Iwacu Web Radio RNW Media

Au sommaire de l’édition de jeudi 19 juillet 2018 du journal ’’Amakuru y’Iwacu’’

19/07/2018 Edition : Eliane Irankunda Commentaires fermés sur Au sommaire de l’édition de jeudi 19 juillet 2018 du journal ’’Amakuru y’Iwacu’’

• Plus de 3000 Burundais venant du Rwanda ont été refoulés vers le Burundi. Une délégation forte du secrétaire général du gouvernement, des porte-parole du président, du ministère de l’Intérieur et de la sécurité. Objectif : recueillir les témoignages des refoulés. Des femmes en larmes ont indiqué avoir été séparées de leurs maris rwandais et de leurs enfants. Philippe Nzobonariba, secrétaire du gouvernement a fait savoir que la communauté internationale sera interpellée pour statuer sur cette question. Pour lui, séparer les familles est une abomination.

• Le ministère de la Sécurité a dressé le bilan du deuxième trimestre. La police a évoqué l’attaque terroriste de Ruhagarika, en province de Cibitoke qui a fait une vingtaine de morts et plusieurs blessées. CPP Melchiade Ruceke a fait également état de 62 cas d’assassinats liés pour la plupart aux conflits fonciers, à l’ivresse et à la sorcellerie. 19 cas de détention illégale d’armes à feu, 1206 cas de vol qualifié avec 8 cas de vol armée, 13 cas d’avortement, 113 cas de rébellion, 67 cas d’emprisonnement, 6 suicides.

• 5 organisations militant pour la protection et la promotion des droits des filles et des femmes, dont la Fenadeb, la Sojepae, l’AFJ ont adressé une correspondance au président de l’Assemblée nationale lui demandant la suspension de la mesure anticonstitutionnelle prise par la ministre de l’Education. Elles demandent le recours contre cette décision qui annonce que toute victime de grossesse et garçon auteur de grossesse n’ont pas droit de réintégrer le système éducatif formel public ou privé. Ces élèves pourront fréquenter l’enseignement des métiers. Pour ces organisations, la ministre a violé la Constitution, de conventions internationales ainsi que la loi sur la protection des victimes et répression des violences basées sur le genre. Toutes militent pour l’éducation pour tous, l’école publique ou privée doit prévoir la scolarisation immédiate des élèves victimes des VBG et les protéger contre la stigmatisation.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Nos émissions sur WhatsApp

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Archives de la web radio

Retrouvez toutes les archives de nos émissions.