Religion

Basilique Saint Denys d’Argenteuil : Exceptionnelle ostension de la Sainte Tunique du Christ

La Sainte Tunique du Christ : un message de tolérance, de pardon et d’amour éternel

La Sainte Tunique du Christ : un message de tolérance, de pardon et d’amour éternel

Pendant une quinzaine de jours les Chrétiens ont pu contempler la fameuse Tunique d’Argenteuil normalement présentée au public seulement deux fois par siècle. Cette « ostension » exceptionnelle a vu défiler des milliers de croyants devant le vêtement que le Christ aurait porté au cours de sa Passion.

Incroyable mais vrai. L’habit sans couture que le Christ aurait porté lors de ses dernières heures, une sorte de blouse à manches courtes, qui descend jusqu’aux genoux, avec une fente où passer la tête, existe encore. Et non au Golgotha ou au Mont du Calvaire où Jésus-Christ a été crucifié mais en France, à Argenteuil, dans la banlieue nord de Paris.
Samedi, 9 avril devant la basilique Saint Denys. La pluie tombe à verse et à grosses gouttes depuis le début d’après-midi. Il fait 6°. Le vent est très sec et violent.

Pourtant, la rue menant à la basilique est noire de monde. Sous une haute vigilance policière surtout en ces moments où la France vit des moments marqués par des attentats, des pèlerins arrivent en masse. On se croirait au Mont Sillon Gikungu les jours des solennités religieuses. Des organisations telles la Croix-Rouge française, le Secours Catholique, etc. étaient présentes pour assurer la sécurité.

«Ibanga ry’ukwemera ni agatangaza» ou «Il est grand le mystère de la foi», dit-on. Il fallait être là ce week-end pour s’en rendre compte. La place est inondée : enfants, parents, jeunes et vieux se comptent par milliers et sont issus de divers milieux religieux (catholiques, protestants, orthodoxes, etc.). Ils sont venus de tous les coins du monde, les uns par curiosité, les autres par conviction et amour qu’ils portent pour Jésus. Et pour accéder à l’intérieur de la basilique, il fallait faire la queue au moins trois bonnes heures. Impressionnant : même les enfants et les personnes âgées ont tenu le coup. Occasion à ne pas rater, entend-on dans les rangs. L’impatience se fait sentir.
«Je voulais juste voir à quoi ressemble ce vêtement que Jésus a porté », indique P.J., 22 ans, égyptien.

« J’ai fait plus de 10 heures de route jusqu’ici parce qu’il ne fallait pas que je rate cette occasion exceptionnelle », confie Anne Johnson, 65 ans, d’origine américaine.

Effectivement, confirme Mgr Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise, l’ostension de la Sainte Tunique du Christ cette année est une exception : « Normalement, il aurait fallu attendre 2034 parce que la dernière ostension date de 1984. »

Pourquoi cet état d’exception ?

Trois raison majeures, explique l’évêque. Tout d’abord, en 2016, le diocèse de Pontoise fête ses 50 ans ou son jubilé d’or.

Ensuite, poursuit Mgr Lalanne, c’est par la volonté du pape de faire de 2016, une année sainte exceptionnelle dédiée à la miséricorde : « Le pape a souhaité que dans chaque paroisse du monde, l’évêque ouvre une, voire plusieurs portes de la miséricorde. Dans le diocèse de Pontoise, il y en a deux ouvertes depuis le 13 décembre 2015 : l’une à la Cathédrale Saint-Maclou et l’autre à la Basilique saint Deny d’Argenteuil. »

Enfin, raconte-t-il, le troisième évènement, c’est la commémoration de 150 ans de la Basilique d’Argenteuil : « C’est une grâce exceptionnelle que ces trois évènements se conjuguent. »

Trois raisons, trois messages. Pour Mgr Stanislas Lalanne, la Sainte Tunique est une icône, un signe que le Christ s’est engagé jusqu’au bout, jusqu’au don total de lui-même. En outre, dans un contexte marqué par la violence, la division et la haine, la Sainte Tunique est l’invitation à la tolérance et au pardon.

Histoire de la Sainte Tunique : de Golgotha à Argenteuil

Comme on peut le lire dans le livret du pèlerin distribué à la basilique, elle a été conservée et vénérée en Orient comme une relique précieuse par les premiers chrétiens.

