Politique

53ème anniversaire de l’indépendance du Burundi : le président appelle au patriotisme et à l’unité

Mercredi 1er juillet, les Burundais ont célébré le 53ème anniversaire de l’indépendance du Burundi. Une occasion au Chef de l’Etat de rappeler à sa façon certaines valeurs.

Le président de la République décorant Albert Bisaganya

Le président de la République décorant Albert Bisaganya

Le patriotisme, l’unité, la paix, le travail, le progrès,… ont dominé les discours prononcés à cette occasion. Rappelant que dans tous les pays, la célébration de l’indépendance est une journée de liesse. Pierre Nkurunziza, président de la République, a signalé que la colonisation a été caractérisée par des pillages, des exclusions, des divisions sociales, etc. Les divisions ethniques introduites par les colonisateurs belges n’ont abouti qu’aux conflits interethniques. Ainsi, estime-t-il, le héros de l’indépendance, le Prince Louis Rwagasore mérite des applaudissements et appelle les Burundais à sauvegarder les acquis de l’indépendance.

Il s’est appesanti sur le drapeau national avec ses couleurs significatives. Selon le président, le blanc signifie la paix ; le vert symbolise l’espoir tandis que le rouge est le signe de l’amour, de patriotisme. «Les trois étoiles sont également significatives : l’unité, le travail et le progrès », a-t-il ajouté. Il invite les Burundais à être courageux, à aimer leur pays et à voler au secours des autres pays. «Aucun pays ne se suffit. Les pays doivent être complémentaires mais tout cela doit se faire dans le respect mutuel», a-t-il insisté, invitant ainsi l’assemblée présente à observer une minute de silence pour les militaires burundais tombés sur le champ d’honneur en Somalie.

Des décorations

Intervenue après le coup d’Etat manqué du 13 mai, presque deux mois de manifestations anti-3ème mandat, ainsi qu’après l’attaque d’un groupe d’hommes armés dans la province de Cibitoke, fin 2014, Pierre Nkurunziza, en a profité pour décorer les militaires et policiers qui se sont distingués pour ’’redresser’’ la situation.

C’est entre autres OPC1 Albert Bisaganya pour s’être illustré pour ramener la sécurité ces derniers jours dans la ville de Bujumbura et pour son rôle pour maîtriser les putschistes. Sa maison a été incendiée. Il accède au grade de Général-major.

Col. Marius Ngendabanka, chef de la 1ère région militaire a été décoré pour ses actions lors de l’attaque de Cibitoke. Et lors de la tentative de coup d’Etat, il a protégé la Radiotélévision nationale. En plus des certificats de mérite, les deux ont reçu une enveloppe de deux millions de Fbu.

Il s’agit aussi de Major Colonel Nzigamasabo, commandant du Bataillon Para pour ses actions contres les militaires putschistes. Et OPP1 Domitien Niyonkuru, commissaire de police en Mairie de Bujumbura. En plus de son dévouement pour la sécurité dans la ville de Bujumbura, Pierre Nkurunziza affirme qu’il est allé personnellement intervenir lors de la tentative de coup d’Etat où même un de ses hommes a été tué, et son véhicule incendié.

Idem pour le Capitaine Willy Bivakuriyo, qui, selon le président a refusé des mauvais ordres de son supérieur qui l’ordonnait de tirer sur l’aéroport international de Bujumbura et sur la RTNB. « Au lieu de s’exécuter, il a informé ses supérieurs », explique le président de la République, ajoutant qu’il a même caché les armes qu’il devait utiliser. Les trois ont reçu, en plus de certificat de mérite, une enveloppe d’1.5 millions de Fbu.

D’autres décorés sont : OPC2 Eugénie Kabura, pour sa détermination pour lutter contre la fraude, la corruption, à Gatumba, sur la frontière burundo-congolaise. Adjudant Major Herman Mbonimpa, le retraité instructeur des parachutistes. Les deux ont bénéficié également d’une enveloppe d’1.5 millions de Fbu. OPP2 Médis Quentos Inabeza, la policière malmenée par les manifestants le 13 mai, à Buterere. Caporal Chef Eric Nkeshimana, du bataillon de génie de combat pour ses actions dans l’attaque de Cibitoke. Ils ont reçu respectivement 1.2 millions de Fbu et 1 million de Fbu. APC Thierry Kabura, blessé par grenade, le 2 mai, à Kamenge alors qu’il se battait pour aller sauver ses collègues attaqués. C’est aussi Caporal Désiré Manirakiza pour s’être illustré dans la lutte contre les terroristes en Somalie. Les deux ont reçu chacun, une enveloppe d’un million de Fbu.

A cette occasion, un seul civil a été décoré : Il s’agit d’André Nkeshimana, représentant de l’association ’’Izere’’ pour ses actions de mobilisation de la diaspora et des bienfaiteurs qui aident à soigner certaines maladies dont la malformation appelée bec de lièvre.

Il faut noter que le stade Prince Louis Rwagasore était presque vide sur les pourtours. Quelques jeunes gens sont entrés pour assister aux parachutistes. Et le lieu était très sécurisé et des vitres ‘’blindés’’ ont été installées devant la place du président et son épouse afin de les protéger, une première du genre.

Des ministres, des députés, des cadres militaires et policiers et quelques diplomates, les commissaires de la Commission Vérité et Réconciliation, ceux de la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (CNIDH), ombudsman de la République, le Procureur général de la République, … étaient là. On notera également la présence de l’épouse du 2ème vice-président de la République Gervais Rufyikiri actuellement en exil. On notera une faible présence des présidents des partis politiques et des anciens Chefs d’Etats.

  22   Vos commentaires
  1. Nkurunziza

    Atanga ubushimwe canke areka, iherezo si ryiza!

  2. Terimbere

    Montrez-nous leurs photos tous, le peuple devrait connaître ses héros!
    Apparemment ce nouveau général , il n’en est pas fier et moins celui qui lui décore!
    Nkibibona nari nibajije ngo ariko amukura ipete!
    Bénédiction ou malédiction, qui vivra verra!

  3. dester

    Les enfants de Cham sont vraiment maudit, donc la bible avait raison de dire que Cham est l’exclave de ces freres dans la bible parce que les enfants de Cham se deteste mais ils aiment beaucoup leurs oncles blancs Japhet et Sem. Pourquoi Japhet et Sem n’ont pas la même amour pour Cham, ils considerent que Cham c’est leur serviteur et ces enfants condamnés dans les guerres et la pauvreté. Cham fut le premier homme a etre puissant sur la terre apres le deluge, ils avaient beaucoup de fils mais en raison de l’envahissement de son fief en egypte antique, les enfants de cham se sont dispersé sur le continent au point où ils n’ont pas entendu les recommendations de leur papa, aujourd’hui les enfants de cham ne sont pas soudé, il se deteste et les enfants de japhet et sem en profite pour les dominés et les maltraités. A quand la fin de ce carnage et une paix entre les enfants de cham pour mettre fin a la soufrance de notre peuple dans le monde

    • Jereve

      La bible n’a rien à faire dans cette histoire. Mais, je pourrai vous donner une citation de Jomo Kenyatta sur la ruse des blancs. Il disait: « Ils avaient la Bible et nous la terre. Ils nous ont appris à prier les yeux fermés. Quand nous les avons ouverts, nous avions la Bible et eux la terre ». Faites le parallélisme : notre Président (born again) s’est dès le départ présenté la Bible dans les mains. Nous avons prié avec lui, les yeux fermés. Quand nous les avons ouverts, il avait son fameux 3ème mandat, et nous nous étions au bord du précipice. Et nous ne savons pas comment nous en sortir.

  4. Inyankamugayo

    « On notera également la présence de l’épouse du 2ème vice-président de la République Gervais Rufyikiri actuellement en exil. » Elle ateait là alors que son mari ari en exil. nawe yarabuze uko ahunga. Jewe nibaza ko ari icubahiro Reta yahaye uwo muvyeyi.

