Politique

Affaire détenus MSD : une justice à deux vitesses

Les avocats de la défense des personnes arrêtées lors des échauffourées à la permanence du parti MSD en mars dernier et ceux de la partie civile contre six officiers de police qui commandaient les opérations ont exprimé leur exaspération face au système judiciaire. C’était ce vendredi 9 mai à Bujumbura lors d’une conférence de presse.

Avocats MSD
Le collectif des avocats de la défense et de la partie civile présents à la conférence de presse. (Me Niyoyankana lit le communiqué de presse. A sa droite, Me Nsabimana). ©Iwacu

« La police a tiré à balles réelles sur des militants qui n’avaient aucune arme. Les avocats des blessés par balles ont porté plainte contre les officiers qui commandaient l’assaut. Nous exprimons notre inquiétude sur le fait que le procureur général à qui nous avons adressé notre plainte n’a pas encore entamé l’instruction du dossier. Ce qui est plus révoltant, est que les blessés ont été sortis des hôpitaux pour être directement transférés à la prison alors qu’ils ne se sont pas encore rétablis ». Ainsi se plaint Me Lambert Nsabimana au nom des avocats de la partie civile. Cet avocat a alors mis en doute l’indépendance de la magistrature burundaise.

Sa prise de parole est venue après celle Me Prosper Niyoyankana. Ce dernier s’exprimait au nom des avocats de la défense de la soixantaine des détenus déjà condamnés en première instance.
Il est revenu sur les irrégularités qui ont entaché le procès. C’est notamment le refus de l’exercice des droits de la défense, le manque d’assistance -pourtant obligatoire- pour certains détenus. « Certains prévenus n’étaient même pas assignés », regrette Me Niyoyankana. Il a longuement stigmatisé le fait que le tribunal de grande instance a appliqué la procédure de flagrance sur tous les détenus, même sur ceux arrêtés le lendemain des faits. Sur ce, il a indiqué les avocats de la défense ont déjà attaqué les articles du code de procédure pénale relatifs à « la procédure suivie dans l’instruction et le jugement des crimes et délits flagrants ou réputés flagrants » devant la Cour constitutionnelle.

Pour rappel : 22 détenus parmi les 81 présenté devant le juge ont été condamnés à la peine de servitude pénale à perpétuité. « Des peines disproportionnées », s’était écrié Pacifique Ninihazwe. Et de joindre sa voix à celle des avocats de la défense pour conclure : «C’est un procès purement politique ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

8 réactions
  1. Yulu

    None ko uvuze ko abahutu iyo injustice bayibayemwo 50 ans ubu barayivuyemwo? Uravye abagize imisi bacibwa amazosi wosanga abenshi ari abatutsi? Ba mubanza kwiyumvira imbere yo gupfa gushikiriza ibisunitswe n’impwemu. Vous n’avez rien appris de toutes les tragédies que le Burundi a connues. Tres dommage qu’on est entrain de retourner a la case de départ a cause de votre cécité politique!!!

  2. Ngandatatu Concilie

    Ntimugire ubwoba naba dds bashitse aho bari bari mugutikira Imana irakinga.

  3. Badogoremy

    Aba ba dd bariko barashima iri fungwa ryakarenganyo kuraba banywanyi ba MSD nagomba ndabibutse indirimbo umuririnvyi yaririnvye akomoka mugihugu ca UGANDA umuhisi RUTAYA, ati:” today is me tomorrow its someone else” nimba muryohewe kubera aba canke bariya bafunzwe kubera ivyiyunviro vyabo, muragaba ejo nimwebwe kuko igihugu nicabose, hama uwo ariko ashimira abo ba police ntamutima agira vrema,

  4. Datus

    Ngo tugire ngo n’urukundo ubafitiye huhuhuhu!! Justice de deux poids deux mesure abarundi barayizi kuva keeera!!! Mbe Rwembe ko ataciye arungikwa mu Buroko niwe yagirizwa vyinshi kurusha les manifestants!! Henda abatakuzi , tu es un des bénéficiaires du système c’est normal que tu tiennes un tel langage sinon tu aurais fais un clin d’oeil au Gouvernement beaucoup plus que ces jeunes, aha waravye usanga la peine iri correcte hahahahha!!!! Niwi rambire pfu heeheh hahahaha!! Ndazi karakurwa neza!!!!

  5. Chris

    Pour protéger la paix, il est impérieux de défendre les droits de la personne humaine. Ce sont les petits ruisseaux de violations des droits humains au Burundi qui alimentent les fleuves de sang qui s’annoncent. L’injuste incarcération des jeunes mamans militantes du MSD dans la sinistre prison de Mpimba doit révolter la conscience de toutes les mères burundaises, africaines et même mondiales. Sans la mobilisation des mamans nigérianes de Chibok pour leurs filles enlevées par Boko Haram, le gouvernement nigérian avait accepté l’incident comme la fatalité du terrorisme. Sans la mobilisation des mères burundaises et des pères pour exiger la libération de ces jeunes mamans ayant des enfants en bas âge et qui n’exerçaient que leur droit constitutionnel de réunion, ces victimes innocentes continueront à croupir dans les geôles inhumaines de Mpimba.

  6. Bugabo Anaclet

    Nama nabibivuze ariko ntimwunva ,umusore canke inkumi izojana nyabahururu igakurikira umunye politike azohereza habi, ikibabaje aba jeune babatutsi ntibunva bobona ivyashikiye aba sans écheques igihe bahitiye babagaabahutu de formation universtaire, aho bahiye bambika ama pneus abahutu, bagira ibolo benshi muribo gusha n,ayamango bafise ubuzima bubi ,nabashitse hanze mu za bula ntaco bimariye bamwe;ariko bamwe ba Mukasi Charles babagomorera kubahutu ubu barakomeye akarorero ubu muriCanada ahari arahangamye ahembwa amadorari.
    Garuka rerourabe barya bayabaga bahetse abana umwe cankebabiri,barya bagabo baribageze gutangura ubuzima ariko bashuhuwe na Sinduhije Alexis raba ayo babonye mumpimba amaganya niyose mu miryango nomubabanyi, abobavoka babahenda ngo gumuka bazobaburanira barabahenda nyabura va inyuma y,abantu bafise ivyobashaka vyabo mutazi, none ubu Sinduhije ntatembera muri Train muri Belgique /Europe ntiyaje kwatsa umuriro afise visa schengen ya 3 ans ,wewe araziko igihugukirafise inzego zikora igipolisi,ubutungane …..,none mwibaza Alexis zaogaruka ryari ko muzi ubwenge?amadega yari aherutse gukora kurirya radio ryitwa ryiwe rimuvugira ntiyarakwiyekubona ko Sinduhije afise avenir mbi muripolitike? nguwoyibonaniye na wa muhwera muri politikeNyangoma ngo bagira bakorere hamwe ikibiri mbega ninde atazi Nyangomaari cadavre ambulan politicien cokimwe na Sinduhije kuva ataye akarembe kuri RPA imbereya Serge Nibizi, kuva abonye ko yasheshe amaraso y,abashinzwe umutekano,;Sinduhije arazi ivyakora kuko araziko INGWE NTUYIKWABURA URAYICA kuko utayishe yo irakugarika nico gituma yihungiye agata mukangaratete ibijuju vyitamubitabaraba.
    Ubutungane burakwiye kuguma buhasha inkozi zibibi nka Sinduhije Alexis n,,abobisangiye akabi.
    Nayo ababirigi bamugumije ntawo vyatangaje kuko ntibigeze bakunda umuhutu ninabo baduteranije ngo tube turaryana bitorere ibiryoshe dufise i Burundi.
    Jewe ahanje naragaye ababirigibanse kumurungika ngoabe ariwe yihanirwa kuri arya maraso yasesetse y, inzirakarengane ,arikontagihanokiruta ico aronse kuza kuundira i Bulaya yirirwa arasegereza utuyeri avuga ayamuhe yaora ataha bukeye aborewe inzoga n,urumogi ubuho bigiye kunyuka ,reka tuzomurabe muri 2017 aho akabonge kazoba kamugejeje.
    Nininahazwe Pacifique,Mbonimpa Claver,Rufyri ,Nkurunziza Justine, Vital icogihugubariko baraturira burya umunsi umwe bazobibazwa cokimwe nayo maradiyo yabobo ,kuko numwana arabona cankearumvako ivyobavuga ari arementanya.
    Ayo maradiyo

  7. MINANI

    Les avocats, avant d’être des hommes de droit, sont des commerçants comme tant d’autre. Même quand on va traduire en justice Kiwi (l’assassin de Ndadaye), il y aura toujours un avocat pour dire que son client est innocent. C’est ça le rôle de l’avocat: “Faire acquitter son client à tout prix quelque soit la voie, ou à défaut, que la peine soit la plus minimale possible”.

    Concernant les policiers, les avocats se sont trompés! Ces officiers étaient au service de l’Etat qui par ailleurs les a félicité du travail accompli ce jour là! Comment veulent-ils qu’ils soient traduits en justice? Iryo ni ikinamico bariko barikinira kugira barabe ko hari ONG yobasukira amahera birira ngo bariko baragwanira agateka ka zima muntu. Erega imitwe iri kwinshi.

    Ari abo mpanura, abavyeyi babarya bantu bari bakwiye guhiga aba avocats baburanira barya bantu bavuga ko bahenzwe na Sinduhije babigiyemwo batazi ico yateguye. Comme ça les peines zogabanuka. Nayo abo bitwarira aba commissaires de police canke urya yavuga ko abapfunzwe banezerewe kuko ataco biyotsa, bamwe ni imitwe abandi ni uko atababo barimwo canke ni ukutamenya.
    Ni ukumenya ko abo ba DD bari kubutegetsi igihe barwana abantu babo bafashwe na UPRONA (ba se na benewabo n’abo bapfunzwe) baca babica babagiriza “acte de rébellion”. Abandi bavuye mu mpimba ari uko DD itsinze. La chance y’abo ba MSD ni uko atawuzobica. Ariko kuva mu gasho nimpaka DD ive kubutegetsi. Ivyo navyo sinzi ko aei ejo!

  8. Justice

    Malheureusement n’uko le régime actuel iriko ikora nk’amwe hambere aho, umvirize icarico une justice à double vitesse. Abahutu bayibayemwo près de 50 ans. Mwibaze namwe!!!!!
    Ubu niho mutegera ko injustice ibabaza!!!! Abobo bazira ico bakoze, hari abagw mu munyororo batazi ico bazira!!!
    Un petit mot à ceux qui exercent la justice au Burundi: montrez na différence avec les régimes sanguinaires twasazerye niho muzoba muriko mwambiha agashamabara igihugu n’ubutungane.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Une opinion déboussolée

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Une opinion déboussolée

Après le fiasco des pourparlers d’Arusha, plus d’un se demandent que pourrait être la suite. L’incertitude politique fait grandir les inquiétudes. Une opinion ne semble plus croire aux solutions qui viendraient des chefs d’Etat de la Région, encore moins de (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

321 utilisateurs en ligne