Assaillie, la rivière Ntahangwa se défend

Traversant la capitale d’est en ouest, la rivière Ntahangwa agrandit dangereusement son lit. Les unes après les autres, les maisons environnantes s’écroulent. Le pont de la République, qui la surplombe, présente des fissures.

Une maison du quartier Kigobe, dans la commune urbaine de Gihosha menacée par la rivière Ntahangwa

Une maison du quartier Kigobe, dans la commune urbaine de Gihosha menacée par la rivière Ntahangwa

« Deux de mes maisons ont été emportées par les crues de la Ntahangwa au mois de mai. Une autre maison s’est retrouvée amputée de deux chambres. Elles donnaient directement sur cette rivière. Nous avons été obligés de déménager », raconte une vieille dame rencontrée sur la 2e Avenue, dans la commune de Buyenzi. Dans le quartier de Kinogono, toujours à Buyenzi, trente habitations se sont écroulées et vingt autres encourent le même risque. Quand il pleut, les habitants maudissent le ciel.

La population de ce secteur, à majorité pauvre, vivant de petits métiers ou sans emploi, est plongée dans la désolation. Les propriétaires des parcelles et des maisons situées tout près de cette « rivière de malheur » ne savent plus à quel saint se vouer. Impuissants face au désastre, ils réalisent qu’ils ont acheté des concessions et construit sans prendre en compte les normes environnementales.

Sur l’autre rive, dans la commune de Ngagara, on assiste à un autre type de défi. Des camions benne chargés de terres déversent leur cargaison au bord de la rivière Ntahangwa pour construire des sortes de polders et y ériger des bâtiments. On monte des murs en dur pour protéger ces maisons qui défient cette rivière. Un combat contre la nature sans doute perdu d’avance.
Un des propriétaires des bâtisses construites sur ces polders explique que c’est la troisième fois qu’il essaie de protéger son immeuble : « chaque fois qu’il y a des crues, le mur s’effondre. » Il a déjà dépensé des millions de Fbu dans ce combat contre dame nature. Il n’entend pas pour autant baisser les bras.
Les plus nantis parviennent parfois à endiguer les assauts de la rivière, obligeant cette dernière à dévier son cours. Le répit est néanmoins de courte durée.

Le pont de la République, pourtant réhabilité il y a seulement quelques années, est aussi menacé. Des fissures sont apparentes dans ses piliers.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *