http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Médias

Bob Rugurika de nouveau entendu par le magistrat instructeur

Ce vendredi 30 janvier, le procureur de la République en mairie de Bujumbura Arcade Nimubona et son substitut Emmanuel Nkurikiye sont à Muramvya pour une nouvelle audition du directeur de la Radio publique africaine (RPA).

Bob Rugurika embarqué pour la prison de Bujumbura, le 20 janvier 2014 ©Iwacu

Bob Rugurika embarqué pour la prison de Bujumbura, le 20 janvier 2014 ©Iwacu

« Bien que le ministère public parle d’une nouvelle audition pour complément d’instruction, certainement qu’il a enfin décidé de le relâcher », veut croire Me Alexis Nigarura, avocat de Bob Rugurika. Sinon, pour lui, rien ne justifie le déplacement de ces deux magistrats.

L’avocat indique qu’il s’attendait plutôt à ce que son client soit présenté devant la chambre de conseil du Tribunal de Grande Instance (TGI) de la mairie de Bujumbura. « Les chambres de conseil siègent normalement les jours impairs. Bien plus, il n’y a pas deux jours, le parquet disait qu’il était fin prêt à présenter ses moyens d’accusation. » Et de marteler : « Si Bob Rugurika n’est pas relâché, ce sera une confirmation que le ministère public n’a pas d’argument juridique justifiant son arrestation. »

Pierre Claver Mbonimpa, président de l’Aprodh, trouve que la nouvelle audition de Bob Rugurika n’est qu’une manœuvre dilatoire pour justifier le défaut de présentation de Bob Rugurika devant la chambre de conseil. « Pourquoi le parquet doit attendre le dernier jour prévu par la loi pour faire confirmer la détention préventive du directeur de la RPA par les juges du TGI ? » Et de se donner lui-même la réponse : « Le parquet a peur que les juges ordonnent la mise en liberté provisoire de Bob Rugurika ou prononcent la mainlevée purement simplement. »

Signalons que le Code de procédure pénal dispose que le ministère public doit présenter les prévenus écroués devant les juges pour confirmation de la détention dans un délai maximum de quinze jours à compter du jour de signature du mandat d’arrêt . C’est une audience à huis clos dite chambre de conseil. Pour le cas d’espèce, ce délai expirera mercredi 4 février.

Autres hypothèses

Le ministère public aurait pris conscience que les trois infractions retenues contre Bob Rugurika ne sont qu’une « aberration » (terme de Me Raphaël Gahungu, bâtonnier de l’Ordre des avocats près la Cour d’appel de Gitega). Pire encore, toujours dans son obstination de garder Bob Rugurika en prison, et pour ne pas passer pour incompétent voire ridicule devant les juges, le magistrat instructeur aurait décidé d’organiser une autre audience. Elle viserait la requalification des prétendues infractions.

Enfin, l’audition d’aujourd’hui pourrait être une séance de confrontation de Bob Rugurika avec une autre personne citée par la RPA, quitte à procéder, par la suite, à d’éventuelles inculpations, le cas échéant. Si l’on en croit Me Nigarura, la défense a révélé au ministère public l’identité de la personne qui confesse être l’assassin d’une des trois sœurs. La justice aurait-elle alors réussi à l’appréhender ?

  20   Vos commentaires
  1. ultimatum

    Pourquoi je dois faire le travail des forces de l’ordre?
    Pourquoi ces perpétuels montages qui varie d’une recette a une autre?
    Pourquoi ces morts qui ne temoignerons jamais et lorsqu’on veut les interroger on est cuit !pour quoi?
    heureusement moi je suis vivant!! pourquoi dresse tu a Kirundo sur une liste que je suis mort?
    Pourquoi cherches tu a allume cette lumière qui me guide vers cette justice qui me rend toujours injustice?
    Pourquoi ignorais ce que mes grands freres,oncles,tantines, ennemis ont tant combattu pour que nous ayons cette paix? dixt: accord d’arusha
    Pourquoi cette injustice aujourd’hui criante au niveau du recructement,au niveau de passation des marches,
    Tu ne veux plus me donner du travail, pourquoi alors arrache tu mon stevia?
    Mon Dieu toi gouverneur pourquoi vend tu ma terre et demain comment vais je manger?
    Finallement il faut cacher tout cela pour ne pas charger le CNDD-FDD!!! mais pourquoi le faire si je suis conscient?
    aah bon parce que j’ai accepte avec le coeur meurtri l’union de Rwasa et Nditije parce qu’il en vaut que nous devons avoir une paix durable depourvu de tout clivage ou le seul quotidien serait de penser comment developper son pays et sa famille au lieu d’ecouter constamment la RPA

  2. borntomakelovenotwar

    Je trouve parfaitement normal que Bob soit arrêté. Pour être juste il serait libéré qu’il communique l’identité du criminel qui a revendiqué le crime. Et à entendre son récit ou récit de la RPA, ce n’est pas une source à protéger, s’il en était une, il aurait divulgué le complot avant de le réaliser. Couvrir un tel homme revient à manifester sa sympathie pour lui et une obstruction à la justice, c’est servir le crime, le criminel et tout ce qu’on laisser le juge penser/décider dans son intime conviction. D’autre part, en tout cas, montrer le criminel lui (Bob) redonnerait sa liberté totale et ce serait un honneur d’avoir aidé à la manifestation de la vérité avec toutes les bonnes conséquences qui restent pour le Peuple de Kamenge, la Nation, l’Eglise Catholique et le Vatican. On punirait les criminels.

  3. Ndarurinze

    Ibinyamakuru n’amaradiyo navyo nyene birateye ubwoba iyo ubwigenge bwavyo burenze urugero. Mbe muribuka Radio des mille collines ibintu yakoze? Mbe muri mwebwe nta muntu arashikirizwa mumakuru kandi abesherwa ngo arabe ukuntu bimeze? Nimube muraba impande zose. Ejo aba journalistes bashobora kuvuga wewe kandi ataco wakoze.

  4. rukandingona

    Nul n’est au dessus de loi dans un Etat de droit quelque soit son statut social ou ses fonctions. Il n’ya rien d’anormal d’arrêter un citoyen burundais pour des raisons d’enquêtes dans une affaire pénale ! L’essntiel que justice soit faite, les procédures respectées, le droit de la défense graranti et tous les drois de l’accusé respectés.

    • Amédé

      « Tu ose dire « nul n’est au dessus de la loi quel que soit son statut. .. »
      Et que dit tu de ceux qui sont souvent cités dans presque toutes les affaires criminelles et qui ne sont jamais inquiétés? Et tu nous parles d’un etat de droit!

      • abdoul

        Cités dans les affaires criminels par qui?

        Il nous faut d’urgence clarifier qui est responsable de quoi dans un état de droit. Sinon on court à la catastrophe!

        • Amédé

          Cités par qui? Le FBI par exemple. ..

  5. Jean-Pierre Ayuhu

    M. Arcade Nimubona, Procureur
    M.Emmanuel Nkurikiye, Substitut,

    Et si pour la circonstance, je vous vous interpellait en Arcade Barakubona (le peuple), Irakubona ( Imana) et à Vous Emmanuel Nkurikiye, Nkurikiyukuru, pour la simple raison que vous êtes en mesure de marquer votre histoire de magistrat en disant et en lisant le droit.
    Chers magistrats, les pouvoirs passent, mais la justice reste. Demain peut être un autre jour, un jour meilleurs pour des hommes dignes..
    Et si vous décidiez de libérer Bob? Je n’ai rien fait ni dit mais je suis aussi Bob. En libérant Bob, vous me libérez, vous vous libérez, et vous en sortirez grandi!
    Irambire

    • Ndarurinze

      Nibaza ko nkuko navyanditse earlier Rugurika yajijutse agashikiriza inkuru y’imvaho. Ou il donne le nom du criminel, ou il avoue se tromper. Ce sont les seuls voies du salue.

  6. Venant

    Dans les pays plus avancés en démocratie, aucun officier du ministère public ne peut oser porter une accusation contre un présumé coupable d’un crime devant un juge s’il n’a pas du solide car ce dernier va libérer immédiatement l’accusé. Espérons que ça sera le cas pour Bob.

    • Ndarurinze

      Venant, tu as raison. Je ne connais un seul pays qui pourrait tolerer que quiconque laisse filer un crimminel au nom du journalisme. Bwabundi journalisme mu Burundi irakomeye gusumba code penal! Ikintangaza n’uko mbona abantu bashigikiye cane Rugurika gusumba amategeko y’uburundi. Ariko rwose mubona ko kureka umuntu yishe abantu hanyuma ukaja kwishongora kw’iradiyo ko uzi abicanyi ari normal? Mbe murakenyeye mwemeze ko ibivuzwe kw’iradiyo vyose dutegerezwa kuvyemera? Murakenyeye mucurike logique? Ese igihugu muriko muronona ukuntu cari ciza!!! Naragenze ahantu hose nta gihugu nakimwe ciza ndabona gisa n’uburundi.

  7. Bonus

    C’est tres difficile d’avoir la confiance en notre systeme judiciaire. Esperons tout de meme que l’experience de Mr. Arcade Nimubona le poussera plutot a prendre une decision courageuse pour liberer Mr. Rugurika Bob.

  8. IRAMBONA Medyse

    Une bonne hypothèse évoquée dans l’article:la qualification des trois infractions fabriquées sur place et sous pression auraient été honteuses pour un magistrat ayant un niveau académique comme Arcade ou Emmanuel,si du moins ils en ont la conscience. Cela pourrait les amener à chercher une autre stratégie de procéder à une autre audition pour chercher comment qualifier autrement l’infraction.Certains magistrats d’aujourd’hui se fatiguent inutilement et partant se ridiculisent.
    Biba vyiza gusumba mugihe uvuzwe neza hako umaramaza umuryango n’uruvyaro rwawe kubera utwo upfumbatishwa:umunoho wica bukebuke ariko wica nabi!

  9. Jean-Pierre Ayuhu

    La justice pourrait redorer son blason en libérant cet homme et en procédant à l’arrestation des assassins de nos trois religieuses car libérer Rugurika ne suffit pas! La pression doit se poursuivre et j’invite la RPA et les autres Médias, y compris Rema et la RTNB, a passé en boucle les témoignages de l’assassin tout en veillant aussi à ce qu’il soit arrêter car cela n’est pas normal qu’ un criminel ne soit pas arrêté parce que protégé par ceux-là à qui il a donné des informations.
    Voilà quoi!

  10. Ndayambaje PC

    Ca s’appelle abus de pouvoir. Faut jamais sous estimer le pouvoir de la plume et surtout du micro chez nous!

    Courage Bob, cette audition n’est qu’une masquarade

    Komera

    • jean paul

      Ego la plume et le micro ont un pouvoir que tout le monde reconnaît. Ariko si kubera witaje ivyo ko uca wandika canke uvuga des insanités. Erega iyo ica iba abus kuruhande rwa nos apprentis journalistes. Je dis bien « apprentis » kuko sinibaza ko ari benshi bize journalisme canke science de la commu,ication muri barya bose twirigwa turumva mu maradiyo.

      • Jean-Pierre Ayuhu

        Jean Paul,
        Dans la jungle, c’est la loi de la jungle!
        Nous sommes tous d’accord que quand on livre ce genre d’information, il y a des précautions à prendre notamment la protection de l’identité des présumés assassins ( dans la mesure où ils ne sont pas encore condamnés!). Mais sans la jungle où vogue la justice burundaise, faut-il imaginer y aller avec la déontologie qui guide tout corps de métier, le journalisme en ce qui nous concerne?
        La RPA et Bob n’avaient d’autres choix que la loi de la jungle…
        Le gouvernement brandit un fou comme assassin, c’est pire que la jungle. C’est indécent, c’est de la délinquance, c’est indigne, et tout ce que vous voulez…
        C’est une haute trahison quand la justice, la police accepte couvrent des actes délictueux en cautionnant que le sceau public soit falsifié..Et personne n’en tire les conséquences!
        Cher Monsieur Jean Paul, tu ne m’aura pas vu outré autant. Faut dire du n’importe qoui!

      • Kwizera

        A Ayubu Jean-Pierre.
        Si cet individu qui confesse volontiers ce crime a effectivement participé à cet acte ignoble, pensez-vous qu’il a donné son adresse civique et son emploi du temps aux journalistes pour que vous puissiez affirmer que ces derniers le protègent ? Moi je crois qu’il tient encore à sa vie (s’il n’a pas encore été appréhendé par les services secrets du pays) et qu’il s’est trouvé une bonne planque pour ne pas se faire pincer. Aux services de l’État de faire leur travail pour retrouver et juger les vrais coupables de cet acte ignoble qui a terni l’image (c’est une couche de plus) de notre pays.

      • rwenyuza

        Il est attendu que la RPA continue sur sa lancée en manipulant l’opinion publique pour cacher les plans du MSD et l’aile dur de l’Uprona(ancien parti mono ethnique) mijotés avec le concours des services occidentaux et les anciens de l’armée mono ethnique tutsi pour essayer de diminuer l’influnce du pouvoir partiel du CNDD-FDD.
        Il a été clairement dans une réunion de la section Uprona de Belgique que les éléctions de 2015 ne devraient pas avoir. Ils(Uprona et consor) devraient y arriver par n’importe quel moyen.
        Mais on cache tout le jeu en essayant de charger le CNDD-FDD.
        A dd barabura kutarikanura n’akazi kabo Uprona na MSd izobagira nk’uko bagize aba Frodebu en 1993. J’espère que Nkurunziza ne se laissera pas attrapé comme un chien.
        Ewe Burundi uragowe!

      • ndagijimana claire

        defense niyerekane nabandi bicanyi

Publicité