http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2017/01/US-19-JANV-Combined-advert-Newspaper-3.pdf

Iwacu Web RadioRNW Media

Au sommaire de l’édition de ce mercredi 11 janvier 2017 du journal ’’Amakuru y’Iwacu’’

cadavres• Des restes de 7 corps de personnes exécutées en 1972 ont été découverts dans une fosse commune ce mardi 10 janvier à Gasenyi dans la zone Makamba en province Mwaro.
Ce sont des maçons en plein travaux de terrassement pour la construction d’une école technique qui sont tombés sur ces ossements.
Selon des témoignages, il y aurait dans cette localité au moins 5 fosses communes avec plus ou moins 120 personnes ensevelies.
La CVR a demandé l’arrêt des travaux de construction de cette école. Cette commission promet d’identifier et de protéger ces fosses communes.
L’association Amepci Gir’ubuntu regroupant les victimes des différentes crises qui ont endeuillé le Burundi appelle la CVR à tout faire pour être plus opérationnelle. Elle demande une collaboration entre cette commission et le ministère de l’Intérieur pour qu’un inventaire de toutes les fosses communes soit fait afin de les protéger.
• Le facilitateur dans le dialogue-inter burundais, Benjamin Mkapa a annoncé le prochain rendez-vous, prévu le 16 janvier 2017 à Arusha en Tanzanie. Il concerne les acteurs politiques de l’opposition en exil qui n’ont pas eu l’occasion de rencontrer le facilitateur lors de sa récente visite à Bujumbura. « l’objectif de cette rencontre est de voir ensemble l’étape déjà franchi dans ce processus du dialogue et partager la vision de la voie à suivre », selon la correspondance de Mkapa.

Parmi les invités à ces pourparlers du 16 janvier, figurent certains partis politiques, membres de la coalition des partis de l’opposition CNARED. Ces derniers n’ont pas été invités au nom de cette coalition mais au nom de leur parti politique distinct.

Les activistes engagés dans la Campagne contre la candidature du président Pierre Nkurunziza aux élections de 2015 déclarent n’avoir pas été invitées à cette rencontre. Ils indiquent n’être pas concernés par ces rencontres. « Benjamin Mkapa n’a plus notre confiance pour la suite de la facilitation dans le dialogue inter-Burundais. »

• L’Union européenne a débloqué une somme de 10 millions d’euros à l’Union africaine pour soutenir les observateurs de l’Union africaine pour les droits de l’Homme ainsi que les experts militaires qui seront envoyés au Burundi.

Cette somme est censée couvrir leurs besoins pour une période allant du 1er Novembre 2016 au 31 octobre 2017.
Aucune annonce sur les arriérés d’indemnités des militaires Burundais en Somalie qui viennent de totaliser une année sans être payés.

• Les consommateurs, de la province Rumonge, de la bière Nyongera, l’un des produits de la Brarudi, grognent. Ils déplorent la baisse de la saveur de ce produit. « depuis la mesure de revoir à la hausse le prix de ce produit, cette boisson a changé de goût ».

La Brarudi tranquillise, la dose et la saveur de Nyongera n’a pas changé. « Toutes les matières premières pour la fabrication de cette bière sont locales. »

Même chose concernant les consommateurs de certains jus comme jinjimbre, Fungsti, kumbucca et Tangawizi. Ils demandent au Gouvernement de bien les informer sur les conséquences possibles de ces jus sur la santé comme ça a été le cas du produit Spirulina. Il a été retiré du marché.

• Faustin Ntahuga connu sous le nom de Mustafa a passé sa première nuit à la prison centrale de Mpimba. Selon les sources proches de sa famille, cette décision est tombée après une audience publique au Parquet de la mairie de Bujumbura. le ministère public a indiqué manquer de preuves tangibles et a demandé plus de temps pour les rassembler.

Le siège a statué sur l’envoi du présumé collaborateur des groupes armés à Mpimba pour achever les enquêtes. Faustin Ntahuga a été arrêté par les agents de service national de Renseignement le 03 janvier 2017. Sa maison a été fouillée à ce moment même et sa femme a été aussi arrêtée puis relâchée le même jour.

Mots-clés :

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *