http://www.iwacu-burundi.org/ue-afrique-un-avenir-commun-2/

Iwacu Web RadioRNW Media

Au sommaire de l’édition de ce lundi 25 septembre 2017 du journal ’’Amakuru y’Iwacu’’


• 3 à 5 militaires ont déjà succombé dans les attaques des personnes à main armée en une semaine. Il y a également des blessés dont le nombre n’est pas encore connu. Des attaques qui ont eu lieu dans les camps militaires et policiers se trouvant à Gatumba, à la frontière burundo-congolaise. C’est du moins les déclarations de l’organisation qui milite pour les droits de l’Homme ACPPDH. Son président, Sake Mathieu indique que la population de cette localité vit dans l’angoisse. Elle demande aux forces de l’ordre plus de sécurité. « Et si le mobile politique est à l’origine de ces attaques, nous demandons aux protagonistes de régler la crise par le dialogue. »

La rédaction d’Iwacu a essayé de contacter le porte-parole du ministère de la Défense pour confirmation et éclaircissement en vain.

• Un homme du nom de Jean Marie Ngendakuriyo, âgé de 26 ans a été tué et une femme blessée dans un restaurant à Matana en province Bururi, le soir de ce dimanche. Selon le porte-parole de la police, Ngendakuriyo a été tué par un policier qui venait de récupérer son fusil qui se trouvait entre les mains de la victime. Pierre Nkurikiye indique que la femme blessée par balle, est hospitalisée à Matana.

• Le gouvernement burundais assure que les sanctions prises par l’Union européenne freinent la réalisation du Programme 2030 et les objectifs de l’Agenda 2063. Le ministre Alain-Aimé Nyamitwe déplore que certains membres de l’ONU aient pris l’habitude d’obtenir par le Conseil des droits de l’Homme et d’autres mécanismes établis par celui-ci, des résolutions visant à nuire à la sécurité des Etats. « Le récent rapport de la commission d’enquête sur le Burundi constitue une dernière démonstration de la manipulation. »

• L’octroi des marchés publics mal géré entraîne des résultats néfastes lors de leur exécution. Ce sont du moins les propos de Faustin Ndikumana de la Parcem. Il évoque notamment le cas du marché concernant les parkings payant, celui concernant la réhabilitation des infrastructures routières. Le patron de la Parcem déplore également le fait qu’il ait révision du code des marchés publics encours. Cela alors que même le code actuel n’est pas respecté.

Il demande au gouvernement et à la justice en particulier de prendre en main ce secteur, pour le bien-être de la population.

Pour la direction nationale de contrôle des marchés publics, ces marchés évoqués par la Parcem ne sont pas connus au sein de cette direction. Le secrétaire permanent dans cette direction précise que tous les marchés prévus, sont présentés dans cette direction dès le début de l’année. Donatien Bucumi indique que cette direction nationale se base toujours sur le code des marchés publics.

Mots-clés :
  1   Vos commentaires
  1. MBARIZA

    « Le gouvernement burundais assure que les sanctions prises par l’Union européenne freinent la réalisation du Programme 2030 et les objectifs de l’Agenda 2063 » ! Pourquoi Monsieur Le ministre Alain-Aimé Nyamitwe ? Vous n’êtes pas d’accord avec ceux qui disent que nous n’avons pas besoin de l’Union Européenne ?

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *