A propos

Imprimer cette page

Renovat NdabashinzeBienvenue sur mon blog. Je m’appelle Rénovat Ndabashinze, 35 ans, Burundais. Aîné d’une famille de sept enfants. Je suis journaliste, bientôt quatre ans dans la presse écrite.  Les questions environnementales, voilà le domaine qui me tient à cœur.

Après avoir reçu mon diplôme de Licence en Histoire à l’Université du Burundi, j’ai fait un stage de formation de six mois dans la presse écrite. C’est après avoir passé dans différents médias en ligne que je me suis intégré au sein du Groupe de Presse Iwacu. Et cela a été une occasion, pour moi, de faire des reportages sur l’environnement, de constater le rôle de l’homme dans la destruction ou la protection de l’environnement. Une occasion pour moi de m’installer dans le métier.

J’ai du réaliser cette cécité des gouvernants, des industriels,…face aux questions environnementales tout en mettant en avant leurs intérêts. Ils oublient que sans la protection de l’environnement, leurs projets sont voués  d’avance à l’échec.

Et voilà, sur mon blog, il est question seulement d’environnement.

L’homme est  le principal responsable de la destruction de l’environnement. Par son esprit égoïste, il veut s’accaparer de tout. Il s’attaque aux forêts tout en oubliant que sans elles, la vie devient impossible. Par l’industrialisation à outrance, il participe très activement dans la pollution atmosphérique, ce qui n’est pas sans conséquences. Car, se croyant le plus fort et le plus intelligent de toutes les créatures, il est par contre le plus faible quand la nature se révolte, reprend ses droits.

Dans mon pays, le Burundi,  l’eau est un don du ciel. L’homme ne fournit pas beaucoup d’efforts pour s’en procurer : « Nous sommes gâtés par la nature à ce niveau ». Le pays dispose d’un immense réseau hydrographique : des rivières, des lacs, sans oublier que  le fleuve Nil prend source chez nous. A côté de cela, il faut ajouter  le lac Tanganyika qui est un grand réservoir d’eau douce au niveau planétaire.

Non loin de nous, dans les pays désertiques,  l’eau c’est de l’or. Des femmes passent des heures et des heures pour aller chercher cette denrée rare.

De grâce, il est temps que notre comportement vis-à-vis de l’environnement change. Nous devons prendre conscience que notre vie tient de sa sauvegarde. Nous devons nous mettre en tête que « l’environnement, c’est notre affaire ». Et si nous voulons réellement préparer un bon avenir pour les générations futures, un travail en synergie s’impose en toute urgence pour sauver notre environnement, dire non aux pollueurs, aux pyromanes, aux industriels irresponsables non soucieux des normes environnementaux dans l’installation de leurs entreprises, … et rappeler aux  décideurs que le développement doit tenir compte de l’état environnemental.

Ensembles, nous vaincrons ou nous périrons !