Politique

Burundi-Rwanda : Regain de tension entre les deux voisins

30/07/2018 Agnès Ndirubusa Commentaires fermés sur Burundi-Rwanda : Regain de tension entre les deux voisins
Burundi-Rwanda : Regain de tension entre les deux voisins
Paul Kagame entend en découdre avec tous ceux qui franchiront « la ligne rouge. » ©Droits réservés

Kigali accuse son voisin de servir de base arrière aux groupes armés à l’origine des attaques menées le mois dernier dans certaines localités rwandaises frontalières du Burundi. Bujumbura dément.

La hache de guerre est loin d’être enterrée. La population vivant près de la frontière avec le Rwanda rapporte qu’il y a un renfort militaire dans ces localités. Les propos de la population sont quelque part corroboré par le porte-parole de l’armée burundaise, Floribert Biyereke qui parle « de redoublement de vigilance ». Selon lui, quand le voisin d’en face vous accuse à tort de servir de zone de repli des groupes armés qui l’attaquent, vous devez être aux aguets, mission de défense des frontières et de souveraineté oblige. Mais il se veut « rassurant » et dit que ce regain de surveillance se manifeste également sur toutes les frontières du Burundi avec ses pays voisins. « Après le massacre de Ruhagarika, nous avons aussi renforcé la sécurité du côté de la frontière avec RDC. »

Tout part du communiqué de presse de la police rwandaise sorti le 2 juillet. D’après ce communiqué, un groupe armé de fusils a attaqué la veille le village de Cyamuzi, secteur de Nyabimata, district de Nyarugusu. « Ils ont attaqué à partir de la forêt de Nyungwe en provenance du Burundi et ont fui vers la même direction. » Deux semaines plus tôt, cette police rapportait également l’attaque d’un groupe armé qui a tué deux personnes, blessant trois autres. Le même groupe armé a attaqué le centre de négoce de Rumenero avant de se replier dans la forêt de Nyungwe, frontalière avec le Burundi.

Kagame menace Bujumbura

De son côté, le président rwandais, Paul Kagame n’a pas mâché ses mots le 13 juillet. Devant un parterre composé d’officiers de la nouvelle promotion de l’académie militaire rwandaise au Camp Gako, il a estimé que « l’armée rwandaise est entraînée à faire la guerre, pas à la lancer.

Mais si les autres nous considèrent comme étant leur problème et choisissent de commencer une guerre contre nous, nous sommes déterminés et entraînés à combattre et en finir avec eux ». On se souviendra qu’il y’a quelques temps,Paul Kagame avait lancé des menaces, à peine voilées, sur le Burundi. Reprenant le langage des militants du Cndd-Fdd « Tuzobamesa » (Nous allons les « lessiver », en finir avec eux.), le président rwandais avait répliqué: « Ils disent qu’ils vont nous lessiver ? Mais je sais qu’ils savent…»

Le MRCD revendique les attaques au Rwanda

Depuis lors, le pouvoir rwandais mise sur la paix et la stabilité du pays. Il ne veut pas entendre parler de groupes insurrectionnels qui sévissent dans son pays. Dans un communiqué diffusé en début du week-end dernier, soit à la veille de l’arrivée du président chinois Xi Jin Ping, le gouvernement rwandais a démenti les informations faisant état d’incursions armées et de la présence de groupes rebelles sur le territoire du Rwanda. Il préfère plutôt parler de « bandits ».

Seulement, la formation appelée mouvement rwandais pour le changement démocratique (MRCD) a revendiqué les récentes attaques dans certains villages du Rwanda. Dans un communiqué de presse, publié le 15 juillet, ce mouvement affirme avoir créé la force armée dénommée FLN (forces de libération nationale). Sa mission étant « de mettre un terme, sans délai, au pouvoir dictatorial FPR-Kagame en utilisant tous les moyens possibles, y compris la lutte armée ».

Le 16 Juillet 2018, dans l’interview accordée à la radio BBC, le porte-parole de cette FLN, Calixte Nsabimana, dit « Sankara » a affirmé que c’est son armée qui mène les opérations militaires  dans le sud du Rwanda contre l’armée rwandaise. Il a indiqué que cela va faire un mois que ces combats ont lieu. A la question de savoir s’ils ont attaqué en provenance du Burundi comme le déclare le Rwanda, ce jeune rescapé du génocide des Tutsis a démenti catégoriquement. Il a plutôt soutenu que les rebelles se trouvent dans plusieurs endroits au Rwanda mais essentiellement dans les districts de Nyaruguru et de Nyamagabe, plus précisément dans la forêt de Nyungwe.


Le Rwanda s’énerve

Les expulsés burundais venant du Rwanda.

Depuis quelques temps, on assiste à des vagues d’expulsion des Burundais du sol rwandais. Les sources administratives évoquent plus de 3 mille personnes refoulées depuis le mois de juin. Les autorités rwandaises parlent de personnes en situation irrégulière.

Le 17 juillet, la police rwandaise a investi le camp de réfugiés de Mahama pour une opération de contrôle et de fouille surprise. Un réfugié sur place parle de centaines de personnes sans papiers embarquées par la police. Cela faisait suite aux informations faisant état d’infiltration des personnes qui collaboreraient avec le groupe rebelle à l’origine des récentes attaques.

Bujumbura a quant à lui dépêché une délégation à la frontière Burundo-Rwandaise de Gasenyi Nemba, le jeudi le 19 juillet. Le secrétaire général du gouvernement, le porte-parole du président, celui du ministère de l’Intérieur ainsi que celui de la Sécurité avaient pour objectif de s’enquérir de la situation.

Les expulsés étaient sur place mais également les évadés du camp de Mahama. « Le HCR ne nous autorise pas à rentrer, voilà pourquoi nous préférons filer en douce, » a indiqué un sexagénaire aux journalistes présents sur les lieux.

Le secrétaire général du gouvernement a quant à lui fustigé le HCR Rwanda qui selon lui ferme les yeux sur le mauvais traitement dont sont victimes les Burundais au Rwanda. L’organisation onusienne est accusée de bloquer tout mouvement de retour des réfugiés. « Tout cela alors que quand les Burundais fuyaient en 2015, cette organisation apportait des véhicules à la frontière pour les accueillir au Rwanda. »

A ce stade, difficile de prédire l’issue de cette tension. Pour certains, la situation est alarmante et c’est la crise qui pourrait embraser la sous-région. D’autres relativisent et estiment qu’il s’agit plus d’un problème rwando-rwandais. En tout cas, Bujumbura n’entend pas en rester là. Il promet pour bientôt une déclaration sur l’affaire Rwanda. Déclaration qui pourrait calmer la situation. Ou mettre encore de l’huile sur le feu. Wait and see.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

De la ténacité à l’hémicycle

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur De la ténacité à l’hémicycle

Mardi 11 septembre, les parlementaires se réunissent à l’hémicycle de Kigobe. Ils débattent le deuxième rapport de la Commission d’enquête des Nations Unies sur la situation des droits de l’Homme au Burundi du 5 septembre. Ce dernier a accusé Bujumbura (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

425 utilisateurs en ligne