Société

Bientôt, un centre national pour les victimes des drogues

27/06/2018 Edouard Nkurunziza Commentaires fermés sur Bientôt, un centre national pour les victimes des drogues
Bientôt, un centre national pour les victimes des drogues
Alain Guillaume Bunyoni : «Le Burundi ne ménagera aucun effort pour éradiquer ce fléau»

Le chanvre, l’héroïne, la cocaïne et la Chicha, entre autres drogues qui hypothèquent l’avenir de bien de jeunes burundais. «La consommation de ces derniers prend de l’ampleur dans les milieux de jeunes », s’est écrié Valentin Havyarimana, président de l’Association burundaise pour un monde de paix et sans drogues (Abmpd).

Il intervenait mardi 26 juin, journée marquant la célébration de la journée internationale contre l’abus et le trafic illicite des drogues.
Entre autres l’effet d’imitation à la faveur des «ligalas» et l’identification à l’une ou l’autre star sont à l’origine de ce phénomène. Il s’en tient aux informations recueillies par leurs psychologues auprès des victimes.

D’autres jeunes s’adonnent aux stupéfiants suite à des problèmes notamment familiaux. «Ils veulent évacuer leur stress après des événements fâcheux ou désespérants». Et d’évoquer pour certains des «illusions du plaisir extrême».

Pour cet activiste de la société civile, l’incidence de ces drogues sur la société est fâcheuse. Les consommateurs passent pour les premières victimes. «Nombreux sont des élèves qui abandonnent l’école car la prise des drogues est souvent incompatible avec les travaux scolaires».

En outre, M. Havyarimana ajoute que la société se méfie d’eux. «Cela par le fait qu’ils participent souvent à des actes de troubles». Selon Valentin Havyarimana, le développement du pays n’est pas en reste. Car les différents employés victimes des stupéfiants ne s’occupent pas convenablement de leurs activités.

Pour Alain Guillaume Bunyoni, ministre de la Sécurité publique et de la Gestion des catastrophes, le gouvernement est conscient de l’ampleur de cette nocivité de drogues sur la santé des jeunes. En plus, elles constituent une entrave à la sécurité des Burundais. «Ainsi, le Burundi ne ménagera aucun effort pour éradiquer ce fléau».

Ce membre du gouvernement indique que l’Exécutif burundais est prêt à soutenir toute initiative allant dans le sens d’y mettre un terme. Sur ce, le ministre Bunyoni prévoit la création d’un centre de traitement des victimes, de leur accompagnement en termes de médicaments et de leur réintégration.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

L’ONU, un Janus pour le Burundi?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur L’ONU, un Janus pour le Burundi?

Ils proviennent d’une même organisation, s’adressent au même pays. Pourtant, ils portent un regard tellement différent sur la situation burundaise. Le 9 août, l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU, Michel Kafando, a brossé un tableau très positif, presque immaculé, (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

653 utilisateurs en ligne