http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/DG-Advisor-USAID-9-o-20-DEC.pdf
Interviews

Alain Nyamitwe: “Le Burundi, sans les Tutsi, n’est plus le Burundi”

31-12-2015

De passage à Bruxelles pour plaider la cause de Bujumbura face à l’Union européenne, Alain Nyamitwe, le ministre burundais des Affaires étrangères, a accepté cette large interview où il n’élude aucune question et réplique du tac au tac.Iwacu remercie notre confrère Damien Roulette de lui permettre de la publier.

Par Damien Roulette

(Cette interview a été enregistrée au soir du 11 décembre. A ce moment-là, le bilan de la répression suite à la triple attaque contre trois camps militaires n’est pas encore connu)

Alain Nyamitwe, avez-vous été surpris par la triple attaque du vendredi 11 décembre ?

alain-nyamitwePas du tout. Depuis, un certain temps, des jeunes de certains quartiers de la capitale s’adonnent à des activités dangereuses en maniant des armes à feu sous l’influence de certains politiciens qui les avaient utilisés il y a quelques mois déjà contre les institutions de la République en menant des manifestations à caractère insurrectionnel qui se sont soldées par un échec début juin.

Vous parlez de « certains politiciens », qui visez-vous nommément ?

Ceux qui se déclarent eux-mêmes de l’opposition radicale. Ils se déclarent ainsi, je ne vois pas pourquoi je les appellerais autrement.

Mais à qui pensez-vous ?

Je crois qu’il est clair que certains politiciens se sont inscrits dans une logique de violence, de changement de régime par la violence. Il s’agit de ceux-là…je crois que vous pouvez faire votre recherche et trouver de qui il s’agit exactement. Mais il y en a plein !

Ce vendredi 11 décembre, c’est l’armée burundaise qui a été visée. Dans quel état est l’armée burundaise aujourd’hui ? On l’a dit tiraillée de l’intérieur…

Ce sont des rumeurs. L’armée a été effectivement éprouvée ce vendredi et je dois dire qu’elle s’en est très bien tirée, avec beaucoup de courage et beaucoup de savoir-faire puisqu’ils ont mis à nu cette attaque. Tiraillée de l’intérieur ? Je pense qu’il s’agit d’une idée reçue dans la mesure où la même armée a fait l’objet, disons, de sollicitations diaboliques –si vous permettez l’expression – au mois de mai lorsqu’il y a eu la tentative de coup d’état. Mais on a vu que celle-ci a été mise en échec par cette même armée. C’est également la même armée qui se bat avec courage et savoir-faire là aussi en Somalie, en RCA… Je pense que c’est la même armée qui va continuer de défendre les couleurs nationales, même à l’intérieur du pays.

Vous avez évoqué les quartiers contestataires. Ce sont des jeunes qui y prennent les armes, qui tirent sur la police la nuit. Est-ce que vous avez l’impression que ce sont les mêmes jeunes qui ont attaqué les camps militaires ? On a l’impression que la nuit, ce n’est pas coordonné tandis qu’ici il y avait une véritable organisation !

Oui, forcément il y a des jeunes puisqu’on en a arrêté quelques-uns. Et ceux-là devront peut-être parler et révéler les noms de ceux qui les ont invités. Mais vous avez certainement appris qu’il y avait également des gens qui essayaient de monter une rébellion armée contre le gouvernement burundais. Mais, rappelez-vous, nous avons déjà été attaqués le 30 décembre 2014 avec pour but la perturbation du processus électoral et la mise en place d’un nouveau gouvernement. A partir du mois d’avril, des manifestations à caractère insurrectionnel pour faire changer le régime par la rue ou par la force, les deux étaient combinés. Le 13 mai, tentative de coup d’état qui a démis le gouvernement de ses fonctions. Le 10 juillet, une attaque dans le nord-ouest du pays. Donc, ce n’est pas tout à fait nouveau, il y a des tentatives de renverser le gouvernement, c’est clair. Mais jusqu’ici, dieu merci, l’armée et la police ont pu travailler ensemble et démontrer qu’ils étaient véritablement des corps nationaux, intégrés et prêts à défendre l’état.

La police descend dans les quartiers donc. Certains témoignages font état d’exactions et de vols lors de ces opérations. Que répondez-vous à cela ?

Vous parlez de l’attaque d’aujourd’hui ?

Pas spécialement, depuis plusieurs semaines…

Vous me le dites, mais je pense que ce genre d’allégations doivent être prouvées. Je pense qu’il est facile de dire que la police pénètre dans les maisons pour voler. Ce que je sais, c’est que la police a effectivement procédé à des descentes dans certains quartiers pour récupérer des armes et des armes ont été saisies. Ça c’est une réalité…

Oui, mais au Burundi on trouve des armes sans aucun problème ou presque. C’est un pays qui sort d’une guerre civile, longue, dévastatrice…

Ce n’est pas sans aucun problème ! Ce serait trop facile. Si c’était le cas, on n’aurait pas eu autant de bruits, autant de dégâts entre guillemets. Qu’il y ait des armes dans les mains de certains civils est une réalité. La preuve est faite avec des armes que l’on récupère dans certains quartiers. Ce qui est aussi certain c’est que non seulement il y a des gens qui ont des armes, mais qu’ils veulent les utiliser contre des civils et contre les institutions. Vous savez aux États-Unis, il y a des armes, les gens ont des armes. Mais on apprend qu’il y a des armes quand ? Quand un forcené tire sur des étudiants ou des noirs en train de prier ! Il est donc important que l’on puisse savoir que lorsque l’on a une arme sans autorisation, il faut la remettre. Je ne connais pas un seul pays au monde où les gens peuvent avoir une arme sans autorisation. Et puis il s’agit d’armes d’assaut, pas d’un simple pistolet. C’est bien qu’il y a une intention de commettre des attentats ou des forfaits contre des cibles bien choisies.

Pourquoi, selon vous, le Burundi continue-t-il de tomber dans la spirale de la violence ?

Permettez que l’on replace les choses dans leur contexte. Le Burundi se trouve aujourd’hui dans une phase post-électorale où des élections, effectivement, des bruits, permettez l’expression. Mais avant cela, il y a eu des tentatives de tentatives de changement de régime par la force. Pas seulement la tentative du 13 mai mais aussi celle du 30 décembre. Figurez-vous que ces deux attaques ont été condamnées par l’Union africaine, parfois on l’oublie. Si cette institution a condamné ces attaques, c’est qu’elle a constaté qu’elles visaient à mettre à rude épreuve la stabilité de l’état. Aujourd’hui, les attaques que l’on connaît ne sont que le prolongement de ces deux premières attaques et visent un changement de régime. Et ce sont des attaques qu’il faut condamner sans réserve. Je suis d’ailleurs étonné de voir que les mêmes politiciens, ici en Belgique notamment, qui s’empressent à condamner ou à critiquer le gouvernement pour tel ou tel acte, se taisent aujourd’hui par rapport à des attaques qui peuvent aussi mettre en danger les vies de leurs citoyens qui se trouvent au Burundi.

Vous n’avez pas mentionné la candidature pour un troisième mandat de Pierre Nkurunziza. Elle n’a rien à voir avec les violences actuelles ?

Tout d’abord, vous l’appelez troisième mandat, je l’appelle deuxième mandat. Et de deux, je vous l’ai dit, la première attaque datait de bien avant les élections. C’était au mois de décembre. Je peux comprendre que ces violences prennent pour prétexte l’histoire du mandat mais elles visent en réalité un changement de régime par la force.

S’il s’agit du deuxième mandat, qui était à la tête du pays entre 2005 et 2010 ?

Vous voulez peut-être entamer un débat juridique ?

Il y avait bien un président à ce moment-là !

Si vous voulez on peut y aller ! Mais je puis vous certifier qu’il y a eu une décision de justice qui a été confirmée par la justice régionale…

Ça n’a pas été confirmé !

Relisez ! Relisez le texte!

Elle ne remet pas en question mais elle ne confirme pas!

Ce n’est pas grave. Elle ne remet pas en question, ce qui n’est pas peu. Considérons les choses comme elles sont.

