Société

Carama : les déplacés implorent de l’aide

Transférés de ku Mase à Carama en mars dernier, les déplacés sont mécontents et réclament leurs terrains sis à Maramvya. Ils n’ont ni latrines, ni logements appropriés ni à manger …

Vue partielle des huttes des déplacés dans le quartier de Carama dans la commune de Kinama ©Iwacu

Vue partielle des huttes des déplacés dans le quartier de Carama dans la commune de Kinama ©Iwacu

« Nous voulons récupérer nos parcelles situées à Maramvya. Nous n’avons nulle part où cultiver, rien à manger, nous vivons par la grâce de Dieu », lance un déplacé quadragénaire. Il précise que seuls l’Ombudsman et une communauté de chrétiens « born-again »leur sont venus en aide.

Le nouvel emplacement de ces déplacés se situe sur un terrain le long de la RN 9 dans le quartier Carama en commune Kinama. Plus d’une centaine de huttes couvertes d’herbes sèches, de morceaux de carton, de bâches et sachets en plastique ou de morceaux de toitures. Plusieurs enfants de moins de cinq ans courent dans tous les sens. Certains sont nus et sur leurs corps apparaissent des piqures de tiques. Les hommes sont désœuvrés et forment de petits groupes pour échanger. Quant à la plupart des femmes, elles restent devant leurs maisons attendant un quelconque bienfaiteur pour cuisiner. Au milieu de ces huttes est planté un drapeau du Cndd-Fdd.

Nous avons même des numéros de nos parcelles à Maramvya

Une dame en compagnie de ses quatre enfants demande que trois de leurs représentants emprisonnés à Mpimba soient libérés. Il faut également, ajoute-t-elle, identifier les déplacés qui n’ont pas été inscrits en 2008 sur la liste de ceux qui devront avoir une parcelle à Maramvya.
« Nous avons payé 16 mille Fbu chacun pour que les bornes soient installées. Nous avons même des numéros de nos parcelles à Maramvya. J’avais déjà eu ma parcelle, mais une autre personne y a construit une maison », regrette un autre homme, père de cinq enfants.
Ces déplacés disent qu’ils ont envoyé à maintes reprises des correspondances à l’Ombudsman, au ministère de l’Urbanisme et celui de l’Intérieur. Ils espèrent la venue d’autres bienfaiteurs et une issue favorable à leurs requêtes.
Ku mase est situé dans la commune de Ngagara. L’administrateur indique que parmi ces déplacés, il y a des irréguliers qui sont venus après l’identification de 2008. Iwacu a essayé de contacter la mairie et le ministère de l’Urbanisme, sans succès.

  5   Vos commentaires
  1. Gahimbare Concilie

    C’est un autre regroupement. La difference: on n’est pas en periode de guerre.

  2. Quoi

    Où vont les aides que le Gouvernement a reçues?

  3.  » Au milieu de ces huttes est planté un drapeau du Cndd-Fdd. »
    Je ne comprends rien !

    • Signature

      Il n’y a rien à comprendre de ce drapeau planté au milieu de cette misère cela signifie que c’est leur signature. Les DD n’ont d’autre but que la misère pour les Barundi et ils se servent de cette même misère, pour se maintenir au pouvoir. Comprend qui pourra.

      • C qui est incompréhensible c’est qu’ils savent bien qu’ils en sont là à cause des DD. Ils devraient au moins utiliser ce drapeau pour se couvrir car il y a sans doutes des moustiques…

Publicité