Culture

Au coin du feu avec Evariste Ngayimpenda

25/07/2018 Guibert Mbonimpa Commentaires fermés sur Au coin du feu avec Evariste Ngayimpenda
Au coin du feu avec Evariste Ngayimpenda

Dans le Burundi traditionnel, le soir, au coin du feu, la famille réunie discutait librement. Tout le monde avait droit à la parole et chacun laissait parler son cœur. C’était l’heure des grandes et des petites histoires. Des vérités subtiles ou crues. L’occasion pour les anciens d’enseigner, l’air de rien, la sagesse ancestrale. Mais au coin du feu, les jeunes s’interrogeaient, contestaient, car tout le monde avait droit à la parole. Désormais, toutes les semaines, Iwacu renoue avec la tradition et transmettra, sans filtre, la parole longue ou lapidaire reçue au coin du feu. Cette semaine, au coin du feu, Evariste Ngayimpenda.

Votre plus beau souvenir ?

L’obtention de mon Doctorat en Histoire.

Votre plus triste souvenir ?

Les massacres du 11-12 décembre 2015.

Quel serait votre plus grand malheur ?

Que le Burundi continue à s’enfoncer dans la crise.

Le plus haut fait de l’histoire burundaise ?

Le recouvrement de l’indépendance.

La plus belle date de l’histoire burundaise ?

La date de la signature de l’Accord d’Arusha.

La plus terrible ?

La date d’assassinat du Président Ndadaye.

Le métier que vous auriez aimé faire ? Pourquoi ?

Celui d’historien car vous perpétuez la mémoire nationale.

Votre passe-temps préféré ?

La lecture et le partage d’un verre avec les amis dans un cadre de convivialité.

Votre lieu préféré au Burundi ?

Banga.

Le pays où vous aimeriez vivre ? Pourquoi ?

L’Italie pour son climat. La Belgique parce que j’y trouve tout en tant qu’historien burundais.

Le voyage que vous aimeriez faire ?

La Chine.

Votre rêve de bonheur ?

Le recouvrement de la paix et de la dignité par le Burundi et son peuple.

Votre plat préféré ?

Je n’en ai pas.

Votre chanson préférée ?

Chanson rwandaise dont je ne connais pas le titre (urukundo ngukunda sindaruhishahisha). D’habitude, je m’attache plus à la mélodie qu’au contenu.

Quelle radio écoutez-vous ?

RFI/RTNB/ Humura/ Inzamba /VOA/ Rema

Avez-vous une devise ?

Rester humain et sensible aux peines des autres.

Votre souvenir du 1er juin 1993 ?

L’inquiétude et l’étonnement, inquiétude par rapport à ce qui pouvait suivre – sans aucune référence à ce qui a suivi – et étonnement car le président Ndadaye avait prononcé deux jours plus tôt un discours qui avait fait renaître l’espoir d’un changement de tir.

Votre définition de l’indépendance ?

C’est la liberté de choix. C’est aussi la prise en charge de son propre destin, dan un esprit de réalisme, c’est-à-dire que cela n’exclut nullement le recours à l’aide et /ou à la coopération.

Votre définition de la démocratie ?

C’est le respect du pluralisme, des libertés, mais ces dernières doivent être aussi cadrées.

Votre définition de la justice ?

Je suis plus du côté de l’équité que de la justice qui, à mon sens, n’est pas toujours juste !

Si vous étiez ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, quelles seraient vos deux premières mesures ?

Je n’ai pas envie de l’être actuellement, parce que je sais que je serais plus frustré que je ne m’épanouirais.

Croyez-vous en la bonté naturelle de l’homme ?

Oui.

Pensez-vous à la mort ?

Bien sûr.

Si vous comparaissez devant Dieu, que lui direz-vous ?

De sauver le peuple burundais.

Bio express

Evariste Ngayimpenda est originaire de la commune Mpinga-Kyove, province Rutana. Il est titulaire d’un doctorat en Histoire et d’un Mastère en Démographie, délivrés par l’Université Catholique de Louvain, en Belgique. Il est Professeur d’Histoire Générale Contemporaine, de Démographie, d’Analyse des Institutions sociales et politiques du Burundi, et d’Analyse des données en Sociologie à l’Université du Lac Tanganyika.

Il est depuis 2008 Recteur de l’Université du Lac Tanganyika. Il fut consultant indépendant (2005-2006), administrateur National du projet d’Intégration des Questions de Population dans le processus de planification, (1999-2004) et Doyen de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines (1998-99), etc.

Il est auteur de plusieurs publications, notamment: Les Armes légères et violences armée au Burundi (2009) ; Evaluation de la politique sectorielle de Rapatriement, de Réinsertion et de Réhabilitation des Sinistrés (2005), Histoire du conflit politico-ethnique burundais. Les premières marches du calvaire (1960-73); « Evaluation de la prise en compte des questions de populations et de l’approche genre dans les politiques sectorielles : cas des secteurs sociaux » ; « Tendances récentes des comportements matrimoniaux en Mairie de Bujumbura. Etude exploratoire » ( 2003 ) ; « Les populations sinistrées du Burundi, sept ans après », (2000) ; « Crise socio-politique et déstructuration des ménages au Burundi » (1999) ; « Analyse des structures migratoires du Buyogoma-Kumoso » (1994) ; Registres paroissiaux, aspects méthodologiques et possibilités de contribution à la démographie historique du Burundi, (1992) ; Densités actuelles et hypothèses sur la géo-chronologie récente du peuplement du Burundi », (1991) ; « Logiques socio- démographiques et perspectives économiques du Sud-est du Burundi (communes Bukemba et Giharo) » (1988).

Evariste Ngayimpenda est enfin un homme politique. Il évolue au sein de l’Uprona légitime dont il est membre du Comité central et du Bureau Exécutif depuis 2009 ; il est Président intérimaire de cette dernière depuis juin 2006. Il a été membre du Conseil Communal de sa commune dans le cadre de ce parti ; et en 2015, membre du même conseil et député élu d’Amizero y’Abarundi mais non siégeant.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

De la ténacité à l’hémicycle

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur De la ténacité à l’hémicycle

Mardi 11 septembre, les parlementaires se réunissent à l’hémicycle de Kigobe. Ils débattent le deuxième rapport de la Commission d’enquête des Nations Unies sur la situation des droits de l’Homme au Burundi du 5 septembre. Ce dernier a accusé Bujumbura (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

266 utilisateurs en ligne