http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/ICCO-15-O-22-TDRs-Evaluation-a-Mi-Parcours-MAVC-Final.pdf
Sécurité

Buyenzi, l’assassinat d’un jeune déclenche la colère des habitants

Les amis de Issa à coté de sa dépouille

Les amis de Issa à coté de sa dépouille

Il est un peu plus de midi quand deux policiers font irruption dans la parcelle n° 1 de la 15ème avenue. Ils y cherchent un dénommé Issa, soupçonné d’avoir commis un vol plus tôt dans la matinée. À la vue des policiers, ce dernier prend peur et veut prendre la fuite. Il est aussitôt abattu par un des agents de la police.

« Même un meurtrier n’aurait pas été traité comme mon fils l’a été. Il a été abattu chez lui comme un chien», s’indigne sa mère, éplorée, regardant son fils évacué vers la morgue.

Tout de suite après, des pneus sont brûlés et des pierres sont roulées en travers de l’avenue de la Santé par les habitants de Buyenzi, très remontés contre la police qu’ils qualifient de « meurtriers sanguinaires. »

Les quelques policiers sur place sont incapables de contenir le mouvement de foule qui a tourné en manifestations. Ils reçoivent vers 14h un renfort d’autres policiers et d’agents du service national des renseignements (SNR). Des tirs nourris fusent, et des gaz lacrymogènes lancés. La foule se disperse un moment vers les maisons à proximité, pour revenir juste après. Quelques individus resteront devant la maison du défunt, en attendant que la toilette de la dépouille soit finie afin de procéder à sa mise en terre, selon la coutume musulmane.

Signalons que les policiers s’en sont pris aux reporters d’IWACU. Ces derniers ont même reçu des coups et il leur a été interdit de continuer à travailler.

L’homme tué a tenté de désarmer un des policiers

«Les Forces de l’ordre étaient à la recherche de cet homme à 15ème avenue de ce quartier très animé mais il s’en est pris à ces policiers », fait savoir Pierre Nkurikiye, le porte-parole adjoint de la police. Selon lui, cette personne tuée était un voleur. « Des policiers étaient sur le point de l’arrêter mais il les a menacés, il a même tenté de s’emparer de l’arme tenue par un des policiers, ce dernier s’est défendu et une balle est partie», justifie-t-il.

Plusieurs témoins rencontrés sur le lieu du drame réfutent cette version fournie par la police, ils parlent d’exécution. «Ils lui ont tiré dans le dos quand il tentait de s’échapper en escaladant un mur.»

La procession funéraire s’en est suivie, elle s’est vite transformée en manifestation. Les policiers ont tiré en l’air mais les jeunes manifestants qui accompagnaient le cercueil ont tout bravé. La police a finalement fini par céder quand ces manifestants allaient s’engager sur l’avenue du Peuple Murundi.

  • Dépouille de la victime ramenée chez lui
  • Les amis de Issa à coté de sa dépouille
  • Les femmes de Buyenzi, éplorées par la mort d'Issa
  • Avenue de la Santé barricadés par les habitants de Buyenzi
  • Les jeunes de Buyenzi, remontés contre la police
  17   Vos commentaires
  1. RUGAMBA RUTAGANZWA

    Alors que la peine de mort est censée avoir été abolie au BURUNDI, la police du CNDD-FDD la ramène massivement sous la forme de tirs a balles relles sur des suspects et autres amanifestants sans armes…!! Pour cette police, qui, en realite, ne l’est que de nom car très peu professionnelle, on n’arrête pas quelqu’un, on le tue..! La loi n’existe plus dans ce pays. Mais, franchement dans quelle jungle sommes-nous..? Le Gouvernement du CND-FDD et tous ceux qui le soutiennent devraient se rendre à l’évidence qu’ils se sont disqualifiés et en tirer toutes les conséquences et démissionner massivement en commençant par la source de tous les problèmes que nous sommes entrain de vivre à savoir le Président NKURUNZIZA lui-même.

    • birababaje kwumva ubwicanyi nkubwo bukorwa nigipolisi,ariko,nkongera mbabazwa nabo bana batashoboye canke birekera abapolisi bagakora ivyo bishakiye kandi barigufata abo bapolisi bakababoha imbere yuko ivyo bibaye muri urwo rugo,ntivyarikuba.

  2. Jean-Pierre Ayuhu

    Chers amis qui commentent l’actualité,
    Tout le monde compatit quand il y a un mort. Se sont des vies qui disparaissent. C’est l’avenir du pays qui s’assombrit.
    Mais face aux tragédies, avons-nous le droit de nous interroger? J’avais envie de dire oui. Et la je le fais par rapport à la culture de tolérance qui semble faire défaut dans notre pays et qui touche finalement l’ensemble de la population et ses composantes: police, citoyen lamda, justice etc…
    Imaginez-vous un policier qui tire sur un citoyen. C’est impensable. Mais qu’attendre d’une police, formée dans un contexte de violence, suffisamment peu formée, face à une population qui n’a pas la culture des limites de ce que une action de protestation impose et jusqu’où l’on peut aller et s’arrêter… Et dans un pays avec stabilité qui peut voler en éclat, n’est-il pas irresponsable de manipuler les institutions pour se maintenir au pouvoir? N’est-il pas aussi irresponsable de jeter la population, encore traumatisée par le violences que l’on a connu, dans la rue tout en sachant que pertinemment les conséquences que cela peut entrainer?
    On me dira, oui, le président n’avait qu’à se retirer! Certainement mais chacun doit prendre ses responsabilités et les assumer. A ceux qui orchestrent les manifestations d’assumer les leurs et surtout arrêter de travestir la réalité en expliquant au monde entier que le pays va mal à cause de tel…A ceux qui veulent se cantonner au pouvoir d’en assumer les conséquences…
    Les manifestants de Musaga sont drogués, rançonnent la population et pas plus tard qu’hier, ils commencent à accuser ce qui les ont envoyé dans la rue de les avoir abandonné.

    • aho mubona uko ndavyumva,iyo babikora utwo dupolisi tutagira ninguvu ntitwari kubananira.ivyo uwo muvugizi avuga sivyo nagatoyango yaraje kumwaka inkoho?yoza kumwaka inkoho gute amusanze munzu.ivyo ni ivyitwazo bama bitwaje mukugira bagandagure abantu ngo bagomba kubaka inkoho.il a même tenté de s’emparer de l’arme tenue par un des policiers, ce dernier s’est défendu et une balle est partie», justifie-t-il.

  3. hat

    Toutes mes condoléances à la famille de l assassiné et à Buyenzi. Je ne suis qu’un simple citoyen mais je sais que on ne tire pas sur slq qui fuit. Je pense aussi que ce ne sont pas les enseignements promulguées par les coopération s néerlandaise et française. Honte à cette police de la mort mais il va falloir que leurs responsabilités soient établies après le départ de Nkurunziza. Ce ne sera pas comme à la fin des pouvoirs militaires, non,on va réclamer pour les meurtres.

  4. AK

    Mwigumye Buyenzi, Imana ibbe hafi uri ibi bihe mubabaye yongere ihe igihano gikwiye aba bicanyi.

  5. Ndayubahe

    Un vol inventé de toutes pièces donc, fictif, attribué à un simple citoyen, ici Issa = Assassinat
    Un vol notoire du Pouvoir à la Nation par un Président déchu, ici Nkurunziza = ??? (c.à.d. yohanishwa iki mu vyukuri?)

  6. Iratabara

    premièrement ,j’adresse mes condoléances a la famille et amis d’ISSA qu’il se repose en paix.
    Pas d’étonnant parce-que les Policiers Burundais sont des criminels .Non seulement qu’ils ont oublie leur devoir de protéger la population,ils dépassent les normes .
    Il faut que les policiers Burundais sachent une chose,après le retrait du candidature de NKURUNZIZA a l’élection présidentielle,le peuple Burundais demanderait sans doute le désarmement tant de la milice Imbonerakure que de la police Nationale puisque la confiance entre la police et la population Burundaise est totalement bafouée.

  7. Debby

    Freres et soeurs de Buyenzi, ne donne pas l`ennemi l`opportunite de vous abbatre d`avantage.Le fait que Buyenzi est un quartier majoritairement musulman, Peter risque de dire que c`est un Al shabbab. N`oublie pas que cette carte est a la table.Encore unefois, CONDOLEANCE a tous.

  8. Debby

    Mwihangane mwifate ntimugwe mu mutego wa Peter ntimwihore, kuko aca avuga ngo ni Al-shabbab.

  9. Tap

    Est-ce une police comme ca? Une police chargee de tuer les manifestants, les personnes suspectees d’etre bandits?? Quand ils ont tire, ces deux policiers etaient surs que c’etait Issa? Avaient -ils une preuve (100%) que c’est lui qui aurait vole? Dans un pays appauvri, la peine de mort est decidee par la police a un voleur (meme si il y avait preuve)? Et on nous appelle pour voter dans ces conditions?