    Nkurunziza asubire mu Bugande bamwongere umudari wa TOLERANCE. Umwana ntazozira ivyaha vya se. A chacun son fardeau.

    Aucune leçon là dessus?!!!!?

  5. Menard

    Bienvenue au Royaume Nyakuri du Burundi!!!
    Ou le monarque, tres genereux,circule avec un INGODO plein a claquer pour distribuer, juste pour se faire aimer par ses victimes qu’il assassine avec la faim!
    Ou le manarque prend ses sujets, du docteur ingenieur au simple mwenegihugu de muhwazi pour des moutons, incapables d’une simple vue critique des choses sur ce qui se fait dans son royaume et qui croit fort qu’il peut tuer tous ceux qui ne soutienne pas son pouvoir divin!

    Au juste cher IWACU, quelle est cette maison du faux colonel BISAGANYA, brulee par les manifestants? Sauf qu’elle aurait ete pu brulee n’eut ete ses enfants, qui manifestaientt d’ailleurs avec les autres enfants du quartier contre le mandat de trop de son patron cheri, et sa femme qui n’a pas encore vendu son ame au diable. LE MANSONGE AU SOMMET DE L’ETAT!!!!

  6. Hatari

    Une fête de l’indépendance du Burundi honorée par aucun autre président après la récentre tentative du putsch contre Nkurunziza et ses fameuses élections présidentielles qui doivent avoir lieu dans exactement 2 semaines? Grave! Qui pourrait nous décoder le message derrière ce manque de soutien des chefs d’État envers leur homologue du Burundi au moment où il en a sérieusement besoin???????

  7. Akamaramaza

    Vyari bikwiye ubundi ko amatora yose aba en dehors de la fête du travail et celle de l’Indépendance du Burundi pour effectivement éviter toutes ces magouilles du parti présidentiel ou du président sortant qui en profitent pour faire leur campagne électorale en défonçant les coffres de l’État et distribuer toute sorte de cadeaux, ce qui n’est pas le cas pour leurs adversaires politiques en difficulté déjà d’avoir un budget décent pour mener une campagne en bonne et due forme.

  8. Citoyen4

    Le geste ne vise qu’ a se moquer de ceux qui ont manifester contre son 3eme mandat. (gushinyagurira abishwe n’abo
    ariko yambika ibintazi). Abavyeyi bo kubutere babonye uyo mugore yabiciye umuntu ariko arashimirwa ntibazohozwa.
    Harengeanye kwagenda.

  9. RUGAMBA RUTAGANZWA

    A à peine 6 km du stade où se déroulent ces festivités de la fête nationale de l’indépendance, la police casse du citoyen burundais innocent à Cibitoke et à Mutakura en assassinant au passage une famille entière pour rien. En même temps, S.E NKURUNZIZA fait des décorations et distribue des enveloppes pleines de millions de nos francs sans aucun mot de compassion et d’empathie envers plusieurs dizaines de manifestants (un droit inscrit dans la constitution de notre pays) tombés sous les balles assassines de sa police en plus de centaines de blessés dont certains grièvement et près de un millier de jeunes gens gisant dans les geôles du Burundi sans aucun jugement et ce Monsieur nous parle de l’amour de la patrie… ? Mais quelle patrie, celle qu’il est entrain de détruire en briguant des mandats discutables sur le plan de la loi fondamentale et des accords d’Arusha ? Non pour moi, c’est une farce, c’est purement et simplement du cinéma et je suis sûr que peu de gens y croient… ! Ce gouvernement est devenu la risée du monde entier!

    • Nzopfabarushe

      @Rugamba Rutaganzwa: «Ce gouvernement est devenu la risée du monde entier!»

