Économie

Cibitoke : un petit répit aux cotonculteurs

24/07/2013 Jackson Bahati 1

Le prix du kilo du coton est en hausse de 20% pour cette saison culturale. Ce qui ne déplaît pas aux cotonculteurs, de moins en moins nombreux à s’intéresser à cette culture.

Les cultivateurs de coton pesant leurs récoltes ©Iwacu

A la transversale 4 de la commune de Rugombo à 5 km du chef-lieu de la province Cibitoke, les cotonculteurs sont heureux. Ils reviennent de la vente à la pesée de leurs récoltes, et Bernard Niyongabo est tout sourires : “Le prix du kilo du coton a connu une hausse de 100Fbu, à 500 Fbu”, précise-il avec fierté.

D’autant plus que les procédures de vente ont été remarquablement améliorées : “Une période de 2 mois séparait la période de vente et celle de paiement par la Compagnie de Gérance du Coton (Cogerco)”, témoigne Mathilde Ntahimpera. “Pour cette année, le matin j’étais à la station de vente, et deux heures après, je rentre avec l’argent”, indique cette cultivatrice de coton depuis plus de 20 ans.

Mais même s’il y a de l’enthousiasme avec la saison 2013, le coton est une culture de moins en moins prisée. Selon les cultivateurs rencontrés à Rugombo, “la somme récoltée après la vente était de loin inférieure aux dépenses”, se désolent deux habitants de Mbaza : “Certains cotonculteurs qui avaient résisté profitaient des terrains attribués gratuitement par la Cogerco pour planter d’autres cultures comme le haricot et le maïs à côté du coton.”
Du côté de la Cogerco, les responsables appellent la population à continuer à cultiver le coton, “qui apporte autant des revenus aux ménages que des devises au pays.”

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. mututsi

    Il faut encourager au travail en rémunérant à la hauteur du travail accompli.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Malheur aux enseignants qui violent et violentent leurs élèves

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Malheur aux enseignants qui violent et violentent leurs élèves

L’image est choquante, terrifiante, effrayante. Une fille déchiquetée, l’avant-bras détaché du reste du corps, est allongée sur une civière traditionnelle en rotin. Elle est méconnaissable. Sur les réseaux sociaux, un texte explicatif accompagne le corps tailladé à plusieurs endroits : (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

524 utilisateurs en ligne