Il y a eu la dénonciation du vice-président de la Cour constitutionnelle…

Pfff…Vous savez, la Cour constitutionnelle est composée de sept personnes…

Tout à fait, mais ça signifie que ça a été remis en question !

Pour qu’une décision soit valable, elle doit être votée par quatre voix. Alors, il est parti. Il a dit ce qu’il a dit, personne d’autre ne l’a suivi. Ça ne pose pas question ? Soyons sérieux !

Où en est aujourd’hui le dialogue inter-burundais ?

Bonne question ! La Commission nationale dialogue inter-burundais a commencé son travail et a entamé des consultations notamment avec la facilitation ougandaise du président Museveni pour déterminer ces citoyens burundais qui sont à l’étranger qui souhaiteraient être associés au dialogue mais pour qui, pour des raisons qui leurs sont propres, il est difficile de voir ce dialogue organisé sur le territoire burundais. Nous disons qu’il y a une bonne base pour que tous les citoyens qui souhaiteraient s’exprimer sur des questions d’intérêt national puissent avoir cette opportunité. Nous continuons d’insister, de dire que le dialogue politique n’est pas l’apanage de certains politiciens, d’une certaine élite mais plutôt un débat qui intéresse l’ensemble du peuple burundais. Après tout, on peut se poser la question de la légitimité. Que vaut un politicien qui se trouve en exil par rapport à un élu local au Burundi ? Il faut comprendre les choses de cette manière-là. Nous sommes en train de travailler avec les pays de la région, avec l’union africaine et avec les Nations unies sur les modalités pratiques et correctes qui nous permettront de consolider davantage notre unité, notre nation.

Est-ce qu’à vos yeux le CNARED est un interlocuteur valable ?

C’est quoi encore ça ?

Sérieusement ? Cette coalition d’hommes politiques en exil ou toujours au pays, née à Addis-Abeba…

Je sais, j’ai appris qu’il y a un groupe de politiciens burundais, sponsorisé par certains politiciens en Europe et en Belgique en particulier.

Vous faites dans l’ironie j’imagine, mais elle concerne néanmoins d’anciens membres du Cndd-Fdd !

N’allons pas trop vite en besogne. Je crois que vous mélangez deux choses. Vous mélangez les politiciens qui ont quitté le parti ou le pays pour des raisons qu’on a tous suivies et qui ont un contentieux avec le parti, et non avec le gouvernement. Et le contentieux avec le parti se traite au niveau du parti et il est en train d’être traité. Eux sont à part, ils n’ont pas le même statut que d’autres émanant de partis politiques reconnus, émanant de groupuscules formés pour les besoins de la cause qui ont décidé de mettre en place ce type de structure. Vous savez ces structures sont mises en place depuis le mois d’avril, le mois de mai. Si vous voulez tout savoir, la toute première coalition a été montée au Rwanda entre des putschistes et certains politiciens.

Mais pour vous, aujourd’hui, le CNARED…

Vous l’appelez comme vous voulez, moi ce qui m’importe c’est qu’au Burundi il y a des partis qui sont reconnus par la loi et ces partis sont portés par des citoyens et ces citoyens ont droit à la parole, ça c’est clair. Maintenant, est-ce qu’un fugitif de prison a droit…

Mais, prenons un cas précis. Est-ce que Gervais Rufyikiri est un interlocuteur valable ?

Je connais la personne pour avoir été dans un gouvernement qu’il codirigeait. Maintenant, est-ce qu’il est dans une posture de dialogue.Est-on vraiment dans une logique de belligérance entre Gervais Rufyikiri et le gouvernement, je ne sais pas. C’est à lui de le dire.

On parle de dialogue, pas de belligérance!

C’est kik-kif vous savez. Vous me dites Gervais Rufyikiri…Je dis tous les citoyens burundais. Tous ont droit à être entendus par la commission nationale de dialogue inter-burundais. Tous ! Ce que nous ne sommes pas décidés à envisager, c’est que certains politiciens nous disent « si vous voulez avoir un dialogue, vous devez parler avec tel groupe ou telle personne ». Ça, ça n’ira pas. Personne ne peut nous imposer, personne ne peut imposer à un gouvernement élu ceux avec qui il doit négocier. L’UE, l’UA et l’ONU ont appelé à un dialogue inclusif. Il n’y a pas plus inclusif que ce que la CNDI a mis en place.

