Politique

Ban Ki-Moon rencontre Pierre Nkurunziza

Le président s’exprimait en kirundi, le ministre des Affaires étrangères, Alain Aimé Nyamitwe, jouant les interprètes pour le SGNU.

Le président s’exprimait en kirundi, le ministre des Affaires étrangères, Alain Aimé Nyamitwe, jouant les interprètes pour le SGNU.

Pour conclure sa visite de deux jours au Burundi, le Secrétaire général de l’Onu a rencontré le président Pierre Nkurunziza. Un entretien qui a semblé satisfaire le Secrétaire général des Nations unies.

« Nous saluons la visite du Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, qui a tenu à venir au Burundi pour se rendre personnellement compte du pas déjà franchi » a d’emblée déclaré Pierre Nkurunziza à la presse, après un entretien d’une heure à la présidence avec le SGNU, ce mardi 23 février. C’était lors d’un point de presse organisé par les deux personnalités devant un parterre de journalistes nationaux et étrangers.

Le ministre burundais des Affaires étrangères, Alain-Aimé Nyamitwe, a joué les interprètes pour le SGNU, le numéro Un burundais s’exprimant en kirundi. Ce dernier a salué les décisions du Conseil de Sécurité des Nations Unies envers le Burundi, notamment la résolution 2248, qui a respecté l’indépendance et la souveraineté du Burundi. Le président Nkurunziza, pour souligner les bonnes relations entre le Burundi et l’Onu, a rappelé la participation des contingents burundais dans les missions de maintien de la paix. « Nous avons discuté de plusieurs points, notamment en ce qui concerne les droits de l’Homme, la lutte contre le terrorisme. » Le président burundais a également déclaré qu’ils ont décidé de s’entraider pour réussir le dialogue interburundais,  mais sans y inclure ceux qui perturbent la sécurité. « Nous avons souligné le danger que représente le Rwanda et avons indiqué que nous avons des preuves. Nous avons demandé au SGNU de nous aider pour que nous restaurions les bonnes relations avec notre voisin. »

Un SGNU optimiste…

S’exprimant d’abord en français, le SGNU a souligné que le pays est en crise, en rappelant que plus de 240.000 Burundais ont fui le pays, et que cette crise peut avoir des conséquences socio-économiques graves.

« Les arrestations politiques, la violence, l’impunité et l’instabilité ont des conséquences humanitaires profondes. Nous devons nous concentrer sur les réponses à cette crise par des actions communes et une diplomatie préventive », a poursuivi Ban Ki-Moon en passant à l’anglais. Il a précisé que c’est une des raisons principales de sa visite au Burundi.

« C’est une des clauses d’action qui sera convenue avec les leaders du monde entier au sommet mondial humanitaire d’Istanbul en mai 2016. » Le SGNU s’est dit satisfait que son invitation à un dialogue inclusif ait été accueillie favorablement par les acteurs politiques burundais de tous bords, ainsi que par le chef de l’Etat burundais. « Je salue la décision du président de la République de redessiner le paysage médiatique, de suspendre certains mandats d’arrêts et de libérer 2000 détenus. »

  30   Vos commentaires
  1. wie

    BKM rencontre NK=NK est legitime

  2. wie

    <> =NK est legitime.

  3. Jereve

    Il n’y a pas de mal que Nyamitwe interprète Nkurunziza. Mais il y a quand même un risque que cette façon de faire soit interprétée comme quoi tout doit strictement se passer au sein même de l’akagwi. Un autre fonctionnaire ou un interprète professionnel aurait levé les équivoques.

  4. Ntazizana

    None Ban ki moon ko yabonanye n’ubwoko bumwe ni kubera iki?

    • Backary

      @Ntazizana
      Ubwoko bumwe wabuharuye gute? Wewe nawe umugera w’amacakubiri uza uri mu kukwegura!

