http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Archives

Burundi : le FIDA et l’Union européenne toujours au côté des populations rurales

51 km des pistes réhabilitées, 6 magasins de stockage de la production agricole, 1.086 ha aménagés et réhabilités dans 13 marais en provinces Gitega et Karusi ainsi qu’un marais de la province de Kayanza, sont les réalisations financées par FIDA et exécutées par PAIVA-B (Projet d’Appui à l’intensification et à la valorisation agricoles au Burundi) qui seront remises aux bénéficiaires ce mardi 24 avril.

Selon un communiqué de presse sorti ce lundi 21 avril, en plus des infrastructures, 1210 étables équipées ont été construites pour 1200 génisses et 10 taureaux de race améliorée. 3435 chèvres et 100 boucs boers ont été distribués, indique le même communiqué. Le PAIVA-B, précise ce communiqué, a été initié par le gouvernement du Burundi et le Fonds International de développement agricole (FIDA) avec l’appui de l’Union Européenne (UE) et du PAM (Programme Alimentaire Mondial). La remise de ces infrastructures, poursuit le même communiqué, aura lieu en commune Bugendana, province Gitega. Il a un impact net, poursuit ce communiqué, sur plus de 20780 ménages bénéficiaires directs après 1,5 an de mise en œuvre. Le communiqué indique aussi que le PAIVA-B a permis une augmentation de 78% sur la production agricole dans les zones touchées. Ce projet est financé par le FIDA (42,9%), l’UE (19%), le PAM (14,7%), le gouvernement du Burundi (10,9%) et les bénéficiaires (8,2%). Le PAIVA-B va durer 8 ans et a démarré ses activités réellement en 2010 dans les provinces de Gitega et de Karusi. Durant cette période d’intervention dans cette zone pilote, ce projet a bénéficié du soutien de l’UE de 4,5 millions d’euros par le biais de son initiative « Facilité Alimentaire », qui a pris fin en décembre 2011. D’après ce communiqué, le FIDA et le gouvernement du Burundi travaillent actuellement sur la formulation d’un programme de développement agricole, financé à hauteur de 18 millions d’euros par l’UE. Les activités se concentrent dans les zones de l’Imbo (Ouest) et du Mosso (Est).

Publicité