      C’est discutable car on n’en a vu pire au Burundi. Kumbure tu n’étais pas encore né ou tout simplement ciblé par de véritables gouvernements sanguinaires upronistes tutsis contre la population paisible et innocente hutu. Informe-toi bien sur ce qu’a été la répression de Micombero en 1972 contre les hutus qu »ils prenaient comme ses adversaires politiques? C’était l’apocalypse dans tout le Burundi et des réfugiés incalculables! Qu’on arrête alors de condamner un seul Gouvernement et un seul Président, ici Cndd-Fdd et Nkurunziza, qui n’arrivent pas à gérer voire même ménager avec des politiciens et citoyens hantés par des divisions et haines ethniques depuis belle lurette. Ce virus est toujours présent et virulent plus que tout naburya benshi babinyegeza alors que ça les suit et les empêche même de dormir, voyons donc!

      • RUGAMBA RUTAGANZWA

        @NZOPFABARUSHE,

        “Les sots parlent beaucoup du passé, les sages du présent et les fous de l’avenir” écrivait un philosophe français du siècle dernier… !! Chaque fois qu’on pointe du doigt les manquements graves depuis 10 ans du Gouvernement CNDD-FDD, on nous renvoie au passé, on nous donne pour explication les faits des gouvernements qui ne sont plus aux affaires depuis plusieurs décennies déjà… ! Cher NZOPFABARUSHE, cela s’appelle purement et simplment fuir ses responsabilités… ! Je croyais que le Gouvernement en place était là justement pour remédier à la situation et améliorer le bien-être des Burundais.. ! Or, depuis son arrivée au pouvoir en 2005, ce Gouvernement s’est illustré par la chasse à tous ceux qui ne sont pas de son avis : médias, sociétés civiles, opposants etc… ! Nous avons tous toujours en mémoire le harcèlement et les massacres des centaines d’opposants du FNL-Rwasa après l’élection présidentielle à un seul candidat de 2010. Or, dans le maquis, le CNDD-FDD faisait croire au monde entier qu’il se battait contre le pouvoir et l’armée mono-ethnique Tutsi pour que les Hutus soient libérés. Malheureusement, ce n’est pas ce que nous constatons aujourd’hui. Pour moi, le problème du moment n’est pas un problème tribalo-ethnique, c’est un problème lié à la mauvaise gouvernance d’un pouvoir incompétent, violent et corrompu et qui cherche à tout prix à se maintenir en place en utilisant la ruse, le mensonge, la violence et les tricheries de toutes sortes. Malheureusement, les Hutus, les Tutsis et les Twas, que ce même pouvoir cherche d’ailleurs à diviser mais très difficilement, car manquant d’arguments pour convaincre, en pâtissent tous… ! Cessez donc de nous raconter des fariboles car vos propos ne tiennent pas la route… !

        • Nzopfabarushe

          @RUGAMBA RUTAGANZWA :« Cessez donc de nous raconter des fariboles car vos propos ne tiennent pas la route… !»

          Je n’ai pas dit que Nkurunziza et le Cndd-Fdd étaient des saints, mais oser dire qu’ils sont devenus la risée du MONDE ENTIER en épargnant les gouvernements upronistes pourtant premiers champions en matière d’oppressions et d’atrocités au Burundi, là ça ne marche pas!!!… Il n’y a pas du cas par cas en maux et méfaits du Burundi puisque ce sont les mêmes conflits qui se répètent et se suivent, donc se ressemblent en quelque part. Et c’est ce virus y’amacakubiri y’amoko que tu fais semblant d’ignorer, RUGAMBA RUTAGANZWA, qui est à la base de tout cela. et dis-toi que tant et aussi longtemps que ce virus sera manifeste chez la plupart des burundais, cela prêtera le flanc aux politiciens qui ne cherchent toujours qu’à diviser pour régner. Et c’est d’ailleurs ça qui confirme aujourd’hui la présence d’une guéguerre ethnique derrière la crise politique burundaise pointée du doigt par tous. Il faut donc mener un combat clair si nous cherchons la Paix et la démocratie durable pour tous. Le camp Nkurunziza et supporters semblent avoir compris la formule et s’en sert déjà, alors que les camps adverses dorment encore sur leurs lauriers. Ce n’est pas moi qui accuse, mais ce sont vos propres opinions et agissements sur la présente crise politique qui vous trahissent! Et cela peut déjà vous donner une idée sur le climat politique que la Population aurait à endurer ku ntwaro yanyu? En vérité je vous le dis, si Micombero et successeurs ainsi qu’héritiers, avaient été indulgents à la manière de Nkurunziza et son Gouvernement aujourd’hui, nos problèmes politiques seraient exempts de toute haine et divisions ethniques qui nous freinent en tout, un signe cependant qui ne trompe pas lorsqu’on dit que le Burundi et sa Population n’a hérité que du poison de ce premier Président de la République du Burundi. Si on garde ce legs fatal parmi nous il nous tuera tous, si on s’en débarrasse, on sera tous sauvés, à nous alors de poser unanimement un geste qui s’impose! Nous serons du moins soulagés si nous commençons par vider les problèmes plus épineux que d’autres et je pense que ce problème ethnique a toujours été la pierre d’achoppement de tout ce qui bloque, désorganise et endeuille le Burundi et les burundais. Si on ne voit pas présentement une lumière au bout de la crise politique qui secoue le Pays, c’est parce que ce problème en fait partie, il faut le comprendre et non le nier…

  10. Bizimana W.

    @«Il faut noter que le stade Prince Louis Rwagasore était presque vide sur les pourtours. Quelques jeunes gens sont entrés pour assister aux parachutistes. Et le lieu était très sécurisé et des vitres ‘’blindés’’ ont été installées devant la place du président et son épouse afin de les protéger, une première du genre.»

    Twarafashe icigwa ca politique y’Uburundi kuri UPRONA, hanyuma FRODEBU ituronsa ikindi cigwa, maintenant on est rendu au chapitre du CNDD-FDD; ne sautons pas alors si vite aux conclusions hâtives si la matière à assimiler est encore abondante!!!…

  11. Kivumbarupfu Pierre

    Bunyoni wewe ko mutamutweretse!

  12. Boss

    Et Willy Nyamitwe chouchou du Président, n’a-t-il pas été décoré et gratifié pour ses bons et loyaux services! Ariko wewe ntibamukoreramwo aritamika!

  13. Ngenzi

    None nk’ayo mahera yose ava hehe, ya embargo finalement ntaco izotwara Nkurunziza!

  14. Ruzi rwa Mubarazi

    No comments!

  15. Jean-Pierre Ayuhu

    Ce type est sytématiquement entrain d’infantiliser les hommes et les institutions…Quand on donne une médaille, elle en soit suffisant..mais que l’on donne une enveloppe, cela ne doit pas être chanté dans les discours et surtout dire le montant offert..
    Cela me rappelle ses derscentes dans ses plantations d’ananas où l’on a vu des ministres s’aligner pour recevoir « agashimwe » donc, « inanasi ». C’est juste limite pour une nation!
    Mais bon puisque tout le monde applaudit, nta kundi!
    Bonne fête d’indépendance bene wacu mais il nous en faut une autre…indépendance, celle d’oser dire non aux pratiques peu glorifiant comme recevoir inanasi de la main du président

  16. Jereve

    Le Président nous encourage à « aimer notre pays ». Très bien. Il faudrait seulement qu’il précise: aimer le Burundi comme le Président l’aime? Un amour violent, qui n’est pas loin du viol. Ou aimer le Burundi comme le Président s’aime lui-même? Un amour gourmand et envahissant.

    • mutima

      C,est honteux de comprendre qu,il y a certaines gens burundais qui ne sont pas contents de voir leur pays celebrer l,Independance.
      On se demande finalement s,ils aiment leur patrie ou s,ils la preferent en guerre. Quelle beauté des festivités! merci I wacu.

      • Inyankamugayo

        Rien d’étonnant puisque les enfants et les grands enfants de ceux qui ne voulaient pas l’indépendance du Burundi existent toujours. Seulement Dieu les connait puisque Lui pénètre les cœurs de gens.

Publicité