDC maintenant car le pays possède un immense potentiel économique dans la région », a expliqué M. Sitta.

    M. Sitta a indiqué que ces plans comprennent la construction d’ une ligne de chemin de fer reliant Uvinza dans la région de Kigoma à Msongati, afin de connecter la Tanzanie à la RDC. La Tanzanie se tourne également vers le Burundi car il coûte moins cher aux hommes d’affaires du pays d’utiliser le port de Dar es Salaam au lieu de Mombasa, a-t-il expliqué.

    Au cours des derniers mois, le Kenya, l’Ouganda et le Rwanda ont choisi de progresser en matière d’intégration régionale en l’ absence de la Tanzanie et du Burundi. Les trois partenaires parlent même d’un protocole pour accélérer la formation d’une fédération politique.

    Des membres du parlement tanzanien ont fait pression mardi sur le gouvernement pour qu’il se retire de la CAE ou parle avec d’ autres pays voisins pour établir un autre groupement régional ou suspendre l’engagement de la Tanzanie dans les activités régionales.

    2013-10-30 23:56:45 xinhua

    Et ma conclusion: » C’est la fin de l’aventure du Rwanda et l’Ouganda représenté par le M23 à l’EST de la RDC » et tu sais que le M23 vient de recevoir une grande correction ces derniers jours, on parle même qu’il est fini militairement. Le Burundi gagnera plus avec le bloc R.D.C et la Tanzanie »

    Bonne journée.

    • patrice

      oui évidemment, cela relève d’une méfiance notoire envers notre pays. Mais étant Burundais, on est blessé, il faut que nos dirigent pansent cette blessure en se prononçant sur le comportement à adopter dans ces conditions. A mon humble avis, il faut arrêter momentanément tout coopération avec le bloc EAC, et adopter un comportement de la Tanzanie càd vers la création d’un autre bloc, et surtout garder de bonne relation avec la Tanzanie pcque il faut le dire de tous ces pays c’est seulement la tanzanie qui est bcp utile pour nous car la majorité de nos marchandises transitent par le port de Dar es salaam. Je peux affirmer que avec ce nouveau bloc en gestation (Bur-Tanz-RDC), on peut avancer mieux qu’aujourd’hui étant donné que nous avons des échanges fructueux avec ces trois pays du point de vue commerciale. Commercialement, on partage plus avec l’est du congo que le Rwanda qui ne fait nous profiter en voulant faire tourner son commerce sur le sol Burundais, Bref l’Est de la RDC plus utile pour nous que le Rwanda.

      • Agathe

        Les portes paroles du Président et de Gouvernement ont publié la position de Burundi : rester attache à la Communauté EAC . Ce qui signifie qu’il ne participe pas aux réunions tenues en dehors de l’EAC.

    • Nana Kofi Akoto

      La division n’amenera nulle part.

    • Komera

      1. Mbe burya train inywa amazi canke ikoreshwa na électricité canke charbon, canke ibindi bitoro? Sinzi ko tubifise, nivya Regideso bitugora kuronka.
      2. Mbe burya Tanzanie ntiri muri ZEP?
      mbe Siège ya EAC irihe?
      3. Tanzanie nibimwe kera bavuga ngo nivyo abaswahili. Tanzanie ntishobora kwikura muri EAC nagatoyi. Ni les bailleurs de la Tanzanie, ni les politiciens tanzaniens ne demanderont jamais ou ne conseilleront jamais de quitter la communauté.

      • Didier

        Mbe ndakubaze hamwe Uganda, Kenya n’Urwanda boguma bahagaze kuriyo décision yabo, Tanzania yo gira gute? None bandanije amana yabo uko ari batatu hamwe Sud-Soudan igomba kw’injira none bazokwitumire batazi ryari canke naho iyo nama izobera?
        Aho rero wihenze kuko finalement barashobora gufata décision yo kuvayo. Iba décision mbi kuribo canke nziza, ntakundi niko bizogenda. Wa

Publicité