http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Droits Humains

Cankuzo : le représentant de la Ligue Iteka en prison depuis quatre jours

Accusé de dénonciations calomnieuses envers le premier vice-président de la République, le représentant de la Ligue Iteka à Cankuzo croupit dans les cachots depuis vendredi 16 mai 2014.

Chef-lieu de la province Cankuzo ©Iwacu

Chef-lieu de la province Cankuzo ©Iwacu

Arrêté ce vendredi 16 mai 2014 à 8 heures du matin par le commissaire provincial de police à Cankuzo, Ezéchiel Nteziriba, représentant de la Ligue Iteka, n’a pas depuis vu la couleur du jour. Il est incarcéré dans les cachots de la police de Cankuzo. Il est accusé de dénonciations calomnieuses envers le premier vice-président de la République, Prosper Bazombanza.

Ledit vendredi, selon des informations recueillies à Cankuzo, Prosper Bazombanza devrait présenter à la population le nouveau gouverneur de province, Désiré Njiji. Ezéchiel Nteziriba avec d’autres membres du comité provincial des fêtes étaient en train de décorer la tribune qui va abriter les cérémonies à l’Ecole paramédicale. Certains upronistes auraient voulu utiliser les couleurs de leur parti pour la décoration. Le représentant de la Ligue Iteka aurait protesté en soulignant que le premier vice-président de la République s’est déplacé pour les affaires d’Etat et non du parti Uprona. Selon sa famille, ces upronistes auraient déformé ses propos en l’accusant d’avoir traité Prosper Bazombanza d’ »Ikirirahabiri« (un homme qui goûte à toutes les sauces.)

Ezéchiel Nteziriba est conduit manu militari dans les cachots du commissariat de police. Des sources indiquent que le commissaire provincial de police, Herman Kabura, et le chargé des renseignements à Cankuzo, Juvénal Sananiye l’auraient interrogé et l’auraient obligé à signer des aveux incluant ces propos dits calomnieux. «Ses premiers aveux ne comportaient pas ces propos », précisent-elles.

Sa famille et les organisations des droits de l’homme demandent la libération d’Ezéchiel Nteziriba. Elles conseillent à la police de convoquer toutes les personnes qui étaient sur place ce jour-là afin que la vérité soit connue.
Le commissaire provincial de police indique qu’il ne peut pas s’exprimer pour le moment sur ce dossier et nous a envoyé au gouverneur de province. Ce dernier avait promis de nous recontacter mais il ne l’a pas fait.
Iwacu a tenté de le joindre à maintes reprises, il n’a pas daigné décrocher son portable.

  6   Vos commentaires
  1. bora

    Hahaha emwe aba dd ntibakandamiza ngo basigaze baracitse udukoko pe.

  2. GATEBO Claude

    L’éminent intellectuel des 16 e siècle s’insurgeait contre les croyants de son époque comme quoi ils étaient moins offusques des gros blasphèmes contre Jésus Christ que de légères plaisanteries sur une personne surtout s’ils mangeaient de son pain. Le Burundi n’est pas loin de là. Attention.

  3. La facilité avec laquelle on décide d’emprisonner les gens dans ce pays est vraiment ahurissante.
    Si je trouve mon voisin antipathique il me suffira d’aller dire qu’il a traité telle autorité de con pour qu’il soit coffré ?

    Au lieu de construire des écoles il faudra apparemment kugwiza les prisons vu qu’on peut tous y entrer même pour une banalité ou ragot surtout ceux qui sont contre le pouvoir.

  4. J Paul

    Il faut punir serieuement ceux qui propagent des rumeurs. Dixit notre bien aime president de la Republique. Donc liberez Ezechiel!

  5. Uwarugwanye

    Ligue Iteka itukana ga yemwe? Ntaco mfise novuga kuriyo nkuru kuko aba dd n’abo bacuditse bose basa n’ababuze ivyo bakora ahubwo bakirigwa bararementanya gusa. Mbega uwo Bazombanza uwovuga ko ari umugumyabanga yinyegeje ku mutamana w’abadasigana b’ukuri igitutsi coba kiri hehe? Niyerekane ko atarivyo naho atawabimubwiye. Ndahanuye uwo mupolisi Herman KABURA areke kwisuka muvya politike. Yinjijwe mu giporisi avuye muri Kaze-FDD kwa Ndayikengurukiye, ejo bazomushimira abo bana ba Peter ntibafyina. Bazovuga ko ari igisakenkanya nk’ibindi cataye umurongo.

    • Amédé

      La vérité blesse. None ninde aharira ko urya mugabo atari ikirirahabiri?

Publicité