Quid de Pacifique Nininahazwe par exemple ?

Je suis ministre des Affaires étrangères, je m’occupe pas des individus. Le gouvernement a mis en place une plateforme..Vous me parlez de l’une ou l’autre personne alors que la diaspora burundaise, rien qu’en Belgique, compte plus de 3000 personnes. Vous avez des chouchous peut-être, mais ça c’est autre chose ! (Rires)

Ce sont vos mots ! Vous avez emmené la délégation burundaise à Bruxelles pour une rencontre avec l’Union européenne. Votre communiqué ne semble pas être du même acabit que celui de l’Union européenne. Comment expliquez-vous ce hiatus ?

C’est très simple : nous ne sommes pas l’Union européenne.

Mais vous êtes satisfait et l’Union européenne ne l’est pas…

Chacun parle de son point de vue. Si on devait tous regarder et décrire cette lampe là-bas. On ne la décrirait pas de la même manière. C’est normal. Mais ce qui nous intéresse, c’est qu‘on a repris le dialogue avec Bruxelles, cela faisait sept mois qu’il n’y en avait pas eu. On a eu l’opportunité de dire à l’UE que certaines informations qu’elle avait utilisées pour prendre ses décisions étaient erronées. On a eu l’occasion de donner les gages d’une relation consolidée, stable et durable. Pour nous, véritablement, il y a motif de satisfaction.

Qu’avez-vous dit concrètement ?

Il y avait neuf thématiques, notamment tout ce qui concernait les radios, les organisations de la société civile, ce qui avait trait à certaines questions dont la libération des prisonniers, etc. On leur a donné toutes les garanties de ce qu’une fois terminées les procédures judiciaires en ce qui concerne ces organes et ces personnes, l’autorité politique prendra toutes les mesures qui s’imposent. Mais il est impossible pour l’autorité politique de changer, d’inverser le processus judiciaire. Ça aurait été faire ce que l’UE nous demande de ne pas faire. On a aussi abordé la question du dialogue. Nous avons expliqué que la CNDI était la meilleure solution parce qu’inclusive. Mais qu’on ne vienne pas nous dire qu’ils ont eux leurs chouchous, si vous me permettez l’expression encore, qui doivent être absolument associés au dialogue, comme si toute la diaspora burundaise était née au mois de juin.

Vous avez mentionné les radios, la société civile. Plusieurs organisations ont leurs comptes gelés, leurs activités sont suspendues. Pourquoi ?

Il s’agit d’une mesure de justice qui a commencé des enquêtes sur le mouvement insurrectionnel fin avril, début mai. Certaines pistes mènent vers certaines organisations de la société civile. Nous, pouvoir politique, ne pouvons pas prendre la décision de lever ces sanctions avant que le processus judiciaire soit terminé.

L’une des menaces de l’Union européenne, c’est la suspension de la coopération avec le Burundi. Celle-ci est estimée à quelque 20% du budget national. Ça ne vous effraie pas ?

Je vais vous dire une chose : ce qui est important pour le Burundi, c’est pas tellement les chiffes…

…c’est tout de même 20% du fonctionnement de l’état…

20%, 40%, 60%, peu importe ! Ce qui importe pour nous, c’est qu’on a un partenaire. Et dans les relations internationales, nous avons besoin de lui. Pas nécessairement pour les sous mais pour le vote aux Nations unies, pour plein de choses. Autant le Burundi a besoin de l’Union européenne, autant, nous l’espérons, les pays de l’Union européenne ont besoin du Burundi. Nous ne sommes pas un petit pays perdu au cœur de l’Afrique qui n’a rien à apporter au sein de la Communauté internationale. Nous participons quand même à la lutte contre le terrorisme, ne l’oubliez pas. Nous sommes le premier pays contributeur de troupes sur le continent africain. Le premier ! Nous avons un rôle important à jouer pour stabiliser la région. Ce qui importe donc, ce ne sont pas les chiffres mais que les relations internationales du Burundi restent dynamiques.

Le président du Sénat a récemment tenu des propos qui ont choqué plusieurs personnes parce qu’ils rappelaient le langage tenu par les interahamwes, par les radios de la haine à l’époque précédent le génocide au Rwanda. Est-ce un dérapage verbal ?

Il y a eu toute une pensée qui a été construite à propos du langage du président du Sénat. Je puis vous dire qu’il n’y avait pas, d’après lui et d’après ses services, qu’il n’y avait pas de message de haine basé sur la différence ethnique. Ce n’était pas son intention et il a clarifié ses propos. Il n’a jamais dressé une partie de la population contre une autre. Il s’adressait à des élus locaux qui était à la fois Hutu et Tutsi.

Mais ça peut provoquer des violences qui sont partisanes et pas nécessairement ethniques.

Non, en l’occurrence, il parlait de la police en disant qu’elle s’était retenue jusque là, qu’elle n’avait pas encore fait le travail. Ce qui a été aussi interprété à outrance, en disant c’est le travail du style génocidaire qu’on avait connu au Rwanda. Je voudrais profiter de cette opportunité pour m’adresser à tous ceux qui liront ces propos que le Burundi est un pays de Hutu, de Tutsi et de Twa et qu’ils vivront ensemble comme ils ont vévu ensemble. Ils ont connu des époques difficile, c’est vrai mais ils ont pu les surmonter. Et vous pouvez le dire et le redire, au Burundi, la ligne de fracture n’est plus la ligne ethnique. Et le président du Sénat est bien conscient que s’il occupe son poste c’est qu’il a obtenu les voix de certains Tutsi, que parmi ses collaborateurs, il y a des Tutsi, dans sa garde il y a des Tutsi, il ne peut pas vivre sans les Tutsi. Le Burundi sans les Tutsis n’est plus le Burundi.

Les relations sont tendues entre le Burundi et la Belgique depuis plusieurs semaines. Des accusations de néocolonialisme ont été proférées à l’encontre de Bruxelles. N’est-ce pas exagéré ? Quel est le lien entre ce qu’il s’est passé dans les années ’50 et ce qu’il se passe aujourd’hui ?

Je crois qu’il y a eu peut-être un petit flou mais ce sont des rapports qui restent normaux, c’est important qu’on puisse aussi le dire. Nous avons eu une période relativement froide. Le gouvernement burundais a demandé à la Belgique de remplacer l’ambassadeur qui était là parce que nous estimions que ce n’était pas la personnalité qu’il fallait. Il y a eu c’est vrai des déclarations du parti qui s’en prenaient à la Belgique suite à, il faut le dire, des provocations inutiles de certains politiciens belges qui non seulement ont pris le parti d’une catégorie de la classe politique burundaise contre une autre. Ils n’ont jamais compris que le Burundi était un pays complexe, qu’il fallait s’assurer que toutes es pièces du puzzle étaient consultées pour faire un puzzle complet. Mais je continue aussi de dire qu’il ne faut pas se leurrer. Nous avons une histoire sucre et sel. On a connu la colonisation qui n’a pas connu que du chocolat. On a connu la mort du prince Rwagasore qui reste inexpliquée.

Mais pourquoi venir avec cet argument-là aujourd’hui ? Quel est le rapport avec la crise actuelle ?

Pourquoi pas aujourd’hui ?

Je vous pose la question…

Pourquoi jamais peut-être…

Est-ce que vous ne mélangez pas deux choses : la justice historique qui a besoin d’être prononcée à un certain moment et la crise actuelle…

Nous n’avons pas mélangé. Qu’il existe des individus qui s’expriment et qui peut-être débordent un peu, c’est possible. Mais si vous faites mention du parti, il y a eu des déclarations dans un contexte tendu mais nous avons clarifié ces propos. J’ai pu m’entretenir avec mon homologue belge (ndlr. Didier Reynders) et lui expliquer que du côté belge il y a certains propos qui ne sont pas de nature à bâtir une relation correcte. Nous avons connu une situation difficile les sept, huit derniers mois, nous nous serions attendus à des positions beaucoup plus rassurantes plutôt que des déclarations de certains politiciens même parfois du gouvernement belge…

Vous êtes déçus des politiciens belges ?

C’est sur, certains ont déçu. Je ne vais même pas mentionner les noms, c’est pas la peine.

Référence à Louis Michel ?

Peu importe. Certains ont déçu, ils ont oublié que le Burundi n’était pas leur pays et qu’ils n’avaient pas de leçon de morale à donner et qu’ils ont d’autres problèmes à régler dans leur pays. Ce qui est certain c’est que le Burundi et la Belgique ont intérêt à avoir des relations normales.

—————-

Nous reproduisons cette interview avec  l’accord de notre confrère Damien Roulette.

  27   Vos commentaires
  1. Karundi

    Dieu est Grand mais Nyamitwe n’est pas petit

  2. Nous avons vraiment un Ministre impeccable qui defend bien le Peuple Burundais contre le President a vie (Kagame) et la Monarchie Belge. Vive le Burundi, vive les Barundi.

    Merci

  3. Ukuri

    #Alain Nyamitwe: “Le Burundi, sans les Tutsi, n’est plus le Burundi”# :
    « -je t’aime!
    – moi non plus! »

  4. Ngenzi Irabona

    [——–, dieu merci, l’armée et la police ont pu travailler ensemble et démontrer qu’ils étaient véritablement des corps nationaux, intégrés et prêts à défendre l’état] pourquoi d minuscule ? Si c’est Damien qui vous a transmis cet extrait avec d (dieu différent de Dieu) je pense qu’il a d’autre visée que celle de communiquer ,surement qu’il a mal compris que si nous vivons toujours et que toutes les attaques sont vouées à l’échec car Dieu nous aime !!! mais peut être ce petit d est belge que D de Dieu des burundais. Alain Nyamitwe devrait saisir justice ou vous devriez de retour lui demander pardon.

    • Verite Guess

      SVP Ngenzi, n’associez pas Dieu a votre folie meurtriere. Son nom a ete suffisament et continu d’etre cite abusivement au Burundi, il ne faut pas en rajouter

  5. Muresi

    Alain Nyamitwe condamne « indirectement  » les propos de Nyabenda, qui tend a insulter ouvertement la Belgique.
    Le mensonge peut durer mais ne peut pas triompher….
    Makr my words: le vrai dialogue aura lieu, mais seulement quand le pays sera suffisamment detruit, la pauvrete accrue et avec le systeme actuel plus affaibli. Ce n’est pas en Jan ou Fev 2016 surtout….Buyoya a accepte de serieusement negocier quand l’Uprona etait plutot divise. Ca vous dit quelque chose Alain?????

  6. Salmia Irikungoma

    Dusavye umurundi wese yaronse ibatisimu, dusenge umwe wese yisabira imbabazi, guhinduka, guca bagufi, gushima ko Imana yacu yo mw’ijuru dusenga itugejeje kuri uyu munsi. twese twihatire kuguma twiganirira nayo,tuyiganyira mu majambo make yumvikana. Imana yo mw’ijuru irakomeye, irumva, ntihinduka kandi irishura. Umwaka mwiza w’agakiza kacu twese, inyishu nziza iri hafi kubayisaba bayizeye, Imigisha iva ku MANA lero twese tureme. 2016 Umwaka mwiza kuri twese, Uburundi bwarahahajwe n’abatibuka ko Uburundi ari ubw’abarundi bose ata numwe avuyemwo, abarundi bararuhijwe, Imana yacu igiye kuturuhura, harageze, kuko Imana ntizokwihanganira amarira ari mu Burundi, mw’Izina ry’Umwami, umucunguzi wacu Yezu Christu. Alleluyaaaaa.

  7. Salmia Irikungoma

    Dusavye umurundi wese yaronse ibatisimu, dusenge umwe wese yisabira imbabazi, guhinduka, guca bagufi, gushima ko yacu yo mw’ijuru dusenga itugejeje kuri uyu munsi. twese twihatire kuguma twiganirira nayo,tuyiganyira mu majambo make yumvikana. Imana yo mw’ijuru irakomeye, irumva, ntihinduka kandi irishura. Umwaka mwiza w’agakiza kacu twese, inyishu nziza iri hafi kubayisaba bayizeye, Imigisha iva ku MANA lero twese tureme. 2016 Umwaka mwiza Uburundi bwahavye, bwahahajwe, abarundi baruhijwe turuhuke mw’Izina ry’Umwami, umucunguzi wacu Yezu Christu. Alleluyaaaaa.

  8. Vuvuzela

    Antoine Kaburahe me manque!

  9. kira

    mais ouiii!! la communauté burundaise est fait des bahutus, batutsis, batwa,
    Aucune de ces ethnies est condamnée a l exile.
    Vous avez raison mrs le ministre.
    vive l unité nationale
    vive le Burundi

    • Jean

      Alain Aime Nyamitwe fait ma fierte en tant que Burundais et republicain, meme si je ne suis pas supporter de son parti. Il parle en grand intellectual.Il parait aussi personnellement irreprochable. Quant a sa declaration sur les hutus, tutsis, twas…il dit vrai dans le contexte jurudique actuelbien cependant, un bon republicain devrait aussi condamner cette categorisation des citoyens burundais en classes sociales d’un ere depasse. c’est tout simplement une insulte de nos jours de parler de hutus surtout quand on supprime la mobilite qui existait entre tutsis et hutus dans le passe. Comprenons tout simplement que le fait de parler de hutus et tutsis ou pire, d’institutionaliser ces groupes (du reste sans definition juridique), en excluant citoyens d’origines etrangeres (Tanzaniens, Congolais, Grecs, Arabes…) est assez regressif et meme inconstitutionel. We will not go anywhere until we close this nonsense chapter of false ethnicity (ethnisation sans ethnies d’apres Jean-Pierre Chretien) and get started on the real beef i.e governance. We need to redefine citizenship, anti-discrimination and so that we can enrol real efforts on the monstrous economic challenges awaiting us.

  10. roger crettol

    Le ministre des Affaires Extérieures et un admirable morceau de jonglerie avec les mots …

    Si je me souviens bien, les juristes de l’UA à qui l’on avait présenté le cas du troisième mandat et de l’arrêt de la cour constitutionnelle avaient simplement statué qu’ils n’étaient pas compétents. Cette patate chaude ne leur aura pas brûié les doigts.

    Pour clarifier les choses, peut-être faudra-t-il un décret présidentiel qui stipule que le mandat de 2010 à 2015 doit être appellé « mandat moins unième », pour que le compte soit correct.

    A jongleur, jongleur et demi…

    • roger crettol

      Et puis, non, les juristes étaient plutôt ceux de l’EAC, je crois. Mais ils se prononcèrent incompétents, sans approuver ni condamner la candidature du président à un mandat excédentaire et controversé.

    • Jean

      Mais les juristes de l’U.A ne peuvent rien contre un arret d’une cour constitutionnelle d’un pays souverain. Soyons quand-meme serieux. And let this be clear, democracy is before anything else based on the rule of law i.e means respect of court decisions, even when they look bad. Also let us not pretend the constitutional court may not be respected because of some form of corruption; courts are corrupt everywhere but democracy and republicanism recognise this as the lesser devil. If we believe in democracy and a good future, we cannot therefore argue against the president’s legitimacy. The more we do this, the more we look illiterate to International observers.

      • roger crettol

        Les juristes de l’EAC ou de l’UA se sont déclarés incompétents. Le président a eu l’arrêté qu’il souhaitait. Ou est le problème ?

        Un arrêté de sept pages, selon le Détenteur de La Vérité Pro-Mandat-de-Trop qui signe DAM sur un autre site. Sept pages pour obscurcir deux petits paragraphes clairs et concis de votre Constitution. La manoeuvre a été harassante, vraiment !

        Et puis, le vice-président de cette même Cour Constitutionnelle, accablé de fatigue, est allé se reposer à l’étranger avant même que soit prise la désicion de la Cour. Et un journaliste mal intentionné lui a fait dire qu’en fait, c’est suite à des menaces proférées contre sa personne et les siens qu’il est parti. Ces journalistes sont capables d’inventer n’importe quoi, vraiment !

        Le même vice-président a eu tellement honte de s’être laissé manipuler de la sorte qu’il n’a jamais voulu se rétracter. Et le gouvernement, partageant sa honte et son désir de sauver la face, n’a jamais insisté pour qu’il le fasse. Bel exemple de solidarité et de dialogue entre Burundais, non ?

        [ Je ne sais pas trop pourquoi une partie de votre message est rédigée en anglais – je comprends assez bien le français. comme le gros des visiteurs de ce site. Et votre français est tout à fait acceptable.]

  11. Burundi

    Le Président a dit que le Burundi n’a pas de problemes, qu ‘il n’ y aura meme pas de problemes de budget. Pourqoui alors ces tournees de la Famille Nyamitwe au pouvoir? Pourqoui Alain parle avec nervosite a voir ses reponses.? Et s’il faut etablir la responsabilite et les accusations mutuelles. .Coup d’etat contre le regime sanguinaire et repressif selon certains et terrorisme d’etat contre tout opposants et execution de toute voie discordante, execution des opposants et refus d’enterrement et et de deuil. Qu’est ce qui pourrait etre « excusable » donc amnistiable? Je pose la question a Tous! Meilleurs voeux.

  12. Love Burundi

    Après la deuxième question, j’ai arrêté de lire cette interview parce que j’avais l’impression que ce mec (A. Nyamitwe) insultait mon l’intelligence. Je me demande comment le journaliste a pu continuer à écouter ses bobards. Pffff. Qui est d’accord avec moi.

    • Jean

      Je ne vois pas comment. Par exemple, dire que la diaspora burundaise vaut mieux que le CNARED est incontestable tout comme les meilleurs points de vue sur l’avenir du Burundi sont, en ce qui est des Burundais de l’interieur, a charecher plus en dehors du pouvoir, surtout chez les grand intellectuels et sages paysans de la champagne.

    • Niyonizigiye

      Love Burundi, je suis d’accord avec vous, comment une personne qui se dit diplomate, intellectuel, peut se ridiculiser, il croit que les representants de l’UA, UE ne sont pas au courant de ce qui se passe au Burundi, je suis sûre qu’il ne se même pas pourquoi on lui pose ces questions, quand il parle des chiffres, je pense qu’il ne sait pas ce qu’il dit. Quelle honte

  13. l'histoire est en marche

    Encore une fois simwe mutora abo muganira, mubemera ou pas nibo bahari kandi muzoganira. Muga ntimwihende ngo n’inzira izobashikana kuri za immunités mumenyereye. Kubera mwubahutse mugasambura inshinge zose uburundi bwari bwubakiyeko inyuma y’intambara, vous paierez et elle sera salée l’addition. Cette haute trahison ne restera pas impunie, je vous le certifie. Ceci est une promesse et elle sera tenue.

  14. kindros

    haha, erega wamugabo arihagararako basha

    • B.B.

      Karabikuye kweri, bien que tout régime en place fini un jour par tomber ou céder aux suivants !…

    • mupira

      Il n’a Point d’argument, seulement le chantage et les echapatoires.

      • Sibo

        @mupira: «Il [Alain Nyamitwe] n’a point d’argument, seulement le chantage et les echapatoires.»

        Quelle loi ou règle journalistique qui interdit « chantage ou échapatoires » dans une interview accordée à un interlocuteur? N’uwanka urukwavu aremera ko runyaruka hewe ga Mupira! Si Alain Nyamitwe était membre du CNARED, il le défendrait de la même manière, kuko ni ingabirano yiwe akoresha mu kwisobanura et non iya Cndd-Fdd…

  15. eric

    je demande les chretiens qui vont prier a leur eglise cette nuit d’amener ensemble le drapeau du burundi avec eux et prier contre tous les espris qui ne sont pas de Dieu .comme on le fais en afrique du sud
    Que DIEU SOIT LOUER IN JESUS NAME .AMEN.

    • MARIA NTAKIRUTIMANA

      Voici ce que notre patrie,le Burundi, devrait tenir compte constamment en 2016 pour que la violence cesse: « si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, -je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays » (2Chroniques 7: 14). Mugir’umwaka mwiza wo guhinduka!

      • Ntibahezwa

        Maria Ntakarutimana; Imana ikumpere umugisha. Ukuri (Ijambo ry’Imana) guca muziko, ntigusha!

Publicité