http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/ICCO-15-O-22-TDRs-Evaluation-a-Mi-Parcours-MAVC-Final.pdf
Environnement

Bururi, Makamba et Rumonge : les feux de brousse ravagent l’environnement

Depuis plus de deux semaines, les boisements domaniaux, les réserves naturelles et autres aires protégées sont en proie à des feux de brousse d’origine criminelle et accidentelle.

Un des agents de garde de la réserve naturelle de Kigwena

Un des agents de garde de la réserve naturelle de Kigwena

Huit communes de ces trois provinces du Sud du Burundi sont aujourd’hui touchées par ces feux de brousse, selon Mamert Sabushimike, président de l’association « Amis de la nature ».

Il précise qu’une centaine de hectaressont déjà partis en fumée dans les communes de Vyanda, Rutovu, Bururi et Songa à Bururi, Makamba ;Vugizo et Nyanza-lac à Makamba et Rumonge.

M. Sabushimike indique que les feux qui font des ravages dans les réserves naturelles, les boisements domaniaux et les paysages protégés sont d’origine criminelle suite à recherche des pâturages pour le bétail. Ils sont aussi d’origine accidentelle surtout au niveau des fours à charbon. Il précise que la destruction des essences autochtones et des espèces animales entraîne des conséquences fâcheuses comme la perturbation climatique, l’érosion, la pollution des eaux, l’élévation de température entrainant des maladies.

Des pressions humaines sur les réserves naturelles

Il souligne que les réserves de Vyanda et Rumonge font objet de pression des rapatriés qui s’y installent ou qui y cultivent .Ces derniers indiquent que leurs anciennes propriétés foncières se trouvent dans ces réserves naturelles et réclament que ces terres leur soient restituées.

Melchior Munama, responsable des réserves naturelles dans les communes de Rumonge et Vyanda au sein de l’Office burundais pour la protection de l’environnement (OBPE) précise que des efforts sont entrain d’être faits. Selon lui, des gens ont été formés et équipés pour faire le travail de garde le jour et la nuit et les résultats sont satisfaisants : « Ils arrêtent souvent des gens qui s’introduisent dans ces réserves pour cultiver, chercher du bois, chasser ou ramasser du bois mort . »

Signalons qu’au moment où nous mettons sous presse, un incendie criminel s’est déclaré dans la forêt de Bururi.

Publicité