Archives

Affrontements à Cibitoke : « Les responsabilités doivent être établies »

Accès réservé aux membres du Club des amis d'Iwacu

Pour accéder à l’ensemble de nos contenus numériques, abonnez-vous et devenez membre du Club des amis d’Iwacu

Votre abonnement vous donne accès à :
  • Toutes nos archives numériques (10 ans), soit près de 15.000 articles
  • Un moteur de recherche avancé, simple d'utilisation et performant
  • Notre newsletter quotidienne et nos alertes
  • Nos publications imprimées en accès numérique dès leur parution
  • Nos éditions spéciales imprimées et en ligne

Soutenez une presse indépendante et de qualité !

Abonnez-vous maintenant !

Consultez nos offres et bénéficiez de l’information la plus complète sur le Burundi

Forum des lecteurs d'Iwacu

14 réactions
  1. Amédé

    Vous m’en direz tant. Je voulais dire: permettez moi d’avoir des doutes quant à la bravoure et professionnalisme du bataillon qui est intervenu ,quand on nous apprend que des civils étaient à leur côté pour les épauler et surtout pour éviter de faire des prisonniers de guerre en vie.

  2. BUSORONGO

    Si vous connaissez leur revendications dites les.
    Si vous connaissez les chefs de ces jeunes tues gratuitement adressez vous a lui pour qu’il se declare et reclame justice pour les siens.
    Pourquoi rester dans le vide a parler theoriquement alors que on pourait faire mieux pratiquement.
    Si au moins on savait qu’il y a des gens nos contents du pouvoir et prets a en decoudre avec des armes meme on comprendre que les eneantir n’est pas une solution. Mais avec des lance roquettes il me serait difficile moi aussi de chercher a neutraliser le detenteur. Je m’en debarasserais d’abord.
    N’oublions pas les gatayeri, bitaryumunyu et consort. Des bandits de grand chemin. Heureusement eux ils n’ont jamais eu a gonfler leur poitrine pour s’attaquer a l’armee.
    Sans oublier l’appui de la population. Quels que soient les Imbonerakure et leur nombre si la population comprends vos revendications (si revendication il y en a) vous ne serez pas aneanti comme ca s’est passe a Cibitoke. A l’epoque de Buyoya il y avait, en plus des forces de l’ordre, des centaines de milliers de gardiens de la paix armes. Mais cela n’empechait pas les rebelles de trouver chemin au but. Tout ca grace aa la population. Donc tant qu’on ne se souciera pas du bas peuple on perdra partout (election et guerre)

  3. Rupande

    Izi ni imbonerakure ziriko zirwana n’izindi mbonerakure mu Cibitoke.
    Ubutegetsi buya bihitanisha na FNL kugira bunyegeze ukuri.

  4. Citoyen(2)

    #Cher Kanganji

    Permettez-moi de te rappeler que que Mandela, King, Ghandi,….ont eux aussi de leur temps été traités de « terroristes » et de « rebelles ». On sait combien de temps Mandela a passé en prison. La question n’est donc pas de savoir s’il faut ou non combattre les rebelles. Je pense que combattre est une réaction normale de l’armée en réponse a toute attaque. La question est de savoir pourquoi il y a toujours aujourd’hui des rebellions et pourquoi de si jeunes gens acceptent d’aller sacrifier leurs vies dans les conditions très dures du maquis? La réponse se trouve dans la façon dont le pays est géré. Ces jeunes ne vont pas au maquis parce qu’ils sont fou ou parce que la vie la-bas est douce. Ils y vont parce qu’ils sont désespérés, ils y vont a cause des injustices que l’ont observe ici et la et dont personne ne semble se soucier, ils y vont a cause de la misère dans laquelle croupit la majeure partie de la population et qui les empêchent de croire en leur avenir.

  5. Kibwana

    Ikindi kibabaje n’ingene abantu bavuga neza nka Citoyen(2) badashobora no kumenyekana ngo tubakeze burundu.

    Citoyen(2), uvuze vyo basi. Twakuze twumva ngo aba n’aba n’abamenja, inyanka Burundi, nivyo uvuze vyose. None raba twasubiye murivyo apres des morts par millier de centaines de burundais. Abatware bo munyuma bazovuga nabo nyene ivyo. Tuzopfana agahinda, twangara kubera abansi bigihugu au sommet.

    Ngira uwogerageza abatwa nabo kumbure vyoba mitende; on ne sait jamais.

  6. Rubis

    Qu’est-ce que tu racontes ? Ils viennent avec des armes et tu voudrais qu’on leur donne des fleurs ? Bien sûr, je te comprends quand tu dis :« avaient eux aussi des revendications a faire comme les autres». Donc prenons les armes pour revendique nos droits, quelle drôle d’idée, on se croirait en 1980 !

  7. Amédé

    « Et d’en profiter pour féliciter l’armée pour avoir combattu et anéanti cette rébellion avec bravoure (avec l’aide de braves mbonerakure) et professionnalisme (en executant ceux qui se rendent sans armes). Vous m’en direz tant.

  8. Kaganji

    Qui, je suis d’accord avec toi sur présque tous ce que tu dis . Sauf un point, c à d usage des armées pour une tel ou telle revendication est inaceptable. Quand on regarde l’arsenal d’armées et munitions, est ce qu’on pense aux dégats humains et matériels et autres conséquences relative à une guerre que auraient occasionnés ou sèmés au peuples Burundais. Et quand on fait une analyse, il faut le faire au complet. Moi, personnellement, je pense que c’est une bonne chose de les avoir anéantir car les dégats et de pleures sont éviter de proche, il faut àpprendre qu’user la force avec des armées ce n’est plus une solution à nos problèmes à nos jours, car Mandela, Gandi, Kings et les autres ont gagnés sans avoir utiliser les armées. Merci

  9. Niyukuri Eric

    On dirait un des porte-parole du CNDD FDD. On lui a dicté des choses à déclarer. C’ est vraiment décevant le comportement de certains de nos politiciens.

  10. Citoyen(2)

    Je me souvient qu’un certain jour de l’année 1972, l’armée se glorifia d’avoir anéanti un groupe de rebelles venus de la RDC ……seulement voila, quelques temps après, le monde découvrît avec stupeur que des milliers de personnes innocentes avaient péri dans des massacres sans nom. Quand j’entends encore des gens se glorifier d’avoir anéanti leurs frères et sœurs, cela me fait mal au cœur. Ont-ils seulement conscience que ceux que l’on tue sont des burundais et non des étrangers venus d’ailleurs?ont-ils seulement conscience que ceux qui sont morts, quand bien même ils seraient des rebelles, avaient eux aussi des revendications a faire comme les autres, qui, si je me souviens bien, étaient eux aussi jadis surnommées »assaillants » , avaient eu a le faire?Je n’ai jamais compris pourquoi, chaque fois qu’il y a un nouveau pouvoir, il s’empresse toujours d’identifier « abansi b’igihugu ». A toutes les époques, ce terme a toujours été utilisé. Pourquoi les autorités voient toujours parmi les enfants du pays les « abansi b’igihugu »? N’y aura-t-il jamais jamais une époque ou tout le monde sera intégré dans sa patrie? Même quand il n’y a pas d' »abansi b’igihugu », on en crée pour légitimer un pouvoir qui ne parvient pas a satisfaire le minimum de ce que la population attende…. et on fait ainsi diversion en versant le sang et en criant au péril! Ce n’est que quand, et seulement quand, quelqu’un viendra pour écouter et non pour anéantir, pour panser, intégrer et non pour blâmer, et enfin pour chercher vraiment a nourrir cette population souffrante…que le Burundi, ma chère patrie, sortira enfin de ce grand trou dans lequel il est tombé le jour ou le premier européen a posé le pied sur son sol et a réclamé « le beurre et les œufs ».

  11. Nzobandora

    Un vrai comedien plutot!

  12. kAGANJI

    Mon cher ami n’est pas être d’accord avec qlq’un devre être normal, Mais uyo mutavuga canke ngo avuge ivyowumva wowe ugomba, ntibikenewe ko uca umuha izina ngo n’uko atiyumvira nkawe? mbe iyo ngeso abaurundi izotuvamwo ryari?? iyo rero niyo ngorane nini dufise muri politique y’uburundi kandi tugomba kugwanya. Mbe ko uyo mugabo Mutabazi tumuzi twese umwanya atari muto muri politique,(Njewe natanguye kumwumva ndi mutoya gose) None ko atabaye nka benshi tuzi babonye CNDD_FDD, igiye kwipoze baciye bahindura ishati bakayijamwo?? Kandi iyo abikora yari kuba ari igikoma ngoma muriyo. Ubwo tuze turiga kubahana, no kubaha aho umuntu ashize, niyumvira ko bizuma niyo démocrtie itera imbere gusumba. murakoze

  13. kibwa jean

    Je suis ahuri d’entendre dire que Mutabazi a pu réunir d’autres psudo-fprmations politiques derrière lui dans ce qu’ils ont appelé Copa. Mutaba et ses copains ne sont que des DD purs jus, comme il était chef GDBU en 1993-94, le reste n’est que gesticulation politique. Je connais Mutataba depuis les amphi à l’université du Burundi , lui en agronomie et moi en philosophie. Plus opportuniste que lui on en meurt. Saviez-vous qu’à l’époque il était l’agent de la sûreté de l’Etat par l’entremise de feu Mvuyekure Arthémon S.Gd e la JRR?. Demande à Minani Jean ce vaut cet homme. Le cndd-fdd se trompe dans son casting car « qui a trahi trahira »
    On ne construit pas le pays avec des boulimiques d’argent
    Kibwa

  14. nkuba

    Irambire!!!

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Du riz pour sauver un barrage mal barré

Abbas Mbazumutima Commentaires fermés sur Du riz pour sauver un barrage mal barré

Il y a quelques jours le Burundi recevait une aide du Japon constituée de riz. Il s’agit de plus de 5 mille tonnes et demie d’une valeur de 450 millions de yens soit l’équivalent de 450 mille dollars américains. Enthousiaste (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 483 users online