Le blog d'Antoine Kaburahe

Un blog de la rédaction d'IWACU

De la sincérité du président des Imbonerakure

 

Prenons au mots les paroles du président de la jeunesse Imbonerakure . Dénis Karera invite au calme  les  jeunes de tous les partis. Il leur fait remarquer qu’ils sont  les  futurs responsables de la vie du Burundi : « c’est nous qui avons encore beaucoup d’années devant nous, c’est nous qui devons préparer notre avenir. » Il faut qu’il soit sincère.  On a tellement envie de le croire.  Antoine KaburaheCar  malheureusement des éléments objectifs sur les exactions des Imbonerakure existent. Tous les  partis politiques de l’opposition dénoncent les intimidations, les violences commises par cette jeunesse.

La justice, de son côté, doit sanctionner les dérives des plus radicaux parmi cette jeunesse. Ceci mettra fin à la globalisation-toute aussi condamnable- car tous les Imbonerakure ne sont pas dans cette logique de violence.

La violence n’a jamais été une solution. Toutes les milices mènent les pays  au chaos. L’histoire récente est là pour nous le rappeler.   Pour le moment prenons au mot la déclaration du président de la ligue Imbonerakure. Au moins, on sait qu’il contôle cette jeunesse. Ceci pourra être rappelé devant un tribunal, non pas burundais, mais étranger. A La Haye par exemple…

2 Comments

  1. Bonjour,

    On a tous envi de croire ces mots prononcé par le présidents des imbonerakura
    mais la réalité est là sur terrain.

    Mais, une question me revient toujours en tête: est ce que c’est à la Justice de réprimander les exactions des imbonerakure égarés ou c’est l’administration et la police de prendre le devant pour arrêter ce fléau?

    Pourquoi cela? même si la justice serait indépendante, elle doit prendre le temps d’enquêter de faire des audiences mais entre temps une réunion ou un rassemblement d’un parti de l’opposition a été suspendu alors que on cours avec le temps. Un rassemblement perturbé c’est un temps perdu et en plus irrécupérable. C’est pourquoi je me dis qu’il faut que la Police et l’administration elles qui ont les pouvoirs d’agir dans l’immédiat puissent prendre leur responsabilité

  2. Stan Siyomana

    23/09/2013 at 11:25

    « Il leur fait remarquer qu’ils sont les futurs responsables de la vie du Burundi »
    A commencer par le Port de Bujumbura ou M. Denis Karera est, avec Mme Spes Bibara, « administrateur representant l’Etat du Burundi au conseil d’administration de la societe « Global Port Services Burundi », societe concessionaire de l’exploitation du Port de Bujumbura »
    (voir decret presidential du 19 decembre 2012, http://www.presidence.bi).
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>