  5. Stan Siyomana

    CONTRADICTION ET MONTAGE CONTRE LE RWANDA?
    1. Normalement si le Burundi avait ou croyait en ces « preuves » que le Burundi veut le destabiliser, le Gouvernement n’aurait pas encourage/autorise des plancartes contre le Rwanda le long du parcours du Secretaire General de l’ONU pour qu’ensuite l’hote (= President Pierre Nkurunziza) demande d’etablir de bonnes relations avec le Rwanda.
    2. Logiquement, si reellement il y avait des preuves, le Burundi allait demander que le Rwanda soit bien puni pour sa faute.
    3. Sinon le Burundi qui hier parlait beaucoup de sa souverainete et de sa disposition a defendre le territoire national serait comme cette personne (dans l’Evangile) qui recoit une gifle et qui est prete a tendre l’autre joug pour y recevoir une autre gifle.
    4. Sinon ca montrerait que le Gouvernement burundais se contradit lui meme en disant une chose au citoyen burundais lambda (= l’ennemi c’est le Rwanda et nous allons/pouvons le combattre) et une autre a la communaute internationale (= nous voulons l’harmonie dans la sous-region).
    5. Difficile de croire que le Burundi veut sauver la face, voire meme faire un volte-face puisque les mots « preuves » (de destabilisation) et « retablir de bonnes relations » ont ete dits en meme temps.

    • Fofo

      @Stan Siyomana, Quelles preuves parles-tu? Les rebelles arrêtés par les FARDC avec des faux cartes d’électeur congolaises fabriquées au Rwanda ne suffisent-elles pas? Les rapports de l’ONU sont-ils crédibles ou non? Les témoignages des ONG et personnalités/autorités américaines ne suffisent-ils pas? A part ça, le Rwanda sait qu’il ne peut par marché sur le Burundi! Le professionalisme de la FDN est bien connu de toute la communauté internationale! Kagame s’était trompé l’adresse!

      • Knz76

        @fofo les FDN n’existe plus..dit la milice a nkurunziza . Cette derniere est professionelle en egorgeant des paisibles citoyens. Si vraiment ils sont fort avec toute les preuves que tu cites la dessus pour l’implication du rwanda alors bujumbura marcherai sur kigali sans attendre. Kagame avait marche sur kinshasa n’est ce pas? Si j ai bonne memoire le cndd aile nkurunziza pretait main forte aux ex FAR…mais il n’ont pu le stopper. Les seuls qui ont pu stopper kagame pendant la deuxieme guerre au congo sont les angolais, namibien,et le zimbabwe mais apres ils ont des serieux revers parcequ’ils ne pouvaient plus avancer pour marche sur kigali tel etait le souhait de kabila pere. A l’epoque le rwanda et l’ouganda controlaient 55% du territoire congolais , gouvernement et allie 45% seulement. Posez la question aux ugandais de l’experience qu’ils ont vecu a kisangani pendant la guerre de 6jrs. Fofo ne reveillait(kagame) le lion qui dort.

  6. Fofo

    La RFI avait dit qu’il serait venu convaincre le Président sur la venu des Casques blues mais on ne voit nulle part que ce point aurait fait l’objet des discussion!

  7. NKURIKIYE

    Nous savons les astuces de NKURUNZIZA. Il attendait juste le départ de Ban K. pour continuer ses sales besognes

  8. Kindros

    Eehhh none ko Nkurunziza yacanganije Ban ki moon! !!

    • Bakame

      @Kindros
      « Eehhh none ko Nkurunziza yacanganije Ban ki moon! !! »
      Et comment? Urafyina ku mwana w’i Mwumba!

  9. Nduwayo Christine

    Mais enfin….si le SGNU parle français pourquoi ils n’ont pas dialogué directement Peter et lui dans cette langue..Au lieu de la traduction du kirundi à l’anglais par M. Alain Nyamitwe !

    • Ferdinand Texas

      La souverainete. Vladimir Putin s’exprime chaque fois en Russe, Mahmoud Ahmadinejad en Farsi, Jin ping en Mandarin, Angela Merkel en Allemand, Monti en Italian, Aung Suu Kyi en Burman ,…

      • Kagabo

        Bien dit mon frère!!!

  10. Yves

    « Le ministre burundais des Affaires étrangères, Alain-Aimé Nyamitwe, a joué les interprètes pour le SGNU, le numéro Un burundais s’exprimant en kirundi ». Si ceci est vrai, alors c’est une gifle considérable à la face de l’ONU. Recevoir son secrétaire général et ne même pas s’exprimer en anglais ? « Unbelievable »… C’est cela qui est extraordinaire avec l’équipe Nkurunziza : on croit toujours avoir atteint le sommet de la médiocrité, mais ils arrivent encore à tomber plus bas et à nous surprendre…

    • Backary

      @Yves
      « mais ils arrivent encore à tomber plus bas et à nous surprendre… »
      Qui surprend qui? Qui tombe plus bas? Pas celui qui s’exprime dans sa langue maternelle, je présume! Est-ce un péché de s’exprimer dans la langue parlée par ses 10 millions de ses sujets?
      Ceci étant dit, loin de moi le culte de personnalités et de personnes, qui ne me nourrit pas (encore)!