Elle quitte Jérusalem et traverse les siècles pour se trouver en possession de l’impératrice Irène de Constantinople au début du IXème siècle, sans que l’on sache par quel itinéraire précis ni à quelles dates. A cette époque, l’impératrice prévoit pour consolider son empire, menacé de tous parts, d’épouser Charlemagne, empereur d’Occident, veuf.
En signe de bonne volonté, elle lui a offert l’une des reliques les plus précieuses en sa possession : la Tunique du Christ.

Charlemagne la confia à son tour au monastère d’Argenteuil, où sa fille Théodrade est prieure. Cela fait 1 200 ans que cette relique est abritée à Argenteuil. Elle a échappé aux destructions, guerres et révolutions.

Vous pouvez la voir, mais enroulée désormais jusqu’à la prochaine ostension, dans le reliquaire de la chapelle de la Sainte Tunique dans la basilique Saint Denys d’Argenteuil.

  7   Vos commentaires
  1. ntahitangiye

    Nous pouvons nous rendre compte que le culte du mensonge a atteint le point culminant.
    1) Jésus Christ est mort il y a plus de 2000 ans.
    2) Il n’était pas le fils de l’empereur romain pour qu’on conserve précieusement son habit.
    3) La Bible nous dit qu’il ont tiré au sort pour prendre sa tunique et on ne sait pas ce qu’en a fait celui qui l’a prise.
    4) Quand est-ce que la France est entrée en contact avec celui qui a pris la tunique il y a plus de 2000 ans pour la récupérer?
    5) Les Pharisiens et les Sacrificateurs ne pouvaient pas garder l’habit d’un homme pendu au bois .
    6) Les autorités romaines ne pouvaient pas chercher à garder l’habit d’un fils d’un charpentier
    7) D’où vient alors cette tunique ? Est-ce pour adorer Dieu par Jésus Christ ou adorer la tunique= image taillée ? Tu n’adoreras point une image taillée.

  2. titi

    Nimba iyokanzu ariya vrai aumoins bari bakwiye kuyisohora chaque vendredi saint.
    Je pense que ces évêques ont aussi la doute que yoba ari iyukuri!

  3. titi

    Si réellement c’est la tunique de Jésus pourquoi il le montre 1 fois les 50ans? Qd on la touchait , des miracles s’accomplissaient. Ça devrait être le même aujourd’hui! Y a pas des cœurs à guérir aujourd’hui?
    Kuki batokwubaka ahantu bakayishiramwo hanyuma abantu bakaza barayibona umwanya wose.
    Yezu yavuze ngo ntawucana itara ngo arishire musi y’urutara, sinumva akamaro ko kuzika ikanzu Umwami Yezu yambaye pendant 50 ans!
    Ils nous cachent qlq chose! je doute que ce soit la tunique de Jésus! sinon ces évêques non rien compris de la vrai tunique de Jésus! Uzi abantu bokize kubera iyo kanzu muriyo myaka 50?

  4. Salmia Irikungoma

    Que ce message de tolerance, Cette volonte dediee a la misercorde, le pardon et l’amour eternel remplacent la violence, la haine, la division caracterisees dans les coeurs des burundais, twubahe kiremwa muntu, twaremanywe agashusho k’Imana. Ubuzima bw’umuntu ni katihabwa. Twizere kuko SABUSHIMIKE yarahatubereye, amaraso ya Yezu akize ishavu ridahera riri mu barundi bamwe bamwe. Iciza gitsinde ikibi. tureke kwihorahorana kuko, Imana yo mw’ijuru niyo mucamanza atihenda.

  5. ntahitangiye

    Aujourd’hui Jésus Christ transforme les vies par la connaissance véritable du Véritable Dieu et Créateur de la vie. C’est de loin plus important que la simple contemplation du vêtement qu’il a porté à la croix.
    Honneur au Dieu Très -Haut par Jésus Christ notre Seigneur !

  6. SABUSHIMIKE

    Na Jewe nari nahishikiye,, kuraba i kanzu Y umukama vyari ibitangaza,,

  7. Pierre Nimbona

    Juste une petite correction… on parle de Mont Sion Gikungu, et non Mont Sillon….

Publicité