Justice

Assassinat d’Ernest Manirumva : « Que la Cour suprême prenne ses responsabilités »

09-04-2017
Ernest Manirumva, ancien vice-président de l’Olucome, assassiné dans  la nuit du 8 au 9 avril 2009

Ernest Manirumva, ancien vice-président de l’Olucome, assassiné dans la nuit du 8 au 9 avril 2009

Huit ans après l’assassinat du vice-président de l’Olucome, la vérité sur le mobile de son assassinat et ses auteurs ne sont pas encore connus.

« Les auteurs se cacheraient dans la hiérarchie de la police et téléguideraient la justice burundaise », lit-on dans un communiqué signé Gabriel Rufyiri, président de l’Olucome. Ce dernier fait savoir que les OSC locales et internationales mobilisées dans la campagne « Justice pour Ernest Manirumva » se souviennent, dans la douleur et la tristesse, de cet acte ignoble survenu dans la nuit du 8 au 9 avril 2009.

A cette occasion de la commémoration de l’assassinat de cet illustre défenseur de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption au Burundi, l’Olucome recommande à la Cour suprême de prendre ses responsabilités. Il martèle que les enquêtes doivent être reprises et étendues à tous les éléments de preuve. Au cas contraire l’Olucome menace de saisir la Cour de justice de l’Afrique de l’Est.

  1   Vos commentaires
  1. alexis

    Ivy’u Burundi ni hatari: Hariho Abami bishwe atawuramenya uwabishe n’ico bazize; hariho Rwagasore, Ndadaye, Ntaryamira, le Nonce apostolique ntiriwe ndavuga, abishwa en 1972 bose ;1985;1993, 1996 et 1998; 2014 et 2016 etc…Abo bose ntawuramenya ababishe!

    Mwibaza ko Manirumva ariwe bazihutira gushira ahabona abamwishe? Je doute fort!

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité