Santé

Ces grossesses « magiques »…

09/02/2018 Clarisse Shaka 0

Les femmes sont censées ne plus tomber enceinte avec une ligature des trompes, efficace à « 99,5% ». Mais certaines font figure d’exception. Eclairage d’un gynécologue.

Avec stupéfaction, une quadragénaire apprend qu’elle est enceinte du 5ème enfant. Pourtant, trois ans auparavant, elle avait demandé une ligature des trompes après son 4ème accouchement par césarienne. Son gynécologue lui avait recommandé d’éviter à tout prix une autre grossesse. « Beaucoup de césariennes, ce n’est pas bon, c’est même dangereux, lui avait dit le médecin.

Au début, un retard de ses menstruations ne l’’inquiète pas trop. Elle est sûre qu’elle ne peut plus avoir un bébé. Mais le retard perdure. Intriguée, Elle finit par consulter. Surprise : une grossesse de trois mois, déjà !

Mais le fœtus était déjà mort depuis deux semaines. Les médecins lui ont donné des médicaments pour provoquer l’avortement. C’est après avoir souffert, pendant 24 heures, que le fœtus finit par être expulsé.

Une autre femme confie être tombée enceinte de son 7ème enfant par « magie » ! Un an après avoir mis au monde son « cadet », elle a décidé de se faire opérer pour une stérilisation définitive, à l’insu de son mari. Car ce dernier s’y était opposé.

Deux ans après l’opération, le « miracle » se produit. Elle porte un bébé, à sa grande surprise. Lors d’un contrôle, après l’accouchement, le médecin trouve que l’opération de ligature est bien réussie même si elle a mis au monde. Ainsi, l’enfant a été nommé « Ahishakiye » (quand Dieu veut…)

Faire attention à la technique utilisée !

Le gynécologue Salvator Harerimana parle de cas « exceptionnels » qui dépendent de la méthode utilisée lors de l’intervention. La ligature des trompes est une opération de stérilisation définitive, d’après ce spécialiste.

Il explique que la trompe est un organe très fin, vascularisé, qui joue un rôle très important dans la reproduction. C’est comme un pont qui permet la conception. C’est une sorte de tuyau qui relie l’utérus et les ovaires.

Leur rôle : c’est le lieu de rencontre des deux cellules reproductrices, le spermatozoïde et l’ovule. « La ligature des trompes signifie donc empêcher la rencontre de ces deux gamètes en coupant le pont. »

L’opération consiste à faire une sorte de nœud de part et d’autre des trompes. Puis l’on sectionne pour éviter toute continuité des cellules. Ce que Dr Harerimana appelle« ligature-section ». « Si le chirurgien oublie de couper et que le fil se résorbe, ce qui est rare, cela peut expliquer certains échecs. »

Une autre méthode qui peut conduire à un échec : la technique de « clampage » (mettre une sorte de pince) sans sectionner. Si le clampage lâche et que l’étanchéité n’est pas parfaite, l’échec est évident.

Sinon, estime le gynécologue, la méthode reconnue est la « technique de Pomeroy ». Elle consiste à former une petite boucle sur la trompe pour en couper ensuite la partie supérieure.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

De la ténacité à l’hémicycle

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur De la ténacité à l’hémicycle

Mardi 11 septembre, les parlementaires se réunissent à l’hémicycle de Kigobe. Ils débattent le deuxième rapport de la Commission d’enquête des Nations Unies sur la situation des droits de l’Homme au Burundi du 5 septembre. Ce dernier a accusé Bujumbura (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

795 utilisateurs en ligne