      • Backary

        Personnalité et personnes qui ne me nourrissent pas (vous m’aurez compris)!

      • Yves

        Backary : On ne parle pas d’un meeting électoral. On parle de la réception officielle de la personnalité la plus emblématique de l’ONU, organisme qui représente tous les états de la planète. Recevoir la visite du Secrétaire général de l’ONU est un privilège rare. Surtout lorsque celui-ci vient animé de bonnes intentions. Ne pas discuter avec lui en anglais ou en français (Ban Ki Moon le parle un peu) est un manque de respect le plus total.

        • Backary

          @Yves
          « Ne pas discuter avec lui en anglais ou en français (Ban Ki Moon le parle un peu) est un manque de respect le plus total. »
          J’imagine que le tête à tête était déjà terminé à ce moment! Et qu’ils avaient eu tout le loisir de s’exprimer dans la langue de Shakespeare ou autre. C’était le moment de faire un peu de comm. Et Nkurunziza a préféré faire la comm dans sa langue maternelle; surtout que la cible n’était plus Ban Ki Moon. Ce dernier avait déjà eu sa part d’entretien et qu’ il a l’air même d’être satisfait!
          Ne me prenez pas, par contre, pour un fan de qui que ce soit. Car j’ai encore assez d’eau pour que je mange après m’être lavé les mains, si vous voyez bien ce que je veux dire!

      • Mariya Budangwa

        @ Backary

        Comme vous le voyez Mr Backary c’est ça le problème de notre Président, sa considération de ses 10 millions de sujets que les autres ont toujours ignorés.

    • Fofo

      Uramazekwumva Poutine avuga igifaransa canke icongereza??? N’uko ataco azi?? N’uguha agateka ururimi kavukire kuko tu ne peux pas t’exprimer mieux dans une langue empruntée de l’étranger! Vous êtes encore sous la colonisation! Nicogituma mwama mwiyambika ibi costumes kuzuba ivyuya bikabica, niyompamvu munwa ivyayi kuzuba hashushe, niyompamvu mwanka kugenda na maguru kandi mufise aka ville kangana n’itama, etc. etc.

    • H.R.

      @Yves

      Ariko abarundi muratwenza! Ahubwo yohora yivugira mu Kirundi. Murumva perzida Putine w’ Uberusiya canke uw’ ubushinwa eka ndetse n’abandi benshi bishura muri izo ndimi z’abakoloni?
      Nivyiza ko twiga kuvuga mururimi rwacu: « Ikirundi. »

    • Mbuye

      Moi, je pense que, et le président Nkurunziza et le secrétaire général de l’ONU s’adressaient au Burundais. Des millions de Burundais ne parlent ni le Français ni l’Anglais. Il aurais tort de s’adresser aux étrangers qu’aux Burundais. Domage de voir des Burundi qui croient que le Kirundi doit rester une langue inférieure!

  11. Runege

    Mbe iyo resolution 2248 aba dd baguma bavuga, je parie ko atanumwe arayisoma au complet. Ako kantu baguma bagarukana ni agaformule standard kari dans toutes les resolutions du conseil de securite. Ndasavye muze muyisome murabe ko n’ivyinteko bitarimwo. Ntakundi twaratoreye muryirabura.

  12. Kello

    Quel mépris!!!!! S exprimer en Kirundi!! Alors qu il peut sans problème s exprimer en Français!!!

    • Le Kirundi c’est notre culture. A moins que tu veux qu’on soit acculturé. sois fier de ce que tu es, et de ce que tu as. Dommage de voir une personne qui pense comme toi dans ce siècle!!!!!!

    • Bwarikindi

      Ça c le nationalisme sans égal. Coup de chapeau Peter.

  13. soleil vugukuri

    « Le ministre burundais des Affaires étrangères, Alain-Aimé Nyamitwe, a joué les interprètes pour le SGNU,… » comme s’il n’est pas capable d’interpréter…Là je crois que ce passage devrait être retiré de votre bel article…Salut Edouard…

  14. soleil vugukuri

    La volonté est toujours là, la main est tendue à tous ceux qui veulent la prendre. L’avenir du Burundi est merveilleux!

Publicité