  10. kimeneke

    Hagarara bwuma ahandi barabamara inzombonerakure

    • Tchima

      @ Kimeneke,
      Ntibashobora guhagarara bwuma kuko étant donné que ari quartier musulman,….boca babamara et cette fois ci avec le soutien du monde entier.Rero jewe sinobagira inama yo guhagarara bwuma.Jewe ndabagira inama yo kwihangana kandi ndazi ko babizi, ….peut être banavyumva kundusha.Imana yaratanze (Issa),Imana yamuhamagaye(yamwisubije). RIP Issa.
      NB:Imana ihora ihoze.

  11. NTAMBARA LOUIS

    Condoléances à la famille éprouvée et aux populations de de Buyenzi traumatisées par une police pour qui, la vie humaine n’a plus de valeur…!!!! Cette police dangereuse pour al population burundaise peut tirer à balles réelles et de toutes les façons ordres ont été donnés pour le faire et surtout il n’y aura aucune poursuite judicaire… ! Les Burundais sont devenus comme du gibier qu’on abat sans vergogne… !
    Courage aux journalistes d’I Wacu aussi qui travaillent la peur dans le ventre car pouvant être fauchés d’un moment à l’autre dans l’exercice de leur fonction par une police soutenue et couverte completement par le pouvoir CNDD-FDD mais et qui devient de plus en plus incontrôlable, tant il lui est devenu facile d’appuyer sur la gachette pour tuer..! Tuer est devenu un jeu d’enfants pour nos policiers..! Tenez donc bon, continuez de bosser car, après la fermeture de tous les medias indépendants, les Burundais et le monde entier ont besoin d’être informés pour connaître les abus du pouvoir finissant de S.E. NKURUNZIZA, de ses services de renseignement qui ont droit de vie et de mort sur tout Murundi voulant s’opposer, même pacifiquement, à la candidature du Roi NKURUNZIZA II (bientôt III), de sa police nationale et de ses Généraux qui font la pluie et le beau temps sans qu’aucune règle élémentaire de droit ne soit respectée.. !
    Le pouvoir du CNDD-FDD est un pouvoir aux abois qui multiplie les bavures et les provocations de toutes sortes sortes envers la population qu’il est censé proteger et servir..! C’est vraiment triste car personne ne pouvait s’imaginer qu’après plus de 10 ans de guerre civile, le Burundi allait replonger dans une tele siatuation d’instabilité politique à cause d’une poignée de gens mus par des intérêts sectaires, qui soutiennent un Président de la République sachant très bien que ses mandats sont terminés et qu’il doit partir et permettre ainsi une alternance pacifique au sommet de l’Etat!!! Ce groupe, en realite tres minoritaire, a tellement commis de forfaits (assassinats cibles d’opposants et d’activistes de la société civile qui dénonçaient leur corruption rampante, accumulation de tellement de biens matériels mal acquis etc..) et il en accumule tellement ces derniers jours que pour lui quitter le pouvoir équivaut aller directement en tôle… ! Comme le disait si bien, hier 9 juin 2015, à Genève, le Haut-Commissaire des NU aux Droits de l’Homme ‘’La dernière chose dont a besoin le Burundi après une décennie de consolidation progressive et largement réussie de la paix, c’est d’être catapulté dans une guerre civile du fait de la détermination impitoyable d’un petit nombre de personnes à garder ou prendre le pouvoir à tout prix’’!!

  12. Le Colonel

    Je tiens à ne pas généraliser mais force est de constater que malgré moult séminaires de formation des « agents de la paix » (p-ê devraient-ils être appelés « agents de la mort ») les bavures se succèdent à un rythme effarant. Sous d’autres cieux, un seul coup de feu d’un policier en service ou pas est immédiatement suivi d’une enquête qui est d’ailleurs confiée à un autre corps de police pour éviter la collusion. Mais chez nous, un policier tue un citoyen et c’est comme s’il écrasait un insecte nuisible! Quelle honte!!! J’espère que la population burundaise dans l’ensemble se réveillera plus tôt que tard pour arrêter ces bourreaux.

  13. Tchima

    Nta gipolisi dufise.Nous avons des voyous.Sachez-le.Nous pouvons l’ignorer parce que nous sommes incapables de faire face à ces voyous, mais nous le savons.Quand aux reporters d’Iwacu, vous êtes sans doute les survivants du journalisme au Burundi,….personnellement, ndabazirikana chaque fois que j’ouvre une page d’Iwacu,….IMANA IKOMEZE KUBAZIGAMA.

  14. En s’addressant à certains sur ce forum, voilà les oeuvres du pouvoir que vous défendez bec et ongles.
    Difficile d’imanginer qu’il a ya des gens qui ont combattu pour avoir le pouvoir afin d’en faire cela.Je vous laisse deviner la qualification qu’ils méritent
    Rien à ajouter.

Publicité